Criteo double ses bénéfices sur un an et rassure le marché

Par
Le 14 novembre 2013
 0
Pour son premier bilan trimestriel depuis qu'il est au Nasdaq, le français Criteo réussit à rassurer le marché, grâce notamment à une forte croissance de son activité et à un doublement de ses profits.

0118000004906712-photo-criteo-logo.jpg
Criteo publie ses premiers résultats financiers depuis son introduction au Nasdaq fin octobre, l'exercice imposé à toutes les sociétés cotées. Le chiffre d'affaires du français, spécialiste du reciblage publicitaire, ressort en hausse annuelle de 58% sur un an, à 113,8 millions d'euros. Concernant le bénéfice net, il double sur douze mois, atteignant les 3 millions d'euros en septembre.

Le nombre total de clients s'élève à 4 631 au troisième trimestre, en croissance de 62% sur un an et répartis dans 42 pays, soit 5 de plus qu'à l'automne 2012. Afin de pénétrer le marché asiatique, la société rappelle avoir récemment ouvert deux bureaux, en Chine à Pékin, et à Singapour. En parallèle, Criteo indique avoir élargi sa collaboration avec Yahoo! Japon dans le but d'augmenter son volume d'impressions sur ses pages.

Sur les trois mois échus, Criteo s'est effectivement renforcé sur la zone Asie-Pacifique. La société y réalisait 13% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre 2012, contre plus de 20% actuellement. Aux États-Unis, où la société est implantée depuis ses débuts, l'activité est restée stable - la région pèse un quart des recettes. La zone Europe-Moyen-Orient-Afrique, elle, représente 50% de l'activité, contre 60% en 2012.

Trouver d'autres leviers de croissance

Au-delà de cette expansion géographique, dont se félicite le co-fondateur et PDG de la société Jean-Baptiste Rudelle, Criteo mise notamment sur deux autres leviers pour faire progresser son bilan, et plaire aux actionnaires. Tout d'abord, le développement du retargeting sur mobile, canal où les dépenses publicitaires sont amenées à augmenter de 20% d'ici les trois prochaines années selon le cabinet d'étude eMarketer.

C'était l'objectif du rachat du britannique Ad-X cet été pour un montant total de 9,2 millions d'euros. Capable de mesurer la performance des campagnes sur mobile et sur une centaine de réseaux publicitaires, la société doit répondre aux besoins des clients de Criteo qui « cherchent de plus en plus à suivre l'efficacité de leurs investissements publicitaires et à connaître les meilleurs utilisateurs de leur service sur tous les canaux ».

01b8000006839030-photo-crto-3q2013.jpg
Évolution du cours de bourse de Criteo depuis son entrée au Nasdaq.

En second lieu, le français montre qu'il continue à investir massivement dans la recherche et développement. De 3,6 millions d'euros dépensés entre juillet et septembre 2012, Criteo a investi plus de 9 millions d'euros sur la même période cette année. Depuis janvier 2013, la société a misé 22 millions d'euros dans sa R&D. Confrontée à un challenge de big data, l'entreprise doit en parallèle anticiper les mutations du marché.

Préparer une alternative aux cookies

Si Criteo utilise les cookies pour recibler les internautes, ces fichiers pourraient à terme être marginalisés par les initiatives d'acteurs majeurs du Web. Microsoft, tout comme Google, Apple ou Amazon, planchent en effet sur leur propre mécanisme de traçage. L'été dernier, Mozilla avait décidé de bloquer ces fichiers sur Firefox - avant de se rétracter -, alors que Microsoft renforce l'intégration de son bloqueur Do Not Track.

Dans ce contexte, Criteo semble obligé de contourner le problème. Cela pourrait passer dans un premier temps par l'intégration des données de la relation client (CRM) dans sa technique ce ciblage, ce que fait déjà par exemple son concurrent israélien MyThings. Mais à terme, pour tracer les internautes sur tous les canaux et notamment le mobile - ce que ne permet pas le cookie -, d'autres solutions devront être envisagées.

Les perspectives de Criteo pour la fin 2013 restent bonnes, avec des recettes attendues entre 50 à 52 millions d'euros (hors coûts d'acquisition), contre 46,7 millions ce trimestre, et un bénéfice avant impôts projeté autour de 11 millions d'euros, contre 11,6 millions ce trimestre. Cette publication a relancé le titre CRTO de 5,6% jeudi en début de séance, à 33,7 dollars, repassant au-dessus de sa valeur d'introduction.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top