Nvidia : vers des GPU à la demande et dans le cloud

09 août 2011 à 13h22
0
L'heure est plus que jamais à la virtualisation dans le secteur de l'entreprise, et le GPU ne fera bientôt plus exception. Nvidia a effectivement profité du Siggraph 2011, un salon dédié se tenant ces jours-ci à Vancouver (Canada), pour présenter deux projets qui vont dans ce sens.

0140000001776950-photo-nvidia-tesla-personal-supercomputer.jpg

Le dernier cheval de bataille de Nvidia est le GPGPU, qui consiste à confier à (l'architecture d')une carte graphique des calculs traditionnellement assurés par un CPU, et par-dessus le marché le multi-GPU. Le « project Maximus » et le « project Monterey » ont tous deux vocation à généraliser ces approches.

Avec le projet « Maximus », l'idée est de se contenter d'un modeste GPU « Quadro » pour la prise en charge de l'affichage de chacune des stations de travail, et de confier les calculs intensifs à un système « Tesla » centralisé, embarquant pour sa part une multitude de GPU, partagée par plusieurs clients avec une répartition des charges (load-balancing). De quoi réaliser des économies d'échelle en optimisant le temps de calcul disponible.

Le projet « Monterey » transpose quant à lui celui susmentionné dans le cloud. La technologie « Nvidia Quadro Virtual Graphics » a pour objectif d'offrir des performances graphiques importantes à des machines virtuelles, au travers d'un serveur embarquant des GPU « Quadro » et un logiciel de virtualisation. Un ordinateur portable conventionnel ou même une tablette bénéficieraient ainsi d'une carte graphique puissante au travers d'un réseau local ou d'Internet.

Des éditeurs de logiciel (Adobe et Autodesk) et des fabricants d'ordinateurs (HP) sont déjà sur le pied de guerre pour commercialiser des solutions compatibles à partir de l'automne.

01E0000004490000-photo-nvidia-projets-maximus-et-monterey.jpg
Crédit : Engadget.com

Romain Heuillard

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma no...

Lire d'autres articles

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma nouvelle passion pour l'informatique. Depuis je me suis aussi passionné pour l'imagerie en général et pour la photo en particulier, mais je reste fan de sujets aussi obscurs que les procédés de fabrication de composants électroniques ou les microarchitectures de processeurs, que l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis enfin foncièrement anti-DRM et pro-standards ouverts.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page