Test Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon : le mini-PC d'Intel est une superbe machine de jeu

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
01 mars 2022 à 17h59
17
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Intel
© Intel

Séduisant à plus d’un titre, le concept de NUC lancé par Intel se dote aujourd’hui d’un nouveau fer-de-lance. Une bête de course dopée par un processeur Alder Lake et capable d’emporter de puissantes cartes graphiques malgré un volume particulièrement réduit. Le NUC 12 Extreme Dragon Canyon a fait un petit tour sur notre banc de test.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon
  • Compacité remarquable
  • Performances intéressantes
  • Meilleur que le Beast Canyon
  • Jolies évolutions possibles
  • Design réussi, accès aisé
  • Connectique USB abondante
  • 2 ports RJ45 dont un 10 GbE
  • Chauffe CPU (Core i9)
  • Coût important
  • Carte graphique double-slot

Baptisés NUC pour Next Unit of Computing, les mini-PC à la sauce Intel constituent à l’origine une réponse au Mac Mini d’Apple. Aujourd’hui, ils existent en de très nombreuses variantes et peuvent évoluer nettement à chaque nouvelle génération.

La sortie des processeurs Alder Lake est l’occasion pour Intel de revoir le très haut de gamme de sa solution : nous avons en effet reçu un modèle doté d’un processeur i9-12900… mais se pose la question d’intégrer un tel composant à une structure d'un volume d’à peine 8 litres.

Fiche technique de l’Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon

  • Processeur : Intel Core i9-12900 (8P+8E cœurs / 24 threads) ou Core i7-12700 (8P+4E cœurs / 20 threads)
  • Carte graphique : emplacement PCI Express 5.0 x16 (jusqu’à 30,5 cm de long), Intel UHD Graphics 770
  • Mémoire vive : 2x SODIMM DDR4-3200 MHz, 1,2 V, 64 Go max
  • Stockage interne : 1x SSD 2280 NVMe et 2x SSD 2242/2280 NVMe ou SATA3
  • Connectique : 1x HDMI 2.0b, 3x Thunderbolt 4 (USB-C), 7x USB-A 3.1 Gen 2
  • Réseau : 1x RJ45 10 GbE, 1x RJ45 2,5 GbE, Wi-Fi 6E AX211, Bluetooth 5.2
  • Dimensions : 357 x 189 x 120 mm
  • Coloris : Noir, châssis en aluminium
  • Prix et disponibilité : bientôt disponible, environ 1 400 € (i7) ou 1 600 € (i9)
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Intel

Boîtier compact, conception astucieuse

Les habitués des solutions NUC l’auront remarqué d’emblée en jetant un coup d’œil à nos premières photos, le Dragon Canyon n’est pas totalement « nouveau ». Le design de son boîtier est la copie presque conforme de ce qu’Intel avait proposé avec les Beat Canyon lancés au cours du troisième trimestre 2021. Ils étaient basés sur la 11e génération de processeurs Intel, lequel s’est sans doute dit qu’il était préférable de vite passer sur Alder Lake afin de profiter de l’engouement autour de son architecture.

Relativement profond, le boîtier servant de base à Dragon Canyon mesure effectivement un tout petit peu plus de 35 centimètres. En revanche, son volume total de seulement 8 litres lui assure une belle compacité quoique, nous l’avons dit, bien inférieure à celle des premiers NUC Intel. L’ensemble du boîtier adopte une robe uniformément noire avec quelques LED sous le boîtier pour lui donner un côté un moderne et la présence d’un logo crâne illuminé sur la face avant du NUC. Question de goûts, nous ne sommes pas fans de ce logo peu réjouissant, mais désactivable.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
L'ouverture du NUC commence par le retrait d'un coffre de plastique sur l'arrière © Nerces

Les experts du refroidissement auront noté que les parois sont entièrement « grillagées ». L’idée est de maximiser la ventilation : la partie gauche sert à rafraîchir la carte graphique et la partie droite est dévolue au processeur. Sur l’avant du NUC, on repère un discret bouton de mise sous tension, 1x lecteur de cartes SD, 1x prise jack audio, 1x USB-A et 1x USB-C 3.2 Gen 2. Sur l’arrière, les choses sont impressionnantes avec 1x HDMI 2.0b pour l’iGPU, 6x USB-A 3.2 Gen 2, 2x Thunderbolt 4 et 2x RJ45, le premier en 2,5 GbE et le second, carrément, en 10 GbE.

La vidéo que nous présentons plus bas permet de se faire une bonne idée du concept inhérent à Dragon Canyon, mais aussi de voir comme l’ouverture et le montage du PC sont finalement assez simples. Il convient juste d’être ordonné et plutôt prudent afin d’éviter les bourdes. En premier lieu, on retire la pièce plastique qui décore l’arrière de la bête ce qui permet de faire coulisser les deux parois, le plus simplement du monde. À partir de là, il est possible de soulever le système de triple ventilateur pour débloquer l’accès aux composants « internes ».

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Ingénieux système pour faire basculer la solution de refroidissement et atteindre le cœur du NUC © Nerces

Un équipement impressionnant

Contrairement à la plupart des PC, le fond du boîtier est occupé par une carte, en l’occurrence un fond de panier sur lequel on repère le port PCIe Gen 5 x16 conçu pour la carte graphique, mais aussi un autre port prévu, lui, pour ce qu’Intel baptise le Compute Element. C’est ce qui dernier qui fait véritablement office de carte mère bien qu’il ne puisse être appelé ainsi du fait de l’absence de port PCIe ou de connecteur d’alimentation, des points donc gérés par le fond de panier.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

À base de chambre à vapeur, le refroidissement est bien pensé, mais encore un peu léger pour le Core i9 © Nerces

Le Compute Element, Intel prévoit de le commercialiser séparément, mais pour notre test, il était non seulement déjà en place, mais surtout déjà équipé du fameux Core i9-12900. Il s’agit de la version « basique » du CPU et non du modèle ‘K’ que nous avions testé en novembre dernier. Un changement qui implique quelques sacrifices et, notamment, une réduction de la consommation maximale du CPU. De fait, on ne pourra atteindre les mêmes fréquences qu’en novembre, mais le dégagement de chaleur devrait aussi être plus mesuré, il en aura besoin.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Intel
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Intel

Le Compute Element s'enfiche sur le fond de panier du NUC : il n'a pas à être retiré pour monter la bête © Intel

Le Core i9-12900 est accompagné d’un système de refroidissement à base de chambre à vapeur et doit évacuer la chaleur en la faisant circuler jusqu’aux trois ventilateurs évoqués précédemment. Nous verrons si la chose est efficace. À côté du CPU, on trouve deux emplacements SODIMM afin d’éviter de prendre trop de place : ils acceptent des barrettes de 32 Go maximum, mais on se contente ici de DDR4-3200, la DDR5 n’a pas le droit de citer. Enfin, c’est aussi à ce niveau que se trouve le cœur du stockage du NUC.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

L'espace de la carte graphique est compté et faire passer les câbles d'alimentation demande un petit effort © Nerces

Intel a prévu à cet effet deux emplacements 2242 / 2280 pour des SSD M.2 en NVMe ou en SATA3 au choix de l’utilisateur. Ils sont directement intégrés au système de refroidissement du CPU ce qui n’est pas le cas du troisième emplacement. Celui-ci est au dos du Compute Element. Il est géré par le CPU quand les deux autres sont confiés au PCH. Cela dit, cela ne change rien à la norme maximale prise en compte, le PCIe Gen 4. Ce troisième SSD accepte des modèles 2280 en M.2 NVMe. Des options de RAID 0 et de RAID 1 sont prévues, mais pas de RAID 5.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Désactivable, le système d'éclairage du NUC n'est pas forcément du meilleur goût, surtout en façade © Nerces

Nous l'avons dit, pour accéder au Compute Element, il faut retirer une sorte de coque en plastique. Après avoir remis la pièce, on peut intégrer une carte graphique et opter pour un modèle jusqu’à 30,5 cm de long. Plusieurs points de vigilance toutefois : l’alimentation intégrée par Intel n’est « que » de 650 Watts et la carte doit occuper un strict maximum de deux slots PCIe pour que l’on puisse refermer le boîtier. De plus, l’accès aux prises d’alimentation n’est pas évident alors moins la carte graphique en aura besoin, mieux ce sera.

Des performances de premier plan

S’il n’est pas complexe, le montage du Dragon Canyon nécessite tout de même un peu d’organisation, mais la vidéo d’Intel permet de suivre les choses sans (trop de) difficultés. Histoire d’aboutir à quelque chose en rapport avec la communication d’Intel, nous avons « musclé le jeu » de notre Dragon Canyon de test. Voici le détail de notre configuration :

  • Processeur : Intel Core i9-12900
  • Carte mère : Intel Compute Element
  • Mémoire : G.Skill Ripjaws DDR4 SO-DIMM F4-3200C18D (2x 16 Go)
  • SSD : Western Digital WD_Black SN850
  • Carte graphique : NVIDIA GeForce RTX 2070 Super Founder's Edition

Bien sûr, comme à chaque test de processeur ou de carte graphique, nous avons utilisé un environnement logiciel à jour que ce soit pour les pilotes de chipset ou de carte graphique par exemple. Enfin, nous avons utilisé Windows 11 dans sa dernière version avec toutes les mises à jour publiées en date de cet article.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Le BIOS du NUC est bien organisé, très clair… © Nerces

Au premier démarrage de la machine, petit tour logique du côté du BIOS. Vous excuserez la qualité discutable de nos clichés, mais – étrangement – Intel n’a aucune fonction pour réaliser des captures des écrans de son BIOS. Ce dernier est très clair, plutôt bien organisé, mais on sent que l’objectif n’est pas de satisfaire les utilisateurs experts : de nombreuses fonctions d’optimisation ne sont pas au rendez-vous. Rien que de très normal pour un NUC.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

… mais, logiquement, limité dans ses options d'optimisation © Nerces

L’objectif de cet article n’est évidemment pas de trop s’attarder sur le Core i9-12900, un processeur que nous connaissons déjà bien, ni de vérifier le bon comportement de notre « vieillissante » GeForce RTX 2070 Super. Nous avons donc limité nos mesures de performances à quelques benchmarks assez symboliques.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Performances observées sur AIDA64 © Nerces

En premier lieu, nous avons étudié le sous-système mémoire avec AIDA64. Alors qu’Alder Lake est aussi compatible DDR5, Intel a opté pour de la DDR4. Si les débits sont conformes à ce que l’on peut attendre, la latence a d’abord été catastrophique (110,2 ns) avec les réglages « auto » du BIOS. En activant les profils XMP, celle-ci baisse à 85 ns. Un résultat malgré tout faible pour de la DDR4.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Performances observées sur Cinebench R20 © Nerces

De manière logique, nous avons ensuite regardé de plus près le Core i9-12900 qui équipe le Dragon Canyon avec CineBench R20. Les résultats sont ici un peu décevants et avec 698 / 7 244 points en single thread / multi thread, le NUC est distancé par le Core i7-12700K. La faute à un échauffement très net du CPU qui l’empêche de s’exprimer à son plein potentiel. Nous y reviendrons.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Performances observées sur PCMark 10 © Nerces

Moins tributaire du processeur, mais handicapé par notre « petite » GeForce RTX 2070 Super, le résultat sous PCMark n’est pas surprenant. Les 8 017 points obtenus au global permettent d’exploiter sereinement la machine. Rappelons que PCMark simule un usage « classique » du PC en mêlant diverses activités (bureautique, visioconférence, édition photo / vidéo, navigation Web…).

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Performances observées sur 3DMark, à gauche en 1 440p et, à droite, en 1 080p © Nerces

Nous avons embrayé avec quelques tests graphiques afin de voir ce que le Dragon Canyon équipé d’une RTX 2070 Super pouvait nous offrir. Bien sûr, c’est 3DMark qui a ouvert le bal avec des résultats conformes à ce que l’on peut espérer d’une telle carte graphique. Nous avons choisi de ne pas mener de tests en 2 160p, une définition hors de portée du GPU.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Performances observées sur Unigine Superposition, à gauche en 1 440p et, à droite, en 1 080p © Nerces

Notre second outil de mesure, Unigine Superposition, vient confirmer les résultats obtenus sur 3DMark. Il n’est pas question de révolutionner quoi que ce soit et les performances relevées sont identiques – à quelque chose près – à ce que nous avions obtenu lors de nos tests « carte graphique » de cette RTX 2070 Super.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Performances observées sur Marvel's Guardians of the Galaxy et Shadow of the Tomb Raider © Nerces

Afin de confirmer les bonnes dispositions « jeu vidéo » du Dragon Canyon, nous avons conduit quatre évaluations, en 1 080p détails au maximum, sur des jeux bien connu des spécialistes. Le duo Marvel’s Guardians of the Galaxy / Shadow of the Tomb Raider offre des performances conformes à nos attentes et en phase avec les résultats d’une RTX 2070 Super.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces

Performances observées sur Far Cry 6 et Red Dead Redemption 2 © Nerces

Nous avons ensuite mené le même genre d’évaluation avec Far Cry 6 et Red Dead Redemption 2, deux mondes ouverts logiquement plus exigeants. Là non plus, aucune surprise : les résultats obtenus sont conformes aux performances d’une RTX 2070 Super preuve que l’échauffement du Core i9-12900 est surtout nuisible aux activités très exigeantes côté CPU. Logique.

Puisque nous avons évoqué cet échauffement du CPU, il convient de nous pencher sur la question. Dès lors que le logiciel utilisé demande beaucoup au processeur, nous relevons une température de 100°C, limite à partir de laquelle le throttling se déclenche : le CPU ne tourne plus à plein régime et les performances s'en ressentent, comme sur Cinebench R20.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Relevé de températures réalisé via HWMonitor © Nerces

Le problème n’est pas surprenant et malgré toute la bonne volonté d’Intel, faire tenir un processeur pareil dans un boîtier aussi compact relevait de l’exploit. Problème, cet échauffement du CPU limite logiquement l’intérêt d’un Core i9 par rapport à la solution Core i7 que nous n’avons toutefois pas pu tester. De plus, même si l’évacuation de la chaleur est efficace, on sent que tous les composants en souffrent : le PCH grimpe très vite lui aussi, le GPU dépasse les 80°C et notre SSD n’est pas loin des 70°C, là aussi une limite à ne pas atteindre sous peine de throttling.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Nerces
Performances observées sur CrystalDiskMark © Nerces

Lors de nos tests SSD, nous n’avons pas eu de problème de throttling. Qu’il s’agisse de CrystalDiskMark ou du test d’écriture linéaire d’AIDA64, le SSD s’est toujours comporté comme nous nous y attendions : les débits du WD_Black SN850 sont conformes à ce que nous avions relevé lors de notre test dédié à ce SSD signé Western Digital.

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon © Intel
Une belle machine pour minimiser le volume d'un PC de jeu... mais le tarif est élevé © Intel

Intel NUC 12 Extreme Dragon Canyon, l’avis de Clubic

Très éloigné de la philosophie qui a conduit à la mise en place des premiers NUC, ce Dragon Canyon d’Intel reste malgré tout une machine séduisante. D’abord, même si elle est bien plus grosse que les précédents modèles, elle garde un format très compact d’environ 8 litres. Même si la question de l’évolution du processeur semble compliquée, elle se montre aussi relativement ouverte. Aucun emplacement 2,5 pouces n’est prévu, mais trois SSD M.2 peuvent y prendre place et l’utilisation d’une carte graphique – facultative – ouvre de nouveaux horizons.

Les performances du Dragon Canyon sont également très convaincantes et il pourra parfaitement faire office de machine dédiée au jeu vidéo pour encore de nombreuses années. La présence d’une carte graphique performante – et évolutive – est un critère de choix et l’alimentation de 650 Watts est plutôt bien dimensionnée. Reste la question de l’échauffement. Malgré tous les efforts d’Intel, le Core i9-12900 ne peut effectivement exprimer son plein potentiel et la question d’intégrer une carte graphique plus puissante se pose.

Le NUC 12 Extreme Dragon Canyon est une machine de qualité, bien conçue et bien pensée, mais nous nous demandons s’il ne serait pas plus juste de se focaliser sur le moins onéreux modèle Core i7-12700 – que nous n’avons pas pu tester – cette version Core i9-12900 étant peut-être plus là pour la photo ?

8

Grâce aux qualités d'Alder Lake, Intel est en mesure de proposer son Dragon Canyon avec un CPU desktop, garant d'une plus grande flexibilité. C'est d'ailleurs le maître-mot d'une solution compacte et malgré tout ouverte capable d'intégrer 3 SSD M.2, jusqu'à 64 Go de RAM et une carte graphique longue de 30 centimètres. Un vrai petit monstre de puissance.

Les plus

  • Compacité remarquable
  • Performances intéressantes
  • Meilleur que le Beast Canyon
  • Jolies évolutions possibles
  • Design réussi, accès aisé
  • Connectique USB abondante
  • 2 ports RJ45 dont un 10 GbE

Les moins

  • Chauffe CPU (Core i9)
  • Coût important
  • Carte graphique double-slot
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
16
neaufles
Vraiment moche, ça fait kéké.
Jarodb
Petite coquille: les performances s’en ressentent et non sans ressentent.<br /> En effet la configuration avec un 12700 pourrait éviter de taper la limite thermique, y a t-il une version 12600 ? Quel est le MSRP?<br /> Très bon article comme d’habitude.
Ccts
Ça fait longtemps qu’intel parle de commercialiser les compute unit. Mais du coup ça s’upgrade ce genre de truc ? Le format de l’alim est standard ou pas ? J’aime bien le format mais à vue de nez on est 30% plus cher qu’un mini itx.
Nerces
L’alimentation est une 650W 80+ Gold. Elle au format SFX. Il doit être possible de la remplacer, mais très franchement, il n’y a pas beaucoup mieux sur le marché à moins de dépenser encore beaucoup d’argent.<br /> C’est plus cher que du mini-ITX, mais on paie le fait qu’Intel a tout regroupé et pas mal pensé les choses.
zeblo
Oui bien d’accord ! Cela étant pour un ado qui veut un PC gaming avec des RGB partout de la tour jusqu’à la souris, ce genre de boitier est limite plus sobre <br /> Enfin, vu le prix, l’affaire est réglée…
bmustang
sauf que le refroidissement ne suffit pas, au point de brider un i9 ? Clubic le dit très bien, un i7 fait mieux l’affaire. Ce test malgré une certaine qualité ne remplit pas toutes les conditions, comme l’usage de tous les ports SSD qui doivent dégager une chaleur en hausse et donc provoquer d’avantage de throttling
info01_1_1
Il faudrait vraiment qu’ils abandonnent le crâne dégueulasse sur la façade… Et qu’il fasse un trucs plus sobre, on a pas 16ans toute sa vie…<br /> Concernant le CPU, je pense qu’il aurait été plus judicieux de placer un CPU de Laptop haut de gamme, car je parie qu’il pourrait beaucoup mieux s’exprimer ici qu’à l’intérieure d’un laptop gaming.<br /> Ca aurait été le meilleur compromis pour moi…
Urleur
intéressant, dommage pour le prix qui est très élevé et on attend toujours les CG de intel.
Mister_Georges
En regardant la photo du boitier ouvert, c’est la même conception du Cooler Master NC100 destiné au cartes Compute Element!
ypapanoel
pinaise… c’est quoi ce boitier kéké? Et le pire ils vendent presque plus que ça…<br /> J’ai racheté un PC en fin d’année dernière : quasiment tous les boitiers sont avec vitre, pour regarder les ch’tites loupiottes qui « klignotes » dedans. IL a fallu chercher pour trouver des composants « normaux »<br /> …Mais moi j’avais acheté un PC pour qu’il calcule! Pas pour me faire de la lumière de boite de nuit… (sinon à ce compte là j’aurais aimé qu’il fasse de la fumée aussi… ça au moins ça aurait épaté la galerie…)<br /> Celui là avec la têtedemoôôrt dessus et la led en dessous comme les voitures tuning… bon… les goûts et les couleurs voyez… Manque juste des flammes en led sur les cotés je trouve, on aurait été dans le thème.<br /> Et pourquoi pas « Johnny forever » inscrit dessus, pour une version vintage en série limitée?
bennukem
Surtout qu’à 16 ans on peut pas se payer un nuc
Kriz4liD
Tout à fait ! Du coup quel est la cible ? Ils devraient en vendre 10 tout au plus …<br /> Si je veux un PC pour jouer et qui fait kikou , ce ne serait certainement pas ça que je prendrais , déjà payer le prix fort pour ne pas y mettre une carte graphique conséquente et que le CPU arrive a tellement chauffer , moi j aurais mis un 6 ou un 5.
ypapanoel
Je constate que sur la photo le gars porte un manteau chez lui : ce qui semble prouver que le PC ne chauffe pas. un bon point !
marco3522
Autre coquille : " pas droit de cité" et non « citer ». L’expression est en rapport avec la cité (la ville). Sinon, aucune info sur le bruit (que j’imagine assourdissant).
jojozekil
C’est marrant, parce que le concept de Compute Element rappelle les Mac Pro avant 2013. Le processeur et la RAM étaient sur une carte fille tout en bas du boitier. Ca permettait de mettre facilement à jour sa config pour du bi-processeur par exemple.
Pfeuh
A tout ceux qui pensent que ce NUC fait Kékékikoulol.<br /> Les LED peuvent être éteintes.<br /> La façade est personnalisable (cf la vidéo qui l’explique très bien).<br /> Mis à part ça, c’est un sobre boitier ITX plus petit que beaucoup d’autres marques.<br /> En tout cas ça change des conceptions sandwichs avec juste un riser. On voit qu’Intel a tenté un truc.<br /> Après pour le publique visé, c’est clairement celui qui a de l’argent ou les pros
Nico7as
le crane est devenu la signature des modèles de jeu d’Intel.<br /> pas du meilleur goût, mais maintenant, ça fait partie de son identité.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Acer lance une flopée de nouveaux laptops dont un Swift 3 OLED, sous la barre des 1000 euros
Faites des économies en achetant le SSD Crucial P5 Plus en promo chez Amazon
Le Chromebook Acer 15,6
Ressuscitez votre Game Boy original avec ce kit pour Raspberry (et gagnez la couleur en passant)
Vous ne trouverez pas cette carte mère MSI moins chère ailleurs !
AMD Navi 31 : le plus puissant GPU RDNA3 serait doté d'un bus 384-bit et 24 Go de GDDR6
Prix incroyable sur ce processeur AMD Ryzen 7 en ce moment !
HP donne un coup de fouet à son Omen 16 et annonce un tout nouveau Victus 15
Baisse de 150€ sur le PC portable MSI Modern 15 chez RueDuCommerce
Cette excellente souris gamer profite d'une belle réduction chez Amazon
Haut de page