Test Cambridge Audio Melomania 1 : un pro de la Hi-fi découvre les intras

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
25 février 2020 à 11h20
0
La note de la rédac
La société londonienne Cambridge Audio cède à la mode des intras true wireless avec les Melomania 1. Comme à son habitude, le Britannique explique qu'il ne faut pas transiger avec la qualité de rendu... en ajoutant étanchéité, autonomie, technologie et confort au mix. Un sans-faute dès son premier essai en la matière ?

Si elle a connu des hauts et des bas comme n'importe quelle entreprise, la société Cambridge Audio s'est malgré tout forgée une jolie réputation sur le marché de la haute-fidélité, et ce, depuis plus de cinquante ans maintenant. Forcément, quand une telle entreprise se lance sur le marché des intras true wireless,on écoute ce qu'elle a à nous dire. Pour son premier essai, Cambridge Audio ambitionne directement de concurrencer les ténors du secteur avec un produit particulièrement léger et pourtant - en théorie - capable de jouer 9 heures de musique sans interruption tout en assurant un haut niveau de qualité grâce à l'utilisation de technologies de pointe... le tout à un tarif raisonnable.

Cambridge Audio Melomania 1
Une forme de « balle » plutôt originale © Nerces pour Clubic

Fiche technique des Cambridge Audio Melamania 1

On peut être un nom respecté de la haute-fidélité et s'adapter très rapidement aux nouvelles technologies. Cambridge Audio le prouve en se reposant sur la norme Bluetooth 5.0 là où de nombreux concurrents semblent avoir du mal à quitter le 4.2. Un changement qui permet de profiter d'une portée plus importante et, ainsi, ne plus nécessairement avoir la source audio - le smartphone souvent - à proximité immédiate.

Les Cambridge Audio Melamania 1, c'est :
  • Hauts-parleurs : driver graphène, 5,8 mm
  • Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 kHz
  • Microphone : oui, avec suppression du bruit cVc
  • Réponse en fréquence du micro : 100 Hz - 10 KHz
  • Connexion : Bluetooth 5.0
  • Portée : 30 mètres
  • Autonomie : 9 heures (oreillettes) + 36 heures (boîtier chargeur)
  • Logiciel : oui
  • Poids : 9,2 grammes (oreillettes) + 37 grammes (boîtier chargeur)
  • Indice de protection : IPX5
  • Prix et disponibilité : disponible, à 129,99 €

Autres caractéristique très intéressante que l'on repère à la lecture de la fiche technique des Melomania 1, Cambridge Audio s'est assuré de proposer un niveau de certification IP significatif : il n'est pas question de rendre les intras résistants à tout, mais la protection contre les projections d'eau est évidemment un plus alors que l'on peut, par exemple, être amené à passer sous une averse avec les intras encore dans les oreilles.

Cambridge Audio Melomania 1
Toutes les couleurs, tous les caoutchoucs sur une seule photo © Cambridge Audio


Construction solide et design épuré

« Épurés » est le terme qui vient le plus rapidement à l'esprit dès lors que l'on pose les yeux sur les Melomania 1. D'aucuns pourraient même les qualifier de « médicaux » tant ils sont exempts de toute fioriture, tant ils sont « lisses »... et le blanc cassé (« pierre » pour reprendre la terminologie du constructeur) du modèle que nous avons reçu renforce encore cette impression. Notez immédiatement que ce coloris n'est toutefois pas le seul disponible et, au même tarif, Cambridge Audio dispose également d'intras de couleur noire. Chose étonnante, c'est au niveau de la protection en silicone - sur laquelle nous reviendrons - que le constructeur fait preuve de davantage de fantaisie avec un étui que l'on peut acheter en rose, en bleu, en vert, en gris, en rouge ou bien en orange.

Cambridge Audio Melomania 1
Nous n'avons pas eu ces Melomania 1 en noir entre les mains © Cambridge Audio

Revenons-en aux écouteurs en eux-mêmes. Noirs ou « pierre », ils sont compacts (27 x 15 millimètres) mais de forme relativement allongée. De fait, ils ont tendance à nettement plus déborder de nos oreilles que les fameux AirPods d'Apple. Non que cela soit particulièrement gênant, disons plutôt que cela donne un petit look d'extra-terrestre avec ces deux protubérances au niveau des oreilles. Côté stabilité, rien à redire en revanche et ces excroissances n'entraînent aucun déséquilibre. Comme la plupart de ses concurrents, Cambridge Audio commercialise les Melomania 1 prémontés avec une paire de caoutchouc et trois autres attendent sagement dans la boîte. À moins d'avoir des conduits auditifs de forme vraiment particulière, vous devriez aisément trouver la paire qui convient le mieux et ainsi profiter d'un confort dans la moyenne haute.

La notion de confort est évidemment soulignée par la légèreté extrême des Melomania 1. Chaque oreillette ne représente que 4,6 grammes, soit un total de 9,2 grammes auxquels s'ajoutent, pour le transport, les 37 grammes de l'étui de chargement. Un étui qui respire d'ailleurs le travail bien fait. Un système d'aimants permet de glisser sans erreur les oreillettes à l'intérieur et, ensuite, une simple pression sur chacune permet de bien les enclencher pour 1/ assurer la recharge et 2/ autoriser la fermeture de l'étui. Là, le ressort du clapet se met en action sans violence, mais avec fermeté. C'est propre et très efficace. Bien sûr, une bande de cinq LED est présente sur le devant de l'étui de sorte que l'on puisse vérifier que la recharge est bien en cours et que l'on ait une idée assez précise du niveau de la batterie de l'étui. Notez enfin que l'on peut adjoindre à l'étui une protection en silicone afin de renforcer la résistance aux chocs. Elle se place aisément et dispose d'un petit mousqueton pour simplifier le transport. En revanche, aucune certification antichoc n'est présentée par Cambridge Audio. Prudence donc.

Cambridge Audio Melomania 1
La petite housse en silicone pour protéger / transporter l'étui Melomania 1 © Cambridge Audio

Aucune application, des contrôles limités

Une fois chargées et ajustées avec la bonne paire de caoutchouc, les Melomania 1 sont prêtes pour à être utilisées. La connexion Bluetooth 5.0 assure un appairage rapide et sans difficulté particulière avec l'avantage d'autoriser une portée effective jusqu'à 30 mètres. En revanche, on est assez étonné de constater que Cambridge Audio n'a pas jugé bon de développer une application dédiée à ses intras. Le seul logiciel disponible sur Google Play est le Cambridge Audio Connect qui n'a rien à voir avec nos intras. Une déception qui limite évidemment les fonctionnalités des Melomania 1 et qui implique de se reposer sur des applications tierces afin, par exemple, d'ajuster l'égalisation du son. Se pose de plus la question du contrôle des intras, heureusement, à ce niveau, Cambridge Audio a été plus inspiré.

En plus de regrouper les éléments de rendu audio, l'électronique et la batterie, la partie « protubérante » de chaque oreillette intègre un bouton à son extrémité. Deux boutons au total donc pour effectuer l'essentiel des contrôles que l'on est en droit d'attendre d'un tel kit. Une pression sur n'importe laquelle des oreillettes lance / interrompt la lecture audio. Les doubles pressions sont là pour changer de morceau : piste suivante sur la droite et piste précédente sur la gauche. Même « doublette » pour le volume, mais avec une pression longue cette fois : à droite pour augmenter le volume sonore, à gauche pour le baisser. Lorsque le « téléphone sonne », une pression courte - sur n'importe laquelle des oreillettes - permet d'accepter l'appel alors qu'une pression longue le rejette. Enfin, lorsque la musique est en pause, une double pression permet de lancer l'assistant vocal du téléphone.

Cambridge Audio Melomania 1
Les batteries combinées des intras et de l'étui garantissent quelque chose de confortable © Nerces pour Clubic

Jusqu'à 45 heures d'autonomie

Avant d'embrayer sur la partie audio, cœur de notre article, il nous faut évoquer l'autonomie des Melomania 1. Il s'agit d'un sujet particulièrement sensible lorsque l'on parle d'un kit d'intras true wireless et notre récent test des JBL Tune 120TWS est là pour prouver qu'il n'est pas toujours évident d'allier compacité et autonomie. Nous estimons effectivement que 4 heures d'écoute est trop faible. Sur ce plan-là, rien à redire, Cambridge Audio fait effectivement beaucoup mieux que son concurrent. Le constructeur évoque ainsi 9 heures d'écoute avec une seule charge grâce à l'utilisation de deux batteries - une dans chaque oreillette évidemment - d'environ 90 mAh. Une valeur que nous avons été en mesure de vérifier en allant même un tout petit peu plus loin, sans doute du fait d'un volume d'écoute plus faible.

Si, bien sûr, le volume a un impact direct sur l'autonomie, notez que celle-ci semble aussi devoir être influencée par l'éloignement entre les écouteurs et la source audio. Plus important même si pas très original, Cambridge Audio profite évidemment de la présence d'un étui de rangement pour étendre encore l'autonomie de son kit. L'étui dispose lui d'une batterie de 700 mAh et aux dires du constructeur, il doit permettre de recharger quatre fois les oreillettes de sorte que l'on peut atteindre 36 heures supplémentaires pour un total de 45 heures d'écoute. Là encore, la valeur s'est vérifiée sur nos tests réels ce qui est une excellente nouvelle. En revanche, impossible comme sur certains kits plus haut de gamme de profiter d'une recharge sans-fil Qi : que ce soit au niveau des écouteurs ou de l'étui et, pour ce dernier, il faudra s'en remettre à ce bon vieux câble USB (fourni).

Cambridge Audio Melomania 1
Cinq petites LED pour vérifier la bonne charge de l'étui © Cambridge Audio

Neutralité audio et défauts de microphone

Compte tenu de la réputation de Cambridge Audio s'il y a un domaine sur lequel nous attendions particulièrement ces Melomania 1, c'est bien celui du rendu. Le constructeur n'y va d'ailleurs pas de main morte avec le nom de son kit. Le CNTRL définit un mélomane comme « une personne qui aime beaucoup la musique » par extension, on en vient à qualifier de mélomane quelqu'un de passionné par la musique et, logiquement, de particulièrement exigeant. Inutile de tourner autour du pot, nous avons été bluffés par la qualité de restitution obtenue avec ces intras. En premier lieu, c'est l'homogénéité de la fréquence en réponse qui impressionne. Depuis les basses les plus profondes jusqu'aux hauts-médiums, les Melomania 1 brillent par une certaine neutralité. Les graves pourraient gagner en netteté, en précision, mais ne manquent jamais de coffre.

Sarabande Haendel - Barry Lindon
« Sarabande d'Haendel », image tirée du film « Barry Lindon » de Stanley Kubrick

Un morceau tel la Sarabande d'Haendel permet de souligner la justesse des médiums, pas toujours bien traités par des kits aussi compacts. Appréciable. En revanche, impossible de ne pas relever comme une (légère) exagération sur les plus hautes fréquences des aigus. Au-delà de 10 KHz, l'emphase est sans doute exagérée d'autant qu'à fort volume, le son peut avoir tendance à saturer. Gardez bien à l'esprit que nous forçons volontairement le trait afin de faire ressortir les faiblesses des Melomania 1, des faiblesses cependant toutes relatives. Un défaut plus technologique mérite toutefois d'être signalé puisque Cambridge Audio ne propose qu'une compatibilité AAC ou aptX alors qu'on aurait aimé disposer de l'aptX-HD ou du LDAC.

Cambridge Audio Melomania 1
Une conception digne de toutes les louanges pour sa reproduction audio © Cambridge Audio

Défaut plus regrettable même si directement lié au format même des intras true wireless, les Melomania 1 n'isolent évidemment pas très bien leur utilisateur. C'est pratique pour ne pas être complètement coupé du monde, mais le fait est que la qualité d'écoute en prend forcément pour son grade... surtout lorsque l'environnement extérieur est bruyant. Inutile par exemple d'espérer profiter d'un son de qualité dans une rue animée. Autre reproche, la qualité du microphone n'est pas au niveau du reste du kit. Malgré l'utilisation d'une technologie dite de « réduction active du bruit », les voix ne sont pas très naturelles. Le son semble étouffé, voire déformé. Cela reste exploitable, mais dans de la majorité des cas, le microphone de votre smartphone fera mieux.

Cambridge Audio Melomania 1
Le kit Melomania 1 confortablement rangé sa boîte © Nerces pour Clubic

Cambridge Audio Melamania 1 : l'avis de Clubic

Pour son entrée sur le marché des intras true wireless, Cambridge Audio fait effectivement très fort. Certes, d'autres kits produisent un son plus pur encore et disposent de fonctionnalités plus avancées. Mais alors que leur tarif officiel est de 129,99 euros et qu'on les trouve généralement à 30 euros de moins, les Melomania 1 semblent constituer un compromis assez remarquable entre qualité de restitution, autonomie et dépense. Rares sont les intras true wireless à offrir jusqu'à 9 heures d'écoute sur une seule charge et plus rares encore ceux à le faire dans de telles conditions audiophiles. Reprochons tout de même à Cambridge Audio son laissé aller du côté du microphone ou l'absence d'application dédiée... Des éléments qui laissent au Britannique une bonne marge d'évolution pour la prochaine version.

Cambridge Audio Melomania 1

Les plus
+ Belles finitions, s'adapte assez bien
+ Étui de protection / recharge d'excellente facture
+ Quatre kits de caoutchoucs livrés
+ Autonomie de haut niveau (9h + 36h)
+ Qualité de restitution audio remarquable
+ Intras légers et étanches (IPX5)
+ Bluetooth 5.0, a
Les moins
- Aucune application « compagnon »
- Réduction active du bruit cVc peu convaincante
- Légère saturation dans les aigus à fort volume
Design
Qualité audio
Qualité des micros
Autonomie
4

Modifié le 19/03/2020 à 16h38
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
L'iPhone 9 s'appellerait finalement iPhone SE, et serait disponible ... demain
scroll top