Vérification de l'âge sur les sites porno : est-ce vraiment compatible avec la protection de vos données ?

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
22 février 2023 à 14h15
11
© Casimiro PT / Shutterstock
© Casimiro PT / Shutterstock

Le gouvernement doit démarrer les tests de son système de vérification de l'âge pour accéder aux sites pornographiques fin mars. Si des craintes surgissent autour de la protection des données personnelles des utilisateurs, la CNIL tente de rassurer.

Sur la table depuis plusieurs années, l'épineux dossier du contrôle de l'âge des internautes souhaitant accéder à des contenus pornographiques se rapproche plus que jamais de son épilogue. Après avoir annoncé au début du mois l'arrivée d'un dispositif de certification de l'âge, le ministre délégué en charge du Numérique, Jean-Noël Barrot, a livré un peu plus de détails, évoquant une attestation de majorité qui reposerait sur le principe du double anonymat pour préserver la confidentialité du visiteur. La question du respect de la vie privée et de l'identité de l'internaute se pose néanmoins.

L'anonymat de l'utilisateur a priori préservé

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a conçu, en collaboration avec le Pôle d'expertise de la régulation numérique de l'État (PEReN) et le professeur à l'École polytechnique Olivier Blazy, le fameux dispositif dont le gouvernement s'est très largement inspiré. Celui-ci repose sur l'intervention de sociétés tierces distinctes de l'éditeur du site porno visité.

Concrètement, celui qui sera chargé de certifier que vous avez bien l'âge requis pour entrer sur la plateforme pour adultes saura qui vous êtes. Mais il ne saura pas quel site vous visitez.

Et dans l'autre sens, le site pornographique visité recevra la preuve que vous avez l'âge requis pour accéder à ses contenus. Mais il ne saura pas qui est le visiteur. Cette authentification, faite donc d'un double anonymat, pourra passer par « un opérateur télécom, un fournisseur d'identité numérique ou tout autre organisme susceptible d'attester de la majorité d'une personne », expliquait le ministre Barrot il y a quelques jours. Est-ce que tout ceci garantit réellement la confidentialité des données de l'utilisateur pour autant ?

Pour la CNIL, le dispositif choisi par le gouvernement n'est pas incompatible avec le RGPD

Si la CNIL n'a pas de compétences directes ici pour contrôler la mise en place de l'interdiction d'accès aux sites pornographiques des mineurs, celle-ci étant laissée à l'ARCOM, le gendarme des données est néanmoins attendu sur le volet de la vie privée et de ses modalités fixées par le RGPD.

Concernant la solution choisie par le gouvernement, la CNIL rappelle que « contrairement à ce qui est parfois dit, le RGPD n'est pas incompatible avec un contrôle de l'âge pour l'accès aux sites pornographiques », contrôle prévu et exigé par la loi française. Si, à l'issue du test prochain mené par le gouvernement, la solution de contrôle d'âge est finalement adoptée, la CNIL préconise que le mécanisme soit alors proposé par tous les sites soumis à une obligation de contrôle.

« La CNIL rappelle que c’est aux sites pornographiques que revient la responsabilité de choisir et de mettre en œuvre, d’ores et déjà, une solution qui respecte les exigences légales de contrôle de l’âge, sous le contrôle de l’ARCOM et du juge judiciaire », ajoute l'autorité administrative.

Source : CNIL

Alexandre Boero

Chargé de l'actualité de Clubic

Chargé de l'actualité de Clubic

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJC...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJCAM), pour écrire, interroger, filmer, monter et produire au quotidien. Des atomes crochus avec la Tech, certes, mais aussi avec l'univers des médias, du sport et du voyage. Outre le journalisme, la prod' vidéo et l'animation, je possède une chaîne YouTube (à mon nom) qui devrait piquer votre curiosité si vous aimez les belles balades à travers le monde, les nouvelles technologies et Koh-Lanta :)

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (11)

ultrabill
Il faudrait également imposer ce mécanisme aux sites de vente d’alcool et de jeux en ligne (type FDJ, paris sportif, poker, etc.).
Freya
Les sites porno sont tous hébergés à l’étranger, imposer une telle vérification n’ira pas dans leur sens et ils feront tout ce qu’ils peuvent pour ne pas s’y conformer.<br /> Légalement, nos lois ne pourront rien y faire lorsque le site est hébergé à l’étranger, s’ils ne se plient pas je suppose qu’ils vont demander le blocage aux FAI, mais comme souvent basé sur le DNS. Il suffira donc de simplement modifier ses serveurs DNS pour de nouveau y avoir accès.<br /> Et enfin, souvenons-nous du site de rencontre extra conjugale Ashley Madison qui a été piraté en 2015, les conséquences ont été non seulement dramatiques pour les membres (séparations, divorces, dépressions, etc), mais aussi et surtout mortelles. Entre les millions de membres qui ont vu leurs données personnelles exposées publiquement et les personnes qui se sont suicidées, ça devrait être une leçon quant au fait de confier des données personnelles pour de tels sites web. Il n’est clairement pas question de juger ces gens, ce n’est pas du tout le sujet de ce post et abstiens-toi de le faire (avec tes leçons de morale).<br /> C’est au parent de prendre leur responsabilité, il existe 1001 outils, et très souvent simple à mettre en place. Un exemple tout bête, modifier ses propres serveurs DNS pour bloquer par défaut tous ces sites sensibles aux plus jeunes, et c’est ce que propose dns0.eu (conçu par les créateurs de NextDNS).<br /> dns0.eu propose des filtres à destination des kids bloquants :<br /> *Pas de sites pornographiques ou autres sites pour adultes<br /> *Pas de résultats de recherche explicites<br /> *Pas de vidéos matures sur YouTube<br /> *Pas de sites ou d’applications de rencontres<br /> *Pas de sites à contenu mixte<br /> *Pas de sites de piratage<br /> *Pas de publicités<br /> Toutes les infos, IP, DoH, etc sont ici :<br /> dns0.eu<br /> Kids — Un Internet sans risque pour les enfants.<br /> Rendez n'importe quel appareil ou réseau sans risque pour les enfants en quelques secondes seulement. En filtrant les contenus pour adultes, vous pouvez offrir un environnement en ligne sûr à la maison, à l'école et en déplacement.<br />
Doss
Pou les jeux en ligne c’est dèjà le cas depuis bien longtemps.
Laurent_Marandet
C’est certainement incompatible avec le RGPD !
Palou
Laurent_Marandet:<br /> C’est certainement incompatible avec le RGPD !<br /> En lisant, tu aurais vu que c’était indiqué <br /> Pour la CNIL, le dispositif choisi par le gouvernement n’est pas incompatible avec le RGPD<br />
valley_antoine
Si les utilisateurs doivent changer leur DNS ils vont quand même perdre un pourcentage non négligeable de visiteurs.<br /> Comparer Ashley Madison et Pornhub, franchement ce n’est pas comparable…<br /> Et encore une fois, votre site porno préféré n’aura pas accès à vos informations.<br /> Bref…
Freya
Premièrement, je n’ai pas comparé Ahsley Madison et pornhub à proprement dit, ce sont 2 services différents. Deuxièmement, la comparaison portait sur le risque d’attaques et des fuites de données qui peuvent en découler , ni + ni - !<br /> Merci de relire attentivement mon 1er post.
yann214
Ce que l’Etat oublie de dire, c’est qu’en rajoutant ce type de vérification, on augmente forcément les coûts.<br /> Qui va payer ?<br /> Les plateformes qui sont obligées d’utiliser le service, qui devront ensuite répercuter ces coûts sur leurs utilisateurs, donc nous…<br /> Qui va encaisser ?<br /> Les plateformes qui pro(im)posent ce service. et là on peut faire confiance à nos politiques. Ils ont déjà en vue quelques connaissances à eux à qui ils pourraient confier ce juteux marché !
griffondor
est-ce que Bittorrent seras aussi concerné par le contrôle d’âge dans le logiciel lui même ? étant donné que du contenu X peut également être télécharger via Bittorrent !
yann214
Un chercheur indépendant a publié une analyse du protocole proposé par les laboratoires de la CNIL :<br /> broken-by-design.fr<br /> Protocole d'autorisation par "double anonymat" pour la vérification d'âge...<br /> Analyse comparative du protocole en double anonymat proposé par le LINC dans le cadre de la vérification de l'âge des utilisateurs, notamment de sites pornographiques en France, et de Privacy Pass<br /> Conclusion : de multiples risques pour la vie privée des citoyens français !<br /> En cas de fuite, l’Etat doit se préparer à de belles actions collectives contre lui.
ti4444
et tous les réseaux sociaux ( twiter / tok tok / etc … )
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet