Les incendies australiens ont émis autant de CO2 que les 100 pays les moins pollueurs

14 janvier 2020 à 07h00
0
feu-australie

Alors que la pluie s'abat enfin sur l'Australie, le bilan des feux qui ont ravagé le pays ces dernières semaines est catastrophique. En plus des pertes humaines et animales, ils ont émis un taux colossal de CO2 dans l'atmosphère.

Appelés « bushfires » en anglais , ces feux sont communs lors de la saison estivale en Australie, mais leur intensité ne fait qu'accroître. La période 2019-2020 est particulièrement dramatique sur de nombreux points : des centaines de milliers de personnes ont été évacuées, plus de 25 victimes ont été recensées (pour le moment) et on estime que plus d'un milliard d'animaux ont péri, intoxiqués par la fumée ou brûlés vifs.


Un véritable cercle vicieux

Ces feux, dont certains remettent en question l'origine, ont également émis près de 400 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère. À titre de comparaison, cela représente l'équivalent des émissions annuelles des 116 pays les moins pollueurs au monde. En 2018, les émissions engendrées par les feux qui ont ravagé la Californie étaient neuf fois moins importantes.

Il s'agit là d'un véritable cercle vicieux. Les émissions de CO2 sont en effet impliquées dans le réchauffement climatique, qui entraîne la hausse des températures, de la sécheresse, et favorise les incendies. Ces derniers détruisent les plantes et les arbres qui libèrent alors le CO2 qu'ils contiennent dans leur tronc, leurs feuilles, etc. Ce CO2 vient ainsi s'ajouter aux émissions qui accentuent le changement climatique... et ainsi de suite.


Des feux toujours plus intenses

Il est déjà arrivé que des feux australiens émettent encore plus d'émissions : 600 millions de tonnes de CO2 ont atteint l'atmosphère lors de la saison 2011-2012. Néanmoins, la saison des feux est de plus en plus longue et les journées où l'alerte est maximale sont toujours plus nombreuses... Le taux d'émissions dans l'une des régions touchées cette année, les New South Wales, est par ailleurs disproportionné par rapport à la moyenne.

Au total, plus de 10 millions d'hectares ont brûlé, dont plus de la moitié dans les New South Wales. Cela est notamment dû à la fusion de deux feux qui ont créé un « méga-incendie » dévastateur, mais désormais sous contrôle.

Australie, Amazonie, Afrique, Sibérie... Les incendies sont de plus en plus courants et de plus en plus destructeurs. Malheureusement, ils ne sont qu'une conséquence logique du réchauffement climatique et l'alimentent, ils devraient d'ailleurs s'intensifier dans les années à venir si rien n'est fait.

Source : Technology Review
Modifié le 14/01/2020 à 09h04
19
19
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top