ST-Ericsson : le retrait de ST va coûter très cher à Ericsson

Par Thomas Pontiroli
le 20 décembre 2012 à 13h34
0
Le fabricant d'équipements télécoms Ericsson passera une charge de 923 millions d'euros au quatrième trimestre 2012, suite au désengagement de STMicroelectronics de la coentreprise ST-Ericsson. En outre, le suédois ne souhaite pas racheter la part de ST, ce qui compromet l'avenir de la joint venture.

00DC000005483695-photo-ericsson-logo.jpg
Dix jours après que STMicroelectronics a annoncé se désengager de la coentreprise, ST-Ericsson, qu'il détenait pour moitié avec Ericsson, ce dernier indique jeudi dans un communiqué que l'opération lui coûtera quelque 8 milliards de couronnes suédoises, soit 923 millions d'euros. Ils seront provisionnés dans ses comptes du quatrième trimestre. De quoi augurer une fin d'année difficile, alors que le groupe avait déjà vu ses profits chuter de 42% de juillet à septembre.

« Cette charge inclut la dépréciations des actifs afin de refléter la meilleure estimation actuelle de la part d'Ericsson dans la valeur de la coentreprise, ainsi que les frais supplémentaires liés aux options stratégiques pour l'avenir de l'actif de ST-Ericsson », a expliqué la société. Notons que la séparation des deux entités sera effective après une période de transition qui s'étalera jusqu'au troisième trimestre 2013.

Ericsson ne veut pas reprendre les parts de ST

Cette charge exceptionnelle achèvera une année synonyme de bérézina sur le secteur des mobiles pour le groupe suédois. En début d'année, Ericsson annonçait la fin de son autre coentreprise, avec Sony, en proie à une dégringolade des ventes de téléphones mobiles : elles ont chuté de 42% au dernier trimestre. Ericsson a également souffert sur les équipements télécoms, son cœur de métier, en raison du ralentissement des investissements des opérateurs.

Enfin, l'échec de la coentreprise ST-Ericsson, spécialisée dans la fabrication de puces électroniques pour téléphones mobiles, qui a supprimé 30% de ses effectifs en avril dernier, a terminé de sanctionner le suédois sur le secteur. Ericsson a en outre annoncé qu'il n'avait pas l'intention de reprendre les 50% détenus par STMicroelectronics. Ce qui rend l'avenir de ST-Ericsson incertain

Pour 2013, Ericsson indique que sa priorité, désormais, « est de réussir l'introduction sur le marché des nouveaux modems LTE », au sujet desquels le groupe, numéro un mondial des équipements télécoms, se dit confiant et ne doute pas de sa compétitivité.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
IT business
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Microsoft brevète un stylet transformable en oreillette
Apple : de nouveaux MacBook (Air, Pro...) d'ici la fin d'année
Volkswagen investit 900 millions d'euros pour la production de batteries, avec Northvolt AB
Déjà un million de Honor 20 écoulés... rien qu'en Chine
Adobe : un prototype d'IA capable de détecter les visages photoshopés
L'app Google pour Android s'essaie au mode sombre
Google explique sa politique d'extensions en réponse à la colère des bloqueurs de pub
Le cloud gaming pourrait doubler la consommation électrique d'un joueur
Conquête spatiale : l'activité solaire des 10 prochaines années favorable à l'exploration
Elon Musk présente les nouvelles tuiles solaires de toit Tesla au prix sacrifié
scroll top