Et si vous passiez au Ray Tracing dès maintenant ?

03 janvier 2020 à 18h12
0
Cet article est sponsorisé par LDLC et NVIDIA. Consultez notre charte.
RTX 2070 SUPER.jpg
© NVIDIA

La révolution ray tracing s'accélère. Avec les annonces des consoles « Next Gen » qui le supporteront, le nombre de jeux qui exploiteront cette technologie s'accentue. Les PC équipés des GeForce RTX de NVIDIA sont déjà là, taillés pour le futur : ray tracing, gaming 4K à 60 FPS et plus. Tour d'horizon.

Comme toujours, le PC reste LA machine de jeu visionnaire, celle qui introduit les technologies et qui permet d'offrir les meilleures conditions de jeu pour tous les types de jeux vidéo. C'est la machine Next Gen par excellence. Toujours copiée, jamais égalée !

Les annonces de consoles Next Gen s'accélèrent, et avec elles la foule de promesses que chaque nouvelle génération de consoles ne manque pas de charrier. Et en 2020, le débat portera à n'en point douter sur la 4K en 60 FPS et sur l'incontournable ray tracing en temps réel. Une technologie intrigante et séduisante que NVIDIA maîtrise comme personne d'autre sur le marché à l'heure actuelle. Retour sur ce fameux ray tracing : le mode de rendu qui fait entrer le jeu vidéo dans une nouvelle ère.

NVIDIA-GeForce-RTX-20-Series-Turing-Graphics-Cards-Gaming.jpg
La gamme GeForce RTX au complet / © NVIDIA

Le ray tracing n'est pas nouveau, mais le ray tracing en temps réel est révolutionnaire

Dire que le ray tracing n'est pas nouveau est un euphémisme. Les bases de cette technologie de rendu photo-réaliste (grâce à un traitement réaliste des reflets et autres effets de lumière) ont été posées à la fin des années 60. Depuis ce procédé a bien évolué pour servir depuis une trentaine d'année dans le domaine de l'imagerie de synthèse, et s'illustrer dans les meilleurs films d'animation, notamment chez les Américains de Pixar.

En 2008, des tentatives assuraient être à deux doigts de pouvoir proposer le ray tracing en temps réel dans des jeux vidéo. Plusieurs démonstrations avec la GeForce GTX 8800 ont permis de mettre évidence les besoins immenses en puissance de cette technologie. En utilisant tous les cœurs CUDA, la GeForce GTX 8800 arrivait à peine à calculer quelques images par seconde sur Quake. Le Ray Tracing pour le jeu vidéo n'était pas prêt, tant en termes de puissance de calcul que pour les environnements de développement. Il manquait en effet les API, les outils et les bibliothèques pour les développeurs. Le Ray Tracing pour le jeu vidéo est donc tombé dans l'oubli.

quake2rtx
Quake II s'offre une nouvelle jeunesse avec sa version compatible RTX

Tout juste 10 ans plus tard, après des années de recherches, cette chouette technologie refaisait surface chez NVIDIA, cette fois pour de bon et au travers d'une méthode de rendu astucieuse introduite avec les GeForce RTX lancées à la rentrée 2018. Avec ses trois premières cartes compatibles, NVIDIA redonnait vie à un vieux fantasme, celui du ray tracing en temps réel. Car vous l'aurez compris, produire une image ou une séquence en ray tracing est possible depuis longtemps, mais intégrer ce rendu à du contenu calculé en temps réel (ce qu'est par essence le jeu vidéo), est une autre paire de manches.

Pour y parvenir sur des cartes graphiques grand public, vendues à tarifs raisonnables, NVIDIA mise sur son « rendu hybride » qui édulcore le ray tracing pur et dur pour lui permettre de fonctionner sur de nombreux moteurs graphiques et sur des titres de plus en plus répandus. Ce rendu hybride fonctionne en partie grâce aux RT Cores, des unités de calcul spécifiques intégrées aux puces des GeForce RTX. Ces dernières sont capables de calculer de manière dynamique des rayons de lumière en jeu, leurs courses et la couleur des pixels à l'arrivée, mais aussi de gérer des shaders statiques.



Reste une question centrale : à quoi sert concrètement le ray tracing ? Et surtout, améliore-t-il vraiment les graphismes de derniers jeux compatibles ? La réponse tient en un mot : oui. Pour expliquer pourquoi, le mieux est peut-être de prendre un exemple. Avec le mode de rendu classique (rastérisation), la lumière est générée artificiellement par l'ajout de « lightmap » ici et là, qui a pour but de peindre un environnement réaliste. C'est gênant, car ce n'est en aucun cas une simulation de la lumière, mais plutôt un travail artistique.

Il existe même un métier spécifique dans le jeu vidéo ; le « lighting artist » dont la tâche est de positionner et de rendre une scène réaliste. Aussi précis que puisse être ce travail, cet éclairage n'a rien de réaliste et il ne permet pas d'effectuer des mélanges de couleurs ou encore d'avoir des reflets pertinents dans le cas de matériaux censés renvoyer la lumière comme l'eau, le verre, ou les surfaces translucides.



Avec le ray tracing, les rayons émis par le moteur graphique continuent leur route en prenant en compte les matériaux rencontrés en chemin. Cela permet d'obtenir des effets lumineux très réalistes et des reflets crédibles en jeu. Cela simplifie aussi la tâche des développeurs, qui n'ont plus besoin d'avoir recours à de grossiers subterfuges pour simuler des reflets, ces derniers sont générés nativement (et de manière très naturelle) par le ray tracing. Voyez plutôt le résultat sur nos comparatifs «RTX on / RTX off».


Une révolution graphique concrète... et à votre portée

Proposé depuis l'arrivée des GeForce RTX sur le marché, c'est-à-dire depuis un peu plus d'un an, le ray tracing en temps réel permet de transformer nos jeux en peaufinant grandement l'expérience visuelle. La bonne nouvelle, c'est qu'avec le temps, le support du ray tracing s'est étendu à de nombreux titres, dont la plupart comptent parmi les triples A les plus appréciés du moment.

CyberPunk2077.jpg
Le très attendu CyberPunk 2077 supportera le ray tracing / © CD Projekt - YouTube

Acheter une GeForce RTX, c'est donc la promesse de pouvoir dès à présent profiter du ray tracing sur Battlefield V, Shadow of The Tomb Raider, Metro Last Night, Control ou le très récent Call of Duty: Modern Warfare. Une liste non exhaustive qui sera complétée dans les prochains mois de nombreux autres jeux très attendus, comme Minecraft, Watch Dogs : Legion, Dying Light 2 ou encore son éminence CyberPunk 2077.

Acheter une GeForce RTX, c'est aussi s'équiper pour l'avenir et profiter dès maintenant d'une technologie qui fait avancer le jeu vidéo dans le bon sens. Mais encore faut-il savoir quelle carte graphique choisir. De ce côté l'offre est simple, NVIDIA propose actuellement un total de cinq cartes capables de gérer le ray tracing de manière optimale (les RTX 2060 SUPER, 2070 SUPER, 2080 SUPER, 2080 Ti et RTX Titan). Pour des raisons évidentes de prix, nous vous recommandons les trois premières.

  • La RTX 2060 SUPER - Disponible dès 435 euros chez LDLC, cette dernière est la plus grand public des GeForce RTX. Il s'agit d'un petit monstre de puissance capable de dépasser la GeForce RTX 2070 lancée l'année dernière pour lancer sans le moindre problème les derniers jeux avec tous les réglages à fond en 1080p. Une définition avec laquelle elle se montre particulièrement à l'aise une fois le DXR (option graphique activant le ray tracing) activé. Mieux, la RTX 2060 SUPER fait aussi des ravages en 1440p. Il s'agit d'une des cartes graphiques les plus polyvalentes de NVIDIA.

RTX2060SUPER.jpg

  • La RTX 2070 SUPER - Disponible dès 550 euros sur LDLC, cette puce se destine aux personnes un peu plus exigeantes, souhaitant pouvoir jouer sans aucune retenue en 1440p, avec le ray tracing actif et les plus beaux effets poussés à fond. Grâce au nivellement par le haut proposé par NVIDIA avec ces modèles « SUPER », lancés cet été, la RTX 2070 profite peu ou prou des performances mesurées sur une RTX 2080 « classique ». En clair, vous obtenez une carte graphique haut de gamme pour un peu plus de 500 euros. Un très bon compromis pour qui recherche de la puissance brute pour une configuration performante et diablement efficace en jeu sur le long terme.

RTX 2070 SUPER.jpg

  • La RTX 2080 SUPER - Disponible à partir de 760 euros sur LDLC, la RTX 2080 SUPER est tout simplement la carte graphique la plus véloce de NVIDIA, juste derrière la RTX 2080 Ti. Cette dernière étant positionnée à plus 1000 euros, elle se destine à une frange nettement plus restreinte d'utilisateurs (qui souhaite la 4K sans aucun compromis ou utilisent leur carte à des fins professionnelles). Bien que coûteuse, la RTX 2080 SUPER se distingue par des performances sans commune mesure sur le marché. Face à elle, AMD ne peut plus prétendre rivaliser. De manière plus concrète, cette puce permet de lancer n'importe quel jeu en 4K et de pousser les réglages graphiques dans les niveaux les plus élevés. C'est également la RTX 2080 SUPER qui permettra d'obtenir la meilleure expérience possible en 2K, avec le ray tracing activé. La carte de tous les superlatifs en somme.

RTX2080SUPER.jpg

Technologie d'avenir, le ray tracing en temps réel à enfin trouvé sa voie dans le monde du jeu vidéo... et s'y installe pour y rester. Preuve s'il en fallait, les consoles de nouvelle génération, attendues en fin d'année prochaine seront compatibles. Les utilisateurs exigeants, et surtout soucieux d'investir dans des machines faites pour durer, auront donc tout intérêt à s'intéresser à l'offre de NVIDIA.

Disponible dès maintenant, le ray tracing ne nécessite pas nécessairement d'acheter une carte graphique à mille euros, et heureusement. Une solide RTX 2060 SUPER fera le job et le fera même très bien pour moins de 450 euros. Un tarif raisonnable pour se mettre à la page et appréhender sereinement les prochaines années. C'est d'ailleurs là tout l'intérêt de troquer sa console de jeu pour le monde PC : s'attacher les services d'une machine très performante, durable et surtout évolutive.



Cet article nous a été commandé par LDLC et NVIDIA.
Pour autant et comme expliqué dans notre charte, l'angle de cet article a été décidé par la rédaction et son contenu rédigé, lui aussi, en toute indépendance.
Modifié le 04/01/2020 à 11h22
31
24
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top