La société mère de Cambridge Analytica condamnée pour violation d'une loi sur les données

Alexandre Boero Contributeur
10 janvier 2019 à 19h30
0
cambridge analytica.jpg
Clubic.com

SCL Elections, la société mère de Cambridge Analytica, connue pour son scandale retentissant avec Facebook, a été condamnée à une amende de 15 000 livres après avoir violé la loi britannique sur les données, le 9 janvier 2019.

Mercredi, la société mère de Cambridge Analytica devait répondre devant un tribunal britannique d'une accusation de violation de la loi britannique sur la protection des données. La justice reprochait à SCL Elections d'avoir délibérément omis de se conformer à une mise en demeure émise par un citoyen, lui-même soutenu par le régulateur local de la protection des données (ICO). Le journal The Guardian rapporte que la société a plaidé coupable, et en conséquence, le tribunal de Hendon, dans le nord de Londres, l'a condamnée à une amende de 15 000 livres (environ 16 600 euros). Clubic.com vous retrace l'historique de cette affaire.

Un professeur américain a voulu en savoir plus sur le traitement des données collectées

L'infraction à la loi britannique sur les données provient d'une demande initiale déposée en janvier 2017 par le professeur américain David Carroll qui, avant même que le scandale Facebook des informations ponctionnées auprès de 50 millions de profils sans aucun consentement n'éclate, avait demandé une copie des données récoltées par la société à son sujet.

SCL s'était, dans un premier temps, exécuté en lui fournissant, en mars 2017, un document comportant certaines de ses informations personnelles, comme des prédictions basées sur ses intérêts. Mais lorsque le chercheur américain a demandé davantage de précisions sur la manière dont les prédictions ont été réalisées, le silence s'est imposé. Alors, il a décidé de porter l'affaire devant le gendarme britannique des données.

Malgré l'ICO, SCL n'a pas bougé

Une fois la demande du professeur Carroll accueillie, l'ICO a immédiatement demandé à SCL Elections, nous étions le 4 mai 2018, d'accéder à la requête du plaignant dans un délai de 30 jours. Sous prétexte que le demandeur ne jouissait pas de la nationalité britannique, sa requête fut rejetée.

Le montant de l'amende est faible, certes, mais il suffit à entretenir l'image d'entreprise sulfureuse collée à SCL Elections et sa filiale, Cambridge Analytica. Surtout, cette condamnation marque une première étape dans le processus de responsabilisation de l'entreprise vis-à-vis des violations de vie privée reprochées.

Une condamnation qui fait écho à celle de Facebook en octobre 2018

Elizabeth Denham, Commissaire à l'information, a rappelé que « Les organisations qui traitent des données personnelles doivent respecter les droits légaux des personnes ». Aussi, elle prévient : « Si cela ne se produit pas et si les entreprises ne se conforment pas aux avis de l'ICO, nous prendrons des mesures ».

En octobre 2018, l'ICO a infligé une amende de 500 000 livres (562 000 euros) à Facebook pour avoir partagé les données collectées de dizaines de millions d'abonnés du réseau social à des sociétés comme SCL, maison mère de Cambridge Analytica, ce qui avait constitué une grave violation de la loi sur la protection des données.

2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top