Escherichia coli bientôt source d'hydrocarbure ?

Bastien Contreras Contributeur
01 octobre 2019 à 13h55
0
Escherichia coli

Des chercheurs français ont trouvé une nouvelle utilité à la bactérie E. coli. Grâce à une modification génétique, celle-ci peut être transformée pour produire en continu des hydrocarbures volatils, similaires à ceux de l'essence et du kérosène.

La bactérie Escherichia coli, ou plus simplement E. coli, n'a pas toujours bonne presse. Pourtant, il s'agit d'une bactérie intestinale très courante chez l'être humain et de nombreux animaux. Malheureusement, dans certains cas, de telles souches peuvent présenter des risques à la consommation, notamment dans la viande. Et entraîner des intoxications alimentaires graves, comme celle ayant conduit au décès d'un enfant le mois dernier.

Transformation génétique de la bactérie

Contre toute attente, E. coli pourrait opérer un retour en grâce, en devenant une source d'hydrocarbures. Ces derniers constituent en effet une source énergétique indispensable de nos jours. Mais leur raréfaction, conséquence de leur caractère non renouvelable, et la difficulté d'exploitation des gisements (charbon, pétrole, gaz naturel) posent problème.

Ces limites poussent les scientifiques à trouver des alternatives. Et des chercheurs du CEA, du CNRS et de l'Institut de Biosciences et Biotechnologies d'Aix-Marseille ont réussi à impliquer directement la bactérie E. coli dans la production d'hydrocarbures. Pour cela, ils ont procédé à une modification génétique, en incorporant à la bactérie deux nouveaux gènes : un correspondant à une enzyme de plante, l'autre à une photoenzyme (fonctionnant à l'aide de la lumière) de microalgue.


La combinaison de ces deux ajouts a alors permis la production, en quantité très importante, d'hydrocarbures sous forme très pure, ce qui limiterait ainsi l'émission de particules fines à la combustion.

Des hydrocarbures dans le gaz

De plus, un autre avantage de ce procédé réside dans le fait que les hydrocarbures formés étaient particulièrement volatils : ils s'évaporaient largement, et avaient donc une forte propension à sortir des souches et à se concentrer dans la phase gazeuse des cultures, où il était plus facile de les récupérer. Il s'agit là d'une véritable avancée dans l'exploitation de micro-organismes pour la fabrication de carburants, puisque ce procédé induit généralement une phase coûteuse d'extraction et de transformation des hydrocarbures.


Il reste toutefois une limite à l'utilisation d'E. coli dans ce processus : la bactérie nécessite l'ajout de sucre dans le milieu de culture, afin de s'en servir comme source de carbone. L'idée des auteurs de l'étude est donc ensuite de reproduire cette transformation génétique sur un micro-organisme photosynthétique, capable d'exploiter directement le CO2 de l'air.

Source : CEA
Modifié le 01/10/2019 à 13h56
13 réponses
11 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top