Gros plan sur la Scene Warez

09 octobre 2013 à 16h48
0
« La Scene » ne possède aucune structure, organisation ou leader. Elle se compose d'une multitude de teams (équipes) pouvant comprendre deux, trois, dix, à trente personnes de tout âge et condition sociale. Chaque team dispose en revanche d'une hiérarchie dîtes pyramidale et de membres aux compétences multiples indispensables à leur activité. Mais décrire en détail cette mouvance underground qui officie dans l'ombre depuis de nombreuses années n'est pas chose facile. Face à la répression qui s'accentue un peu plus chaque jour dans tous les grands pays occidentaux, les groupes redoublent de prudence. Malgré cela, leur lutte continue et même s'accentue contre une industrie culturelle qu'ils jugent incapable de proposer une offre légale adaptée à notre époque et notre mode de consommation.

0190000006677606-photo-piracy-pyramid.jpg


Décryptage d'une communauté insaisissable

Les noms de certaines teams -ADDiCTiOn, DEViANCE, ISO, FMC, VOMiT, LOL, Fairlight, Razor 1911, etc.,- sont devenus célèbres. Et pourtant, cette communauté très fermée dont l'adage « Pour vivre heureux, vivons cachés » ne cherche pas à se faire connaître du grand public, et encore moins de la presse. De ce fait, la plupart des internautes qui téléchargent des œuvres piratées sur Internet ne soupçonnent même pas l'existence d'une communauté aussi structurée et organisée que « La Scene ». Or, la grande majorité des releases disponibles sur les réseaux P2P, ou hébergés sur des services de Direct Download (RapidShare, 1fichier...), des boards (forums) et des newsgroups proviennent de cette communauté.

Méthodes de communication

Cette élite des réseaux warez a su développer un langage et des moyens de communication ultra sécurisés. Ses membres communiquent notamment par le biais d'IRC (Internet Relay Chat), un service de tchat à l'apparence rudimentaire, mais qui permet de discuter de façon totalement cryptée avec un accès contrôlé par login et mot de passe à l'intérieur de chanels (canaux). Aussi appelés « Salons », ces canaux sont également utilisés pour annoncer les nouvelles releases diffusées pour la communauté. Au-delà de ces précautions, leurs codes et leur vocabulaire (voir notre lexique non exhaustif page 2) se révèlent totalement incompréhensibles pour le commun des internautes.

0190000006678300-photo-mirc.jpg


Paradoxalement, les teams cherchent aussi à se faire connaître auprès de leurs pairs pour accroître leur réputation. Pour cela, elles signent notamment leurs exploits sur les fichiers textes NFO qui accompagnent les releases, et certaines d'entre elles y exhibent fièrement leur logo réalisé par de véritables artistes de l'art ASCII. Cette discipline artistique consiste à créer des images à l'aide de lettres et de caractères spéciaux (voir image ci-dessous).

0190000006689170-photo-paradox.jpg


Motivations, idéologie, et éthique de la Scene Warez

Il existe une grande différence entre les groupes qui forment « La Scene » et les réseaux précités qui diffusent massivement des contenus illégaux sur le Web. Au départ, leur but n'était pas de spoiler les ayant droits, mais d'échanger des contenus exclusifs entre les membres de leur propre communauté. Toutefois, apporter et échanger des contenus ne suffit pas : ils doivent être publiés le jour même ou avant leur lancement officiel (Zero day) et dans une qualité prédéfinie par la communauté. La mouvance a en effet établi un ensemble de règles techniques et de sécurité très strictes que seule une certaine population est capable d'appliquer à la lettre.

Des groupes comme Paradox, Black Squadron ISO, Radium, Reloaded et bien d'autres ont multiplié les exploits en craquant des systèmes anti-copie de jeux vidéo et de logiciels (The Sims, Assassin'n Creed, Cubase VST, Windows 95, XP, Vista...) dont certains étaient considérés à l'époque comme très sophistiqués, voire quasi inviolables. Sans oublier que passer cette étape, ils réalisent d'autres prouesses en formatant, et diffusant en un temps record ces contenus en version numérique pour remporter la « Course » (Race) : une compétition sans fin entre les teams qui consiste à être les premiers à sortir LA release d'un blockbuster, d'un jeu vidéo, d'un système d'exploitation, etc. C'est ainsi que des contenus se retrouvent sur les réseaux parfois bien avant leur sortie officielle, comme ce fût le cas de plusieurs versions de la série de jeux vidéo de Microsoft Halo Reach, ou plus récemment des albums de Kayne West et Jay-Z... Les groupes ne font pas cela pour obtenir une quelconque récompense, mais pour montrer leur supériorité et être reconnues par leurs pairs.

0190000005470593-photo-logo-the-pirate-bay-cassette.jpg


De génération en génération, l'idéologie de cette mouvance n'a pas changé. La plupart des membres sont adeptes d'une culture libre, gratuite et accessible pour tous. Selon eux, les copies numériques permettent aux internautes d'essayer des produits et ne les empêcheraient pas ensuite d'acheter ceux qui leur plaisent vraiment. Le piratage est-il vraiment nuisible à l'industrie ? De plus en plus de voix s'élèvent pour dire qu'il n'aurait pas d'impact négatif. L'Union Européenne a récemment commandé une étude (en anglais) qui a même démontré qu'il serait au contraire bénéfique en tous les cas dans le domaine de la musique. Durant le procès-fleuve des administrateurs de The Pirate Bay, un professeur d'université appelé comme expert à la barre par le jury a subi les foudres de ce dernier pour avoir défendu également cette thèse. Un discours que les géants de l'industrie du divertissement ne veulent pas, ou ne sont pas prêts à écouter...

A l'origine et même encore aujourd'hui, la communauté n'a en principe pas vocation à faire de son activité un business. Il est toutefois impossible d'affirmer que tous les groupes et les membres de « La Scene » respectent cette éthique visant à ne pas monétiser leur activité ou entrer en contact avec les réseaux P2P sous peine d'exclusion. La tentation de gagner de l'argent peut se révéler évidemment très forte, et certains peuvent avoir une double casquette. Il y aurait d'ailleurs des précédents comme CiNEFOX, un groupe de la scène warez française arrêté en 2008 qui aurait, selon la Police, fait des profits grâce à son activité. On observe toutefois plus d'arrestations de revendeurs de contenus illégaux issus des réseaux P2P et des administrateurs de sites warez que de groupes appartenant à « La Scene » beaucoup plus difficiles à débusquer.

0190000006691526-photo-fbi-fermeture-megaupload.jpg


Guerre des clans : mythe ou réalité ?

À cette question, la majorité des personnes avec qui nous avons pu discuter par tchat nous ont répondu que l'ambiance entre les groupes était plutôt bon enfant, voire amicale. D'autres nous ont toutefois dépeint un tableau beaucoup moins idyllique, faisant état de règlements de comptes farouches entre certaines teams pouvant aller d'insultes, au piratage entre teams, jusqu'à la dénonciation pure et simple. Des Scenes Notices (des fichiers textes NFO) circulent parfois en clair sur des sites Web avec des informations confidentielles et bien sûr compromettantes pour telle ou telle team... Il s'agirait le plus souvent de dérives entre teams concurrentes officiant dans la même catégorie de contenus.

L'un des motifs de querelles le plus fréquent concerne la diffusion de fichiers nommés « PROPERS» : il s'agit d'un tag ajouté dans le nom d'une release lorsque cette dernière a déjà été diffusée dans une qualité inférieure. Selon les règles de « La Scene », il n'est pas possible de publier deux fois la même release, sauf si une team propose un « PROPER ». Cette méthode serait trop souvent utilisée par certaines teams vexées de ne pas avoir remportée la « Course », par exemple. Comme dans toutes les communautés, toutes sortes de conflits plus ou moins graves peuvent survenir...

0190000006677620-photo-scene-notice.jpg


Ernesto Van Der Sar : responsable du site TorrentFreak témoigne

Basé en Hollande, le site TorrentFreak est devenu un média incontournable sur l'univers du hacking. Il fait partie des rares sites Internet « amis » de « La Scene » sur lesquels certains membres acceptent parfois de s'exprimer. Nous nous sommes entretenus avec son responsable pour tenter d'en savoir un peu plus sur les us et coutumes de la communauté.

0190000006678530-photo-torrentfreak.jpg


Que pouvez-vous nous dire sur la communauté underground appelée « La Scene » ?

EV : Les personnes qui créent les « releases » (fichiers piratés) sont issues de « teams » indépendantes ou faisant partie d'un groupe appelé « La Scene ». Elles sont très bien organisées avec une hiérarchie qui leur est propre et de nombreuses règles. Chaque « team » (équipe) pirate des contenus avec ses propres moyens et s'engage à les mettre d'abord à la disposition de la communauté qui en a la primeur. Ce n'est qu'ensuite que les fichiers sont diffusés, ou pas, sur le Web.

Les teams communiquent-elles ensemble ?

EV : Elles sont totalement indépendantes et à ma connaissance, elles ne communiquent pas régulièrement entre elles, du moins en ce qui concerne les teams de « La Scene ».

Comment les membres sont-ils recrutés ? Quel est le profil type d'un pirate de « La Scene » ?

EV : Il est très difficile de rentrer dans un « Release groups », on y entre par connaissance et en montrant patte blanche. Les teams communiquent parfois leur besoin de recrutement dans les fichiers NFO* qui accompagnent les releases. Il n'y a pas de profil type, ce sont principalement des hommes de différentes générations et évidemment très doués en informatique.

Les teams sont-elles motivées par l'argent ?

EV : En principe non, les teams réputées de « La Scene » font cela pour le « sport », les défis techniques, et pour avoir l'honneur d'être les premières à partager de bonnes « releases ».

Comment font-ils pour diffuser des contenus originaux parfois avant même leur sortie officielle ?

EV : Cela implique d'avoir un excellent réseau dans différentes industries et dans le domaine culturel. Évidemment, cela ne suffit pas, car même s'ils parviennent à se procurer un contenu original, ils doivent avoir la capacité de déjouer les systèmes anti-copie qui peuvent être extrêmement complexes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
1

Actualités récentes

Soldes Amazon et Cdiscount : le TOP des promos high-tech ce soir !
La France va dédier 1,8 milliard d'euros sur cinq ans aux technologies quantiques
Soldes AliExpress : notre sélection des promos high-tech à ne pas manquer
Soldes : l'excellent casque à réduction de bruit Bose Headphones 700 est à prix cassé chez Amazon
G-Sync Ultimate : NVIDIA réduit ses exigences pour les écrans de demain... bonne ou mauvaise nouvelle ?
L'excellent Huawei P30 Pro est proposé à prix cassé chez Rue du Commerce
Test Realme Watch S : une première montre connectée sympathique et abordable
Solde Fnac : pack gamer avec PC Asus Strix G15 (i7 10870H, RTX 2060) à prix cassé
Ce pack Philips Hue + Echo Dot est à près de -50 % sur Amazon
Haut de page