Emmanuel Macron prend le parti des entrepreneurs à LeWeb'14

0
Emmanuel Macron n'a pas voulu répéter la « bourde » de son prédécesseur, Arnaud Montebourg, à la conférence LeWeb. Le ministre socialiste de l'Economie a servi un discours résolument pro-entreprise.

Changement de style. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a voulu trancher avec son prédécesseur au tempérament plus frondeur. Invité à la conférence LeWeb, jeudi 11 décembre, le ministre a d'entrée été amené à répondre à une phrase d'Arnaud Montebourg, lancée sur cette même scène il y a un an, et qui était mal passée chez les entrepreneurs : « Nous devons ralentir l'innovation pour protéger les vieux business. »


0230000007808339-photo-emmanuel-macron.jpg
Emmanuel Macron, ministre de l'Economie à LeWeb'14 - crédit : Michel Charles Levy-Provencal


Si la sentence est encore citée en l'état aujourd'hui, l'ancien ministre du Redressement productif n'a en fait jamais prononcé rien de tel. S'exprimant sur les démêlés entre taxis et VTC, il a en réalité déclaré que « lorsque l'innovation détruit des systèmes, nous devons aller doucement », ce qui change sa signification.

Bref, Emmanuel Macron a tout de même répondu, et a largement joué le jeu des entrepreneurs en affirmant qu'il « est clair que nous accélérons ». Le ministre de l'Economie a ensuite livré sa vision des start-up.
« Mon métier n'est pas de protéger les entreprises existantes mais de les remplacer et de créer le CAC40 de demain, en permettant à ces entreprises de prendre des risques et d'innover », a affirmé le ministre.

Plus nuancé sur l'affaire Dailymotion

Le changement de ton a également été radical sur le sujet de la tentative de rachat de Dailymotion par Yahoo en 2013, avortée suite à l'intervention d'Arnaud Montebourg. « Je pense que mon rôle n'est pas d'intervenir dans la gestion des affaires courantes des entreprises », a déclaré Emmanuel Macron, conscient que l'Etat est « présent dans l'économie par tradition » mais que « ça n'est pas lui qui innove ». En substance, lui préfère améliorer le cadre dans lequel évoluent ces entreprises, avec des initiatives comme la mission French Tech.

Mais aurait-il tout de même laissé Yahoo racheter le service de vidéo français ? « Il faut être pragmatique », a-t-il souligné. « Ma préférence est d'avoir ces sociétés ici, car elles contribuent à la croissance du pays et à l'innovation » a-t-il tout de même tenu à préciser. Mais si un rachat a du sens, les start-up « sont libres ».

Entre autres appels à plus de flexibilité salariale et une simplification administrative, Emmanuel Macron a souligné que le mot « entrepreneur » était bien français, et qu'il en était « fier ». Il a été applaudi.


Cela se passe également à la conférence LeWeb'14 :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Men, Women & Children : quand le cinéma dégaine sa liste de clichés liés à Internet
Découvertes musicales avec Spotify : intégration à Shazam et top des amis
Cartographie : Nokia publie Here sur Google Play et confirme ses travaux sur iOS
L'impression 3D est encore trop chère pour les entreprises
Office.com : Microsoft intègre Bing et optimise les PDF
Après Apple et Amazon, le scandale Luxleaks frappe Skype
Kindle Unlimited : le Netflix du livre disponible en France
Avant de quitter PayPal, eBay lancerait une vague de licenciements record
Dubsmash : un mélange de lipdub et de selfie déferle sur les réseaux sociaux
Prêts entre particuliers : créé par un Français, Lending Club entre en bourse aux Etats-Unis
Haut de page