Test DJI Osmo Pocket : une caméra 4K sur nacelle stabilisée qui tient dans la poche

Colin Golberg Team Clubic
19 décembre 2018 à 17h59
0
La note de la rédac
Avec son Osmo Pocket, DJI entend bien proposer une caméra 4K sur nacelle stabilisée, dans un format ultra-compact. C'est bien simple : elle tient dans la poche ! Nous avions pu la prendre en main dans les rues de New York juste après son annonce, aujourd'hui nous vous proposons un test complet pour voir si le nouveau joujou de DJI tient toutes ses promesses.

Peut-être avez-vous déjà utilisé un stabilisateur mécanique pour améliorer vos prises de vues. Que ce soit une lourde et encombrante nacelle dédiée aux Reflex ou autres hybrides professionnels, ou bien avec les différents produits permettant d'y monter un smartphone, comme l'Osmo Mobile de DJI ou les concurrents de chez Zhiyun et FeiyuTech.

Dans le meilleur des cas, il faudra choisir entre garder à la main l'ensemble stabilisateur + smartphone, ou bien assembler, jumeler et mettre en route l'ensemble à chaque envie de prendre une photo ou une vidéo. Ce que propose DJI avec l'Osmo Pocket, c'est de se libérer de ces contraintes pour pouvoir capturer des instants de vie facilement et rapidement, le tout dans une excellente qualité, pour la « modique somme » de 359 €.

osmo pocket
L'Osmo Pocket dans sa coque de transport fournie, à coté d'un briquet et d'un iPhone X



Prise en main et caractéristiques

Malgré un packaging un peu cheap, l'Osmo Pocket en lui-même respire la qualité. Les matériaux en plastique qui composent le corps de l'appareil sont de très bonne qualité, et la partie nacelle/objectif est en métal. Mais surtout ce qui impressionne immédiatement, c'est le format ultra compact le l'objet ! L'Osmo Pocket est TRÈS petit (12,2 x 2,8 x 3.7 cm pour un poids de 116 g). L'appareil est livré avec une coque de transport et sa dragonne, deux adaptateurs (lightning et USB-C), et un câble USB / USB-C pour la recharge.

Les caractéristiques complètes :
  • Dimensions : 121,9 x 36,9 x 28,6 mm / Poids : 116 g
  • Capteur : CMOS 1/2,3" / Pixels effectifs : 12M
  • Objectif : FOV : 80° F2,0
  • Gamme ISO : Photo = 100-3200 / Vidéo = 100-3200
  • Vitesse d'obturation électronique: 8 s-1/8000 s
  • Taille d'image maximale : 4000 x 3000 pixels
  • Définition vidéo 4K Ultra HD : 3840 x 2160 24/25/30/48/50/60p / FHD : 1920 x 1080 24/25/30/48/50/60
  • Débit binaire max. : 100 Mb/s
  • Formats de photo : JPEG/JPEG+DNG
  • Formats de vidéo : MP4/MOV (MPEG-4 AVC/H.264)
  • Sortie audio : 48 kHz AAC
  • Type batterie : LiPo / Capacité : 875 mAh / Temps de fonctionnement : 140 min / Temps de recharge : 73 min

osmo pocket
Le format est vraiment ultra compact

Avant d'entrer dans le vif du sujet, on pourra regretter le fait que Dji ait choisi de proposer une compatibilité uniquement avec les iPhones ou les smartphones Android équipés d'un port USB-C. Exit le microUSB ! L'Osmo Pocket pourra néanmoins être utilisé de façon totalement autonome, et -SPOILER- chez Clubic c'est d'ailleurs comme cela qu'on a préféré l'appareil.

Stabilisation et qualité d'image au rendez-vous ?

L'Osmo Pocket propose plusieurs modes de prises de vue, nous avons essayé de vous les présenter dans la vidéo suivante pour illustrer la suite de l'article.

A noter que la version du firmware embarquée sur notre exemplaire de test n'était pas la version définitive. Depuis, une version estampillée 1.2.0.2 améliorerait l'autofocus, la qualité du son et les modes slow motion. Nous n'avons malheureusement plus l'appareil entre les mains pour la tester.



La stabilisation est particulièrement efficace, que ce soit en marchant, ou à vélo comme dans la vidéo ci-dessus, il est également possible d'activer un mode course permettant de lisser les mouvements plus prononcés. Nous avons été vraiment bluffés des résultats obtenus par un si petit objet, et la qualité vidéo n'est pas en reste.

L'Osmo Pocket permet de filmer en Full HD ou en 4K, avec un bitrate pouvant aller jusqu'à 100Mb/s (en 4K 60 FPS). A noter que dans ce dernier mode, les fonctions Active Track ne sont plus actives. il est également possible de définir plusieurs niveaux de qualité (Fin, Super Fin, etc) correspondant au bitrate des clips vidéos en sortie.

osmo pocket
Le capteur est le même que celui du Mavic 2 Zoom, sans le téléobjectif

Les couleurs sont bien rendues, flatteuses sans être trop saturées, la balance des blancs semble toujours juste (il est possible de la configurer manuellement), et le passage entre forte et basse luminosité est relativement fluide. Notons tout de même qu'en mode selfie vidéo, les arrière-plans auront parfois la fâcheuse tendance à surexposer. On remarquera également quelques ratés au niveau de l'autofocus, qui peut parfois s'emballer sans raison apparentes. L'écran intégré étant particulièrement petit, il est parfois difficile de s'en rendre compte sur le retour vidéo en direct, ce qui pourra causer des déceptions lors du visionnage des clips sur un ordinateur. Rien de rédhibitoire cependant.

Enfin, si les mouvements verticaux sont assez fluides, c'est nettement moins le cas pour les mouvements horizontaux, qui ont tendance à saccader s'ils sont trop rapides. Il est possible de réduire cet effet en filmant en 60 images/sec, mais nous perdons au passage le rendu cinématographique.

osmo pocket
Un exemple de photo prise dans les rues de New York

Dernier point concernant la vidéo, il faudra composer avec une ouverture fixe à F2,0 pour un angle de vision de 80°. En mode selfie vidéo c'est un peu limite, et il faudra avoir le bras assez long pour espérer garder un peu d'arrière-plan en plus de son visage dans le cadre. Un peu dommage pour une caméra qui vise en partie les youtubeurs et autres vloggers. L'ajout d'une perche vendue séparément est néanmoins possible.

Enfin, il est indispensable d'aborder la question de la qualité sonore : l'Osmo Pocket est équipé de deux micro afin d'éliminer au mieux les bruits parasites. Dans l'absolu cela marche plutôt bien, même si nous avons trouvé que la voix paraissait un peu trop isolée du son ambiant. Néanmoins le placement physique des micros sur le manche de l'appareil pourra poser des problèmes si l'on ne fait pas attention. Nous avons plusieurs fois placé le doigt sur l'une des entrées micro, ce qui a pour effet de créer un rendu désagréable sur la piste audio. Il sera toujours possible d'utiliser un micro externe via l'adaptateur (3,5) disponible en option.

osmo pocket
Le mode Panorama 3x3 assemble automatiquement 9 photos pour un résultat très convaincant

Ergonomie et utilisation

L'Osmo Pocket est capable de sortir des images de grande qualité, mais est-il facile à utiliser ? Et bien c'est un grand oui ! D'abord sceptique sur le petit écran tactile d'un pouce, il faut reconnaître qu'à l'utilisation cela fonctionne très bien.

L'appareil est équipé de deux boutons, l'un pour la mise en route et le switch rapide entre les modes photo/vidéo, et l'autre pour lancer/stopper l'enregistrement. Il est également possible de passer la caméra en mode selfie avec une double pression d'un des boutons. Le manche de l'Osmo Pocket tient naturellement dans la main et le revêtement est suffisamment adhérent pour ne pas glisser au moindre relâchement. On regrettera juste le fait qu'il ne soit pas possible de mettre la dragonne fournie directement sur l'appareil, mais seulement sur la coque de rangement...(!)

osmo pocket
osmo pocket

L'Osmo Pocket sera opérationnel en moins de 2 secondes après sa mise en route, la nacelle effectuant une calibration automatique à chaque allumage pour s'aligner avec l'horizon. Le petit écran d'un pouce nous offre un retour en direct des prises de vue. Attention tout de même, l'image sera tronquée si vous choisissez l'affichage en 4/3. Il est néanmoins possible d'opter pour un ratio 16/9, mais il faudra avoir de bons yeux tant l'image sera petite !

Au niveau de la navigation, il suffira de faire glisser un doigt depuis l'extérieur de l'écran sur l'un des 4 bords pour faire apparaître des menus très bien pensés. Ceux-ci permettront d'effectuer les réglages les plus courants, ainsi que de lancer les modes de vue plus exotiques, comme les motion timelapses (timelapses avec un mouvement). Pour découvrir plus en détails les différents modes de prise de vue, nous vous invitons à visionner notre vidéo ci-dessus.

Sachez juste que les fonctions Active Track marchent à merveille, et permettent de suivre automatiquement un sujet défini par une pression sur l'écran. Même constant en mode selfie, il est possible de se filmer alors que l'Osmo Pocket suit automatiquement notre visage pour le laisser au centre de l'image, le tout de façon fluide et ultra stable. Les modes Timelapse et Motion Timelapse impressionnent à chaque essai, tant il est facile de les réaliser d'une simple pression d'un bouton pour un résultat très professionnel.

osmo pocket
Le connecteur amovible permet de switcher entre lightning, USB-C, et autres accessoires

Pour accéder aux réglages avancés de l'Osmo Pocket, il faudra connecter son smartphone via l'adaptateur correspondant. Celui-ci se glisse dans le port dédié aux accessoires sur la face avant de l'appareil. Une fois connecté, on profite d'un retour vidéo en plein écran à la manière de ce que faisait DxO avec sa DxO One.

osmo pocket
La recharge se fera via un port USB-C situé sous l'appareil

Enfin, un petit mot concernant l'autonomie et la recharge. Nous avons pu filmer en 4K 30 images/sec pendant environ 2 heures, ce qui nous parait tout à fait acceptable sachant qu'il est possible de recharger l'appareil en un peu plus d'une heure. Attention toutefois, connecté à un smartphone Android, l'Osmo Pocket recharge celui-ci, réduisant quelque peu l'autonomie. Il nous parait également important de préciser que la batterie n'est pas amovible.

Dji Mimo et fonctionnalités sociales

Une fois connecté au smartphone, la nouvelle application de DJI "Mimo" s'ouvre instantanément. Il sera possible de piloter la nacelle stabilisée via un joystick virtuel, et de débrider les fonctions avancées de la caméra : framerate, format vidéo, photos RAW, réglages mécaniques de la nacelle, etc. A noter qu'une future mise à jour devrait apporter un profil D-Cinelike à l'Osmo Pocket, afin de permettre une plus grande latitude de retouche pour les adeptes du color grading dans Adobe Premiere, Final Cut ou autres logiciels professionnels.

osmo pocket
L'app Dji Mimo permet de piloter plus en détails l'Osmo Pocket, et d'utiliser les fonctions "My Moments"

L'application Mimo est également le seul moyen d'utiliser les stories my moment, sorte de montages automatiques en musique, construit à partir d'un assemblage de clips. Vous pouvez avoir un aperçu du rendu final à la fin de notre vidéo ci-dessus. L'application permet également d'accéder à une interface de montage simplifiée, permettant entre autres de découper les vidéos, et de les exporter vers la pellicule du smartphone. DJI met aussi en avant son application comme une véritable plateforme sociale, avec un profil dédié pour échanger directement avec les autres utilisateurs d'Osmo Pocket.

De nombreux accessoires pour compléter l'offre

Pour étoffer son offre - et venir jouer sur les plate-bandes de GoPro -, DJI propose une large gamme d'accessoires pour l'Osmo Pocket. On trouvera en vrac : un module d'utilisation sans fil, un boitier étanche, une perche, un adaptateur pour micro externe, une molette de réglages avancés (contrôle de la nacelle plus fin), un boitier qui fait aussi office de batterie externe, et un ensemble de fixations. D'autres accessoires devraient voir le jour dans les prochains mois.

osmo pocket
Dji propose de nombreux accessoires pour étendre l'utilisation de l'Osmo Pocket

A qui est destiné cet Osmo Pocket ?

En définitive vous l'aurez compris, nous avons beaucoup aimé le dernier bébé de DJI. C'est un vrai plaisir de pouvoir saisir l'instant présent aussi rapidement, dans une qualité bluffante pour un objet aussi compact. Mais finalement, à qui se destine cet Osmo Pocket ?

En premier lieu ce sont les créateurs de contenu qui apprécieront de troquer leurs lourds et encombrants équipements - dès lors qu'ils n'ont pas besoin d'une qualité extrême - pour l'Osmo Pocket. Nous pensons principalement aux youtubeurs, vloggers et aux journalistes qui souhaitent saisir des images qualitatives sur des salons ou événements. Mais les voyageurs, les sportifs, et tout simplement les amateurs qui souhaiterons capturer des images de qualité pour leur collections personnelles, ne seront pas en reste.

Les quelques défauts de jeunesse de l'Osmo Pocket (placement des micros, FOV réduit en mode selfie) sauront rapidement se faire oublier, et une fois pris en main, tout le potentiel de l'appareil se dévoilera pour véritablement libérer votre créativité.

Dji Osmo Pocket

Les plus
+ Le format ultra compact
+ La facilité de prise en main et la réactivité lors de la mise en route
+ La stabilisation et la qualité des images capturées
+ L'autonomie et la recharge rapide
Les moins
- L'autofocus qui fait parfois des siennes
- Le placement des micros
- Pas de compatibilité microUSB
Design, qualité de fabrication
Prise en main, ergonomie
Image et stabilisation
Son
Autonomie
4.5

Modifié le 04/04/2019 à 10h37
10 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top