Test Cambridge Audio Melomania Touch : des intras encore un peu plus convaincants

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
27 février 2021 à 17h48
1
Cambridge Audio Melomania Touch © Cambridge Audio
© Cambridge Audio

Plus ou moins un an après la sortie de ses premiers écouteurs true wireless , Cambridge Audio revient déjà à la charge. S’il garde le nom – un rien pompeux, il faut le reconnaître – de Melomania, il lui accole le suffixe Touch. Est-ce à dire que l’on va profiter de contrôles en phase avec notre époque ?

Cambridge Audio Melomania Touch
  • Conception élégante
  • Très bonne restitution audio
  • Oreillettes ajustables, 6 caoutchoucs / 6 ailettes
  • Certification IPX4 : résistance aux éclaboussures
  • Autonomie très correcte
  • Application efficace
  • Commandes tactiles un peu trop sensibles
  • Réduction active du bruit cVc peu convaincante
  • Hauts médiums en retrait

Entreprise britannique fondée – vous l’aurez deviné – à Oxford Cambridge, Cambridge Audio est souvent perçue comme une marque haut de gamme spécialisée dans la sonorisation pour puristes. Une étiquette difficilement compatible avec des intras true wireless que l’on espère commercialiser auprès d’un large public. C’était pourtant le pari tenté au lancement des Melomania 1 et qui a semble-t-il bien fonctionné puisque le Britannique renouvelle l’expérience avec les Touch. Les écouteurs profitent d’un nouveau design, de quelques fonctionnalités plus modernes et, enfin, d’une application compagnon. Impressions.

Cambridge Audio Melomania Touch © Cambridge Audio
Difficile de faire plus simple et plus pratique à ranger / recharger / transporter © Cambridge Audio

Fiche technique des Cambridge Audio Melomania Touch

Alors que les Melomania 1 ont été distribués en version noire et en version « pierre », les Melomania Touch nous arrivent pour leur part en noir en ou blanc. Par ailleurs, Cambridge Audio reconduit le système bien pratique de boîtier de rangement / recharge / transport et la chose évolue afin de se convertir à la norme USB-C. Attention cependant, le tarif déjà élevé des ‘1’ monte encore d’un cran : il faut compter près de 140 euros pour acquérir les Touch.

Les Cambridge Audio Melomania Touch, c’est :

  • Haut-parleurs : drivers graphène, 7 mm
  • Impédance : 32 ohms
  • Réponse en fréquence : 20 Hz – 20 kHz
  • Microphone : Oui, avec suppression de bruit cVc
  • Réponse en fréquence du micro : 100 Hz – 8 kHz
  • Connexion : Bluetooth 5.0, Classe 2
  • Codecs pris en charge : aptX, AAC, SBC
  • Portée : 30 mètres
  • Autonomie : 9 heures (oreillettes) + 41 heures (boîtier chargeur)
  • Logiciel : Oui, Melomania par Cambridge Audio
  • Dimensions : 23 x 24 mm (par écouteur), 30 x 72 x 44 mm (boîtier chargeur)
  • Poids : 5,9 grammes (par écouteur) + 55,6 grammes (boîtier chargeur)
  • Prix et disponibilité : disponible, à partir de 139,95 €

Un coup d’œil sur la fiche technique des Melomania Touch ne permet pas d’observer de très grandes différences avec les ‘1’. Les caractéristiques techniques essentielles semblent rigoureusement identiques. Norme Bluetooth, codec pris en charge, réponse en fréquence, même l’autonomie est similaire avec, simplement, un petit progrès sur la batterie du boîtier. Plus gênant, Cambridge Audio a reculé sur un point : les Melomania Touch arborent une certification IPX4 quand les ‘1’ proposaient de l’IPX5. Ouf, on peut toujours sortir avec sous la pluie !

Cambridge Audio Melomania Touch © Cambridge Audio
Les Touch existent en blanc... ou en noir © Cambridge Audio

Plus compacts et plus complets

Si la fiche technique laisse à penser que les Melomania Touch ne sont qu’une version « bis » des Melomania 1, en regardant la bête, on change très vite d'avis. En effet, on remarque d’emblée que Cambridge Audio a complètement revu le dessin de ses écouteurs. Un regret toutefois, cette refonte s’accompagne d’un surpoids important puisque nous passons de 4,6 à 5,9 grammes par écouteur. Heureusement, cela reste mesuré et si le Melomania Touch est plus lourd que son grand frère, il reste largement au niveau de la concurrence.

Un surpoids d’autant plus acceptable que le nouveau dessin des oreillettes est bien plus réussi. Si Cambridge Audio emploie des matériaux – du plastique – assez proches, il propose une forme aussi universelle que possible et évite le côté un peu « tube » de son précédent kit. Les intras glissent naturellement dans les oreilles, ils ne dépassent pas beaucoup et restent simples à attraper. Une petite ailette vient assurer un maintien proche de la perfection et si vraiment les choses ne collaient pas avec la forme de vos conduits auditifs, le constructeur a prévu ce qu’il faut.

Cambridge Audio Melomania Touch © Nerces
Parmi les nombreux accessoires, notons les multiples caoutchoucs / ailettes © Nerces

En effet, il joint à son kit un ensemble d’accessoires très complet. Pas moins de douze embouts en silicone sont ainsi proposés : 4 petits formats, 4 moyens formats (2 préinstallés) et 4 grands formats.  Il ajoute six ailettes : 2 petits formats, 2 moyens formats (préinstallées) et 2 grands formats. Comme vous le voyez, vous disposez à la fois du matériel pour ajuster les choses et de quelques éléments « en réserve » en cas de perte ou d’usure. Puisque nous parlons des accessoires fournis, soulignons la présence de cette fameuse boîte rigide et de son aspect similicuir réussi.

L’idée est bien sûr d’y ranger les oreillettes pour les conserver sans risquer de les perdre. La boîte est alors idéale pour en assurer le transport tout en offrant un système de recharge. Comme avec les Melomania 1, c’est effectivement via la boîte que l’on recharge les oreillettes. Celle-ci se connecte en USB via un câble USB-C > USB-A livré. Dommage, le fabricant n’a pas opté pour une recharge sans-fil. En revanche, nous apprécions le surcroît d’autonomie offert, le boîtier des Melomania Touch étant officiellement plus endurant : on gagnerait 5 heures sur les ‘1’ (41h contre 36h).

Cambridge Audio Melomania Touch © Nerces
Deux petits intras qui se glissent parfaitement dans l'oreille © Nerces

Côté contrôles, Cambridge Audio reprend les tapotements présents sur la plupart des intras true wireless. Il ne s’agit toutefois pas de boutons, mais de commandes tactiles que l’on effleure pour les activer : un tapotement pour lecture / pause et prise d’appel, deux pour avancer (oreillette droite) ou reculer (oreillette gauche) d’une piste et trois pour activer le mode transparence qui doit remplacer la réduction active de bruit. Enfin, un appui long augmente (oreillette droite) et réduit (oreillette gauche) le volume ou refuse un appel.

Il nous faut toutefois souligner que compte tenu de la forme des oreillettes et de la sensibilité des commandes, il n’est pas évident de prendre les Melomania Touch sans activer quelque chose. Avec le temps, on finit par prendre le coup, mais des erreurs de manipulation restent régulières. Maintenant que nous avons les intras dans les oreilles, il est tant de se pencher sur la qualité d’écoute… le point le plus important sur un tel produit. Les Melomania 1 étaient déjà d’excellents modèles, les Touch vont encore un peu plus loin, même si la différence est subtile.

Cambridge Audio Melomania Touch © Cambridge Audio
Pour pinailler, notons que le boîtier est un peu épais © Cambridge Audio

Rendu et captation audio impeccables

Notons que Cambridge Audio est passé à des drivers graphène un peu plus grands – 7 millimètres contre 5,8 mm sur les ‘1’ – mais que cela n’a pas autant d’incidence que prévu. Les basses profitent de ce changement pour apporter plus de présence, donner plus d’assise à la majorité des orchestrations sans jamais écraser les autres sonorités. Pour pinailler, on pourra tout de même souligner que les hauts médiums ont un peu tendance à souffrir et on notera surtout que, comme sur les ‘1’, les aigus autour de 10 kHz sont légèrement surreprésentés.

De manière générale et compte tenu du tarif demandé par Cambridge Audio, le terme « mélomane » peut sembler exagéré. Bien sûr, de vrais mélomanes y trouveront à redire, mais gardons à l’esprit que nous avons des intras d’à peine 6 grammes chacun dans les oreilles. Les Touch fournissent un travail d’excellente facture qui ne pourrait décevoir que les plus exigeants… lesquels ne devraient de toute façon pas se tourner vers de genre de produits ! Mieux, si la relative neutralité perçue sur une bonne part du spectre ne vous convainc pas, l’application Melomania existe.

Sarabande Haendel - Barry Lindon
La Sarabande d'Haendel - ici dans le film Barry Lindon - illustre les belles aptitudes audio des Touch

Il s’agit d’un vrai progrès depuis la sortie des Melomania 1. Cambridge Audio a effectivement mis au point une application smartphone (Android / iOS) conforme à ce que l’on peut attendre d’un compagnon logiciel en 2021. Notez que les premiers tests des Melomania Touch faisaient état de problèmes de stabilité du logiciel et de pertes de connexion Bluetooth. Peut-être avons-nous eu de la chance ou peut-être Cambridge Audio a-t-il apporté de décisives mises à jour ? Toujours est-il que n’avons rien rencontré de tel : aucune désynchronisation, aucun bug particulier à soulever avec les dernières versions en date de ce test.

Au contraire, nous avons bien apprécié l’ergonomie de cette petite application très complète qui débute par la connexion aux oreillettes avant d’afficher une page « résumé » sur laquelle on peut voir la charge restante. Une option de géolocalisation est disponible et il est bien sûr possible de mettre à jour le micrologiciel des Melomania Touch. Le mode Transparence peut être ajusté, mais c’est surtout l’égalisation du son qui nous intéresse : rien que de très classique, mais on a rarement fait plus efficace pour obtenir les sonorités voulues.

Cambridge Audio Melomania Touch © Nerces
Esthétique et complète, l'application Android / iOS est une réussite © Nerces

On peut avoir confirmation du codec employé car, comme les Melomania 1, les Touch fonctionnent en SBC bien sûr, mais aussi en AAC et en aptX. Dommage, l’aptX HD n’est pas au rendez-vous. Cela dit, une telle compatibilité aurait eu un impact encore plus important sur l’autonomie, or celle-ci n’est déjà pas parfaite. Compte tenu du poids des Touch, nous espérions pouvoir dépasser l’autonomie des ‘1’. Il n’en est rien et nous perdons même environ une heure : un peu plus de 6h en aptX / un peu plus de 8h en SBC alors que nous avons tendance à écouter à « petit » volume.

Enfin, avant de conclure, nous voulions revenir sur deux éléments. En premier lieu, impossible de ne pas regretter l’absence de réduction active de bruit alors que certains concurrents le font sur cette gamme de prix. Le résultat reste correct et l’isolation phonique acceptable, mais sachez qu’il y a mieux. Dans un second temps, nous voudrions évoquer la captation micro pour confirmer qu’hélas, il n’y a que de très légers progrès depuis les Melomania 1. Sachez donc que cela reste parfaitement exploitable pour passer un coup de fil, mais que votre smartphone fera bien mieux.

Cambridge Audio Melomania Touch © Cambridge Audio
© Cambridge Audio

Cambridge Audio Melomania Touch : l'avis de Clubic

L’an dernier, nous avions eu un petit faible pour les Melomania 1 et il nous est difficile d’être déçus par ce second essai de la part de Cambridge Audio ou disons que si déception il y a, c’est peut-être face à une prise de risque limitée du constructeur. Les Melomania Touch apportent certes quelques améliorations bien senties, mais la formule reste très similaire. Le design des oreillettes est un peu plus agréable, l’autonomie du boîtier légèrement supérieure et les basses plus convaincantes, mais il faut faire avec des contrôles tactiles un poil trop sensibles et une autonomie des oreillettes en léger retrait. Reste le plus important : en développant une application digne de ce nom, Cambridge Audio répond à la principale critique faite à l’encontre de ces Melomania. Vers une réduction active de bruit pour la troisième version ?

Cambridge Audio Melomania Touch

8

Après les Melomania 1, Cambridge Audio enfonce le clou. Les Touch sont un peu plus design, un peu plus confortables avec un son un peu meilleur. Pour ne rien gâcher, une belle application smartphone est maintenant au menu. Dommage que les commandes tactiles soient si sensibles.

Cette œuvre est pour vous si

  • Conception élégante
  • Très bonne restitution audio
  • Oreillettes ajustables, 6 caoutchoucs / 6 ailettes
  • Certification IPX4 : résistance aux éclaboussures
  • Autonomie très correcte
  • Application efficace

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Commandes tactiles un peu trop sensibles
  • Réduction active du bruit cVc peu convaincante
  • Hauts médiums en retrait
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
AlexScan
Je pense qu’il y a un problème dans le descriptif technique :<br /> «&nbsp;Haut-parleurs dynamiques de 40 mm&nbsp;»<br /> Dans des intras ?<br /> Faut m’expliquer comment c’est possible…<br /> Sur le site c’est marqué : «&nbsp;Dynamique 7 mm avec diaphragme renforcé en graphène&nbsp;»
Nerces
Merci Au moment de créer le canevas de la fiche technique, j’ai procédé à un copier / coller et j’ai bêtement oublié de modifier cette ligne. C’est corrigé.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Sennheiser dévoile le HD 400 Pro, un nouveau casque ouvert pour les créateurs
Le spécialiste audio Teufel dévoile une version évoluée de sa gamme de casques nomades Real Blue
Samsung pourrait acheter des dalles OLED chez LG, vers un changement de cap pour la marque ?
Nuratrue : l'otoémission acoustique pour des écouteurs sur-mesure
Les téléviseurs Sony reçoivent une mise à jour qui officialise le VRR et le HGiG
Apple aurait pu inspirer Nothing ? C'est ce que laissent penser ces images de prototype d'Airpods
Audio-Technica dévoile les ATH-SQ1TW, de nouveaux intras disponibles dans de nombreux coloris
Nothing annonce la neutralité carbone et une nouvelle déclinaison noire pour ses écouteurs Ear (1)
Sonos dévoile accidentellement un nouveau produit via son application. L'avez-vous vu ?
Pilote de drones ? Nous vous déconseillons d'acheter un Google Pixel 6
Haut de page