Criteo décolle de près de 40% dès son entrée au Nasdaq

Par
Le 30 octobre 2013
 0
Criteo entre en bourse après avoir relevé sa valeur d'introduction trois fois. Un indicateur qui témoigne de l'appétit des investisseurs, notamment américains, pour la société qui a la plus forte croissance d'Europe. Le titre CRTO s'échange déjà à plus de 42 dollars dans les premiers échanges suite au début de cotation.

0118000004906712-photo-criteo-logo.jpg
Le jour où Dell sort du Nasdaq, le français Criteo y fait ses premiers pas. Et sur les chapeaux de roue, avec une tendance haussière de près de 40% dès l'ouverture. Attendu initialement pour s'introduire entre 23 et 26 dollars par action, le spécialiste du reciblage publicitaire avait annoncé le 10 octobre qu'il entrerait sur les marchés au prix de 29 dollars. Un jour avant le début des opérations, Criteo a annoncé avoir encore relevé son tarif, à 31 dollars par action (+7%). Quelques minutes après le début de la cotation, Criteo s'affiche à plus de 42 dollars.

Enregistré sous le sigle CRTO, le français introduit 8,08 millions d'actions à ce prix, (même si la cotation a démarré à 42 dollars) auxquelles pourraient s'ajouter 1,21 million de titres en plus. Selon le scénario, la société lèverait entre 250 et 288 millions de dollars, contre une somme initiale prévue entre 176 et 187 millions de dollars. De quoi rehausser fortement la valorisation de l'entreprise, qui atteindrait désormais 1,7 milliard.

Nicolas Bourgin, gérant de portefeuilles chez Sea-Finance, nous explique que « cette réévaluation peut être liée à une demande plus forte qu'attendue. En procédant ainsi, Criteo diminue la dilution des actionnaires d'origine, ce qui diminue le nombre de titres par nouveau porteur ». Pour lui en revanche, le fait d'ajuster le tir à la dernière minute est dur à expliquer, « peut-être pour éviter une trop forte volatilité à l'ouverture ».



Concernant l'amplitude de la variation du prix d'introduction (30% comparé à la fourchette initiale), elle est jugée « assez importante » par les observateurs. « Il ne faut pas oublier que l'objectif de Criteo en bourse est de dégager le cash nécessaire au développement de la société. Ce besoin de fonds a été chiffré en amont ce qui signifie que la fourchette annoncée dans un premier temps couvrait ces besoins », indique l'analyste.

Gagner en visibilité aux États-Unis

Après plusieurs tours de table de 2006 à 2012 portant le total des fonds levés à 46 millions d'euros, cette entrée au Nasdaq fera changer de taille celui qui n'a cessé d'étonner par son ascension depuis 2008, affichant le plus fort taux de croissance d'Europe-Moyen-Orient-Afrique selon Deloitte. De 7 millions de recettes en 2009, Criteo a réalisé 66 millions l'année d'après, 144 millions en 2011 et 194 millions d'euros au premier semestre 2013.

Parmi les fonds d'investissement présents au capital - avant l'entrée en bourse -, Index Ventures détient 24,3% des parts de Criteo, Idinvest Partners 22,6%, Elaia Partners 13,5% et Bessemer Venture Partners 9,5%.


06805484-photo-criteo-3q2013.jpg


Pour la croissance à venir, Nicolas Bourgin considère que Criteo en a sous le pied, « mais elle devra savoir anticiper et réagir rapidement face à la problématique émergente sur les cookies en Europe, et développer son réseau face à la concurrence. De plus, il ne faut pas oublier que toute la planète n'est pas encore connectée, il reste des marchés à prendre ». L'entrée en bourse devrait accélérer le développement.

Criteo compte actuellement 4 200 clients annonceurs et plus de 6 000 clients éditeurs, mais plus de 80% du chiffre d'affaires provient de l'international et notamment des États-Unis. Au premier semestre 2013, la société a réalisé 23,8 millions d'euros de recettes en Amérique, 107,7 millions dans la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique et 32,6 millions en Asie-Pacifique. L'objectif d'entrer au Nasdaq est de gagner en visibilité.

Jean-Baptiste Rudelle, le co-fondateur et PDG de la société a d'ailleurs tenu à développer Criteo sur le marché américain en lui inculquant une culture locale très forte. La présence du français sur le marché américain des valeurs technologiques attirera également des investisseurs institutionnels américains. En développement en Chine, Criteo mise, en plus de forts investissements en R&D, sur l'expansion géographique pour évoluer.

À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top