La paternité de l'Oculus Rift est à nouveau remise en cause

25 mai 2015 à 11h42
0
Après avoir été attaqué en 2014 pour violation de propriété intellectuelle par l'éditeur ZeniMax, Oculus VR est à nouveau poursuivi, pour un motif proche, par la société hawaïenne Total Recall Technologies.

L'Oculus Rift a-t-il été bâti sur un vol de propriété intellectuelle ? C'est ce qu'affirment Ron Igra et Thomas Seidl, de la société hawaïenne Total Recall Technologies. Les deux hommes ont attaqué en justice le 20 mai Palmer Luckey, le fondateur de la société Oculus VR, éditrice du casque de réalité virtuelle, rachetée par Facebook en mars 2014 pour 2 milliards de dollars. C'est le deuxième procès de ce genre pour Oculus VR.


0230000007730143-photo-oculus-rift.jpg
L'Oculus Rift sera commercialisé à partir du premier trimestre 2016 - Crédit : Oculus VR.


Selon la plainte déposée devant une cour du district nord de la Californie, et rapportée par The Recorder, les faits remontent à 2010. Palmer Luckey n'avait pas encore créé l'Oculus Rift, mais il collaborait avec Total Recall Technologies sur une « technologie de 3D immersive montée sur la tête ». Des travaux alors encadrés par un accord de confidentialité. En 2011, Palmer Luckey doit construire un prototype de casque VR.

L'affaire Total Recall Technologies

Mais en juin 2012, Palmer Luckey présente son propre casque de réalité virtuelle au salon de l'E3, l'Oculus Rift. Le mois suivant, il crée une société dédiée à sa fabrication, Oculus VR. Dans la foulée, il lance une campagne de financement participatif sur Kickstarter et obtient 2,4 millions de dollars. Pour les plaignants, l'hommes'est approprié les informations confidentielles de Total Recall Technologies pour son propre casque.

« Sans en informer son partenaire, Luckey Palmer a récupéré les informations qu'il a apprises, ainsi que le prototype qu'il a construit pour TRT, en utilisant les fonctionnalités et d'autres informations confidentielles fournies par le partenaire, et se les ai accaparées pour son usage », prétend la société hawaïenne, laquelle espère désormais obtenir des dommages et intérêts - le montant réclamé n'a pas encore été spécifié.

Un autre procès contre Oculus VR

Un an plus tôt, c'est l'éditeur de jeux vidéo ZeniMax qui attaquait Oculus VR. Au centre de l'affaire: John Carmack, programmeur en chef dans la filiale ID Software (Doom, Quake...) du groupe américain. Proche de Palmer Luckey et du développement de l'Oculus Rift - il deviendra directeur technique d'Oculus VR en août 2013 - il est accusé d'avoir violé un accord de confidentialité, et transféré des brevets dans l'Oculus Rift.

Dans une réponse officielle à ZeniMax en juin 2014, Oculus VR rétorque notamment qu'« il n'y a aucune ligne du code de ZeniMax ni aucune de ses technologies dans aucun des produits d'Oculus ». Mais aussi que le plaignant n'a « jamais identifié la moindre ligne de code ou technologie volée alors que le code source du kit de développement d'Oculus est librement disponible sur le site officiel ». Ce procès est toujours en cours.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Selon Bloomberg, un MacBook 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top