Le déploiement de la "vraie fibre" s'accélère

Par
Le 04 septembre 2015
 0
La migration vers le très haut débit se poursuit. En une année, 1,5 million de foyers français ont choisi d'avoir un accès descendant supérieur à 30 Mb/s - selon les critères de l'Arcep.

Peu à peu, les Français se convertissent au très haut débit. Sur 100 logements éligibles à un accès Internet supérieur à 30 Mb/s (descendant), 28 en profitent, contre à peine 21 l'an dernier. En tout, 13,9 millions de foyers peuvent recevoir du très haut débit, dont 4,7 millions via un raccordement fibre optique de bout en bout (FTTH). La « vraie fibre » tend d'ailleurs à prendre plus de poids dans le paysage Internet français.

Son rythme de déploiement a été deux fois plus rapide durant les douze derniers mois que celui des autres technologies, principalement la fibre avec terminaison coaxiale de Numericable-SFR, ou FTTLA. Celle-ci a grimpé de 20 % en un an, contre 39 % pour le FTTH. La « fausse fibre », comme l'appellent ses détracteurs, reste cependant majoritaire, avec 8,9 millions de foyers raccordés, dont 6,5 millions à plus de 100 Mb/s.

« Les opérateurs accélèrent le déploiement de leurs réseaux FTTH », commente le régulateur des télécoms (Arcep). Le plus actif en la matière s'appelle Orange. L'opérateur va multiplier par trois ses investissements dans la fibre d'ici à 2020 afin de passer de 3,6 millions de foyers raccordables fin 2014, à 12 millions en 2018 et 20 millions en 2022. Pour y parvenir, l'opérateur investira 4,5 milliards d'euros d'ici à 2018 dans le FTTH.

La mutualisation prend du poids


À noter que dans 2,9 millions de logements, soit environ 61 % des logements éligibles au FTTH (+ 47 % en un an), au moins deux opérateurs sont en mesure de commercialiser des offres à très haut débit en fibre optique grâce aux mécanismes de mutualisation. L'Arcep souligne que parmi les 4,7 millions de foyers en FTTH, 1,6 million se trouvent hors des zones très denses et 707 000 sont éligibles via des réseaux d'initiative publique.

08156180-photo-acc-s-internet-arcep-2q-2015.jpg
Source : Arcep.

Au total, à la fin du mois de juin, le régulateur des télécoms a comptabilisé 3,8 millions d'abonnés au très haut débit, soit 63 % de plus qu'en juin 2014. Parmi eux, 1,1 million profitent d'un accès en FTTH. L'accès au très haut débit se développe mais reste tout de même très faible au regard de l'ensemble des connexions.

L'Arcep recense toujours 22,4 millions d'accès Internet inférieurs à 30 Mb/s, soit 85 % du parc total. Un nombre qui serait presque divisé par deux si tous les Français éligibles au très haut débit s'abonnaient.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top