🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test du casque gaming EPOS H3 : un micro qui fait toute la différence

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
23 avril 2021 à 16h54
1
EPOS H3_lifestyle © EPOS

Le nom d’EPOS ne vous parle peut-être pas encore, pour cause : le H3 est seulement le deuxième produit lancé par le fabricant danois depuis que celui-ci a repris les activités gaming de Sennheiser. Se positionnant comme un casque filaire polyvalent, le H3 arrive avec de nouveaux atouts que nous examinons avec ce test.

EPOS H3
  • Excellent micro
  • Connexion analogique polyvalente
  • Design léger et très confortable
  • Profil audio taillé pour le gaming
  • Un rendu sonore qui manque de musicalité
  • Molette de volume
  • Micro non amovible

Loin d’être aussi novateur sur le papier que les récents écouteurs EPOS GTW 270 Hybrid , ce casque gaming H3 tente de se démarquer sur l’entrée de gamme avec un design léger, une grande polyvalence, et bien sûr des capacités audio qui reposent sur le large héritage laissé par Sennheiser.

Malgré un tarif affiché à 119 €, soit 20 € de plus demandé en comparaison du GSP 300, l’EPOS H3 est-il un bon prétendant pour qui cherche un casque gaming abordable, avec lequel passer facilement de la Nintendo Switch, à la PS5 et au PC ?

EPOS H3 : fiche technique

L’EPOS H3, c’est :

  • Transducteur : dynamique, fermé
  • Impédance : 20 Ω
  • Réponse en fréquence : 10 Hz - 30 kHz
  • Microphone : oui, bidirectionnel
  • Réponse en fréquence du micro : 10 Hz - 18 KHz
  • Connexion : analogique, câble jack 3,5 mm
  • Spatialisation : non
  • Logiciel : non
  • Poids : 275 grammes
  • Prix et disponibilité : disponible, à 119 €

Design et ergonomie

Pour son premier casque lancé indépendamment depuis la reprise du portefeuille gaming de Sennheiser, EPOS a tenu à se démarquer sur la partie design de ce produit ; un point sur lequel Sennheiser était justement critiqué, avec des casques souvent massifs et pas toujours confortables.

EPOS H3_Black © EPOS
Le casque EPOS H3 est disponible en coloris Onyx Black et Ghost Snow © EPOS

Affichant 275 grammes sur la balance, le H3 est effectivement bien plus léger que ses prédécesseurs. Rappelons pour ne citer que lui que le GSP 300, auquel il vient succéder, culmine à 363 grammes. Nous avions toutefois déjà pu apercevoir les efforts de Sennheiser qui, avec le GSP 370 , avait livré un casque sans-fil de « seulement » 285 grammes. EPOS continue donc d’explorer la voie de la légèreté et de la polyvalence avec le H3.

Test EPOS H3_6 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Une fois en main, puis sur les oreilles, le H3 nous laisse un sentiment similaire à celui que nous avions avancé pour le Logitech G733 Lightspeed , à savoir la sensation d'un casque agréable à porter, qui assure un bon maintien tout en se faisant rapidement oublier. Le casque d’EPOS gagne en effet à être si léger : la pression sur le sommet du crâne est minime et le revêtement en mousse sous l’arceau n’est jamais gênant, même après l’avoir porté plusieurs heures.

S’il comporte bien des différences avec le modèle de Logitech, ces deux modèles partagent cependant une conception plastique qui ne semble pas des plus solides. Les finitions sont bonnes, et les matériaux sont là pour alléger le plus possible le casque, mais la question de la longévité et de la résistance (aux transports, chutes, chocs) se pose. Quoi qu’il en soit, ici, légèreté va de pair avec une apparence moins robuste.

Test EPOS H3_1 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Le plastique n’est toutefois pas légion sur tout le casque, l’arceau intégré au serre-tête étant réalisé en acier inoxydable. L’ajustement en longueur, sur 10 cm, devrait convenir à la plupart des utilisateurs, d’autant que les oreillettes s’ajustent légèrement sur l’axe horizontal, et plus largement sur l’axe vertical.

Test EPOS H3_4 © Matthieu Legouge
Test EPOS H3_3 © Matthieu Legouge

© Matthieu Legouge pour Clubic

Les coussinets de ce H3 sont une belle surprise. Procurant une isolation passive très marquée, ils sont conçus de manière à ne pas toucher l’oreille et n’exercent qu’une pression relativement faible autour de nos esgourdes. La sensation d’être coupé de l’environnement est assez forte ; si c'est une affaire de goût, cela renforce indéniablement l’immersion.

En contrepartie vous n’entendrez probablement pas ce qu'il se passe autour de vous. Ces coussinets en similicuir possèdent une surface de contact beaucoup plus douce au toucher, un bon point, car le contact prolongé avec le similicuir n’est pas toujours agréable et favorise la transpiration, ce qui n’est pas le cas ici.

Test EPOS H3_2 © Matthieu Legouge
Test EPOS H3_5 © Matthieu Legouge

© Matthieu Legouge pour Clubic

Connectiques et fonctionnalités

Le H3 utilise une connexion filaire, analogique, qui peut sembler un peu dépassée pour certains, mais qui confère à ce casque une réelle polyvalence, ainsi qu'un fonctionnement qui évite les problèmes courants des casques wireless : autonomie, latence, perte de connexion ! L’autre atout de cette connexion analogique est bien sûr de pouvoir connecter ce casque à un DAC comme le GSX 1200 PRO, avec notamment, à la carte, un son surround 7.1.

Test EPOS H3_7 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Livré avec deux câbles détachables, l’un muni d’une prise jack 4 pôles (pour smartphones et consoles notamment), l’autre avec deux prises jack 3 pôles avec sortie audio et entrée micro séparée, ce casque peut se connecter à tout appareil disposant d’un connecteur 3,5 mm. On regrettera peut-être l’absence d’un adaptateur USB-C, élément aujourd’hui utile sur un nombre croissant d’appareils mobiles.

Test EPOS H3_8 © Matthieu Legouge
Deux câbles avec connecteurs propriétaires © Matthieu Legouge pour Clubic

À côté de cela, le H3 n’embarque que peu de fonctionnalités. Une seule commande est présente au niveau de l’oreillette droite : une molette de volume (non cliquable) qui permet de monter ou baisser le son en utilisant le majeur et l’index. Ce n’est clairement pas la meilleure commande que nous ayons vue sur un casque pour contrôler le volume sonore, mais on finit par s’y habituer. Il y a toutefois quelque chose d’assez étrange avec cette molette : baisser le volume au minimum ne coupe pas pour autant le son, qui reste toujours audible. Si vous recherchez un silence momentané, il vous faudra donc couper le son d’une autre manière, ou enlever le casque.

Test EPOS H3_9 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

On retrouve sur le H3 un autre élément caractéristique de Sennheiser : le micro sur perche avec fonction sourdine lorsque celui-ci est relevé. Ce type de micro est agréable au quotidien, devant nos consoles et PC, mais n’étant pas amovible, il fait perdre au casque son caractère nomade.

Rendu audio et microphone

C’est finalement lorsqu’il s’agit d’évoquer les prestations sonores que l’EPOS H3 se démarque le plus de la concurrence, sur cette fourchette de prix.

Commençons par le microphone et par dire que celui-ci capte parfaitement la voix. Bien plus performant que celui des casques Sennheiser GSP 300 et 370, ce micro est une excellente alternative à ce que l’on trouve habituellement dans cette gamme de prix. Plutôt qu’un modèle unidirectionnel, on profite ici d’un micro bidirectionnel fonctionnant selon un diagramme « figure en huit » : les sons sont captés de part et d’autre de deux faces du micro, qui sont sensibles au son, mais pas depuis les côtés. Cela permet d'obtenir un son clair et pleinement intelligible pendant les conversations. Et dans les faits, la différence de qualité avec ce micro est flagrante, si on compare ce casque avec la plupart de ses concurrents directs.

Malgré tout, si ce système permet de ne pas capter les bruits émanant de notre clavier, le micro capte bien ce qu'il se passe dans la pièce, ce qui peut parfois être dérangeant. Nous sommes donc encore loin de la qualité offerte par un véritable micro dédié, mais pour jouer en ligne, prendre des appels, ou participer à une visioconférence, ce micro-casque reste idéal.

EPOS H3_micro © EPOS
© EPOS

En matière de restitution sonore, l’EPOS H3 propose une expérience intéressante, mais pas sans limites. Sans être omniprésentes, les basses sont enveloppantes ; on perçoit une légère accentuation sur les basses fréquences pour un rendu assez chaud. On aime ou pas, encore une fois ici, c'est affaire de goût.

Les détails offerts par les aigus sont discernables, avec les médiums ils sont cependant en retrait ce qui résulte sur un certain manque d’équilibre. Rien d'alarmant, mais le rendu manque de musicalité, avec une signature qui me parait plus appropriée pour écouter des musiques modernes comme l’électro ou le hip-hop plutôt que de la musique classique ou du jazz.

Si le rendu audio n’excelle pas par sa musicalité, il procure cependant une excellente immersion en jeu. L’univers sonore de jeux comme Control , Little Nightmares II , ou Death Stranding est bien restitué et c’est un plaisir de recourir à cet H3 pour en profiter. L’expérience est également correcte avec les jeux compétitifs dans lesquels nous avons essayé de performer pour l’occasion, notamment Apex Legends et Call Of Duty: Warzone . Le résultat est toutefois moins satisfaisant avec ces titres ; bien que la scène sonore soit suffisamment large et que l’on parvienne à discerner facilement la provenance des explosions, bruit de pas et autres véhicules, on préfèrera utiliser un égaliseur pour gommer l’excès de basse de ce casque et ainsi ne pas être dérangé par des sons trop percutants qui viennent occuper un espace trop important dans le champ sonore.

Précisons tout de même que ce choix reste relativement subjectif, et que bien des joueurs apprécieront certainement ce rendu sonore.

EPOS H3 : l'avis de Clubic

Avec ce H3, EPOS se positionne de manière cohérente et efficace sur un marché qui regorge de références à 100 € et moins. Un peu plus cher que la moyenne donc, il possède cependant des atouts supplémentaires. Nous avons ainsi été étonnés par la qualité du microphone, mais aussi par le confort que le casque procure, et ce même durant de longues sessions. La polyvalence est enfin l’argument ultime de ce H3, avec deux câbles qui s’adaptent à tous les appareils (ou presque).

Le rendu audio, lui, nous apparaît supérieur à celui de beaucoup d’autres casques sur cette fourchette de prix. La signature sonore est cependant taillée pour le gaming et ne permet pas de découvrir ou redécouvrir des détails dans les musiques que nous apprécions.

Mais l’EPOS H3 est un casque gaming, on ne lui reprochera donc pas de ne pas exceller lorsqu’il s’agit d’écouter une Symphonie de Rachmaninov !

Enfin, la connexion analogique permet de profiter du son surround sur Xbox Series X|S et PlayStation, ou encore via une carte son compatible sur PC.

EPOS H3

7

Idéal pour jouer sur consoles, l’EPOS H3 parvient à convaincre grâce à son excellent micro, son confort, et son rendu audio immersif. S’il semble davantage taillé pour le gaming, sa polyvalence et ses qualités en font aussi un bon casque pour les communications, ou pour profiter de nos jeux et autres contenus sur PC.

Les plus

  • Excellent micro
  • Connexion analogique polyvalente
  • Design léger et très confortable
  • Profil audio taillé pour le gaming

Les moins

  • Un rendu sonore qui manque de musicalité
  • Molette de volume
  • Micro non amovible

Design et confort 8

Qualité audio 7

Microphone 9

Ergonomie 7

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
PierreKaiL
Il faudrait que je test mais personnellement j’ai été conquis par la gamme HyperX Cloud, j’ai le Cloud 2 gamer à 80 euros donc quand même nettement moins cher que le EPOS, qui a un micro de très bonne qualité aussi (détachable) une qualité audio correcte, virtualisation 7.1, réduction de bruit plutôt efficace.<br /> C’est surtout le micro non détachable et le prix qui me contrarient sur ce modèle de test. A voir.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Après Pokemon GO, Niantic a confié à Fold le développement d'un jeu permettant de capturer des Bitcoins dans le metaverse
Valve Proton, pour jouer sur Linux, prend maintenant en charge le DLSS de NVIDIA !
Netflix Jeux : deux nouveaux titres entrent dans le catalogue
Black Friday : Amazon brade ce pack Nintendo Switch, attention aux ruptures de stock !
Cdiscount frappe fort avec ce pack Nintendo Switch Néon à un prix fou pour le Black Friday !
Le Battle.net de Blizzard victime d'une attaque DDoS
Une série Mass Effect chez Amazon ?
Black Friday : la Game & Watch Super Mario Bros System n'a jamais été aussi peu chère 🔥
Après 4 ans de développement, le jeu The Sandbox lance son metaverse Alpha
Metaverse : pourquoi diable Nike s'invite-t-il dans Roblox ?
Haut de page