Stage Manager : que vaut le nouveau multitâche de l’iPad ?

Mathieu Grumiaux
Par Mathieu Grumiaux, Expert maison connectée.
Publié le 15 juin 2022 à 14h56
© Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

iPadOS 16 offre une nouvelle gestion du multitâche sur l'iPad avec le support des applications fenêtrées. Chez Clubic, nous avons testé Stage Manager durant quelques heures et nous vous livrons nos premières impressions.

Le multitâche de l’iPad a toujours été le caillou dans la chaussure de la tablette tactile. Apple a toujours privilégié une approche mesurée avec Split View, un dispositif qui permet de n’afficher que deux fenêtres côte à côte, et Slide Over, qui permet quant à lui de faire glisser une troisième fenêtre flottante pour afficher ses messages ou son lecteur musical, par exemple.

Si Apple a revu récemment l’ergonomie de son multitâche, le système n’a jamais pleinement convaincu les professionnels, qui critiquaient le manque de souplesse de ce système.

Avec Stage Manager, le constructeur américain revoit sa copie et propose une option supplémentaire pour les utilisateurs avancés. On retrouve ainsi une toute nouvelle présentation des applications sur le large écran de la tablette tactile, mais aussi sur les Mac, avec la prochaine mise à jour macOS Ventura qui débarquera à la fin de l’année.

Stage Manager : un M1 sinon rien

Avant de nous lancer dans l’exploration de Stage Manager, un petit tour des spécifications techniques s’impose.

Stage Manager ne sera disponible qu’avec les iPad munis d’un SoC Apple M1, soit les iPad Pro 2021 et l’iPad Air 2022, mais seulement dans sa version 256 Go pour ce dernier modèle.

© Apple
© Apple

Pourquoi de telles limitations ? Apple les explique par la nécessité d’utiliser la fonctionnalité Virtual Memory Swap. Grâce à elle, la puce M1 peut se servir du stockage en tant que mémoire vive et exploiter jusqu’à 16 Go de RAM pour exécuter l’ensemble des applications à l’écran de manière fluide. Le constructeur précise également tirer parti du GPU plus performant de l’Apple M1 ainsi que d'un stockage plus rapide.

Selon Craig Federighi, vice-président responsable du logiciel chez Apple, ses équipes ont sciemment fait ces choix techniques draconiens pour proposer une expérience fluide et plaisante chez les utilisateurs. « Nous aimerions le rendre disponible partout où nous le pouvons. C'est la meilleure chose à faire. Nous ne voulions pas limiter notre conception, nous sommes en train de créer la référence pour l'avenir », a t-il d’ailleurs déclaré à nos confrères de TechCrunch.

Une vue fenêtrée déroutante au premier abord

Pour activer Stage Manager il faudra tout d’abord activer ce mode dans les paramètres de l’iPad. Contrairement à Split View, disponible via des boutons et des gestes dans tout le système, il faut ici passer par le Centre de contrôle, puis cliquer sur la nouvelle icône Stage Manager pour obtenir cette présentation.

© Apple

À noter que Stage Manager ne fonctionne qu’en mode paysage, pour profiter de davantage d’espace à l’écran, mais aussi pour s’adapter facilement au combo clavier/souris.

Une fois que c'est fait, vous remarquez immédiatement que la disposition de vos applications a changé. Le Dock reste en place en bas de l’écran, et à gauche, vous retrouvez une liste des applications ouvertes sur l’iPad. En allant dans le Centre de contrôle et en restant appuyé sur l’icône de Stage Manager, il est possible pour le moment de désactiver l’affichage du Dock ou de la liste d’applications, selon votre convenance.

© Apple

Enfin, au centre de l’écran, l’application en cours d’exécution s’arroge la majeure partie de l’affichage. Le coin inférieur droit est désormais accompagné d’un petit trait noir qui permet de redimensionner la fenêtre pour l’adapter à vos besoins.

© Apple

Si vous cliquez sur une application présente dans le menu de gauche, elle apparaîtra alors au centre de l’écran, tandis que la précédente app retourne dans cette section. Vous pouvez également revenir au menu principal pour ouvrir une nouvelle application. Stage Manager se réactivera aussitôt.

De plus, Stage Manager vous permet de placer plusieurs applications au centre de l’écran, jusqu’à quatre logiciels au maximum qui se superposent à la manière d’un système d’exploitation de bureau.

© Apple

Si vous êtes du genre à alimenter le chaos sur votre bureau, Stage Manager n’est peut-être pas fait pour vous. Apple met des garde-fous pour éviter le bazar sur l’écran de l’iPad, et chaque application vient automatiquement se replacer et se redimensionner lorsque vous modifiez l’une d’entre elles. Les plus maniaques apprécieront, les autres souffleront d’exaspération devant cette nouvelle marque de rigidité.

Des espaces de travail organisés qui raviront les professionnels

Stage Manager va plus loin en permettant de créer plusieurs espaces qui réunissent entre deux et quatre applications.

Vous pouvez par exemple créer un espace avec vos applications de messageries, un autre qui regroupe votre navigateur web et une application bureautique, et ainsi de suite, en fonction de vos usages. Le menu de gauche regroupera ensuite ces multiples espaces, et un tap sur l’écran permettra d’y accéder immédiatement.

© Apple

Il est dommage que seuls quatre groupes d'applications puissent être affichés dans le menu. Il n'est pas non plus possible de glisser une application dans un groupe déjà créé. Pour ce faire, il faudra d'abord cliquer sur un groupe, puis y inclure l'application désirée. C'est assez pénible.

Malgré la profusion d'applications ouvertes, notre iPad Air n'a pas montré le moindre signe de ralentissement, mais on a pu rencontrer quelques bugs et retours forcés au menu d'accueil. N'oublions pas que nous réalisons ce test sur une première bêta et que les optimisations vont se poursuivre tout au long de l'été.

Cette nouvelle fonctionnalité, qui rappelle les bureaux multiples de macOS, trouve encore plus d’utilité avec l’ajout d’un écran externe. iPadOS 16 prend en effet en charge les moniteurs reliés en USB-C à l’iPad pour afficher de nouvelles apps via Stage Manager.

© Apple

Vous pouvez ainsi doubler le nombre d’applications à l’écran, de quatre à huit logiciels au total, et séparer vos différents espaces en passant naturellement de l’un à l’autre pour utiliser un autre logiciel, ou glisser/déposer des documents d’un logiciel à l’autre.

Notre avis sur Stage Manager

Disons-le sans ambages : Stage Manager n’est pas parfait, mais va dans le bon sens. Avec cette nouvelle présentation, Apple ne s’adresse clairement pas au grand public, qui préférera la simplicité d’une présentation unique à deux applications sur le même écran. Le groupe se tourne ici vers son marché professionnel, qui va enfin aller beaucoup plus loin dans la gestion des différentes applications.

Si l’iPad est depuis quelque temps un outil de production de plus en plus complet, Stage Manager offre suffisamment de souplesse à la tablette tactile pour en faire un appareil de production unique pour bon nombre de professionnels et de créatifs, et plus encore avec le support d’un écran externe.

Nous aurions bien sûr aimé pouvoir aller plus loin, afficher davantage d’applications à l’écran, et même les réorganiser à notre guise, sans être pris par la main par iPadOS 16 qui se charge d’aligner automatiquement les apps. L’iPad n’est pas (et ne sera jamais) un Mac, bien qu'Apple s’efforce année après année d’unifier ces deux plateformes et de multiplier les propositions d’interface pour s’adapter à l’ensemble de ses utilisateurs.

Il reste maintenant quelques semaines de travail avant la sortie d’iPadOS 16 à la rentrée. Les ingénieurs de la marque à la pomme sont déjà sur le coup pour répondre aux premiers retours et rapports de bugs des développeurs qui testent actuellement Stage Manager sur leurs appareils. Rendez-vous donc en septembre 2022 pour découvrir la version finale, avec peut-être un tout nouvel iPad Pro M2 comme parfait écrin à cette fonctionnalité prometteuse.

Par Mathieu Grumiaux
Expert maison connectée

Grand maître des aspirateurs robots et de la domotique qui vit dans une "maison du futur". J'aime aussi parler films et séries sur les internets. Éternel padawan, curieux de tout ce qui concerne les nouvelles technologies.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Nos experts recommandent des produits et services technologiques en toute indépendance. Si vous achetez via un lien d’affiliation, nous pouvons gagner une commission. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. En savoir plus
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
HAL1

Stage Manager ne sera disponible qu’avec les iPad munis d’un SoC Apple M1, soit les iPad Pro 2021 et l’iPad Air 2022, mais seulement dans sa version 256 Go pour ce dernier modèle.

Et aussi :

Rendez-vous donc en septembre 2022 pour découvrir la version finale, avec peut-être un tout nouvel iPad Pro M2 comme parfait écrin à cette fonctionnalité prometteuse.

Ah oui, c’est sûr, il faut des machines ultra-récentes dotées d’une puissance phénoménale pour pouvoir utiliser un gestionnaire de fenêtres. C’est totalement logique.

Quel gag… :roll_eyes:

Popoulo

@HAL1 : Tout à fait juste. Lolesque leur truc.

LeVendangeurMasque

Parce que tu crois que pour faire cohabiter nombre d’applications simultanément, et que tout ça ne rame pas bien entendu, faut pas un minimum de mémoire et de puissance ?
Apple ne veut pas d’un truc qui rame sur tablette, on est pas sur un pécé windows ! Que ne dirait-on pas si y’avait sur Youtube un gars qui viendrait pleurer que son vieil iPad ramait à mort là-dessus ?
De toute façon avec toi il n’y a jamais de bonne solution.

Et quand on a jamais pondu une ligne de code de sa vie, on a je crois pas la moindre idée de ce que peut être une contrainte technique. Tout s’explique simplement par « Apple c’est des méchants ». Ce simplisme auquel tu recours systématiquement est démagogique et dangereux.

MattS32

Sauf que là le critère discriminant sur les modèles M1, c’est l’espace de stockage, pas la puissance du CPU (qui est la même quelque soit la capacité de stockage) ou la mémoire (qui varie effectivement selon la capacité de stockage… mais seulement quand on passe de 512 à 1 To, pas de 128 à 256 Go)…

Puis bon, faudrait savoir, on n’arrête pas de nous dire que le M1 est une bête de course qui ridiculise tous les CPU concurrents et que la plus faible quantité de RAM sur les appareils Apple n’est pas un problème parce qu’ils gèrent tellement mieux la mémoire. Et là soudain, il aurait pas la puissance et la mémoire pour faire cohabiter plusieurs applications, alors que les CPU concurrents le font depuis des années (et je suis gentil, car en réalité, on parle même de décennies hein…) et avec beaucoup moins de RAM ? :roll_eyes:

Et quand on lit tes commentaires, on a clairement l’impression que celui qui n’a jamais pondu une ligne de code de sa vie, c’est toi… Parce que justifier une contrainte sur l’espace de stockage par un besoin de mémoire et de puissance, comment dire…

Et l’explication d’Apple sur le swap ne tient pas deux secondes : sur 64 Go, il ne serait pas insurmontable de proposer à l’utilisateur de réserver 8 Go pour le swap… Libre à lui ensuite de choisir entre se passer des ces 8 Go ou se passer du multi-tâche (voire de l’activer sans swap, avec des limites sur le nombre et la nature des applications pouvant être ouvertes en simultané).

HAL1

Non, mais attends, tu ne réalises pas ! On parle là de faire COHABITER PLUSIEURS APPLICATIONS !!! Le truc jamais vu quel que soit le système d’exploitation ! :joy:

C’est fort probable qu’il n’ait jamais pondu une ligne de code, et sa remarque est d’autant plus idiote que, pour ma part, j’en ai déjà pondu en C, en Delphi, en PHP, en Java et en JavaScript (les deux derniers dans un cadre professionnel, et tous lors de mes études). :roll_eyes:

MattS32

Ah ben oui mais non, si tu as jamais utilisé des émoticones pour nommer des variables en Swift, tu peux pas prétendre avoir fait du code :rofl:

LeVendangeurMasque

Puis bon, faudrait savoir, on n’arrête pas de nous dire que le M1 est une bête de course qui ridiculise tous les CPU concurrents et que la plus faible quantité de RAM sur les appareils Apple n’est pas un problème parce qu’ils gèrent tellement mieux la mémoire.

Faut pas confondre (volontairement ? :smirk:) smartphone et tablette. Un iPad ça peut faire tourner Photoshop et Office… Je ne demanderais pas ça à mon iPhone.

Mais c’est vrai qu’il y a un gros problème dans la gestion de mémoire d’Android. Et j’ose à peine imaginer vu le problème qu’il y a sur les smartphones j’ose pas imaginer si des tablettes Android pro existaient ! :sweat_smile:

Et quand on lit tes commentaires, on a clairement l’impression que celui qui n’a jamais pondu une ligne de code de sa vie, c’est toi…

Ce pauvre Hal1 a déjà suffisamment de mal à se défendre tout seul pour que tu viennes l’aider d’un magnifique « c’est celui qui dit qui l’est ». :rofl:

Parce que justifier une contrainte sur l’espace de stockage par un besoin de mémoire et de puissance, comment dire…

Et pourtant tu y réponds toi même, c’est bien une histoire de swap.

sur 64 Go, il ne serait pas insurmontable de proposer à l’utilisateur de réserver 8 Go pour le swap…

OK on va inventer un bricolage qui va d’un coup limiter le nombre d’appli sans que l’utilisateur ne comprenne bien pourquoi. Pas très user friendly…
Et prendre 8 Go sur 64 ben ça fait aussi un gros trou dans le stockage, pas génial non plus.

LeVendangeurMasque

Non, mais attends, tu ne réalises pas ! On parle là de faire COHABITER PLUSIEURS APPLICATIONS !!! Le truc jamais vu quel que soit le système d’exploitation ! :joy:

Sans ralentissement ?
Je crois que t’as pas compris qu’Apple veut absolument quelque chose de fluide. Ça c’est ni Windows ni Android.

C’est fort probable qu’il n’ait jamais pondu une ligne de code, et sa remarque est d’autant plus idiote que, pour ma part, j’en ai déjà pondu en C, en Delphi, en PHP, en Java et en JavaScript (les deux derniers dans un cadre professionnel, et tous lors de mes études).

Bon en gros de la programmation haut niveau… Mignon mais l’optimisation, la vraie, ça t’es donc totalement inconnu.

LeVendangeurMasque

Comme les types qui sont paniqués s’il y a pas Visual studio sur une plateforme… Mais comment on peut bien écrire un programme sans ?
Sauf que là c’est malheureusement un exemple réel. Et pas une moquerie de personnages inventés dans ton cerveau. :smirk:

MattS32

Ah donc du coup y aurait que sur smartphone que la gestion mémoire d’iOS est bonne, sur tablette elle ne l’est pas ?

Donc ni une histoire de puissance, ni une histoire de mémoire. Ce que tu affirmais pourtant…

On a bien deux iPad Air avec la MÊME puissance et la MÊME quantité de mémoire, mais l’un à droit à la fonctionnalité, l’autre non.

Un « bricolage » ? Laisser un CHOIX à l’utilisateur, t’appelles ça un « bricolage » ?

Et c’est vraiment prendre l’utilisateur pour un con que de penser qu’il ne peut pas comprendre qu’on lui laisse le choix entre perdre 8 Go d’espace de stockage et faire du multitâche ou garder ces 8 Go et être limité dans le multitâche…

Et pourquoi ceux qui ont une version 256 Go comprendraient mieux la perte de 8 Go d’espace de stockage (et pour le coup, sans même qu’on leur demande leur avis) que ceux qui ont 64 Go ?

Puis bon, Apple ne se prive pas des fois d’amputer l’espace disponible pour l’utilisateur sans lui demander son avis pour télécharger des mises à jour d’iOS dont l’utilisateur n’a pas forcément envie… Alors ce serait vraiment si choquant d’amputer aussi l’espace au CHOIX de l’utilisateur s’il veut utiliser le multi-tâche sur son iPad 64 Go ? C’est peut-être la notion de choix qui te choque ?

Et en quoi le fait d’avoir 256 Go de stockage plutôt que 64 Go rendrait le multi-tâche plus fluide ?