Seagate : le géant du disque dur montre la route, vers 120 To à l'horizon 2030

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
14 mars 2021 à 16h32
23
Seagate © Seagate
© Seagate

Loin d'envisager un basculement vers le SSD , Seagate met les bouchées doubles pour doper encore ce bon vieux disque dur 3,5 pouces .

Depuis déjà plusieurs années, tous les spécialistes prédisent le remplacement progressif des disques durs par les SSD au moins en ce qui concerne l'informatique personnelle. En revanche, dès lors qu'il est question de stocker massivement des données, la supériorité des disques durs est intacte et elle pourrait le rester encore longtemps si l'on en croit les prévisions de Seagate, l'un des acteurs majeurs du secteur.

50 To sur 3,5 pouces d'ici 5 ans

L'Américain a effectivement publié des roadmaps sur lesquelles on peut voir des prévisions qui laissent rêveur. Aujourd'hui, nous touchons du doigt les premiers disques durs capables de stocker 20 To, mais d'ici 2026, cette capacité serait déjà largement dépassée. Seagate envisage effectivement la sortie de modèles 50 To.

Seagate © Seagate
Les plans de Seagate en matière de disques durs jusqu'à 2030 © Seagate

Les choses ne s'arrêtent cependant pas là et Seagate prévoit bien plus que de doubler encore la capacité de stockage de nos disques durs. John Morris, chief technology officer de Seagate, précise que « la technologie est en place pour emprunter un chemin vers des disques de plus de 100 To ». Il serait ainsi question de dépasser les 120 To autour de 2030.

La technologie HAMR pour viser les 90 To

Pendant de nombreuses années, la capacité des disques durs a suivi les progrès du Perpendicular Magnetic Recording (PMR). Cependant, même dopée par le TMDR et son usage sur deux dimensions, le PMR a atteint ses limites et les modèles de disques durs 3,5 pouces les plus récents - notamment en 20 To - emploient l'HAMR pour Heat Assisted Magnetic Recording.

Pour faire simple, l'enregistrement magnétique assisté par laser pousse plus loin les capacités en réduisant la taille des bits de données et en en augmentant la concentration sans mettre en danger leur stabilité. Pour ce faire, l'écriture de nouvelles données passe par l'emploi d'une diode laser intégrée à chaque tête d'enregistrement : en l'espace d'une nanoseconde, elle chauffe et laisse refroidir une minuscule zone du disque pour modifier la polarité des bits nécessaires à l'écriture.

Les disques durs de 20 To permettent déjà de valider le principe, mais dès 2023, Seagate envisage de commercialiser des modèles de 30 To et vise les 40 To en 2024-2025 avant, donc, de commercialiser un disque dur de 50 To au cours de l'année 2026. Nous l'avons dit, ce n'est qu'une première étape puisque dès à présent, Seagate envisage les 100 et même 120 To quelques années plus tard.

Une première étape : 4 à 6 To par pouce carré

Pour ce faire, Seagate envisage de se tourner vers de nouveaux types de médias. Rappelons qu'à l'heure actuelle, les disques durs de 20 To HAMR emploient des plateaux de 2,22 To avec une densité de 1,3 To par pouce carré. Simple calcul mathématique, pour atteindre 40 To sur neuf plateaux et ainsi conserver le format 3,5 pouces actuel, il va falloir atteindre plus ou moins 2,6 To par pouce carré.

Seagate © Seagate
La nécessaire progression de la densité par plateau © Seagate

En 2018-2019, Seagate avait déjà précisé avoir atteint une densité de 2,381 To par pouce carré et, récemment, il a même été question de 2,6 To par pouce carré en laboratoire. Théoriquement, l'Américain a donc la capacité à produire des disques durs de 40 To, mais il faut encore industrialiser le processus et boucler l'intégralité de la chaîne depuis les plateaux du disque jusqu'au contrôleur, en passant par la tête de lecture / écriture bien sûr.

Pour aller beaucoup plus loin et dépasser les 50 - 80 To, Seagate envisage l'utilisation de médias dits « nanogranulaires ». Vous excuserez notre traduction peut-être approximative, mais John Morris évoque alors des « films magnétiques en alliage de fer et de platine associés à des substrats de verre ». Une technologie qui doit permettre de passer à des densité de 4 à 6 To par pouce carré.

Bit patterned medias ou BPM

Inutile de vous faire un dessin, ces premiers médias granulaires ne permettront pas à Seagate d'aller beaucoup plus loin que les 80 ou 90 To. Selon la roadmap du constructeur, une telle technologie devrait donc le conduire jusque 2028-2030, mais pour atteindre les 100 To, Seagate a une autre idée pour laquelle nous gardons le terme anglais de médias « ordered-granular ».

Seagate © Seagate
Vers 8 To par pouce carré à l'horizon 2030 © Seagate

Enfin, à l'heure actuelle, la dernière étape est envisagée pour les disques de 120 To que l'on pourrait voir débouler au début des années 2030. Là, Seagate vise les 8 To par pouce carré et compte sur les « bit patterned medias » ou BPM. L'objectif est alors de dépasser les 10 To par plateau sur un disque de 3,5 pouces. Une planification sur plus de 10 ans donc.

Qui dit densité plus importante, dit aussi débits plus élevés et donc performances en nette hausse… au moins sur la lecture séquentielle. En revanche, les têtes de lecture / écriture ayant elles aussi des limitations, les IOPS par téraoctet ont tendance à baisser et pour y remédier Seagate et Western Digital suggèrent l'emploi de caches toujours plus importants.

Seagate Mach.2

Une méthode retenue par Seagate pour éviter cette croissance sans fin du cache se résume en un mot, la technologie Mach.2. L'idée est toute simple et pas vraiment nouvelle : on utilise non plus un actionneur, mais deux autorisant un presque doublement des IOPS par téraoctet et augmentant aussi du même coup les débit séquentiels.

Seagate Mach.2 © Seagate
Le double actionneur illustré © Seagate

John Morris précise que ce double actionneur devrait avoir d'autres effets bénéfiques pour Seagate. Des effets auxquels on ne pense pas forcément : il « réduirait drastiquement les temps nécessaires pour les tests et, de ce fait, les temps de production des disques durs ». À la clé pour Seagate des coûts de production plus faibles et le moyen de répercuter en partie cette baisse sur le prix des unités.

À l'heure actuelle, une douzaine de clients de Seagate disposent déjà de disques sur base PMR Mach.2 dans leurs data centers. Les produits n'ont pas encore de marque commerciale, mais cela permet bien sûr à Seagate de valider ce nouveau principe. Pour Jeff Fochtman, senior vice-president of business and marketing chez Seagate, « bien que Mach.2 soit déjà déployée, il ne s'agit encore que d'une technologie en rodage, elle se développera véritablement qu'avec les capacités au-delà de 30 To ».

Source : AnandTech

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
20
lobo41
C’est clair qu’en informatique personnelle, les SSD vont remplacer les HDD pour des capacités jusqu’à 1 ou 2 To. Pour les serveurs et les Data center, c’est évident que le HDD a encore de l’avenir !
MattS32
+1. Ce qui condamne les disques durs dans leur forme actuelle pour les DC, plus que la concurrence des SSD, c’est sans doute le fait que leur débit croit seulement en fonction de la racine carrée de leur capacité (voire moins ces dernières années avec la forte augmentation du nombre de plateaux), ce qui rend les opérations de vérification/sauvegarde de plus en plus longues.<br /> Sans changement majeur du mode de fonctionnement et à nombre de plateaux égal, un disque dur de 150 To, il faudra 68h pour le sauvegarder, contre 22h aujourd’hui pour un 16 To (200 Mo/s en moyenne, un 150 To en jouant uniquement sur la densité des plateaux atteindra un peu plus de 600 Mo/s)…<br /> Il y aura donc probablement d’autres formats de stockage dérivés du disque dur (HRD, disques multi-bras, comme le système Mach 2, mais il faudra aller plus loin que ça pour vraiment faire monter les débits, etc…), mais avec des débits plus élevés (quitte à sacrifier la latence, qui n’est plus franchement un problème, en mettant un gros cache SSD), et qui pourront rester moins cher que les SSD, tout en ayant certains atouts par rapport à eux (durée de rétention notamment).
Keorl
On rappellera qu’il y a quelques années, les mêmes constructeurs prévoyaient d’atteindre les 100To à l’horizon 2020.
iksarfighter
Souvenirs souvenirs… https://www.dailymotion.com/video/x62mja
Keoden
Ce n’est pas tout à fait vrai, les baies SAN sont souvent mixtes pour justement basculer les données les plus «&nbsp;demandées&nbsp;» en ssd et le reste en hdd (pour les backups on reste sur du hdd par contre).
lobo41
Seule solution pour les HDD: mettre les Data Center dans un vaisseau spatial navigant à une vitesse proche de celle de la lumière. Ya plus qu’à demander à Elon Musc de concevoir tout ça !
Proutie66
Ovh en veut un milliers.<br /> Ils vont le mettre sur SBG2.
pecore
Pour l’utilisateur lambda il est absurde aujourd’hui d’acheter du HDD, tant les SSD offrent d’avantages en terme de place, surtout les M2 au format ticket de métro, de rapidité, de bruit, de fiabilité et de chaleur.<br /> Pour un usage professionnel nécessitant d’énormes volumes de données par contre le support magnétique reste pour l’instant le meilleur rapport quantité/prix de très loin. Bientôt, seuls les pros serons encore dotés de ces HDD et il est clair ce type de disque de 120 To leur est réservé.
Vanilla
Si c’est pour les cramer et refaire un autre incendie… c’est peut être pas si urgent…
bishop28
Je ne suis pas un utilisateur lambda, mais pas non plus un pro, mais j’ai besoin de stockage, bon pas 120 TO non plus, mais un 30/50 TO m’irai bien, je fais pas mal de montage/encodage vidéo ( toutes mes collections de DVD/BLURAY/CD ) bien que j’encode, cela prends encore pas mal de place, sans compter mes RIP de cd de jeux perso + toute ma biblio steam/origin/uplay ect…<br /> Pourquoi mes biblio de jeux, tout simplement parce que je n’ai pas la fibre et donc passer 2/3 jours pour DL un jeu que je voudrais faire, ba non spa possible, c’est sur le coup que j’ai envie d’y joué.<br /> Enfin, l’arrivée de la fibre résoudrais une partie pour le stockage des jeux, mais pas de ma collection de films/animes/séries et audio.
mageek
jaimerai deja qu’ils upgrade les disques externe portable, ca fait depuis 2017 qu’on est limite a 5TB MAX!!! 2017!!! allllllloooo seagate???
bennukem
Le constructeur TeamGroup fait des SSD 2,5 pouces de 15 To.<br /> D’ici 2030 on verra bien à combien ils seront.
VahineCacao
Pareil ici, j’avais investi dans du 8To et j’en utilise maintenant la moitié, ce serait surement plus rapide avec du SSD mais voilà le prix que ce serait<br /> Et encore j’ai la fibre, donc moi les jeux je ne les stocke pas haha
Yannick2k
pour faire des backup maison, ça reste utilise pour un utilisateur lambda, aussi pour mettre dans les NAS…<br /> Le SSD n’est pas la solution à tout non plus (pas encore).
rexxie
Ça ressemble à une infopub qui donne le faux espoir que les HDD seront encore pertinents dans 9 ans.
Murphy-Law
Avec ces nouvelles capacités, il faudra faire attention au «&nbsp;bit rot&nbsp;» qui arrivera statistiquement plus fréquemment…<br /> Donc penser aussi au système de fichiers qui va bien pour corriger ça… ZFS par exemple. Sinon bonjour la perte de fichiers !
Space_Boy
Bit rot? C’est quoi ce truc? Un problème magnétique?
tangofever
Les disques durs j’en avait 5 dans ma tour je les ai tous virés au profit du ssd, gain de poids faut pas se mentir ça commence à peser à partir du second, les analyses disques long même en sata 6, le bruit de grattage, la chauffe car même à l’arrêt les miens étants programmés pour se couper au bout de 5mn, j’ai vu la différence de température avec les sondes, différence allant de 7 à 10 degrés par disques.<br /> Ces disques de 120To associés à un gros cache ont de l’avenir pour les consoles, les serveurs, nas, etc. Mais pour l’utilisateur lambda aucun intérêt et nul doute que l’on aura de telles capacités sur les ssd.<br /> Pour ce qui est du M2 quel est l’interet de ces disques, un utilisateur lambda n’en à que faire, en jeu il n’y à aucunes différence avec un ssd classique, le nvme n’à de sens que pour un usage bien particulier.<br /> Lors du montage de mon prochain PC je m’en passerai, si c’est pour avoir un disque qui monte jusqu’à 70/902 degrés lorsqu’il est très sollicité et lui adjoindre un système de ventilation qui va de plus rajouter quelques décibels à ceux déjà présents, quel intérêt.<br /> Le nvme : chauffe énormément, augmente la température de la carte mère, de la tour pour quel gain ?<br /> J’ai un msata que j’avais monté sur un support pcie (32/36°), la température de ma tour et de la cm on grimpé tout de suite, au niveau des perfs rien à dire j’avais des débits de folie comparé en sata, je lai installé dans un adaptateur format ssd, il n’est plus qu’à 24° avec des perfs moindres mais suffisants pour l’usage que j’en fait.<br /> Et en passant au ssd j’ai supprimé par la même occasion 3 ventilateurs de ma tour .<br /> Quand je vois en plus que certaines carte mère ont de plus un système de refroidissement pour le nvme,vive le silence.<br /> J’ai gardé deux ventilos en aspirations à l’avant devant les ssd, je me demande est-ce encore bien utile ?<br /> Et un à l’arrière pour l’extraction, obligatoire il me semble.
bishop28
Perso, j’ai un 14 TO rempli a 90%, un 6 TO rempli a 50 % et un 8 TO tout neuf déjà à 40 % et un SSD 2 TO a 90 % aussi; le NVME de 1 TO il y a Windows + logiciel ( hormis les lanceurs de jeux ) dessus et je m’en sers quand je fais des encodages, la vitesse de traitement est plus élevée qu’avec du sata . Quand des SSD de 8 TO seront abordables ( moins de 350€ ) j’envisagerais de passer au full SSD + un gros HDD dans un NAS ou boitier externe pour ma collection de films/séries/anime, mais pas avant et cela risque de prendre un certain temps.
max_971
Un disque dur hybride !?
pecore
Pour le M2, je reconnais qu’il n’y a pas un avantage déterminant par rapport à un SSD SATA. Mon engouement est très subjectif. J’avoue avoir été bluffé par la petit taille ticket-de-métro-qui-se-plaque-à-la-carte-mère-et-dont-on-entend-plus-parler-ensuite. Moi qui tourne encore avec une grappe RAID 10 de quatre HDD, par comparaison cela semble presque magique et pour un prix équivalent en plus.<br /> Je remarque tout de même une accélération dans le démarrage de Windows 10 depuis que j’ai échangé mon disque système SSD Crucial MX500 2.5" pour un WD Black SN750 NVMe en solde. Et si le démarrage est accéléré il y a de fortes chances que d’autres process le soient aussi.
zozolebo
A chaque fois que j’entends parler de stockage perpendiculaire, je repense à cette vidéo.
juju251
pecore:<br /> Pour l’utilisateur lambda il est absurde aujourd’hui d’acheter du HDD<br /> Malgré le fait que les SSD à capacité égale (j’ai pris 4TO pour comparer) sont au bas mot trois fois plus cher ?<br /> Encore une fois, cela dépend principalement du budget et de l’usage qui en sera fait.
pecore
Comparaison un peu biaisée non, le prix des SSD augmente exponentiellement avec la capacité. Mais la plupart des gens se contentent d’un ou au pire deux To de DD interne plus un nombre variable souvent plus important en externe pour les films et les photo. Or le SSD d’1 To ne coute «&nbsp;que&nbsp;» deux fois plus cher qu’un HDD de même taille, avec des avantages qui valent très largement le surcout. Voilà pourquoi je pense vraiment qu’acheter un HDD aujourd’hui n’est pas rentable si l’on a pas besoin de beaucoup d’espace de stockage interne.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Surfshark VPN : 1 abonnement, des appareils illimités à -81 %
Paradox annonce sa PDXCON 2021 pour mai, un nouveau jeu majeur à la clé
Sur Twitch, Stud’Force a levé plus de 131 000€ pour le Secours Populaire contre la précarité étudiante
Forfait mobile : B&You propose de nouveau son offre 5 Go à moins de 5€
Les AirPods 3 n'arriveraient finalement qu'en fin d'année selon Kuo
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Mini critique Tribes of Europa (S01)
Mini critique Truth Seekers (S01)
Mini critique For All Mankind (S02E01)
Mini critique The Mandalorian (S02E01)
Haut de page