Sur le Web | Une vidéo pour comprendre l’impact écologique du jeu vidéo

Pierre Crochart Contributeur
02 octobre 2019 à 11h01
0
Ethics of Buying Games
© HeavyEyed

Le YouTubeur néo-zélandais HeavyEyed inaugure une nouvelle série de vidéos, dédiée à l'impact environnemental (mais pas seulement) de l'industrie vidéoludique.

Un sujet éminemment actuel, qui se voit ici traité par HeavyEyed sous le prisme de la pollution plastique liée à la production de jeux vidéo physiques. N'en déplaise aux collectionneurs : acheter des jeux en boîte ne fait pas du bien à la planète. Du. Tout.



Le cas Atari

HeavyEyed admet avoir eu l'idée de cette vidéo en se remémorant une drôle d'histoire. Suite à l'échec commercial de son jeu E.T. L'extraterrestre, Atari inhume en 1983 une grande partie de son stock de 4 millions de cartouches invendues dans un désert du Nouveau-Mexique afin de bénéficier d'allègements fiscaux.

Ce qui devient une légende urbaine au fil des ans n'est confirmé qu'en 2014, lorsqu'une expédition menée par le réalisateur Zak Penn met au jour une véritable décharge de cartouches Atari 2600 représentant le petit homme vert imaginé par Steven Spielberg.

Atari E.T
Atari a délibérément enfoui ses invendus du jeu E.T L'extraterrestre. © Taylor Hat Maker / Wikipedia

Malgré les trente années passées sous terre, les cartouches (et leur packaging) demeuraient intacts, et les jeux parfaitement fonctionnels. Cette anecdote, qui pouvait prêter à sourire il y a quelques années, s'observe au travers d'un prisme bien différent aujourd'hui. Oui, Atari a délibérément enterré ses invendus, et 30 années n'ont pas suffi à la planète pour s'en débarrasser.

Alors qu'advient-il des autres jeux physiques qui ne trouvent pas preneur ?


Les boîtes de jeu difficilement recyclables

Nous sommes nombreux à regretter les petits livrets papier que nous trouvions jadis dans les boîtes de jeux vidéo. Mais saviez-vous que leur disparition avait, pour chaque tonne de manuels produits, épargné 13 arbres, l'émission de près de 2 700 kg de CO2 et l'utilisation 68 000 litres d'eau ?

Un impact bénéfique pour l'environnement serait à prévoir si les jeux au format physique disparaissaient également. La raison ? Les boîtes de jeux vidéo sont produites dans un plastique connu sous le nom de polypropylène (le symbole PP 5), également très utilisé dans l'industrie agroalimentaire (pots de yaourt, barquettes alimentaires, etc.).

En 2010, plus de 2,67 milliards de kilos de polypropylène ont été produits, et moins d'un pour-cent du total a été recyclé après usage. En 2017, la demande en polypropylène pour les États-Unis uniquement dépassait les 450 millions de kilos.

Pourtant, le polypropylène est, sur le papier, facilement recyclable. Faisant partie de la famille des thermoplastiques, il peut être fondu et remodelé indéfiniment. Seulement, problème : les boîtes de jeux vidéo sont différentes selon les constructeurs en termes de densité de plastique, de couleur et de taille. Le processus de tri et de recyclage demande donc beaucoup plus de temps et d'effort... pour un produit qui, commercialement, ne vaut rien à la revente.

Certains éditeurs tentent pourtant de montrer l'exemple. Football Manager 2020 (édité par Sega), sera le premier jeu vidéo au monde à être « 100 % recyclable », a annoncé le directeur du studio Sports Interactive Miles Jacobson. Entièrement conçue à partir d'un carton recyclé, la pochette du jeu de gestion est aussi imprimée à partir d'huile végétale.


Le numérique est-il notre salut ?

On a compris : acheter des jeux en boîte c'est mal, et ça n'apporte au final pas grand-chose au-delà de l'aspect collection. Alors quoi, il faudrait se jeter à corps perdu sur les versions numériques des jeux ?

Ce n'est pas si simple, explique HeavyEyed. Si le numérique permet en effet de réduire drastiquement la pollution plastique causée par les boîtes de jeux, il repose sur des infrastructures ultra énergivores : les data centers. Infrastructures qui doivent aussi être rafraîchies, et qui consomment donc une quantité astronomique d'eau.

Data center
Les data centers qui permettent l'accès à des services de jeu à la demande ou de streaming sont de vraies usines à gaz.

Au mieux, on peut considérer que la consommation de jeux vidéo au format numérique est un pis-aller. Comparativement, l'impact environnemental (gravure des disques, transport, stockage, et recyclage rendus caducs) du numérique est « moins pire ». L'inconvénient étant que numérique et physique continuent de coexister, alourdissant d'autant plus la charge de la planète en matière de pollution.

Le vidéaste recommande malgré tout de privilégier les achats dématérialisés pour satisfaire à notre fibre écologique. Encore mieux ? Acheter de seconde main afin d'éviter la surproduction et de donner une deuxième vie à des jeux qui se destinent à finir à la poubelle. Ou enterrés six pieds sous terre au Nouveau-Mexique.

Source : YouTube
Modifié le 02/10/2019 à 14h03
14 réponses
11 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top