L'étiquette énergie change à compter du 1er mars : découvrez pourquoi ça bouge

01 mars 2021 à 10h23
33
Etiquette energie
© GTS / Shutterstock.com

Face à une montée en performances des appareils, l'étiquetage a dû être ajusté pour revenir à une échelle plus traditionnelle, et plus conforme à la réalité.

Les classifications A+, A++ ou A+++, qui faisaient presque passer un appareil pourtant classé « A » comme un bouffeur d'énergie, c'est terminé ! Sous l'impulsion de l'ADEME (l'Agence de la transition écologique) et de l'Union européenne, l'État impose une révision de l'étiquette énergie qui entre en vigueur à compter du lundi 1er mars 2021. Elle offrira une meilleure visibilité et prône une plus grande transparence qui devrait être appréciée des consommateurs. Explications.

Un nouvel étiquetage qui concerne presque tous les appareils

Depuis 1995 et la création de l'étiquette énergie, tout n'a pas été mauvais. Mais à force de voir les appareils gagner en performance, le système a perdu en efficacité, d'autant plus que certains sont depuis interdits par la réglementation, délaissant ainsi les classes les plus basses, qui n'avaient plus aucun intérêt. Et faisant ainsi des appareils classés en A voire en A+ les machines les moins performantes.

L'ADEME impose donc un nouveau système de notation qui s'applique depuis ce 1er mars en ligne et dans les magasins en Europe. Il concerne cinq grandes familles d'appareils, à savoir le lave-vaisselle, le lave-linge (et les lave-linges séchants), les réfrigérateurs et congélateurs, les téléviseurs et écrans , et les ampoules .

Le nouveau système :

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G

L'ancien système :

  • A+++
  • A++
  • A+
  • A
  • B
  • C
  • D
étiquette énergie
À droite, la nouvelle étiquette énergie, avec son QR code intégré

Attention tout de même ! Certains équipements, qui n'arborent l'étiquette énergie que depuis 2015, vont conserver pendant encore un certain temps l'étiquette que nous connaissions jusqu'à aujourd'hui. C'est le cas des appareils de chauffage, des chauffe-eau, des fours, hottes et des sèche-linges. Pour eux, la bascule ne devrait s'opérer qu'en 2030, au mieux.

De plus grandes exigences, et une « classe A » pour laquelle les fabricants vont devoir batailler

Alors que parfois le choix devenait difficile pour le consommateur, celui-ci disposera désormais d'une plus grande transparence avec des pictogrammes plus clairs, et surtout la possibilité d'accéder à une base de données électronique des produits, grâce à un QR code subtilement intégré à l'étiquette, que vous avez sûrement remarqué en haut à droite de la nouvelle version. En scannant le code, vous aurez accès à diverses informations fournies par les fabricants.

La Commission européenne estime qu'avec cet affichage plus lisible, les ménages européens pourraient économiser jusqu'à 150 euros en moyenne chaque année. L'ADEME précise même que 38 TWh/an pourraient être évités d'ici 2030. C'est l'équivalent de la consommation annuelle de la Hongrie.

De nouveaux critères sur la réparabilité et la recyclabilité d'un appareil seront d'ailleurs progressivement ajoutés dans la notation. Une mesure qui va dans le sens des dernières avancées en France, avec l'instauration depuis le début de l'année de l'indice de réparabilité .

Il ne devrait en tout cas théoriquement pas y avoir tout de suite, si l'on en croit l'ADEME, d'appareils commercialisés en « classe A », puisque selon elle, celle-ci est devenue tellement exigeante qu'elle ne correspond à aucun produit existant dans le commerce en 2021. Pourtant, plusieurs de nos lecteurs (que l'on remercie) ont pu nous signaler avoir déjà reçu des produits nouvelle étiquetés "A."

étiquette énergie CE © Commission européenne
Illustration fournie par la © Commission européenne

Qu'en pense-t-on chez Clubic ?

On ne peut pas nier que cette nouvelle classification est une bonne chose. Rendre plus difficile l'accès à la « classe A » ne devrait qu'encourager les constructeurs et fabricants à pousser toujours plus loin la qualité des appareils et leur aspect écoresponsable pour atteindre la plus haute marche du classement. Il faut dire que le « A » joue bien plus sur l'imaginaire collectif qu'on ne le pense. Avec cette nouvelle étiquette, on devrait ainsi retrouver plus de clarté, et être davantage dirigés vers des appareils plus conformes aux exigences environnementales d'aujourd'hui et de demain.

Modifié le 01/03/2021 à 13h09
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
33
19
Proutie66
Critair 1.<br /> Voilà, je préfère répondre en 2 mots l’inutilité d’une mesure.<br /> PERSONNE n’achète un produit parce qu’il est «&nbsp;polluant&nbsp;» / ou pas. Les gens achètent un produit en fonction d’un coût, d’une fonctionnalité et d’une variable «&nbsp;plaisir&nbsp;».<br /> L’intention est bonne, presque louable. Mais la réalité est une démarche administrative à mon sens inutile A ou A+++ pour moi c’est du pareil au même, et c’est même plus évolutif. Un A en 2023 ne devrait pas être un A en 2030.<br /> Je serais curieux de connaître le budget qui a été alloué à cette démarche. (combien de personnes y ont travaillé pendant combien de temps).
PierreKaiL
Mouai, pour le QR code en théorie c’est cool, faut voir dans la pratique… Pour le reste franchement ça change quoi ? ceux en haut sont les moins énergivores et plus on descend plus ça consomme basta… Sinon pour les X,Y,Z en bas à droite, en dehors de la nuisance sonore qui se comprend vite, le reste j’ai pas tout compris perso, pour une nvelle étiquette plus compréhensible ça commence mal…<br /> 2030 pour les autres appareils, la grosse blague…<br /> En tout cas merci pour l’info <br /> @Proutie66 idem
Remoss
Personnellement,<br /> cette étiquette, c’est presque la première chose que je regarde après avoir sélectionné quelques produits équivalents et correspondant à mes besoin.<br /> Je trouve ce système vertueux, car il encourage les consommateurs à aller vers des produits un peu plus «&nbsp;efficients&nbsp;».<br /> Typiquement, pour un frigo, une différence de qques watts de consommation par jour entre deux modèle peut avoir un impact financier important sur la durée de vie du produit et largement amortir le surcoût d’un modèle certes un peu plus cher mais plus efficient.
bennukem
C’est comme acheter une Tesla, c’est écolo à souhait…
Remoss
Autre exemple,<br /> indiquer le bruit généré par une machine à laver sur cette étiquette m’a permis d’acheter une machine silencieuse que je peux faire tourner de nuit, en heure creuse…<br /> Ecologique et économique.<br /> Si je n’avais pas eu cette étiquette, j’aurai pu découvrir trop tard que ma machine était trop bruyante et j’aurai du la faire tourner pendant la journée…
PierreKaiL
@Remoss Là tu parles des anciennes étiquettes à priori …
Remoss
Attention, l’impact C02 et pollution d’une voiture électrique peut être bien meilleur qu’une voiture thermique mais cela dépend grandement de son lieu de fabrication et d’utilisation.<br /> La méthode ACV va devenir la norme pour calculer les impacts d’une voiture…<br /> fr.wikipedia.org<br /> Analyse du cycle de vie<br /> L'analyse du cycle de vie (ACV) est une méthode d'évaluation normalisée (ISO 14040 et 14044) permettant de réaliser un bilan environnemental multicritère et multi-étape d'un système (produit, service, entreprise ou procédé) sur l'ensemble de son cycle de vie.<br /> Son but est de connaître et pouvoir comparer les impacts environnementaux d'un système tout au long de son cycle de vie, de l'extraction des matières premières nécessaires à sa fabrication à son traitement en fin de vie (mise en décharge, r...<br />
Remoss
Pas du tout, ce sera exactement la même chose avec les nouvelles étiquettes,<br /> c’est juste la grille de classification qui change.
PierreKaiL
Je ne dis pas le contraire, je dis juste que tu parles forcément des anciennes étiquettes pour le choix de ton appareil, ce qui prouve qu’il y avait déjà tout ce qu’il fallait ou pas loin, le QR code étant la seule vraie bonne idée pour moi, en théorie…
toast
Ce troll bas de gamme…
sebstein
Les classifications A+, A++ ou A+++, qui faisaient presque passer un appareil pourtant classé « A » comme un bouffeur d’énergie, c’est terminé !<br /> Bah, c’est toujours le cas… les appareils classés «&nbsp;A&nbsp;» étaient bel et bien des «&nbsp;bouffeurs d’énergie&nbsp;» comparés à des A+, A++ ou A+++…<br /> D’ailleurs, les anciens «&nbsp;A&nbsp;» seront les nouveaux «&nbsp;D&nbsp;».
pjc
Maintenant, le point vraiment intéressant et qui est éludé ici :<br /> Qui contrôle la véracité des performances affichées ?<br /> Quelles sont les sanctions prévues en cas de triche ?<br /> Et le cas échéant, quels sont les précédents ?
sebstein
Je ne suis pas d’accord… il n’y a pas «&nbsp;que&nbsp;» l’aspect polluant, mais aussi «&nbsp;juste&nbsp;» consommation et, donc, prix à l’utilisation. Le connaître me permet de favoriser un appareil plus cher à l’achat, mais qui, à l’utilisation, coûtera moins cher (sur ce point, le coût de l’énergie en France est un problème, elle ne représente pas le coût réel sur toute la durée des centrale et la note va être salée pour le contribuable au démentiellement des centrales / faillite des fournisseurs).<br /> Après, c’est aussi plus une démarche globale pour inciter les constructeurs à investir dans des technologies plus économiques.
cirdan
@AlexLex14<br /> Il ne devrait en tout cas théoriquement pas y avoir tout de suite, si l’on en croit l’ADEME, d’appareils commercialisés en « classe A », puisque selon elle, celle-ci est devenue tellement exigeante qu’elle ne correspond à aucun produit existant dans le commerce en 2021.<br /> Je dois vous contredire (ou l’ADEME). Pas plus tard que la semaine dernière on a eu livraison d’une machine à laver le linge classée dans cette catégorie.<br /> Scan490×600 29.1 KB
Nut
Ce qui me dérange avec ce genre de notation, c’est que certes, on donne l’information à l’utilisateur de la qualité d’un système, c’est super. Mais en même temps, on veut le rendre responsable de sa «&nbsp;surconsommation&nbsp;».<br /> Le vrai problème, c’est qu’un équipement classé D, ne devrait même pas être produit ! Repousser la faute sur le consommateur c’est comme dire il y a 15 ans «&nbsp;le diesel c’est génial, allez-y tous !&nbsp;». On voit le résultat aujourd’hui. De la même façon, il y a 15 ans, on a dit «&nbsp;l’électricité, c’est génial! Allez-y tous !&nbsp;». Sauf qu’aujourd’hui, on voit les limites de productivité qu’on peut atteindre. On marche sur la tête.<br /> Oui, ces étiquettes sont une bonne chose mais non, elles ne vont pas changer le monde. Parce que si tu n’as pas de pognon pour acheter du A, bin t’en achèteras pas. Et 2, ça n’empêchera personne de produire du Z… Parce qu’encore une fois, le meilleur lave vaisselle, c’est celui qui n’est pas produit.<br /> L’étiquette est un dû au consommateur, pas pas la responsabilité qu’on veut nous refiler avec !
AlexLex14
Plus l’ADEME alors mais intéressant et GG pour ta machine
cirdan
Proutie66:<br /> PERSONNE n’achète un produit parce qu’il est « polluant » / ou pas. Les gens achètent un produit en fonction d’un coût, d’une fonctionnalité et d’une variable « plaisir ».<br /> Ca n’est pas si tranché, quand tu choisis un produit c’est un ensemble de choses.<br /> Si un appareil est moins polluant et moins énergivore (ça marche souvent ensemble), mais qu’il est un peu plus cher, il peut être préféré. Et ça dépend de l’usage, la variable «&nbsp;plaisir&nbsp;» est sans doute moins importante dans du gros matériel électroménager pour lesquels on préfèrera l’efficacité et la fiabilité à long terme.
cirdan
J’ai caché le nom par réflexe mais c’est même pas du haut de gamme <br /> Quoique chez Miele tout est un peu haut de gamme mais on s’y retrouve avec des appareils qui durent facilement au moins 15 ans.
thulsadoom
Du coup, j’ai scanné le QR code: le produit n’existe pas!
PierreKaiL
lol
cirdan
thulsadoom:<br /> Du coup, j’ai scanné le QR code: le produit n’existe pas! <br /> N’importe quoi. Etant donné que le classement est officiel aujourd’hui, il ne t’est pas venu à l’esprit que pas toutes les machines de tous les constructeurs ne sont sans doute pas encore répertoriées ?<br /> Actuellement les appareils sont livrés avec 2 étiquettes, l’ancienne et la nouvelle. Renseigne-toi.
Keorl
C’est beau d’écrire «&nbsp;PERSONNE&nbsp;» en capitales, quand tu parles en réalité de ton propre cas et que tu le projettes sur l’ensemble de la population !!!
Proutie66
Je sais être beau, merci.<br /> Tu n’es pas capable de détecter des différences au travers de plusieurs paragraphes?<br /> Parle du fond, pas de la forme, ça ne te réussit pas et cela n’amène rien au débat.
yoda_net
@sebstein «&nbsp;les appareils classés « A » étaient bel et bien des « bouffeurs d’énergie » comparés à des A+&nbsp;»<br /> En fait, non et c’est bien là la limite de cet étiquetage. Quand j’ai acheté mon lave vaisselle il y a déjà quelques années, mon choix s’est porté sur un A+ Whirlpool (fabriqué en France à l’époque!) Conso eau 6L par lavage avec recyclage de l’eau de rinçage pour faire le prélavage suivant et «&nbsp;basse conso électrique&nbsp;». Sauf que je trouve le modèle de la génération d’avant en classe A à -de 300€ sur Cdiscount au lieu près de 500€ pour le A+ dans les boutiques classiques (Darty, Boulanger, …).<br /> A au lieu de A+, il doit forcément consommer plus…<br /> 6L d’eau, pareil, puissance électrique identique, je cherche la différence. Je la trouve en téléchargeant les notices des deux modèles : seul le mode éco 30 minutes consomme moins d’électricité (mais bon, que pour peu de vaisselle, peu sale, et pas de séchage, je n’utilise jamais). Tous les autres modes sont strictement identiques. Au final une classe A+ totalement truquée, et un lave-vaisselle au top à faible consommation pour 200€ de moins.<br /> Les constructeurs ont compris qu’il suffisait de mettre un mode avec une consommation minimale, même s’il est inefficace et non utilisé pour avoir une belle étiquette A+, A++, A+++
thierrytrc
Nouveau réfrigérateur acheté la semaine dernière les deux étiquettes sont fournies :<br /> ancienne étiquette A+<br /> nouvelle étiquette F<br /> Est ce normal ça ne devrai pas être C ?
clockover
Pour éviter des conneries pareil, il faudrait faire une échelle qui peut évoluer dans le sens du mieux. Mais non…<br /> On fait une Crit’air qui va vers 0…<br /> On fait une étiquette énergie qui va vers A…<br /> Il leur faudra encore combien d’échec comme ça pour se rendre compte de l’absurdité de ce qu’ils font ?
twenty94470
Je propose R Sr Ssr Ztur Lr
pmoulin
Et bien si je regarde comment sont classés les appareils électriques, parce que c’est moi qui paye la facture a EDF, et je regarde aussi la réparabilité des appareils, si je dois les jeter a la moindre petite panne, je n’achète pas.
thulsadoom
Le QR code embarque l’URL du site de l’EPREL, avec l’identifiant du produit dans leur base de données ou il est répertorié. J’ose espérer que le fabricant n’imprime pas une étiquette avec un identifiant aléatoire. Sauf que quand on consulte cette URL, ca nous dit que le produit n’existe pas. Est ce une typo dans l’URL, un bug lors de la lecture du produit dans la base, autre? Aucune idée. Mais je trouve dommage que le système ait des dysfonctionnements de ce type au lancement.<br /> Pourquoi une telle agressivité dans votre réponse?
cirdan
thulsadoom:<br /> J’ose espérer que le fabricant n’imprime pas une étiquette avec un identifiant aléatoire. Sauf que quand on consulte cette URL, ca nous dit que le produit n’existe pas.<br /> Je n’ai pas l’indication que ce produit n’existe pas. Ca amène sur le site de l’EPREL, mais il est juste écrit : «&nbsp;Page not found. An error occured or the page you try to reach does not exist&nbsp;».<br /> Il s’agit d’une erreur ou de la page qui n’existe pas, mais pas du produit. Et je pense très peu probable que le fabricant se risque à produire un identifiant aléatoire, d’autant plus que cette machine est clairement nommée par ailleurs.<br /> thulsadoom:<br /> Pourquoi une telle agressivité dans votre réponse?<br /> Comme vous avez affirmé, un peu vite, que le produit dont je venais de produire une image des caractéristiques n’existait pas, la moindre des choses était de répondre.<br /> Il m’a semblé l’avoir fait dans la bienséance et si vous vous êtes senti agressé, j’en suis désolé.<br /> Nous avons surement une conception différente de ce qu’est l’agressivité.<br /> Bon après-midi.
Folie
Tout cela est bien beau mais d’une manière ou d’une autre, étiquette ou pas, nous faisons en fonction de l’argent (et/ou de l’urgence) que l’on a a : parfois on préférais mettre plus cher pour mieux mais on ne peut pas (pareil pour «&nbsp;attendre le bon moment&nbsp;») ! On fait au mieux de nos besoins et ces étiquettes peuvent nous guider, certes, mais cela reste très subjectif !
cirdan
Même si on ne peut pas acheter en fonction de l’étiquette énergétique, elle a au moins le mérite d’obliger les fabricants à faire des efforts de ce côté-là pour s’améliorer et être attractif.
juvro
Moi j’aimerais bien trouver une table de conversion «&nbsp;ancien système =&gt; nouveau système&nbsp;». Parce que du coup, tu vas acheter un appareil classé D, E ou F… et ca correspond à quoi dans l’ancien système ? Je n’ai pas trouvé d’explication claire sur les sites officiels style https://fr.label2020.eu/<br /> Le vendeur va berner exceptionnellement aisément tous les consommateurs pendant des années… «&nbsp;oh mais vous savez, avec le nouveau système, c’est normal d’avoir cette cote&nbsp;». Je l’entends d’ici…<br /> En Belgique, ils ont imposé un double étiquetage «&nbsp;vieux systeme ET nouveau systeme&nbsp;» pendant 4 mois. Comme si on changeait de frigo tous les ans… Ca ou rien…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

E-mailing : MailChimp intègre de l'intelligence artificielle à ses newsletters
Des anciens de l'école Polytechnique créent le
Un robot artiste accusé d'espionnage à la frontière égyptienne
ADP teste les transporteurs de bagages électriques et autonomes à Paris-Charles-de-Gaulle
Quand HTC présente son nouveau casque, le VIVE FLOW... en l'intégrant sur des photos iStock
Ça y est, le robot-chien est armé... et vous n'avez pas envie de croiser son chemin
Ford étudie votre activité cérébrale pour éviter les accidents
Microsoft Translator peut désormais traduire plus de 100 langues
Bipède, capable de voler et de faire du skateboard, ce robot fait rêver... Ou flipper... Ou rêver... Ou...
Les eurodéputés ont voté une résolution contre la surveillance de masse à l’aide de l’IA
Haut de page