Ericsson reste dans le vert sur le réseau mais le profit plonge

24 avril 2013 à 17h52
0
Ericsson s'en sort mieux que son concurrent européen, Nokia Siemens Networks, sur les équipements réseaux au premier trimestre, où il progresse de 2%, mais laisse s'échapper ses profits de 86% sur un an.

00F0000005483695-photo-ericsson-logo.jpg
La reprise est timide pour Ericsson. Au premier trimestre, l'équipementier télécoms suédois a amélioré son chiffre d'affaires de 2% comparé à l'année dernière, soit 6 milliards d'euros (52 milliards de couronnes suédoises). Un résultat qu'il obtient en partie grâce à sa branche réseaux, qui représente la moitié de son activité. Cette division a progressé de 3% sur la période, à 3,3 milliards d'euros.

Ericsson a réussi à progresser sensiblement sur les équipements réseaux en Amérique du Nord, son premier marché, où il a amélioré son chiffre d'affaires de 23%, à 1,8 milliard d'euros. L'équipementier a également crû de 22% en Asie du Nord-Est, alors qu'il a chuté de 34% en Asie du Sud-Est, en raison d'un ralentissement des investissements de la Corée du Sud et de la Chine en matière de réseaux GSM et 3G. Sur la même période, le concurrent Nokia Siemens Networks a vu son activité reculer de 5% au global.

La sortie de ST-Ericsson pèsera

Ces résultats contrastés et les charges liées à sa restructuration - Ericsson a supprimé 1 550 postes fin 2012 -, ont affecté la profitabilité. Le bénéfice net a ainsi chuté de 86% en un an, à 140 millions d'euros. Rappelons que le suédois a récupéré près de 900 millions d'euros de la cession de ses 50% détenus dans Sony Ericsson. Aussi, la rentabilité du groupe est affectée par un ralentissement de l'activité réseaux et un tassement des marges.

Il faudra ajouter à cela les charges liées au désengagement de son autre co-entreprise, ST-Ericsson, détenue à parts égales avec le fabricant de puces STMicroelectronics, et dédiée aux semi-conducteurs pour mobiles. Fin 2012, la société évaluait cette opération à plus de 900 millions d'euros. Le suédois récupérera les unités dédiées à la conception, au développement et à la vente des puces liées au modem multimode LTE.

Afin d'étendre son portefeuille, Ericsson a dans le même temps procédé à l'acquisition de Mediaroom, la branche IPTV de Microsoft. Un marché dont il espère profiter du dynamisme, notamment en Europe. Pour le prochain trimestre, la société ne fournit pas de prévisions, mais dit rester optimiste malgré la conjoncture.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Télévision connectée: la Commission européenne veut y voir plus clair
Stockage : EMC publie de bons résultats au premier trimestre
Solocal affecté par la pub, se renforce encore sur Internet
Universal remporte un procès d'importance face à Grooveshark
Infos US de la nuit : nouveauté Amazon, la fin du Flash, les dépenses de Netflix
IP Tracking : l'eurodéputée Françoise Castex demande la position de la Cnil
Insolite : Coca Cola s'offre 61 noms de domaine pour une pub
Huawei ne serait plus intéressé par le marché américain
Apple lance le dédommagement des victimes de l'antennagate
LG grevé par ses téléviseurs, explose sur les smartphones
Haut de page