Huawei : "HarmonyOS, une volonté d'apporter l'expérience utilisateur la plus aboutie possible" (Interview)

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 21 juin 2021 à 12h00

Au micro de Clubic, Stéphane Curtelin, directeur marketing de Huawei France, a rappelé toute l'importance du système d'exploitation maison, HarmonyOS, qui tourne sur les nouveaux appareils de la marque.

Huawei a mis à profit sa présence à VivaTech pour présenter ses premiers appareils fonctionnant avec HarmonyOS, le système d'exploitation mobile de la firme de Shenzhen, lancé au début du mois de juin. Sur son espace dédié Porte de Versailles, Huawei nous a fait prendre en main ses nouveaux produits à tourner sous HarmonyOS, parmi lesquels la montre connectée Watch 3, Watch 3 Pro et les tablettes MatePad Pro et MatePad 11.

L'occasion pour Clubic de discuter de la stratégie du fabricant avec Stéphane Curtelin, directeur marketing Huawei Consumer Business France.

HarmonyOS : l'interview de Stéphane Curtelin (Huawei)

Clubic : Huawei présente ici, à VivaTech, les premiers appareils tournant sous Harmony OS, autrement dit la gamme de montres Watch 3 et les tablettes MatePad Pro et MatePad 11. En quoi cette entrée en matière, ici, est-elle importante pour l'entreprise ?

Stéphane Curtelin : Maintenant, Huawei va au-delà du smartphone. Dans la vision de l'entreprise, il y a l'idée de développer un écosystème de produits pour enrichir les possibilités autour du smartphone. Donc il y a les montres connectées, les tablettes, les PC, les écouteurs, les enceintes avec Devialet. Le premier objectif, c'est de les faire communiquer entre eux, et d'accueillir un écosystème au-delà de ces produits-là, avec des partenaires.

Stéphane Curtelin, directeur marketing Huawei Consumer Business France (© Alexandre Boero pour Clubic)
Stéphane Curtelin, directeur marketing Huawei Consumer Business France (© Alexandre Boero pour Clubic)

Il est apparu naturel d'enrichir les possibilités avec la partie software, et c'est là qu'intervient HarmonyOS qui, pour nous, est un système d'exploitation de troisième génération. Avec l'arrivée de l'IoT, il y a besoin de possibilités de connexions intuitives entre les produits domotiques. L'une des forces de HarmonyOS, c'est de pouvoir tourner aussi bien sur un objet avec 128 ko de mémoire que sur une montre connectée à gros stockage. Nous venons d'annoncer l'arrivée de la Watch 3, la première smartwatch Huawei avec HarmonyOS, ainsi que les deux tablettes que vous évoquiez.

« Pour nous, la montre connectée va devenir le nouveau hub d'entrée dans la vie numérique »

On a récemment appris que plus de 130 000 applications seraient disponibles sur l'OS, avec 500 000 développeurs qui développent spécifiquement des expériences HarmonyOS, et plus de 1 000 constructeurs. On imagine que vous trouvez cela très encourageant ?

Ces chiffres-là sont issus d'une histoire qui a démarré au moment où nous avons occidentalisé notre propre store d'applications, la Huawei AppGallery. Il y a plus d'un an, on s'est mis en contact avec un grand nombre de développeurs et d'éditeurs d'applications, pour que petit à petit soient rendues disponibles leurs applications et solutions, qui étaient sous Android, désormais Android Open Source, en utilisant les Huawei Mobile Services (HMS). La plupart de ces développeurs a commencé à travailler avec nous, et ils ont basculé dans le monde de HarmonyOS.

La Huawei Watch 3 Pro, sous HarmonyOS (© Alexandre Boero pour Clubic)
La Huawei Watch 3 Pro, sous HarmonyOS (© Alexandre Boero pour Clubic)

Huawei vise de passer une centaine d'appareils sous le système d'exploitation. Avec quelles marques allez-vous collaborer ?

Nous avons créé un protocole de communication, HiLink, sur lequel 600 marques travaillent déjà avec nous, comme Samsonite, Bosch, Siemens ou Karcher. Et ces marques vont continuer de basculer vers HarmonyOS. Il y a cinq grandes directions que nous souhaitons emprunter et que nous proposons à nos partenaires : le smart travel, le smart office, le smart home, l'entertainment (gaming au sens large) et tout ce qui est fitness et suivi des performances de santé.

La montre connectée, selon nous, va devenir le nouveau hub d'entrée dans la vie numérique. Avec la Watch 3, il sera possible de recevoir des appels indépendants (eSIM), et comme elle tourne sous HarmonyOS, ça peut être un très bon produit pour développer des collaborations. Par exemple, pour le smart travel, on peut tout à fait imaginer qu'à l'avenir, avec une montre comme la Watch 3 il soit possible de déverrouiller et verrouiller votre voiture, aller faire vos courses et revenir sans votre smartphone. Si vous avez oublié quelque chose, vous pourrez téléphoner avec votre montre.

Aujourd'hui, beaucoup d'applications existent déjà, mais peu sont utilisées, à peine 10 %, parce qu'à chaque fois, il faut développer, télécharger une application. On souhaite ouvrir de nouvelles possibilités. Après, ce sera à l'utilisateur de choisir s'il veut l'utiliser sur sa cafetière, son réfrigérateur, sa domotique...

« Huawei a l'ambition de proposer un système ouvert qui prend ses racines dans l'open source »

Comment des créateurs de montres connectées ou de tablettes, qui travaillaient avec Apple ou Google jusqu'à maintenant, peuvent-ils se tourner vers HarmonyOS ?

La volonté de Huawei est d'avoir un écosystème ouvert. À ce titre, autour de HarmonyOS, nous avons HarmonyOS Connect une sorte de concours de développement dont la dotation s'élève à 2 millions d'euros par région, attribués en Europe aux meilleures applications développées et aux partenaires qui vont nous rejoindre. Sur VivaTech, nous supportions aussi cette année le programme, Digital InPulse, de soutien aux start-up. Huawei a l'ambition de proposer un système ouvert qui prend ses racines dans l'open source.

L'objectif, pour Huawei, est de grignoter les parts de marché de ses concurrents ?

L'objectif, c'est avant tout de créer un système d'exploitation de troisième génération, qui pour nous aujourd'hui n'existe pas. C'est donc aller au-delà de ce qui existe aujourd'hui, dans la facilité de développement, pour proposer ensuite des usages aux consommateurs.

La tablette Huawei MatePad 11, son écran FullView 120 Hz et son M-Pencil (© Alexandre Boero)

Justement, on sait que pour Huawei, il sera plus simple de conquérir le marché asiatique avec HarmonyOS que de s'imposer sur le marché européen ; comment la marque va-t-elle s'y prendre ?

J'évoquais tout à l'heure la création de la Huawei AppGallery. Il a fallu justement occidentaliser un store d'applications qui marchait déjà de façon phénoménale en Chine. Désormais, nous avons plus de 1 200 applications françaises qui ont fait la migration HMS Core (Huawei Mobile Services). Donc c'est une réalité. Les équipes basées en France vont s'atteler à rencontrer des partenaires, à faire fonctionner un écosystème sur HarmonyOS. C'est là qu'on en revient au prix de 2 millions d'euros offert dans chaque région du monde, depuis le 10 juin.

Ce travail va démarrer avec les partenaires qui ont déjà migré vers Huawei AppGallery. Les éditeurs devraient être intéressés pour continuer vers HarmonyOS. Ce sont déjà des contacts privilégiés que nous avons, en France et partout dans le monde.

« Nous voulons garder notre base de fans tout en l'élargissant avec la montre connectée »

Est-ce que Huawei se fixe des objectifs, en France et en Europe, avec HarmonyOS, en termes de nombre d'utilisateurs attendus par exemple d'ici la fin de l'année ?

Ce que nous voulons, c'est apporter l'expérience la plus aboutie au plus grand nombre, comme nous l'avons fait sur les smartphones Huawei auprès de millions de Français, la marque profitant d'une forte notoriété dans l'Hexagone. Forts de cette base-là, nous allons permettre aux utilisateurs de découvrir nos produits sur HarmonyOS. Nous voulons garder cette base de fans et l'élargir grâce aux marché de la montre connectée, en plein développement et pas nécessairement lié à l'utilisation d'un smartphone. Beaucoup d'utilisateurs n'ont par exemple pas la même marque de smartphone et de montre connectée.

Donc vous n'avez pas d'objectif chiffré particulier à nous communiquer ?

Tout ça est en cours de développement, mais vous serez tenus au courant.

Concernant la communication, comment allez-vous travailler pour séduire le public ?

Notre premier objectif est de faire connaître l'existence de ces nouveaux produits. En ce moment, nous avons une campagne sur le PC, mais nous allons aussi communiquer davantage sur la Watch 3, les Freebuds 4, tous ces produits qui sortent fin juin début juillet.

La Watch 3 par exemple, en plus de tourner sous Harmony, est une superbe montre qui profitera de deux à trois semaines d'autonomie, en fonction des versions et de l'utilisation qui en est faite, et avec des matériaux de très haute qualité, ainsi que des appels indépendants. Ce sont ces caractéristiques, associées à HarmonyOS, qui feront partie de notre façon de communiquer sur l'OS.

Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
arthur6703

Un beau discours marketing avec absolument rien de concret derrière.
Ils utilisent un fork d’Android pour les téléphones et une app de type Google Home, Samsung SmartThing , Xiaomi mi Home (etc…) pour communiquer avec les objets connectés.
Et ils osent appeler ça un système de troisième génération qui n’existe pas actuellement !? x)

Le seul truc qu’ils ont fait c’est réutiliser tout ce qui existe déjà en ajoutant HarmonyOS partout pour qu’on croit que c’est nouveau …

lobo41

L’essentiel n’est pas l’OS mais le store et le nombre d’applis disponibles. Google l’a compris de longue date. Je regrette cette évolution (forcée) car après avoir possédé 3 Huawei (Mate 10 Pro, 20 Pro…), j’aurai volontiers évolué vers un autre Huawei.

HAL1

J’ai pensé la même chose en lisant l’entretien…

Et j’aurais trouvé intéressant d’avoir une réponse à la question : « les services de Google et Facebook sont très populaires en Europe et aux États-Unis, que compte faire Huawei par rapport à cela ? ».

Njbx

Ce n’est pas un nouveau système d’exploitation mais une simple surcouche…
Maintenant, je comprends aussi leurs choix car c’est le catalogue d’applications qui fait la popularité d’un OS.

Kriz4liD

Pourquoi vous affirmez que ce sera une simple surcouche ?? Moi au contraire je pense vraiment que ce sera un OS basé sur un noyau Linux.
Harmony est là pour permettre à Huawei de s imisser des liens qui lui restent avec Google et Android. Il serait sûrement possible d y installer des apk à la manière de ce que faisait Black Berry.
Huawei peut à mon avis s en sortir.

Kriz4liD

On est tous d’accord que c’est du marketing bullshit, mais laissons leur le bénéfice du doute.
J ai la chance de bosser chez un opérateur qui
dispose des équipements Huawei Nokia et Ericsson , Huawei sont très en avance sur les autres, ils sont parti de zéro il y a 15 ans face à Siemens, Nokia, Ericsson et Alcatel à l époque. Une « remontada » qu’ils pourront réitérer dans d’autres domaines.

norwy

Toutes les applications Android sont installables sur HarmonyOS via leur fichier APK (sauf celles qui nécessitent les backdoors de Google).

En quoi le Play Store est-il indispensable ? pas « pratique » mais « indispensable »…

Qui a essayé un Huawei récent et peut nous éclairer sur les limitations sérieuses qu’il a expérimenté avec ?

beber751

Je serais également intéressé par un retour concret et objectif.

norwy

Je suis d’accord, c’est la seule façon de comprendre si il y un loup comme le clame les médias ou bien si c’est anecdotique.

Espérons que Clubic publie un dossier à ce sujet.

AlexLex14

En attendant je trouve l’ « interview » trop consensuelle.
C’est subventionne par Huawei? Par ce que rien sur le vol de technologies, rien sur le vol de données, rien sur le fichage en Chine, rien sur le plagiat d’Apple?

Allez, une interview de Huawei sans un commentaire de ce type ? Voilà qui a mis du temps !

Oui bien sûr, Huawei a offert un voyage en Chine de 3 semaines à tous les rédacteurs, journalistes et à la team Clubic, plus une immunité à vie sur place et des bons points en bonus, parce qu’on aime tous les bons points.

Sinon, tu auras sans doute remarqué que l’angle de l’ITW, c’était HarmonyOS ? Bon. Tu as sûrement remarqué aussi que nous étions sur un salon et que le temps sur place pour chaque interview est compté ? Bon. Je peux t’en faire plein…

On a posé pas mal de questions, on a pu filmer ce qu’on voulait, mais le but était de montrer un peu en images à quoi allait ressembler Harmony et de laisser Huawei nous expliquer sa stratégie. Alors bien sur qu’on n’a pas toutes les réponses (on a pourtant un peu insisté sur les chiffres, sur la stratégie etc.), mais ça reste une interview.

Sinon, pour celles et ceux qui se le demandent, oui, il est tout à fait possible d’avoir et d’utiliser des applis type Gmail ou YouTube sous HarmonyOS :wink: (testé sur place)