Méfiance ! Des vaccins "Covid" proposés à 250 dollars sur le dark web

11 décembre 2020 à 17h05
23
vaccin © kfuhlert/Pixabay
© kfuhlert/Pixabay

Des contrefaçons de vaccins et de médicaments censés lutter contre le coronavirus , payables en Bitcoin, circulent désormais sur le Darknet.

Cela paraissait presque inévitable. La pandémie de Covid-19 continue de faire des ravages dans de nombreux pays du monde, mais l'espoir semble renaître depuis les annonces successives de laboratoires qui se targuent d'avoir mis au point un vaccin. La Chine a démarré sa vaccination, tout comme le Royaume-Uni, qui cette semaine a procédé aux premières injections du sérum mis au point par les laboratoires Pfizer et BioNTech.

Des individus malveillants qui jouent toujours sur la peur pour promouvoir des « vaccins » ou « remèdes » contre les coronavirus

Le fantasme d'un vaccin qui, pour certains, pourrait conduire à un contrôle et une maîtrise définitive de l'épidémie, ravit évidemment les individus malveillants, qui cherchent désormais à capitaliser sur l'aspect anxiogène de la pandémie pour donner un coup de boost hivernal à leurs affaires.

Les vendeurs de l'immense marketplace parallèle que représente le dark web ont bien conscience que certaines personnes ne sont pas prêtes à attendre les canaux officiels pour recevoir le vaccin, d'abord administré aux personnes dites « vulnérables », comme les personnes âgées ou le personnel hospitalier.

Les chercheurs du spécialiste de la cybersécurité Check Point Research ont découvert plusieurs messages sur le dark web provenant de vendeurs qui proposent des « vaccins contre les coronavirus », ou des « remèdes contre les coronavirus ». Rien que ça.

14 doses pour 300 dollars sur le dark web

Sur le dark web, il est par exemple possible de retrouver une offre « vaccin contre le coronavirus disponible à 250 dollars », qui doit sans doute faire des émules et attirer quelques âmes désespérées. « Dites au revoir à COVID-19=CHLOROQUINE PHOSPHATE » et « Achetez vite. LE VACCIN CONTRE LE CORONA-VIRUS est en vente maintenant » sont aussi proposées.

Point intéressant, tous les vendeurs tiennent à vendre leur précieuse cargaison via le paiement en Bitcoin, ce qui paraît logique, puisque les chances de les retrouver s'en trouvent ensuite diminuées. Mais cela peut aussi discréditer leurs offres, soi-disant authentiques. L'un des vendeurs propose par exemple un vaccin Covid-19 non spécifié en l'échange de 0,01 BTC, soit environ 300 dollars, avec… 14 doses nécessaires, selon lui.

covid-19 vaccin bitcoin
Capture d'écran fournie par © Check Point Research

14 doses, cela va évidemment bien au-delà des deux injections nécessaires selon les autorités de santé du monde entier, injections administrées à trois semaines d'intervalle. Le vendeur promet des doses issues des producteurs des vaccins disponibles à la vente aux États-Unis, en Espagne ou au Royaume-Uni.

Check Point Research souligne aussi l'augmentation des campagnes de phishing liées aux vaccins et la forte croissance des domaines liés aux vaccins, consécutifs aux annonces de succès des tests des différents laboratoires. Comme la recherche, les pirates ne s'arrêtent jamais.

Modifié le 11/12/2020 à 17h22
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
18
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page