Preview d'Assassin's Creed Syndicate : rencontre avec les hommes de Londres

24 septembre 2015 à 18h00
0
Après un bilan mitigé pour Assassin's Creed Unity l'année dernière, techniquement en-dessous de ce qu'on pouvait attendre du premier volet new gen de la franchise d'Ubisoft, Assassin's Creed Syndicate est attendu au tournant. Nous avons pu nous essayer à une ultime version preview du titre, un mois avant sa sortie.

Fin 2014, Assassin's Creed Unity avait fait parler de lui, et pas forcément en bien : le premier volet de la saga d'Ubisoft, exclusif à la PS4, Xbox One et au PC, était criblé de bugs à sa sortie, affichant des baisses de framerate considérables et des soucis de stabilité dans son mode multijoueur. Ces problèmes, combinés à un scénario faiblard et un héros, Arno, pas franchement charismatique, ont contribué à faire de Unity un épisode moins intéressant qu'il aurait pu l'être.

On attend donc légitimement d'Assassin's Creed Syndicate, la cuvée de cette année, qu'elle fasse mieux que son prédécesseur. Nous avons pu nous essayer trois heures à une version preview du jeu, mi-septembre, soit environ un mois avant la sortie du titre sur PS4 et Xbox One. A ce stade, on peut estimer que la preview proposée est proche de la version finale. Certains points ne sont pas forcément très rassurants.

0352000008179748-photo-assassin-s-creed-syndicate-preview.jpg
Ce pendentif me dit quelque chose...

Une intrigue prometteuse

On le sait, Syndicate prend place à Londres, en 1868, soit en pleine révolution industrielle. Le joueur peut incarner quand il le souhaite Evie ou Jacob Frye, des jumeaux venus de Crawley. Les apprentis assassins débarquent à Londres, bien décidés à nettoyer la capitale des Templiers qui y sont trop bien installés. Faire tomber une à une les têtes de l'organisation va être l'un des principaux objectifs du jeu.

Bien que la base de l'intrigue rappelle celles de précédents volets de la saga, on est cependant rapidement frappé par la dynamique installée entre Evie et Jacob. Les jumeaux n'ont pas le même caractère : Evie est sérieuse et déterminée, là où Jacob est impétueux et fait dans l'humour. S'il faudra attendre la version finale du jeu pour voir si les personnages fonctionnent sur la durée, la première impression augure du bon. C'est le cas aussi du côté des méchants, qui s'annoncent un poil plus intéressants que ce proposait Unity.

0352000008179746-photo-assassin-s-creed-syndicate-preview.jpg
De nombreuses personnalités historiques seront de la partie. Ici, Alexander Graham Bell.

Grandeur et décadence

Le joueur est rapidement libre de ses mouvements au sein du plus grand environnement proposé jusque-là dans la saga : les quartiers sont immenses et les lieux réputés de la capitale britanniques parfaitement rendus. Un petit tour dans la gare de St. Pancras, ou sur les toits de la cathédrale St. Paul confirme qu'Ubisoft Québec n'a pas chômé en matière de modélisation.

Néanmoins, cette richesse de l'environnement où la vie est omniprésente n'a pas été vide de défauts dans cette preview : outre les quasi-traditionnels bugs d'affichage, nous avons pu nous frotter, à plusieurs reprises, à des chutes de framerate. Même si ces dernières n'égalaient pas celles rencontrées sur Unity, elles poussent à s'interroger sur la capacité du moteur du jeu à gérer toujours plus d'éléments - alors qu'il peinait déjà à le faire dans le jeu de l'année dernière. A ce stade, on ne peut qu'espérer que les développeurs planchent sur ce problème avant la sortie du titre.

0352000008179752-photo-assassin-s-creed-syndicate-preview.jpg
Whitechapel est le premier quartier dans lequel Jacob, Evie et leur gang vont devoir s'imposer.

Grand Theft Calèche

La grandeur de la ville a poussé les développeurs à chercher de nouveaux moyens de se déplacer au cœur de Londres. Les points de déplacement rapides sont toujours de la partie, mais trois nouveautés importantes sont à noter. La première, c'est la présence d'une base de gang au coeur d'un train en marche, qui permet à Evie et Jacob Frye d'organiser leurs activités pour lutter contre les Templiers. Le train arpente la ville en continu et il est possible de grimper dessus et d'en descendre à tout moment. Dans un genre similaire, on trouve également des bateaux qui naviguent sur la Tamise, et qu'on peut emprunter à loisir.

0352000008179750-photo-assassin-s-creed-syndicate-preview.jpg
Les calèches sont efficaces dans les missions de kidnapping.

Le second moyen de transport a été montré plusieurs fois par Ubisoft : il s'agit de la calèche. Celle-ci remplace le cheval dans cet opus. Il en circule partout à Londres, et Jacob, comme Evie, peuvent en voler une à tout moment, qu'elle soit ou non à l'arrêt. Une fois à l'intérieur, la calèche affiche la route à suivre pour se rendre à la destination sélectionnée. Il est possible d'accélérer ou de donner des à-coups sur les côtés pour envoyer un autre véhicule dans le décor, par exemple. Entre ça et les poursuites avec les ennemis et les autorités locales, on se croirait dans un GTA à vapeur.



En usage normal, la calèche se conduit sans trop de difficulté, même si la circulation vient mettre des bâtons dans les roues du joueur. Il semblerait que le jeu soit plutôt tolérant avec la ribambelle de passants qui passent sous les roues du carrosse - l'IA ne semble d'ailleurs pas très réactive à ce sujet. Par contre, en mode course-poursuite, on se heurte facilement à quelques difficultés pour conduire et gérer les assaillants en même temps.

Joue-la comme Batman

Le troisième nouveau moyen de se déplacer est peut-être celui qui va le plus diviser les joueurs : il s'agit du grappin. Nous avions pu l'approcher lors de la Gamescom, qui avait été l'occasion de découvrir Evie manette en main. Grâce à cette preview, on découvre que Jacob y a également accès.

0352000008179756-photo-assassin-s-creed-syndicate-preview.jpg
La cathédrale St Paul a beau être immense, son ascension ne pose guère de difficulté avec le grappin.

Les développeurs expliquent que les bâtiments étant de plus en plus hauts et complexes à gravir, le grappin est là pour faciliter les choses. Le problème, c'est qu'il les facilite trop. A partir du moment où l'on récupère le grappin, on a le sentiment d'avoir une corde et un palan à disposition en permanence, et on est largement incités à abandonner la grimpette manuelle. Celle-ci avait déjà été simplifiée par la mise en place du bouton unique qu'il suffit de presser pour monter ou descendre, et elle devient désormais accessoire à bien des niveaux. La preview nous a permis de le constater lors d'une mission durant laquelle il ne fallait pas se faire remarquer des policiers : le grappin retire une bonne partie de l'aspect stratégique, comme le témoigne notre vidéo ci-dessous.



Il faudra donc voir, sur l'ensemble du titre, si le grappin parvient à se justifier dans une dimension stratégique, et s'il n'efface pas tout l'intérêt de l'escalade sur le long terme.

Entre bonnes surprises et interrogations

Cet aperçu d'Assassin's Creed Syndicate affiche des points positifs, notamment dans la direction artistique et le travail d'écriture, qui promettent tous les deux d'être intéressants. On peut rapidement évoquer la musique : composée par Austin Wintory, qui a travaillé sur Journey, elle s'avère très réussie. Jacob et Evie, quant à eux, nous ont fait très bonne impression, même si on va attendre le résultat final pour s'en assurer. Pour le reste, Syndicate devrait rester en terrain connu, distillant quelques nouveautés çà et là, notamment de nouveaux types de missions secondaires. Les menus du jeu nous ont également confirmé qu'une partie du titre sera consacré au présent, comme le veut la tradition de la franchise.

Là où la preview rassure un peu moins, c'est sur les nombreux bugs rencontrés, en particulier sur la difficulté du titre à rester constant à 30 fps. A quelques semaines seulement de la sortie du jeu, prévue le 23 octobre, sur PS4 et Xbox One, il y a de quoi s'inquiéter, surtout après l'expérience fort désagréable qu'avait proposé Unity à son lancement. On devrait être vite fixé avec la sortie de la version définitive, prévue le 23 octobre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
scroll top