Le gouvernement américain se méfie des drones civils chinois, par peur de l'espionnage

13 janvier 2020 à 17h08
6
drone

Le département de l'Intérieur des États-Unis serait sur le point de mettre fin à un programme de drones civils, utilisés sur le territoire à l'heure actuelle. Raison de cette volte-face : l'origine chinoise des engins, qui impliquerait un risque d'espionnage, selon le gouvernement américain.

Nouvelle manifestation de la défiance des États-Unis envers la Chine. Après les smartphones Huawei, les logiciels d'intelligence artificielle, ou encore l'application TikTok, c'est au tour des drones de se trouver dans le viseur du gouvernement Trump.

1 000 drones retirés

En effet, d'après des informations rapportées par le Financial Times, le département de l'Intérieur du pays envisage sérieusement de suspendre son programme de drones civils. La décision concernerait environ 1 000 engins volants, qui présenteraient le « défaut » d'être fabriqués en Chine, au moins partiellement. Une raison suffisante pour l'administration du pays de les percevoir comme de potentiels espions à la solde de Pékin, et donc comme des menaces pour la sécurité de l'État.


Jusqu'à présent, les drones étaient utilisés pour diverses tâches sur le territoire américain : cartographie, secours, aide aux pompiers, etc. Il y a un peu plus d'un an, c'est la police new-yorkaise qui avait annoncé s'adjoindre les services de centaines de robots volants, pour quelques situations bien définies.

Une décision temporaire ?

Pour l'heure, on ne sait pas si la décision du département de l'Intérieur, qui n'a pas encore commenté l'information, est définitive. Les drones seraient prochainement mis hors service, mais continueraient à être utilisés dans certains cas, comme pour la lutte contre les incendies ou la formation.


Quoi qu'il en soit, il pourrait s'agir d'un nouveau coup dur pour les fabricants chinois, qui avaient déjà vu leurs engins bannis de l'armée américaine. En première ligne de ces industriels, on retrouve bien sûr DJI, leader mondial des drones de loisir (et qui équipe notamment la police de New York). Le constructeur a affirmé attendre d'en savoir davantage sur la nouvelle politique du gouvernement américain avant de se prononcer. Il a néanmoins rappelé qu'il n'existait pas de preuve tangible d'espionnage par ses drones et exhorté « les décideurs politiques et les industriels à se réunir pour créer des normes claires », susceptibles de rassurer les États du monde entier.

Source : Reuters
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
cirdan
C’est étonnant que les américains n’ont pas encore interdit les sex-toys fabriqués en Chine. Pour espionner de l’intérieur, voilà un objet bien placé…
trollkien
Le gouvernement américain de méfie de tout ce qui n’est pas américain (et encore…)
rexxie
Il ne se méfie que des parts de marché perdues, pas de l’espionnage car les USA en sont les rois.
mcbenny
Quand ils regardent ce qu’ils sont capable de faire eux-mêmes, ils se disent que si les autres le font, c’est grave, alors ils prennent des mesures. Logique. Ou pas. Ou si.
zeebix
Quand l’espionnage c’est pas d’eux, c’est vilain vilain, méchants pays.
Barry_Oumar
On ne sait plus qui a raison et qui a tort
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Cartes graphiques : pourquoi le prix des surpuissantes RTX 4080 va très bientôt baisser
Promotion incroyable sur le PC portable Honor MagicBook 14
Pourquoi Google insiste via Chrome pour que vous passiez à Windows 10 ou 11
Google introduit une évolution majeure dans son moteur de recherche : bientôt en France ?
Guerre en Ukraine : les cyberattaques russes pourraient-elles aussi cibler la France cet hiver ?
Cdiscount met la souris Logitech G502 Hero en pack avec le tapis G240 à prix fou
Kia EV6 GT contre Lamborghini Aventador : à votre avis, qui gagne ?
On sait quand les GeForce RTX 4070 Ti vont arriver !
Le grand classique GTA V dans sa version PS5 est disponible pour une petite poignée d'euros
Twitter Files : entre complotisme et harcèlement, Elon Musk essaie de se dédouaner
Haut de page