Critique | The Pentaverate : Mike Myers chasse les complots sur Netflix et ne fait pas dans la dentelle

12 mai 2022 à 12h05
23
The Pentaverate © © Netflix
© Netflix

L'interprète d'Austin Powers revient sur le devant de la scène avec The Pentaverate, une mini-série en six épisode abordant le sujet des conspirations et autres théories du complot. La greffe avec Netflix a-t-elle pris ? Réponse dans cette critique !

The Pentaverate
  • Vous adorez Mike Myers
  • Vous aimez l'humour gras et stupide
  • Vous souhaitez une série courte et sans prise de tête
  • Les blagues de pets ne vous font plus rire depuis votre enfance
  • Votre humour a évolué depuis les années 90
  • Mike Myers dans tous les rôles, très peu pour vous

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique The Pentaverate

Informations

Genre
Science-Fiction, Comédie, Mystère
Réalisation
Tim Kirkby
Editeur
Jax Media
Plateforme
Netflix
Format d'épisode
25mn
Nombre de saisons
1
Nombre d'épisodes (Total)
6
Classification
Déconseillé aux moins de 10 ans

One Mike Show

Pour éviter une mise à la retraite forcée, Ken Scarborough, journaliste canadien en perte de vitesse, va enquêter sur le Pentaverate, une prétendue société secrète qui opérerait dans l'ombre depuis près d'un millénaire pour le bien de l'humanité et dont l'un des membres vient d'être mystérieusement assassiné.

Cela faisait bien longtemps que l'on n'avait pas vu Mike Myers. Star de la comédie à la fin des années 90 avec la trilogie Austin Powers, le comédien canadien a vu sa carrière s'arrêter net avec Love Guru, une comédie assez navrante, il faut bien l'avouer, qui s'est d'ailleurs soldée par un échec public à sa sortie. Depuis, hormis une apparition dans Bohemian Rhapsody, le biopic consacré à Freddy Mercury, nous n'avions plus de nouvelles de l'auteur de Wayne's World.

Et voilà qu'après une décennie de vaches maigres, Mike Myers cède finalement aux sirènes des plateformes de streaming : on le retrouve donc sur Netflix avec The Pentaverate, une mini-série en six épisodes où il officie en tant que scénariste et comédien principal. Comme à sa grande époque, Myers endosse ici pas moins de huit rôles différents : il est de tous les plans, enchaînant les déguisements et les maquillages pour interpréter le personnage principal et les cinq membres composant le Pentaverate, ainsi que deux autres personnages secondaires.

The Pentaverate © © Netflix
© Netflix

Il reste alors peu de place pour les autres comédiens, qui ne peuvent faire que de la figuration, notamment Lydia West, que l'on avait pu voir dans l'excellente série britannique Years and Years. Si chacune de ses apparitions suscite une vague d'empathie, l'actrice ne peut pas lutter contre le one-man show permanent de Mike Myers, qui nous fait frôler l'overdose à de multiples reprises à force de grimaces, de mimiques et d'accents.

Et ça fait bim, bam, prout…

Avec The Pentaverate, Mike Myers ne change en rien ses habitudes et son style d'humour. Nous ne serons donc pas épargnés durant les quelques trois heures que durent le programme de nombreuses blagues de pets, qui puent bien entendu, mais aussi de tout ce que peut compter le corps humain de fluides corporels et autres déjections.

The Pentaverate © © Netflix
© Netflix

Myers s'est également fait une réputation pour ses blagues sexuelles, et il profite à plein de la carte blanche artistique laissée par Netflix pour pousser ses idées dans leurs retranchements. C'est parfois amusant mais souvent très lourd, surtout quand chaque scène est répétée et étirée à l'infini jusqu'à atteindre les limites du malaise, que recherche manifestement le comédien.

« The Pentaverate ne peut être conseillée qu'aux spectateurs nostalgiques des comédies grasses des années 90 »

Heureusement, la série sait parfois changer de registre et troque ses cacas et ses prouts pour quelques scènes plus savoureuses, notamment les génériques où l'acteur Jeremy Irons (Une journée en enfer, Batman v. Superman) brise le quatrième mur pour nous rappeler les événements vus précédemment dans la série et livrer ses commentaires sans retenue sur le show. Les citations qui ouvrent chaque épisodes sont aussi à saluer, et certaines, très décalées, font particulièrement mouche.

The Pentaverate © © Netflix
© Netflix

On ne pourra pas non plus compter sur l'esthétique de The Pentaverate pour nous faire rire ou tout simplement nous distraire. La série a visiblement bénéficié d'une jolie enveloppe pour sa production, mais malheureusement bien mal utilisée, pour de jolis décors bien peu inspirés.

La mise en scène, malgré un sympathique jeu opéré sur les formats d'image, tristement abandonné dès le premier épisode, ne tente rien et se contente de tout illustrer en plan fixes, en usant et en abusant du champ-contrechamp pour chaque dialogue. Heureusement les quelques effets visuels de la série sont d'assez bonne qualité pour faire illusion.

Une comédie qui n'est pas sans fondements

Sur le fond, The Pentaverate n'est pourtant pas qu'une simple pantalonnade (très) bête et (pas bien) méchante. L'intrigue, assez convenue il est vrai, profite d'une bonne gestion du suspense, tant et si bien qu'on se surprend à vouloir arriver au bout des six épisodes pour tirer le fil de cette conspiration, pour connaître l'identité et les motivations du meurtrier.

The Pentaverate © © Netflix
© Netflix

Plus important encore, il transparaît que Mike Myers veut délivrer un message de bienveillance à ses spectateurs. La société secrète qu'il imagine n'est pas là pour comploter et s'enrichir sur le dos des honnêtes gens mais se destine à faire le bien et pour faire avancer l'humanité. Le comique célèbre au fil du show l'intelligence de grands penseurs qui cherchent à résoudre les problèmes du monde, sans demander de contrepartie.

Si l'on gratte un peu plus, The Pentaverate est aussi un passage de relais entre les générations. Mike Myers, dont la carrière d'auteur est derrière lui, semble vouloir mettre la jeunesse à l'honneur et espérer que la nouvelle génération, plus moderne et plus inclusive, saura relever les défis auxquels la sienne n'a pas été capable de faire face. En ces temps troublés, le message apparaît naïf, mais la série l'assume avec une réelle sincérité qui emporte finalement le morceau dans ses dernières minutes.

The Pentaverate © © Netflix
© Netflix

The Pentaverate est une série qui laissera une trace, malodorante mais pas indélébile, dans l'histoire de la comédie. Pire encore, elle montre les failles du système Netflix qui, pour recruter toujours plus d'abonnés de par le monde, fait des chèques en blanc à des auteurs identifiés du grand public et leur laisse une liberté créative absolue, sans aucune once de contrôle. Si la démarche peut être louable, ici un producteur n'aurait pas été de trop pour canaliser la créativité de Mike Myers, quitte à le contraindre pour garantir l'efficacité de chaque gag.

En l'état, The Pentaverate ne peut être conseillée qu'aux spectateurs nostalgiques des comédies grasses des années 90 et d'un auteur qui ne semble pas décidé à changer d'un iota sa formule pour plaire aux nouvelles générations. On peut apprécier la cohérence du geste et aimer la série pour ce qu'elle est, une relique d'un autre temps, ou tout simplement se dire que l'on est trop vieux pour ces conneries et passer son chemin.

The Pentaverate

4

The Pentaverse est un pur concentré de Mike Myers, qui s'adressera avant tout aux inconditionnels du comédien et de son goût pour le déguisement. Pour les autres, difficile de recommander cette série qui semble bloquée entre les années 90 et des fluides corporels en tout genre.

Cette œuvre est pour vous si

  • Vous adorez Mike Myers
  • Vous aimez l'humour gras et stupide
  • Vous souhaitez une série courte et sans prise de tête

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Les blagues de pets ne vous font plus rire depuis votre enfance
  • Votre humour a évolué depuis les années 90
  • Mike Myers dans tous les rôles, très peu pour vous

The Pentaverate est disponible depuis le jeudi 05 mai 2022 sur Netflix

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
12
nicgrover
Caca, prout… L’humour de Mike Myers ne fait plus rire depuis longtemps, sauf les ados américains peut-être…
spip74
Les ados vont adorer. Normal on est sur Netflix
Bondamanmanw
Vu sur un épisode et demi, Caca prout prout…
Khonar_LeBarban
@L’auteur : Hé bien, voila Mike habillé pour l’hiver ! Je conçois que la série n’est pas pour tout le monde, surtout parmi le public français.<br /> Moi, j’ai bien aimé. Mais je suis un fan de Mike Myers, et « le coeur a ses raisons que la raison en connait pas ».<br /> Le fait que Myers fasse tous les personnages démontre sa capacité d’acteur (et le talent de son équipe de make up / special effects).<br /> Attention aux discriminations contre les « vieux »: Mike Myers n’avait pas de défi civilisationnel à relever. Pas plus qu’aucun d’entre nous, en fait. Soyons humbles.<br /> @Nick Grover : C’est votre opinion et je la respecte. Mais sur quelle stat’ se fonde-t-elle ? Quand je vois Rick et Morty, j’ai pas l’impression qu’on soit à un niveau plus haut que Myers, tellement Rick rote, pète ou gerbe sur les pieds de Morty.<br /> Et moi, je pense que l’ado américain ne sait même pas qui est Mike Myers, Minimoi et la Grande Quête du Mojo perdu". C’est pas sur Ticktock, ni Snap…<br /> Sans parler de son chef d’oeuvre, Love Guru, qui ne fait rire que moi en VO (avec Sir Ben Kingsley, Justin Timberlake, Jessica Alba et John Oliver, quand même) et dont vous n’avez pas entendu parler non plus, je suppose…
fredolabecane
J’adore Mike, impossible de le critiquer. Je regarde ça ce soir. Mégateuf.
nicgrover
Mik Myers c’était Wayne’s World 1 et2 et de moindre comique les « Austin Power ». « Love Gourou » heureusement je ne connais pas… Pourquoi…<br /> « En 2009, ce film a reçu les Razzie Awards du [pire film] Razzie_Awards_2009), [pire acteur] Razzie_Awards_2009) pour Mike Myers, et du [pire scénario de l’année 2009] Razzie_Awards_2009). » C’est tout dire…<br /> Il est des personnes qui se complaisent dans ce genre et je leur laisse bien volontiers…
toast
Je suis de la génération Wayne’s World. Cette série m’a fait marrer tout en étant conscient du niveau pipi caca de la chose. On pose son cerveau, on se marre, point. Il ne faut rien attendre d’autre de cette série.<br /> Par contre, à regarder (et comprendre) impérativement en Anglais tant les jeux de mots sont nombreux, incessants, lourds et très ancrés dans la langue anglaise. Et je doute que Chabat soit passé par là pour en faire l’adaptation ?
Bombing_Basta
Mais clair Clubic, c’est une honte mayers qui fait du mayers, et pas du almodovar…<br />
fredolabecane
Toi tu adore Benny hill, ça se sent.
nicgrover
« Vous prenez vos vessies pour des lanternes »…<br /> Je préfère le comique un peu plus subtile mais aussi le comique tout court… Benny Hill cela fait des décennies que je n’en ai pas regardé…<br /> Quand on ne sait pas on ne dit rien…
nicgrover
Vous connaissez Almodovar…<br /> Les scandales lui ont collé à la peau et pas des moindres mais il reste néanmoins l’un des plus brillant cinéaste et metteur en scène espagnol. Mais bon c’est plus intello…
SplendoRage
les Razzie, c’est plus de la branlette qu’autre chose …<br /> Le savais-tu ??<br /> Le film Shining de Stanley Kubrick et sortit en 1980, a été nominé pour le pire réalisateur, pire premier rôle féminin et pire film d’horreur … !<br /> Oui … Ce film culte a eu 3 nominations des Razzie Awards … Rien que ça, ça suffit à décrédibiliser totalement l’interêts de ce … Truc …<br /> Basic Instinct a été nommé au Razzie, The Mask a été nominé au Razzie Awards … !! The MASK !!! Les organisateurs des Razzie carburent TELLEMENT à la meth et à la coke qu’ils savent même plus où ils en sont … Et encore … Je pense surtout que leur mère a jeté le bébé et élevé le placenta à la place tellement ils sont teubés
Khonar_LeBarban
Donc, ton opinion dépend d’un Awards ? L’important, pour toi, c’est pas d’aller voir par toi même, mais que tu te ranges à l’avis des autres, c’est ça, le message ? Comme indiqué, je pense que Love Guru ne fait rire que moi. J’assume ma différence. Tu aurais pu le deviner en lisant mon pseudo.<br /> Moi, je ne fais confiance à personne que moi pour me dire quoi penser, ni quoi aimer.<br /> D’ou ma question à laquelle tu n’as pas daigné répondre : elle sort d’où ta stat sur les gout des ados ?<br /> Sinon, comment peux-tu comparer une mini-série à des longs métrages ? Ne confonds tu pas intellectuel et prétentieux ?
Bombing_Basta
Et pourquoi je ne connaitrais pas Almodovar ?
nicgrover
Cela confirme ce que je pensais, les américains ne sont pas aussi demeurés que cela… Ils savent critiquer leurs productions…
nicgrover
Je n’en ai pas douté seulement un petit développement aurait argumenté…
nicgrover
Intellectuel et prétentieux, c’est votre choix et non le mien… Pour les stats cherchez un peu mais écrit en anglais…
Bombing_Basta
Rien à dévellopper, l’article reproche à Mayers de faire du Mayers, je trouve ça assez drôle c’est tout.<br /> Si on veut pas voir du Mayers, on va pas voir du Mayers.<br /> C’est comme pour Sacha Baron Cohen quoi, si on aime pas son humour, bah on va pas voir ses films… Plutôt que lui reprocher de faire du Sacha Baron Cohen…<br /> Je prends Almodovar en exemple car ses films sont à l’opposé du spectre on va dire (loin de la comédie et de l’absurde de Mayers donc).<br /> Et sinon je ne suis pas un Almodovar’fan, juste j’aime le cinéma espagnol en général (ex « Eva » ou dans un tout autre registre « Rec »), un des films que j’ai vu et apprécié de lui c’est « La Piel Que Habito », on en ressort pas indemne…
pecore
Après avoir vu Wayne’s World, j’ai compris que Mike Mayers ce n’était pas pour moi, du tout. Je le laisse donc à ceux qui apprécient et leur souhaite bon divertissement.
nicgrover
Merci de ce développement et je comprends mieux le fond de votre pensée. Comment a-t-on pu en arriver à mettre Myers et Almodovar dans le même panier… Il y a des moment où le pathos nous emmène hors des sentiers battus…
Khonar_LeBarban
Non, quand tu affirmes qqchose, tu ne demandes pas aux autres de vérifier pour toi, tu fais le boulot. Va falloir sortir le grand jeu pour me convaincre. Ou admettre simplement que ton opinion ne repose sur rien.<br /> ET le « mais écrit en anglais », tu essayes pas de me prendre de haut, là ? Mouahahahaha, MOUHAHAHAHA (rire sardonique de Mike Myers : Dr Evil's Laughing Scene - YouTube)
Blackalf
5. Restez courtois<br /> Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.<br /> 6. Publiez des messages utiles<br /> Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d’humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.<br /> J’ai beau chercher, je ne trouve ni courtoisie ni utilité dans certains messages.
Highmac
-Wayne’s World : Grand moment de cinéma !<br /> Complètement barré ! J’adore !<br /> -Austin Power : Bons moments.<br /> -Love Guru : Pas vus.<br /> -The Pentaverate : En cours de visionnage. Du vrai Mike Myers !<br /> Megateuf Wayne !<br /> P.S : Et je ne suis pas un ado, mais j’aime bien poser mon cerveau, de temps en temps.
nicgrover
O O A O… c’est un anglicisme…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page