Google renonce à son célèbre “Don’t be evil”

Par
Le 27 mai 2018
 0
Gizmodo vient de signaler la disparition du célèbre slogan de Google depuis près de 20 ans : don't be evil, qui figurait en tête du code de conduite remis aux salariés de l'entreprise.

A la place, Google choisit un slogan peut-être inspiré du célèbre film de Spike Lee, « do the right thing ».

Code de conduite


Il n'y en avait qu'un seul, mais c'était LE commandement que Google adressait à tous ses salariés : « Don't be evil », ne soyez pas mauvais, ne vous comportez pas mal. Une injonction formulée à l'impératif, et dont la négation suggérait que sa réalisation ne serait pas toujours chose aisée : à défaut de parvenir à faire le bien, au moins arrêtez-vous quand vous empruntez le chemin inverse...

Ce mantra « Don't be evil » fait partie de la culture d'entreprise de Google. Depuis 2000, il figurait dans le code de conduite remis à chaque nouveau Googler au moment de son entrée dans l'entreprise. Mais Gizmodo vient de découvrir que la puissante formule a disparu depuis fin avril de toute la documentation interne de Google.

logo google


Boussole morale


Depuis 2015, au moment de la réorganisation de Google autour du holding de tête Alphabet, « Don't be evil » avait commencé à cohabiter avec un autre slogan interne : le plus classique « Do the right thing », fais ce qui est bien. Ce qui signifie sensiblement la même chose, mais en termes politiquement plus lisses : un peu comme lorsque la téléréalité s'est mise à faire appeler le public pour sauver un candidat, plutôt que l'éliminer...

Plus trivialement, « Don't be evil » servait de mot de passe pour le Wi-Fi dans les navettes mises par Google à disposition de ses salariés dans la baie de San Francisco. On ignore s'il a été conservé... La disparition de « Don't be evil » est anecdotique dans l'histoire de Google, mais il aura imprimé l'idée que la compagnie, certainement très consciente de sa puissance, conserve des objectifs éthiques. Et c'est cette boussole morale qu'ont d'ailleurs invoquée certains salariés de Google au moment de leur démission, afin de protester contre la participation de leur employeur à un sulfureux projet militaire baptisé Maven...

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top