X-Men Apocalypse : des mutants aux super-pouvoirs, et si c'était vrai ?

Denis Brusseaux
18 mai 2016 à 11h53
0
Le truc avec les X-Men, c'est qu'au lieu de nous faire rêver comme Spider-Man, ils nous tendent un miroir pas très agréable, celui d'une nature humaine qui ne tolère pas trop les différences. Et pourtant, la mutation est la caractéristique première de tout ce qui vit. Alors, sommes-nous finalement un peu tous des X-Men ?

A l'époque où Jack Kirby et Stan Lee inventent pour la première fois les X-Men, l'une des composantes essentielles du mythe d'un super-héros est l'origine de son pouvoir, ce qui justifie d'ailleurs que l'événement ayant concouru à la naissance de ses facultés, soit régulièrement rappelé ou revisité : morsure de Peter Parker par une araignée radioactive, exposition des Quatre Fantastiques aux rayons cosmiques, bombardement de rayons gamma sur le docteur Banner etc... Autrement dit, on ne naît pas super-héros, on le devient - même Superman ne doit ses pouvoirs qu'à son déplacement sur Terre.

Dans ce contexte, l'idée de proposer des super-héros mutants est bien plus qu'une astuce de scénariste, il s'agit d'une révolution ayant pour premier effet de gommer la distance entre ces êtres surnaturels et nous, simples humains. Plus question de désigner les super-héros comme des exceptions, produits du pur hasard : désormais, ils s'inscrivent dans le cours de l'évolution et proposent à notre espèce un devenir possible, celui du surhomme. De ce pitch brillant, le scénariste Chris Claremont saura saisir plus tard tout ce qu'il implique d'un point de vue moral et philosophique. Sous sa plume, le super-héros, parce que mutant, est à la fois complètement humain et rejeté par ces derniers, ce qui conduit naturellement à une métaphore du racisme dont l'auteur ne s'est pas privé.

0320000008444354-photo-clubic-mai-xmen-01.jpg
Doté de pouvoirs presque sans limites, Apocalypse est un dieu pour les mutants et assimile donc l'évolution à la religion.

Juif par sa mère, Claremont a fait des X-Men les symboles de l'exclusion et de la discrimination, n'hésitant pas à forcer le parallèle avec l'Holocauste au travers du personnage de Magneto, dont il dépeint l'enfance dans les camps de la mort nazis. Si d'autres scénaristes ont, depuis, pris le relai des X-Men, il est indéniable que la « patte » Claremont est la matrice stylistique de tous les films de Brian Singer, lequel ne cesse de revenir aux meilleures heures de la saga, celles des années 80. Mais à quel point cela renvoie-t-il à notre réalité ? Réponse page suivante.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

DSLR : malgré la chute des ventes, Nikon préparerait deux boîtiers pour 2021
Envie de changer de TV ? Notre comparatif des meilleurs téléviseurs par gamme de prix
Place des Libraires, la marketplace qui pousse le lecteur à la rencontre de son libraire (Interview)
Pour Noël offrez une jolie montre connectée Fossil à prix choc sur Amazon
Patrick Drahi lance son OPA sur Altice Europe, l'objectif ? Se retirer de la Bourse
Idées cadeaux à moins de 100 € : notre sélection des meilleures promos
Black Friday Week : le TOP des bons plans high-tech encore valables ce soir
Hottes Days Aliexpress : l'aspirateur sans fil Xiaomi Dreame T20 à prix choc
Xbox Series X : la production a démarré à la fin de l'été
Bon plan avant le Black Friday : la clé USB 3.0 SanDisk Ultra Flair 128 Go à près de -50% sur Amazon
Haut de page