Les drones, une arme invincible aux mains des malfaiteurs

le jeudi 10 mai 2018
L'utilisation incontrôlée de drones est un casse-tête permanent pour la police et autres spécialistes de la sécurité. Et ce, à plus d'un titre.

La police est impuissante face aux malfaiteurs qui se font aider par des drones dans leurs activités criminelles.

Les drones aident les délinquants à observer leurs cibles


Le drone, un merveilleux jouet high-tech ? Pas pour la police en tout cas. Les nouveaux défis qu'entraînent ces appareils ont fait l'objet d'une discussion animée lors de la conférence pour spécialistes en sécurité AUVSI Xponential, comme le rapporte un journaliste de Defense One. Joe Mazel, chef du service juridique en matière de technologies opérationnelles du FBI, y a par exemple fait part de l'utilisation par les malfaiteurs de toute une nuée de drones lors d'une prise d'otages. (Pour des raisons tactiques, le fonctionnaire n'a pas donné le lieu ni la date.) Ce jour-là, alors que les hommes du FBI se sont postés sur un plan surélevé pour pouvoir bien observer le lieu de la prise d'otages, tout d'un coup est apparue toute une nuée de petits drones. Ils faisaient des va-et-vient, brouillant la vue pour le FBI. En ce moment-même, un drone des malfaiteurs était positionné dans le ciel à une plus basse altitude, leur permettant d'observer les déplacements des agents du FBI et de les communiquer à leurs complices sur place.

Des drones sont également utilisés par des délinquants ayant commis des délits et qui cherchent à connaître l'identité des personnes qui coopéreront avec la police dans le cadre de son enquête. Ils peuvent surveiller l'entrée d'un commissariat de police pour voir qui y entre et qui en sort. De ce fait, ils intimident les témoins qui auraient sinon communiqué des informations précieuses à la police.

drones


La police est désemparée face aux drones


Sans surprise, les drones servent lors de cambriolages. Grâce à eux, les voleurs peuvent observer les allées et venues des propriétaires, connaître les horaires de vie propres à la famille visée et ainsi préparer leur opération. Ils sont également utilisés dans le cadre de trafics. Dans un port australien, par exemple, les criminels ont surveillé le personnel. Lorsque les agents s'approchaient trop près de containers avec des produits trafiqués pour les inspecter, les malfaiteurs donnaient une alerte (vol, incendie...) pour détourner leur attention. Aux frontières américaines, les drones sont utilisés pour transporter en toute impunité de la drogue.

Et le pire dans tout cela est que les autorités ne disposent pas de vrais moyens pour faire face aux drones hostiles. Selon Ahn Duong du Département de la sécurité intérieure, qui a également pris la parole lors de la conférence, les moyens de brouillage qui sont efficaces contre les drones brouillent également les communications téléphoniques et celles des pilotes de l'aviation civile. Utilisables en Syrie et en Irak, ces techniques s'avèrent compliquées à mettre en oeuvre dans les villes américaines.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top