Les batteries, c'est fini ? Demain, des piles flexibles alimentées par… la sueur

03 octobre 2019 à 17h37
10
Pile alimentée par sueur wearable
© Xiaohong Chen, Département de chimie moléculaire (CNRS/Université Grenoble-Alpes)

Et si on produisait de l'énergie en courant ? Des scientifiques travaillant pour des universités françaises et américaines ont mis au point une pile souple et extensible, capable d'adhérer à la peau. Et pour produire de l'énergie, le dispositif parvient à exploiter certains composants contenus dans la transpiration !

Le marché des objets connectés est en pleine croissance, en particulier celui des « wearables ». Ce terme particulier désigne les produits que l'on porte directement sur soi, tels que les montres ou les bracelets connectés.

Collaboration universitaire franco-américaine

Au fur et à mesure des progrès de miniaturisation, on tend à rapprocher ces objets du corps humain. Ils pourraient, par exemple, être portés directement sur la peau. Mais cette configuration pose alors la question de l'alimentation en électricité : il faut pouvoir disposer d'une batterie, ou d'un dispositif de stockage de l'énergie, suffisamment petite et flexible pour que l'appareil puisse fonctionner.

C'est justement le sujet de recherche de scientifiques issus du CNRS, de l'université Grenoble-Alpes et de l'université de Californie à San Diego (États-Unis). Les chercheurs ont assemblé leurs connaissances respectives en bioélectrochimie, en nanomachines, en biocapteurs et en nanobioélectronique, pour élaborer une pile d'un nouveau genre. Flexible, extensible et adhérant à la peau, celle-ci peut en effet transformer la sueur en énergie électrique.


La transpiration comme source d'énergie

Comment fonctionne cette innovation, qui a fait l'objet de plusieurs brevets ? Elle est principalement composée de nanotubes de carbones, d'un polymère, conférant à l'ensemble une structure en réseaux, et d'enzymes, le tout étant relié par des connecteurs extensibles, directement imprimés sur le tissu. Les enzymes y jouent un rôle crucial : ce sont elles qui sont à l'origine de la transformation de la sueur en énergie, réalisée via une oxydation du lactate présent dans la transpiration et une réduction de l'oxygène.

Les chercheurs ont testé leur « biopile » sur le bras d'un individu, auquel était également attachée une LED (un des dispositifs les plus énergivores en microélectronique). Cette dernière, grâce à l'ajout d'un amplificateur de tension, a ainsi pu être alimentée en continu par le dispositif souple, directement posé sur la peau.


Cette découverte pourrait avoir de multiples applications, notamment dans le domaine médical ou sportif. D'autant que la fabrication de la pile ne présente pas de complexité majeure. Mais pour l'heure, les scientifiques vont s'attacher à augmenter la tension fournie, afin de pouvoir alimenter, à terme, de véritables objets connectés.

Source : CNRS
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
11
Fulmlmetal
Allez c’est reparti, voici le 60eme concept de nouvelles batteries du futur … dont on entendra plus jamais parler …<br /> Bon cela dit, alimenter une LED et recharger/alimenter un smartphone c’est pas la même chose. C’est un rapport de 1 pour 10000, donc on attendra avant de crier à l’énergie du futur.
epi2mais
Pour les mecs comme moi qui passent leur vie avec la clim c’est mort donc.<br /> OK, suivant.
manycalavera
On va finir en pile comme dans Matrix
KlingonBrain
Demain, des piles flexibles alimentées par… la sueur<br /> Malheureusement pour eux, ceux qui achètent des technogadgets sont des intellectuels qui ne suent pas beaucoup parce que leur travail ne demande pas d’efforts physiques.<br /> Les chercheurs ont testé leur « biopile » sur le bras d’un individu, auquel était également attachée une LED (un des dispositifs les plus énergivores en microélectronique).<br /> Non, les led sont loin d’être l’un des dispositif les plus énergivore en micro électronique.<br /> Une Led peut commencer à s’illuminer avec une énergie très modeste.<br /> Quasiment, avec un peu de métal approprié et un peu d’électrolyte, on y arrive facilement :<br /> Instructables<br /> Potato Battery Driven LED<br /> Potato Battery Driven LED: So, if you looked at my profile you would see that I like physics.  When the challenge for “Potatoes” I just knew that I need to do a project that highlighted the lowly “Potato Battery”.  So here is how to make...<br />
jkgolconde
j’vais pouvoir en revendre à EDF, mouhahahahaha
wackyseb
Et quand on ne court pas, qu’on ne sue presque jamais et qu’en plus on fait des injections de botox pour bloquer les glandes de la sueur sous les bras en été !!! On fait comment.<br /> L’article ne parle pas de la sueur normale ou de sueur excessive due à l’effort.<br /> Alors ???
MB_MB
A quand le chargeur dans le trou du cul… on y est presque !!!
linkin440
Et l’urine enrichie à l’uranium, on en parle quand ?
obyoneone
le top des batteries humaines, c’est dans Matrix…
_Ludo
J’ai pensé exactement la même chose
jardinero
On pourra se doucher quand même?<br /> L’urine pour les cultures ca marche !<br /> Ça va faire des marques sur mon bronzage .<br /> C’est de l’eau que je veux ,pas des microvolts .<br /> Halte à la sécheresse .
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

On connaît les tarifs et les disponibilités de la Polestar 2 en Europe
🔥 Forfait mobile : nouvelle offre Free 60 Go à 9,99€/mois
Windows 10X : pourquoi et pour quels appareils ?
🔥 Cdiscount fête ses 21 ans, nos promos TV coup de coeur
GOG fête ses 11 ans... et fait des promos, évidemment !
🔥 TV LED TCL 43EP662 Android TV à 329€ au lieu de 449€
Reconnaissance faciale : les prestataires de Google auraient menti pour collecter plus de visages
🔥 Microsoft Surface : 4 promotions irrésistibles à ne pas manquer
Après avoir levé 1 million en crowdfunding, le constructeur Arc Vehicle fait faillite
Haut de page