Google retire une application Android des talibans

05 avril 2016 à 10h27
0

La communication semble faire partie de l'arsenal utilisé par les mouvements talibans pour faire la promotion de leur régime. Une application disponible sur les terminaux Android et baptisée Alemarah permettait de consulter des communiqués du mouvement mais également des vidéos officielles.

L'application n'est désormais plus disponible puisqu'elle a été retirée du Play Store, Google ayant probablement invoqué l'interdiction de diffuser des appels à la haine pour justifier le retrait. Interrogé par Bloomberg, un responsable de Google a confirmé que le service n'était plus accessible à présent.

Cette application, en langue pachto, était l'une des plateformes de communication du mouvement. Les talibans disposent en effet d'un site d'informations diffusé en cinq langues (y compris l'anglais et l'arabe) ainsi que divers comptes sur les réseaux sociaux traditionnels (Facebook et autres Twitter). Certains d'entre eux ont d'ores et déjà été bloqués mais ont été par la suite rapidement remplacés par d'autres.

0258000004127498-photo-afghanistan-kajiki-dam-taliban-fight-wide-horizontal.jpg


A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top