Test Octavio Stream (2022) : est-ce le produit ultime pour connecter vos vieilles enceintes ?

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
01 juillet 2022 à 12h00
11
Octavio Stream

Produits assez pointus mais pas élitistes, les modules audio connectés permettent à des appareils traditionnels (non-connectés) de pouvoir lire du contenu en ligne. Il est ainsi possible, en raccordant ces modules sur n’importe quelle entrée analogique ou numérique d’ampli ou de petites enceintes actives, de profiter des services de streaming type spotify, sans passer par une enceinte dédiées (type Sonos). Surtout, ces appareils sont bien plus abordables et compacts que les streamers, ces lecteurs tout-en-un (avec DAC et amplification) de l'univers Hifi.

Certes des solutions DIY, type Raspberry, peuvent être mises en place pour un coût très réduit. Mais pour un utilisateur qui désire un produit clés en main et néanmoins abordable, plusieurs petits appareils existent. Sorte de classique instantanée, le Stream du français Octavio, testé ici dans sa version 2022, est exactement dans cette tendance : un produit discret, simple d’usage, et qui ne crève pas le portefeuille (200 euros).

Octavio Stream (2022)
  • Compacité
  • Simplicité et maturité de l'univers LinkPlay
  • Qualité technique largement au niveau
  • Connectique fournie
  • Compatibilité 24 bits/192 kHz
  • Finition du boitier
  • Peu de réglages audio avancés

Une construction en progrès

Si l’électronique embarquée est logiquement chinoise, Octavio précise que l’assemblage reste français. Une bonne nouvelle ? Tout dépend. En effet, l’appareil ne brille pas par son côté premium. Au contraire, la coque en plastique injectée est tout ce qu’il y a de plus simple, bien que des progrès existent par rapport aux premières versions de l’appareil. En l’état, l’Octavio Stream est, au niveau de l’aspect, à cheval entre un module classique et un projet semi-professionnel, tant le raffinement vient à manquer. Au moins, il n’y a pas de touche de mauvais goût, comme une surface trop rutilante. Autre petite satisfaction, le plastique est suffisamment dense pour ne pas faire gadget. Difficile d’avoir un élément de comparaison qui ferait pâlir Octavio. Des modules équivalents, comme le Wiim Mini (plutôt autour des 130 euros) ou la plupart des boîtiers pour Raspberry, font encore plus cheap.

Octavio Stream

À l’inverse, la simplicité du Stream lui permet d’atteindre haut la main l’un de ses objectifs : se faire oublier. L’essentiel des streamers classiques possèdent des dimensions d’appareils Hifi standards, alors que le Stream n’excède pas la longueur et la largeur d’un iPhone SE (un peu plus épais tout de même), à savoir 118 x 64 x 21 mm pour à peine 150 g. Cela lui permet, au besoin, d’être parfaitement invisible dans une configuration audio. Le module peut s’effacer derrière un ampli, des enceintes auto-amplifiées, voire à l’arrière d’une barre de son.

Connectique modulaire

Rappelons rapidement le fonctionnement de l’Octavio Stream : Ce petit module se connecte à des applications de streaming ou de la musique stockée sur NAS local, via une application ou via l’un des quelques protocoles compatibles, Spotify Connect, Airplay 2, et UPnP/DLNA (). Il est ainsi semblable à une enceinte connectée/multiroom, excepté qu’il n’intègre de haut-parleur mais des sorties audio afin d’être raccordé sur d’autres appareils. Notons que l’une des nouveautés de ce Stream version 2022 est le support de l’Airplay, chose qui n’était pas présente sur la première version. Un immense avantage pour les utilisateurs Apple.

Octavio Stream

Le Stream possède un côté particulièrement spartiate, très principalement par manque de place. Extérieurement, on ne retrouve qu’une unique prise USB-C et une sortie ligne en jack 3,5 mm. Mais cette nouvelle version du Stream affiche, à l’instar d’un Macbook Air, une certaine modularité via le câblage. L’appareil est par exemple livré avec un câble particulier, contenant de l’USB-A (pour l’alimentation) et un port RJ45 d’un côté, une prise USB-C de l’autre. Il est ainsi possible de connecter le modèle en Ethernet et l’alimenter via une seule entrée. De même, la prise jack 3,5 mm intègre également une prise optique type Toslink (sortie numérique), ce qui permet un branchement sur des cartes son ou tout appareil intégrant ce type d’entrée (les barres de son et enceintes actives par exemple). Ce type de sortie jack était très courant sur les Macbook Pro à une certaine époque.

Octavio Stream

Le bloc d’alimentation USB et tous les câbles sont livrés , y compris le jack vers RCA stéréo, le jack vers jack, et la prise optique, tous dans une excellente qualité. Un gros plus.

Base LinkPlay, écosystème en transition

Concernant la partie technique en elle-même, l’Octavio n’est pas si éloigné des projets à base de Raspberry. Le CPU est ainsi un Cortex A53 cadencé à 1,2 GHz, un peu moins puissant que ce qui équipe les Raspberry Pi4 donc. Pour la gestion du Bluetooth et du Wifi, tout est confié à une même puce Broadcom BCM43456. Enfin, la partie connectée en elle-même repose sur une puce de chez LinkPlay. Cette marque est l’une des spécialistes du genre, et équipe déjà énormément de produits connectés (enceintes comme streamers), chez de très nombreuses marques.

Octavio Stream

L’avantage de LinkPlay est la simplicité, puisqu’il s’agit d’une solution presque clés en main, assez universelle (utilisée par beaucoup de marques), et qui ne demande pas aux constructeurs de réinventer la roue. Plus encore, si l’application Octavio est proposée par défaut, le Stream est compatible avec toutes les applications sur base LinkPlay, à commencer par LinkPlay Legacy Player. Toutes ces applications sont pratiquement des clones, car l'application Legacy Player est une base utilisable par les autres marques.

Bénéficiant de tous les avantages et défauts de cet environnement réseau, l’application est extrêmement simple d’emploi, et la configuration d’un nouveau module Stream ne pose aucun problème. L’application offre un accès direct à la majorité des applications de streaming, et à une gestion des différents appareils LinkPlay connectés sur le même réseau.

Sur ce point, l'application classique Octavio ne va pas beaucoup plus loin que l’application LinkPlay de base, et ne propose aucun réglage vraiment avancé pour le moment, en particulier au niveau sonore. Il est possible de décider quel ou quel module peut être en lecture ou non (en ayant acheté plusieurs modèles Stream ou appareils LinkPlay), via des systèmes de groupes, mais la personnalisation sonore ne vas pas plus loin. Un égaliseur semble être implémenté depuis les dernières versions de l'application, mais nous ne sommes pas parvenus à le faire fonctionner. Si le constat peut sembler tiède en lisant ce paragraphe, ne vous méprenez pas, LinkPlay offre une expérience très simple et complète, sans bug marquant, qui suffira à l'immense majorité des utilisateurs.

Octavio Stream

Précisions : L'application Octavio classique est toujours l'application proposée par défaut, notamment via le QR code sur le packaging. Mais à terme, c'est l'application Octavio Virtuose qui prendra le relais. Nous avons par erreur nommé "Virtuose" l'application "Octavio" classique dans les paragraphes précédents.
Encore en cours de développement, mais déjà disponible sur le Playstore (pas encore sur iOS en revanche), Virtuose permettra à l'écosystème Octavio de s'émanciper davantage, avec plus de réglages dédiés, et un design qui s'éloigne enfin de l'application LinkPlay. Nous avons très principalement testé le modèle sur iOS, mais nous ferons bientôt une mise à jour avec cette l'application Virtuose.

Au niveau physique, le boitier de l’Octavio Stream n’intègre pas de contrôle de volume sonore, mais l’appareil dispose, sur sa façade supérieure, d’une ébauche de contrôle tactile : un bouton play/pause, et un bouton pour passer à la piste suivante.

Un son à la hauteur

Il est toujours difficile de juger la qualité sonore d’un tel appareil, qui n’intègre pas d’amplificateur ni d’interface pour casque. Nous pouvons néanmoins relever que le constructeur a réussi, dans un minimum de place, à placer un ensemble tout à fait cohérent, sans défaut sonore audible. L’une des bases de cette partie sonore vient du convertisseur intégré, un PCM5102 de Texas Instrument, une référence très utilisée sur les modules sonores peu énergivores (exactement ce que nous avons ici).

Octavio Stream
L'appareil peut venir se raccorder sur n'importe quel ampli ou carte son. Ici, nous avons testé cette fonction sur une entrée analogique d'un NAD C700 (qui est déjà un streamer, mais utilisé ici pour l'exemple)

Que ce soit la sortie numérique (optique) ou analogique (jack), le Stream délivre une excellente qualité sonore, cela peu importe l’appareil en aval : barre de son, enceintes stéréo actives, petite chaine Hifi, DAC/Ampli casque, etc.

L’avis de Clubic

8

Si le Stream d’Octavio est l’un des modules clés en main les plus connus, il n’est pas le seul ni le moins cher. Pourtant, son côté éprouvé, ainsi que la richesse des connectiques livrées en standard (câble Ethernet, jack vers RCA, jack vers jack, optique, chargeur), lui permettent d’être un incontournable. Pas parfait, mais tout à fait recommandable pour qui veut rendre un élément audio connecté, sans se prendre la tête.

Les plus

  • Compacité
  • Simplicité et maturité de l'univers LinkPlay
  • Qualité technique largement au niveau
  • Connectique fournie
  • Compatibilité 24 bits/192 kHz

Les moins

  • Finition du boitier
  • Peu de réglages audio avancés

Construction 6

Connectivité 8

Ergonomie 7

Qualité Technique 8

Octavio Stream (2022) au meilleur prix
Amazon 199€ Voir l'offre
Boulanger 199€ Voir l'offre
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
7
ivico
Noter un produit sans faire de mesure sur la sortie analogique c’est comme demander à un aveuglz de juger une peinture. Ca sert à rien.<br /> Il est temps pour moi d’arreter de lire cluclu.
_Troll
Ce n’est pas un appareil de categorie Hi-Fi, mais au contraire il est destine a lire du contenu de service de streaming. Etant donnee la qualite musicale de ces services, Il ne servirait a rien de faire des tests plus approfondis. Apres si vous cherche une bien mailleure qualite, pour le meme prix vous pouvez avoir une carte son descente et un disque dur. Il ne vous restera plus qu’a chercher sur internet ou ailleur les fichiers audio correspondant a vos attentes musicales.
t0ltek
200€ ? c est quand même très cher !! d’autant plus que la photo de l’article montre très clairement un ampli avec prise réseau ( ampli dlna peut etre ? ) , des appli DLNA à 3,50 euros existent pour envoyer le stream , et une paire de cpl coute nettement moins cher … sans compter sur les recepteurs bluetooth à brancher en direct sur l’ampli pour une poignée d 'euros … …
guifou
Si vous avez un analyseur audio sous la main, j’accepte de le prendre avec plaisir. En attendant, je n’ai pas des milliers (plutôt des dizaines) à mettre dans un Audio Precision, même si j’adore ces appareils. Faire une mesure de point très classiques type réponse en fréquence, distorsion et séparation des canaux ok, c’est faisable avec une carte son, mais on ira pas bien loin dans ce qui est représentatif de l’appareil, et soumis à la tolérance un peu approximative de ces interfaces.
guifou
Oui, la légende de la photo précise justement que c’est seulement un exemple, le Nad est déjà un lecteur réseau complet.<br /> Des appli DLNA ok, mais comment récupérer vous le flux sur un vieil ampli ? Le but est d’avoir un module qui assure les fonctions de lecteurs réseaux, avec un accès direct à des applications, pour raccorder sur des appareils qui ne le sont pas. Des solutions moins couteuses ne sont pas difficiles à faire, encore faut-il vouloir mettre les mains un minimum dans le cambouis. Des ampli avec prises réseau sont toujours beaucoup plus cher justement. Il y des exceptions, mais la norme des tout-en-un (streamer/DAC/ampli) est généralement sur du plus de 1 000 euros.
t0ltek
pour ma part j utilise l’appli hify android ( 3,50 euros ) qui se connecte aussi bien direct sur ma xbox ou direct sur mon ampli pioneer ( ou bien les 2 en même temps bien sur ) ( seuls recepteurs audio dont je dispose ) pour écouter spotify . si je souhaite élargir l’horizon des possibilités , je ferai l’acquisition d’un simple récepteur Bluetooth que je brancherai en direct sur mon ampli , et ça , c’est on ne peut plus simple . Et encore une fois pour écouter du service en streaming , pas besoin de mettre des 1000 et des 100 .<br /> bien cordialement
guifou
Encore une fois vous évoquez des appareils déjà connectés, comme une Xbox ou un ampli pionneer manifestement déjà compatible DLNA. On ne parle pas de solution software mais de matos. Sinon, toutes les applis LinkPlay sont accessibles gratuitement.<br /> Et pour beaucoup, le Bluetooth n’est pas une solution viable en sédentaire, ce qui peut se comprendre (en particulier dans un cadre multiroom).
raymondp
Merci pour cet essai, très intéressant.<br /> Pour ma part, j’utilise 2 chromecast audio pour rendre à peu près le même service, l’un relié à un téléphone, l’autre à mon serveur de musique logitech media server.<br /> Pour répondre aux commentaires précédents, je pense qu’on ne peut pas comparer le son de cet appareil avec ce qui sort directement d’un tel par jack ou par bluetooth, je pense que c’est nettement meilleur, d’ailleurs je le vois plus effectivement comme un « gadget » pour amateur audio pas trop fortuné qui ne peut pas s’offrir un lecteur réseau bien plus cher mais qui veut quand même de la qualité sonore.<br /> De ce point de vue les regrettés audicast étaient plutôt bons, j’en ai acheté un de plus avant qu’ils n’arrêtent la production, mais pas excellents.<br /> Je possède quelques lecteurs réseaux branchés sur mon serveur de musique, et il n’y a pas photo, le chromecast est moins bon.<br /> Par contre, pour revenir sur ce produit, je dirai si c’est pour écouter du spotify, c’est un peu cher, on peut trouver des solutions à meilleur marché. Personnellement je suis un peu déçu par la qualité spotify. Il y a un peu de souffle, pas beaucoup de dynamique et ça manque de définition sonore, à l’écoute sur ma chaine hifi (plutôt haut de gamme), mais ça suffit pour un casque de smartphone. Par contre Qobuz, c’est nettement meilleur, mais plus cher aussi, là ça vaut sans doute le coup.<br /> Si ce bidule peut se connecter sur un serveur LMS (et à priori c’est le cas), il peut trouver aussi des amateurs de se côté.<br /> Mes 2c
raymondp
typo : décente (pas descente)
g-m1n1
L’idée est bonne, mais ce n’est pas pour toutes les bourses.<br /> 200€ c’est le prix d’une Sonos One.
molotofmezcal
Pour le coup je suis plutôt content de m’être blindé de Chromecast audio avant qu’ils ne disparaissent des étales.
raymondp
Ce n’est pas le même usage… la sonos one est une enceinte
g-m1n1
Bien sûr.<br /> Je dis juste que ça s’adresse à un public très ciblé vu le prix.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Corsair Vengeance RGB DDR5-6000 CL36 : l'Américain baisse le tarif de sa DDR5, pas les performances
Test Oppo Find X5 Lite : un smartphone aussi performant que séduisant ?
Test be quiet! Shadow Rock 3 : une valeur sûre pour refroidir sans se ruiner
Test realme Narzo 50i Prime : sur tous les fronts, mais n'excelle nulle part
Test NZXT Kraken 120 : tout simplement le meilleur kit AiO 120 mm ?
Test Noctua NH-D15 : la référence absolue du ventirad est toujours au top
Test Cooler Master MA612 Stealth : un ventirad d'une rare élégance, mais pas si discret que ça
Test Mercusys Halo H80X : un kit Wi-Fi Mesh au rapport qualité-prix imbattable ?
Test Bowers & Wilkins PX7 S2 : le plus premium des casques ANC s’améliore presque partout
Test ASUS ROG Ryujin II 360 : quand le watercooling joue la carte du luxe
Haut de page