Test Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 : une puissance qui tient sur la durée

David Nogueira
Spécialiste automobile
14 mars 2021 à 18h36
5
Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
La Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 - D. Nogueira pour Clubic

Si elle n'évolue pas beaucoup esthétiquement au fil du temps, la célèbre gamme des Mi Electric Scooter de Xiaomi s'est étoffée d'une version Pro 2. À la bonne heure ! Celle-ci est plus polyvalente que les précédentes trottinettes électriques de la marque. Mais la recette commence à manquer d'innovation… et de surprise.

Test Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2
  • La performance maintenue sur toute l'autonomie
  • Le rapport qualité/prix
  • L'application mobile
  • Le frein à disque
  • Le KERS réglable
  • Pas de suspension
  • Afficheur minimaliste
  • L'encombrement une fois pliée

Sur le marché des trottinettes électriques la Mi Scooter Electric Pro 2 n'est pas une nouveauté de toute fraîcheur, mais elle reste le produit le plus « haut de gamme » chez Xiaomi. Nous avions testé la Mi Electric Scooter Essential et, un confinement plus tard et une météo plus douce de retour, nous avons décidé de tester celle qui pourrait bien désormais vous intéresser pour profiter de quelques balades cheveux au vent.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 : les caractéristiques techniques

Cette version Pro 2 se distingue surtout par son moteur 300 watts (600 watts en crête), sa vitesse maximale de 25 km/h et une autonomie annoncée à 45 km. Attention toutefois : il s'agit d'une donnée communiquée par Xiaomi prenant en compte un utilisateur de 75 kg, sous une température de 25 °C et une vitesse constante de 15 km/h. Vous verrez dans notre test que nous n'obtenons pas les mêmes les résultats avec 10 kg de plus et une gâchette de gaz vissée sur (quasiment) l'intégralité de notre boucle de test.


  • Puissance du moteur : 300 W nominale / 600 watts max
  • Roues : 8,5 pouces gonflables
  • Vitesse maximale : 25 km/h
  • Autonomie annoncée : jusqu'à 45 km
  • Affichage écran LCD : Oui, textuel couleur
  • Type de freins : à disque à l'arrière, régénératif réglable à l'avant
  • Suspensions : aucune
  • Angle d'ascension max annoncé : 20%
  • Batterie lithium-Ion : 37 volts - 446 Wh
  • Capacité : 12400 mAh
  • Adaptateur secteur : 71 Watts - 1,7 A (2A Max)
  • Temps de charge : environ 8 heures
  • Dimensions dépliée : 113 x 118 x 43 cm
  • Dimensions pliée : 113 x 49 x 43 cm
  • Poids : 14,2 kg
  • Poids max supporté : 100 kg environ
  • Accessoires fournis : clé hexagonale, manuel d'utilisation, chargeur secteur, un pneu, un adaptateur de buse allongé, un cadenas à code
  • Prix : 499 euros
Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © Xiaomi

Design et conception : pas de changement !

Dans l'ensemble, le test de cette version Pro 2 pourrait être rapidement résumé aux principales différences avec le modèle Essentiel. Esthétiquement, il y en a très peu, et rien de très significatif. Si vous connaissez bien cette gamme, vous pouvez passer au chapitre suivant.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
Peu de changements esthétiques pour la Pro 2 - D. Nogueira pour Clubic

Le premier signe distinctif qui accompagne cette version Pro 2, c'est ce cerclage rouge sur la roue avant, qui intègre le moteur. Les deux roues sont toujours montées de pneus gonflables de 8,5 pouces. On apprécie la petite attention de Xiaomi qui livre une rallonge avec un embout assez fin pour le visser facilement sur la valve de la roue avant. A l'arrière, pas de sujet : la roue n'est pas pleine et la valve parfaitement accessible.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
Le Xiaomi Mi Portable Electric Air Pump est vraiment très pratique - D. Nogueira

Du coup, nous avons profité de cette occasion pour utiliser le Mi Portable Electric Air Pump, ce petit compresseur monté sur batterie commercialisé par Xiaomi à 50 euros. Ce produit permet de gonfler les pneus de vélos, voitures, trottinettes, etc. Son afficheur et ses quelques boutons permettent d'indiquer la pression cible (PSI ou BAR), puis l'électronique se charge du reste.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
Le frein à disque reste un atout de taille pour les situations d'urgence - D. Nogueira pour Clubic

Pas de changement non plus à l'arrière, en tout cas pas depuis le modèle Essential. On retrouve les catadioptres désormais obligatoires, ainsi qu'une pate métallique qui change tout par rapport aux anciennes versions de la trottinette.

En effet, le garde-boue était l'une des faiblesses connues de ces engins, puisque de nombreux utilisateurs étaient tentés de l'utiliser pour freiner en l'écrasant du pied contre la roue arrière. Un réflexe de gosse…. et une bien mauvaise idée. À la longue s'ensuivait de la casse, soit du garde-boue lui-même, soit du côté des fils qui alimentent l'éclairage arrière qui finissaient par se sectionner.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
L'éclairage à l'arrière se révèle assez puissant dès la nuit tombée - D. Nogueira pour Clubic

Le problème est désormais résolu, ou en tout cas les risques semblent plus limités. L'autre bonne nouvelle, c'est que cette « attache » supplémentaire maintient le garde-boue en place et limite les bruits de vibrations sur une chaussée dégradée ou lorsqu'on roule sur des pavés.

On regrette le peu d'informations présentées par le compteur : niveau de la batterie, vitesse et choix du mode. Un peu trop minimaliste. Un compteur kilométrique aurait été vraiment apprécié.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic
Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira

Le bouton unique répond toujours aussi bien. Il reste très simple de choisir son mode de conduite (piéton 5 km/h, standard 20 km/h et sport 25 km/h) ou d'allumer les feux.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Enfin, le mécanisme de pliage reste le même. Là encore, sachant que c'est une partie de la sonnette qui permet de fixer le guidon de la trottinette au garde-boue pour ensuite porter le tout à bout de bras, on se dit que renfort métallique évoqué plus tôt est vraiment le bienvenu.

Heureusement, cette trottinette n'est finalement pas trop lourde. Avec 14,2 kg elle peut même être portée assez facilement le temps de gravir quelques marches. En revanche, elle reste toujours aussi encombrante une fois pliée.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
Nous ne sommes toujours pas fans de ce mécanisme d'accroche - D. Nogueira pour Clubic

Sur la route, assurément plus volontaire

Dans cette version Pro 2, l'EDPM de Xiaomi reste bridée à 25 km/h… ou presque. En effet, sur le plat nous roulons à vitesse constante plutôt aux alentours des 22 et 23 km/h. On s'ennuie déjà tellement à 25 km/h que nous aurions préféré que l'électronique autorise plutôt le 25 à 27 km/h (ce qui n'aurait pas été un vrai drame au regard de la législation compte tenu des marges de tolérance) plutôt qu'une allure encore réduite.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira

Dans cette version, le moteur situé dans la roue avant nous semble plus silencieux que celui des autres modèles Xiaomi testés.

Le couple au démarrage est intéressant, et l'allonge permet d'atteindre la vitesse maximale finalement assez rapidement sur le plat.

Mais le plus agréable des constats, c'est que le contrôleur électronique (BMS), ainsi que la puissance de cette batterie 37 Volts - 446 Wh permettent à cette Pro 2 de tenir l'allure, y compris sur les dénivelés positifs. Naturellement, cela dépend de votre poids et de l'importance de la pente à gravir, mais sur notre parcours de référence, elle s'en sort honorablement.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira

Malgré notre poids de 85 kg, la Mi Electric Scooter Pro 2 a tenu bon, y compris sur les longues montées (certes légères), talonnant de très près les performances d'un modèle 600 watts par exemple… sauf à l'accélération. Ne vous faites pas d'illusion : une Kingsong N8 , qui reste une référence pour nous notamment en raison de son équipement, fait mieux.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
graph de vitesse mesuré à l'aide de notre smartphone - D. Nogueira pour Clubic

Le graphique ci-dessus illustre la vitesse sur l'intégralité de notre parcours d'environ 20 km. Il s'agit de notre boucle de test au terme de laquelle la Pro 2 indiquait un niveau faible de batterie. Le voyant rouge clignotait et les accélérations étaient plus poussives. Sur le plat, toutefois, l'allure était maintenue à 20 km/h…. pas si mal ! Au point de parking, l'application nous indique un niveau de charge restant de 15 %, mais compte tenu de la précision très aléatoire de l'afficheur, nous avons préféré nous éviter la pénible séance de poussette.

Au final, nous estimons l'autonomie à environ 25 km, ce qui la place parmi les bonnes élèves. D'autant que la météo était assez fraiche ce jour-là, ce qui devrait permettre de tabler sur 30 km par une météo plus douce. Une fois à plat, il nous a fallu un peu moins de 6 heures pour refaire le plein. C'est étonnant, Xiaomi annonce entre 8 heures et 9 heures !

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
Graph de dénivelé - D. Nogueira pour Clubic

Ci-dessus, le graphique de dénivelé permet de constater que, même sur la fin du parcours, alors que la batterie était déchargée de plus de 75 %, l'allure est maintenue au-delà des 22 km/h alors que le profil de route grimpe en permanence.

Afin d'optimiser au maximum l'endurance de l'engin, nous avons calibré le frein moteur au plus fort via l'application mobile. Un frein magnétique dont on sent bien l'efficacité et qui permet même, dans bien des situations de décélération, de le laisser faire plutôt que d'user des plaquettes. En revanche, on doute sérieusement de son intérêt sur la récupération d'énergie.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira
Des amortisseurs seraient les bienvenus - D. Nogueira pour Clubic

Enfin, au chapitre des petites améliorations notables, ajoutons que sur cette version Pro 2, les 5 cm de plus en longueur semble profiter à l'espace pour les pieds sur le deck. En tout cas, notre pointure 43 n'a pas été trop incommodée, mais pas franchement choyée pour autant.

Non seulement parce que le deck est assez étroit et quelque peu contraignant pour ses appuis, mais aussi et surtout parce qu'on ne trouve pas le moindre amortisseur sur cette trottinette électrique. Après 20 km de routes, des fourmillements se font sentir dans les pieds.

En revanche, le fait qu'elle soit étroite, notamment au niveau du guidon avec seulement 43 cm de largeur, en fait un modèle très agile. Certains pourraient lui reprocher un manque de stabilité sur les longues lignes droites.

Application Xiaomi : diagnostics et mises à jour

La liaison Bluetooth qui permet de connecter cette trottinette à un mobile via l'application Xiaomi reste l'un des points forts indiscutables du produit. Outre les quelques options disponibles pour ajuster le frein moteur (KERS), l'éclairage, ou encore le choix d'activer ou non le régulateur de vitesse, cette application permet surtout de verrouiller la trottinette électroniquement et de s'assurer du bon état de santé de la batterie.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira

Xiaomi affiche d'ailleurs clairement une promesse sur son site : la batterie conserverait une efficacité supérieure à 70 % même après 500 cycles de charge. Vous nous direz, à raison d'une charge tous les jours ou presque, c'est peu ! D'où l'intérêt, là encore, de cette application qui peut être rassurante.

Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 © David Nogueira

Enfin, cette application est aussi le moyen de mettre à jour la trottinette, ou encore l'occasion de se voir remettre quelques pense-bêtes - comme ce message qui nous invite à vérifier la pression des pneus. Il faut dire que Xiaomi a tellement essuyé de critiques sur les crevaisons qu'il préfère maintenant rappeler la règle de base. A noter aussi que, depuis, la qualité des pneumatiques s'est un peu améliorée.

Test Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2

8

La trottinette Mi Electric Scooter Pro 2 est assurément la trottinette le plus polyvalente au catalogue de Xiaomi. Esthétiquement, elle ne se distingue pas franchement des modèles plus abordables, mais côté motorisation et endurance, c'est bien mieux ! Dommage qu'elle soit encore si raide sous les pieds. A quand des amortisseurs et, surtout, une réelle mise à jour côté conception ? La politique du face-lift ça va bien un temps… non ?

Les plus

  • La performance maintenue sur toute l'autonomie
  • Le rapport qualité/prix
  • L'application mobile
  • Le frein à disque
  • Le KERS réglable

Les moins

  • Pas de suspension
  • Afficheur minimaliste
  • L'encombrement une fois pliée

Qualité de fabrication 8

Puissance 8

Autonomie 8

Confort de conduite 7

Portabilité 8

Modifié le 14/03/2021 à 19h28
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
3
Berk-124
Un oubli majeur dans l’article : cette trottinette fait 300 W de puissance nominale et ça a des conséquences.<br /> Au delà de 250W et/ou sans le besoin de la lancer avant d’utiliser le moteur, vous rentrer dans la catégorie des véhicules à moteur et non plus à assistance électrique. Pour être au guidon il faut donc, un BSR, ou un permis moto, ou un permis B plus les 8 heures de formation. Mais ce n’est pas tout il faut aussi la faire immatriculer et avoir une assurance.<br /> Au guidon de cette trottinette vous n’êtes pas couvert par votre assurance responsabilité civil des contrats habitation. Si vous renversez quelqu’un ça sera à votre compte en banque de l’indemniser.
PierreKaiL
SI c’est vrai alors effectivement c’est un sacré oubli, je n’étais pas au courant perso.
Berk-124
Ca devient précisément un cyclomoteur.<br /> Comme pour les vélo électrique «&nbsp;rapide&nbsp;»<br /> extrait du site cyclable<br /> «&nbsp;La directive 2002/24/CE du parlement européen et du conseil du 18 mars 2002 relative à la réception des véhicules à moteur à deux ou trois roues (abrogeant la directive 92/61/CEE) dit qu’un VAE doit notamment respecter les caractéristiques suivantes : Assistance uniquement lorsque le cycliste pédale ; L’assistance se coupe au-dessus de 25 km/h (avec une tolérance de 10%, donc 25 + 2.5 = 27.5Km/h); Moteur d’une puissance inférieure à 250 Watts&nbsp;»
PierreKaiL
Berk-124:<br /> Assistance uniquement lorsque le cycliste pédale<br /> ? cela s’applique pour une trottinette ?
David_Nogueira
Bonjour. Absolument pas, c’est faux et donc absolument pas un oubli.<br /> Ce que vous évoquez s’applique aux VAE. Par exemple le moteur d’un vélo à assistance électrique ne pourra dépasser 250 watts et une vitesse d’assistance maximale de 25 km/h. Au-delà, il entre en effet dans la catégorie des cyclomoteurs, d’où son nom de speed-bike avec tout ce qui va avec : immatriculation, port d’un casque spécifique, interdiction de circuler sur les pistes cyclables, etc. En contrepartie, la vitesse d’assistance maximale peut atteindre les 45 km/h.<br /> Dans le cas de la trottinette électrique, c’est le bridage à 25 km/h, les catadioptres, le port d’un vêtement de visibilité de nuit, etc. qui sont à respecter pour circuler, ainsi que les restrictions de circulation en fonction des villes, etc.<br /> Aucun BSR n’est nécessaire, la pratique d’une trottinette électrique est d’ailleurs légale à partir de 12 ans. En revanche il est interdit de circuler à 2 sur une trottinette électrique et l’assurance est obligatoire puisqu’il s’agit en effet d’un EDPM soumis à un cadre législatif.<br /> Voilà.<br /> Bonne lecture à tous sur Clubic<br /> David
PierreKaiL
Merci pour la rectification, je trouvais ça étrange
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

NW Groupe inaugure une borne de recharge ultrarapide connectée… sur une batterie géante
Voiture électrique : Stellantis promet la création de 15 000 bornes de recharge en Europe d'ici à 2025
Hertz aurait fait une énorme commande de Tesla... pour quelque 4,2 milliards de dollars
Full Self Driving : Tesla stoppe la bêta de son mode autonome en raison de problèmes logiciels
Ducati ne fait pas dans l'électrique MAIS va fournir les courses MotoE dès 2023
Une voiture volante à moins de 160 000$ ? Le constructeur Xpeng l'annonce pour 2024
Le véhicule solaire d'Aptera passe en bêta avant la livraison prévue pour 2022
Cybertruck : Tesla tente de rassurer et promet de nouveaux prototypes bientôt
Au troisième trimestre, les voitures hybrides se sont plus vendues que les diesel
Que va-t-on faire de toutes ces batteries ? Le secteur auto face au challenge du recyclage d'ici à 2030
Haut de page