Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 12 novembre 2019 à 09h04
EuropaCity.jpg
© Alliages et Territoires

Le controversé projet de mégacomplexe, qui devait voir le jour d'ici 2027, a été abandonné, sur décision du président de la République.

EuropaCity se devait d'être un véritable Eldorado, en tant que nouvelle destination du Grand Paris. Cet immense quartier de loisirs de 80 hectares, prévu pour être situé à 7 minutes de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle et à 24 minutes du centre de la capitale, devait être accessible par la ligne 17 du métro du Grand Paris Express d'ici 2027. Il devait comporter une immense zone culturelle, un parc à thème couvert, un parc de glisse, un parc aquatique, mais aussi une ferme et un parc urbain, plusieurs hôtels et un immense centre commercial. Et il ne verra pas le jour. En tout cas, pas sous cette forme.

L'État dit « stop »

L'État, qui avait un temps porté le projet, est finalement devenu le bourreau du complexe francilien géant de loisirs et de commerces. Les militants de la cause écologique et de nombreuses associations et ONG réclamaient la pure annulation de l'opération publique d'aménagement. Et ils ont obtenu gain de cause.


Emmanuel Macron, puis sa ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, ont officialisé, le 7 novembre dans le cadre du Conseil de défense écologique, la fin du projet. Ce qui n'est pas sans rappeler le dossier lui aussi clos de Notre-Dame des Landes.

Les arguments écologiques du promoteur n'ont pas convaincu

Pour les promoteurs d'EuropaCity, Alliages et Territoires, qui pensaient pouvoir transformer des dizaines d'hectares de terres agricoles avec l'appui d'Auchan et du groupe chinois Wanda, c'est évidemment un énorme coup dur. La société porteuse du projet souligne une décision « incohérente alors que c'est l'État qui a demandé à Alliages et Territoires de participer et de s'engager dans l'opération d'aménagement du Triangle de Gonesse qu'il pilote depuis l'origine ».

EuropaCity-carte.jpg
© Alliages et Territoires

Malgré de sévères contestations, l'État était parvenu à convaincre le promoteur de proposer un projet tendant vers la transition écologique. Alliages et Territoires vantait ainsi une couverture totale des besoins en chaleur grâce à une chaufferie biomasse, et 100 % de l'approvisionnement du projet en énergie renouvelable, outre l'installation de panneaux photovoltaïques sur 14 hectares de toiture, et 100 % des besoins en eau non potable couverts par des dispositifs de recyclage, ainsi que la promesse de la venue d'un visiteur sur deux en transport en commun. Des promesses insuffisantes.


Un trait tiré sur 10 000 emplois potentiels

Le projet EuropaCity, selon ses concepteurs, aurait créé 10 000 emplois dans le Val-d'Oise, un département où le taux de chômage est de 8,6 %, légèrement au-dessus de la moyenne nationale (8,5 % au deuxième trimestre 2019, selon l'INSEE), ce qui enchantait les élus.

Un projet alternatif à EuropaCity pourrait cependant voir le lieu. Mais pour cela, il devra être « plus mixte, plus moderne, sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets », prévient-on du côté de l'Élysée.



Source : Communiqué de presse
Alexandre Boero
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
wannted

j’ai l’impression d’y voir une vision du futur imaginé dans les années 50

titouchien

qui pensaient pouvoir transformer des dizaines d’hectares de terres agricoles

qu’est ce qu’on mangera demain ???

Blap

Attention le projet est annulé, ou annulé, mais la betonnisation et destruction des terres ne l’est pas. Rien n’est gagné encore.

loko

des pilules.

yalefeu

Je passe souvent à coté et il y a bien longtemps que ces terres sont en culture de betteraves sucrières…

Metaphore54

C’est une bonne chose, reste à trouver un projet alternatif pour trouver des emplois à ces gens.

cirdan

On parle toujours des emplois qu’un projet va créer, mais moins des emplois que ce projet aurait détruit. Dans le cas présent, et pour plein de raisons, l’abandon de ce projet est une excellente nouvelle (à part pour les promoteurs…).

benben99

Décision aberrante… 10,000 emplois perdus pour « proteger » quelques lopins de terres… Ce projet de Europa City aurait pu nous donner de la fierté et donner un gros élan à l’industrie touristique, ce qu’on a besoin pour creer de la richesse. Au lieu de cela, on va utiliser ces terres pour vendre des betteraves!

Metaphore54

Quels emplois détruits ?

keyplus

qu on plante des arbres plutot