DockPort : retour sur le Thunderbolt d'AMD, désormais un standard

18 février 2014 à 18h45
0
AMD a publié la semaine dernière une vidéo dans laquelle il détaille les champs d'application du DockPort, son alternative au Thunderbolt d'Intel. L'occasion de faire le point sur cette connectique prometteuse.

Comme son nom l'indique, la vocation première du DockPort est de raccorder un ordinateur à une station d'accueil. C'est valable pour un ordinateur portable auquel on ne brancherait qu'un seul câble lorsqu'on s'installerait sur son bureau, mais aussi pour le clavier d'une tablette convertible.

000000F007170700-photo-amd-dockport.jpg

Pour ce faire la connectique d'AMD transporte un ou plusieurs flux vidéo DisplayPort, un flux de données USB 3.0 et du courant électrique dans un seul câble. Les possibilités sont nombreuses, mais le meilleur exemple est un boîtier auquel on brancherait d'une part un ou plusieurs moniteurs (via DisplayPort, HDMI...), un clavier, une souris et d'autres périphériques USB 2.0 ou USB 3.0, des haut-parleurs ou un casque (via des sorties audio), et d'autre part un ordinateur, qui serait alimenté par ce biais.

Moins performant mais moins coûteux que le Thunderbolt

Tout comme le Thunderbolt d'Intel, le DockPort exploite des connecteurs mini-DisplayPort. Présenté comme une alternative low cost, il présente plusieurs avantages et inconvénients.

Son principal inconvénient est d'avoir recours à l'USB 3.0, et non au PCI-Express. La bande passante est sensiblement inférieure, 5 Gb/s contre 20 Gb/s, et elle est partagée par plusieurs périphériques qui peuvent rapidement la saturer (un port Gigabit Ethernet, plusieurs supports de stockage...). Dans les deux cas, la connectique ne permet pas de déporter des sorties existantes de l'ordinateur, elle impose donc d'avoir recours à des contrôleurs dédiés, ce qui peut entrainer des redondances superflues (contrôleur audio, contrôleur réseau...).

Son principal avantage est d'être un standard, le VESA en a même fait une extension du DisplayPort au CES 2014. Il est par conséquent royalty free, les fabricants qui l'adoptent ne sont soumis à aucune redevance. Il ouvre ainsi la voie à des stations d'accueil à la fois universelles, c'est-à-dire multimarques, et abordables. Les câbles, s'ils doivent être certifiées DockPort, sont en outre passifs, et moins couteux que les câbles Thunderbolt qui embarquent de l'électronique dans leurs connecteurs.

Ces deux derniers aspects sont des arguments décisifs qui donnent ses chances au DockPort, plusieurs années après l'avènement du Thunderbolt, qui n'a toujours pas décollé. Il n'appartient plus qu'aux fabricants d'ordinateurs de l'intégrer.

0118000007170702-photo-amd-dockport.jpg
0118000007170704-photo-amd-dockport.jpg

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : spoiler autour du S5, terminus pour Irrational Games, Zynga au plus haut
Docs To Go passe en version 4.0 sur Android
Nvidia publie les pilotes GeForce WHQL version 334.89
Applications Bing : Microsoft active la synchronisation Windows/Windows Phone
Microsoft Lync : bientôt une application pour tablette et les chats vidéo avec Skype
Insolite : quand le groupe De La Soul offre sa musique piratée sur Internet
Philips teste la localisation en intérieur par LED
Orange et Sosh : Facebook bientôt gratuit ou non décompté du forfait ?
Face à Puzzle & Dragons, Candy Crush (King) prépare son entrée en bourse
Apple : un brevet de casque mesurant les signes vitaux
Haut de page