Yamaha dévoile ses nouveaux écouteurs à la philosophie très audiophile

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
04 mars 2022 à 09h30
1
Yamaha TW-E5B
© Yamaha

Spécialiste de l'audio, Yamaha vient de dévoiler sa nouvelle paire d'écouteurs True Wireless, les TW-E5B.

Si les promesses d'un son haut de gamme et « intelligent » peuvent nous laisser espérer une expérience intéressante, le constructeur semble toutefois à la traîne côté fonctionnalités.

Imposants, mais agréables ?

Sur la forme, les TW-E5B montrent un certain classicisme. Assez imposants (le design est en deux parties) pour des écouteurs de 2022, ils n'en gardent pas moins quelques points élégants. En plus de leur dos nervuré plutôt esthétique, les Yamaha sont déclinés en quatre coloris : gris clair, bleu jean, marron et noir.

Yamaha TW-E5B
© Yamaha

La partie intérieure, de forme ovoïde, serait selon la marque optimisée pour la tenue et le confort, cela peu importe l'utilisateur. Difficile
de prendre cela pour argent comptant avant de les avoir dans les oreilles. Pour la résistance des écouteurs, Yamaha propose une certification IPX5 (résistance à un petit filet d'eau), un peu au-dessus de la moyenne donc.

Les contrôles, quant à eux, reposent sur un principe de boutons, placés sur la tranche de chaque écouteur. Une telle disposition permet de ne pas déclencher d'action en appuyant les écouteurs contre l'oreille. En revanche, Yamaha ne précise pas pourquoi l'écouteur droit dispose
visiblement de deux boutons au lieu d'un. Une façon d'étoffer les commandes possibles peut-être ?

Yamaha TW-E5B
© Yamaha

Contrairement à la plupart des écouteurs milieu/haut de gamme, les TW-E5B ne disposent pas d'une technologie de réduction de bruit active. On ne recense par ailleurs aucune fonction avancée. La marque a-t-elle, à l'instar de Klipsch avec ses T5 II, un autre atout dans sa manche ?

La science sonore qui fera la différence ?

La taille des TW-E5B n'est pas uniquement là pour qu'ils se fassent remarquer, elle leur permet également d'être plus ambitieux que les écouteurs TW-E3B.

Les écouteurs intègrent ici un transducteur dynamique de 7 mm, placé directement dans l'axe de la canule. Une bonne base (potentielle), épaulée
par une chambre interne sans arrête, le tout avec un évent pour contrôler la pression de l'air. Cette partie sonore est enrobée du concept de True Sound, sorte de réglage sonore idéal, fruit de la longue expérience de la marque en matière d'audio.

Yamaha TW-E5B
© Yamaha

Autre technologie, le Listening Care. Cette fonction permet d'adapter la signature sonore en permanence, afin de rester agréable même à bas volume. Cela permet de protéger l'audition de la tentation de pousser les potards à fond, justement. Ce n'est pas un hasard si les TW-E5B ont été annoncés le 3 mars, journée mondiale de l'audition.

Pour propulser le tout, Yamaha utilise une puce Qualcomm Bluetooth 5.2, avec support des codecs SBC, AAC, et même AptX. Les écouteurs sont compatibles Qualcomm TrueWireless Mirroring, une sorte de gestion optimisée de la connexion entre les deux écouteurs et le smartphone.

Enfin, l'autonomie est annoncée à 8 heures 30 en simple charge (sans doute en AAC), grimpant à 21 heures 30 supplémentaires en comptant le boîtier. Les Yamaha TW-E5B seront disponibles mi-avril, pour un tarif de 159 euros.

Si vous cherchez à acheter un smartphone, un appareil photo, une montre connectée, des écouteurs sans-fil ou encore des enceintes Bluetooth, vous avez probablement déjà vu la mention « IPX » sur les fiches techniques de ces appareils. Vous ne savez pas ce que cela signifie ou n'êtes pas certain du niveau de protection dont profitent vos appareils ? Suivez le guide, on vous dit tout des indices de protection et certifications d'étanchéité !
Lire la suite

Source : communiqué Yamaha

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
AlexScan
Des écouteurs orientés hifi sans LDAC en 2022, c’est « no way » pour moi… next.
guifou
Argument très principalement marketing (mais bien relayé par des gens qui s’arrêtent au bitrate). Bonne chance pour faire la différence sur des écouteurs pareils entre de l’AptX et du LDAC, et sur des produits audio nomades en général. Quelques marques aimaient bien volontairement modifier les réglages DSP pour faire mieux sonner certains codecs (CSR adorait faire ça en poussant les potards des aigus sur l’AptX HD), mais à part ça.<br /> J’ai connu beaucoup de gens qui ne jurait que par tels codecs, mais incapables de faire des différences en aveugle.
AlexScan
Je fais déjà la différence entre le AAC, SBC et AptX… donc oui j’entend la différence aussi avec le LDAC… mais j’ai pas la même oreille que tous le monde… + de 20 ans « d’audiophilie » ça forge une certaine mémoire auditive et une certaine « habitude » d’écouter.<br /> Va voir sur le forum ASR les mesures de SINAD d’un BT AAC/SBC/APTX et LDAC, cette différence se mesure, à l’avantage indéniable pour le LDAC (bcp plus dynamique)<br /> Après il faut le reste derrière suivent aussi (électronique et driver)…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Ces écouteurs sans fil raviront votre maman pour la fête des mères
Les AirPods Pro 2 dès cette année, mais sans passer à l'USB-C ?
Sony lance les LinkBuds S, des WF-1000Xm4 simplifiés mais next-gen... et brouille encore les pistes
On connaît le prix des Google Pixel Buds Pro en France... et c'est une bonne surprise !
Après sa
Turtle Beach dévoile une oreillette-micro gamer pour smartphone et ordinateur
Cette barre de son Sony voit son prix diminuer de plus de 100€ !
Sony WH-1000Xm5 : le roi des casques nomades révolutionne enfin son design et perfectionne sa technologie
Officiellement abandonnés par Apple, les iPod sont déjà en rupture de stock
Workspace, Google Assistant, Android 13, Pixel 6A, Pixel Buds Pro : ce qu'il faut retenir de la Google I/O 2022
Haut de page