Test Sonos Sub Mini : un mini caisson de basse pour des séances home cinema explosives

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
19 octobre 2022 à 11h58
0
Test Sonos Sub Mini : un mini caisson de basse pour des séances home cinema explosives

Dix ans après le caisson de basse Sub premier du nom, Sonos nous propose enfin une déclinaison plus petite et plus abordable. Le Sub Mini, dont le nom défini exactement ce qu’il est, a pour objectif de compléter les petites barres de son du fabricant de systèmes audio connectés américain, en l'occurrence la Beam et la Ray. Nous allons vérifier comment il se défend et si, malgré son format compact, ses performances répondent aux attentes.

Sonos Sub Mini
  • Discret et compact
  • Grave précis et articulé
  • Exploration des plus basses fréquences
  • Liaison parfaite avec la barre de son
  • Réglage de niveau inaccessible depuis l’écran de lecture
  • Traces de doigts sur la version noire
  • Aucune entrée, réservé à l’univers Sonos uniquement
  • Prix trop élevé pour une association avec la barre Sonos Ray

Ce caisson de basse Sub Mini se destine à répondre à la concurrence proposant déjà des modèles de milieu de gamme, comme Bose et Denon. En effet, Sonos n’avait qu’un modèle de caisson à proposer jusqu’ici, au tarif plutôt élevé pour une grande partie des consommateurs. Il serait en effet incongru d’associer un caisson à 850 € avec une barre de son à 300 ou même 500 €. Avec le Sub Mini, les tarifs se rééquilibrent pour (un peu) plus de cohérence.

Sonos conserve le principe de fonctionnement déjà utilisé avec le Sub « classique ». C’est une technique peu employée qui a pourtant ses avantages comme nous le verrons au cours de notre test. Sonos a profité de la contrainte de montage des haut-parleurs pour en faire un atout esthétique. De sorte que les caissons Sonos ne ressemblent pas aux autres, qui sont dans la très grande majorité des parallélépipèdes tout ce qu’il y a de plus banal.

Test Sonos Sub Mini lifestyle © Future Deluxe
©Future Deluxe / Sonos

Design : tabouret ou œuvre d’art ?

Pour ceux qui ne s’intéressent pas vraiment aux équipements HiFi et home cinema, ce Sub Mini ne risque pas de faire penser à un caisson de basse. On pourra le confondre avec un tabouret, voire une petite table basse ou bien encore une table de chevet un peu design. 

Test Sonos Sub Mini dessus
©Alban Amouroux pour Clubic

La grande ouverture oblongue laisse deviner la présence des haut-parleurs, mais il faut se pencher pour bien les voir. Pour le reste, c’est un cylindre plein qui sait rester discret en termes d’encombrement avec seulement 30,5 cm de hauteur. En version noire, il se fera oublier, en finition blanche, vous pourrez le mettre en avant.

Test Sonos Sub Mini face
©Alban Amouroux pour Clubic

L’entièreté du caisson est recouverte d’une peinture matte. La finition est exemplaire, il n’y a absolument rien à redire. Toutefois, le noir attrape assez facilement les traces de doigts et la poussière, problème que n’a pas le Sub Mini en blanc. Enfin, ça se verra beaucoup moins !

Test Sonos Sub Mini pieds
©Alban Amouroux pour Clubic

Équipement : double haut-parleur avec annulation des vibrations

Le Sub Mini est équipé de deux haut-parleurs de 15 cm qui se font face. En tant que tel, le diamètre peut prêter à sourire quand on parle de caisson de basse. Pourtant, cette technique est très intéressante. Les haut-parleurs jouent les mêmes fréquences, mais comme elles se font face, les ondes stationnaires sont annulées. Résultats : le caisson ne vibre absolument pas, le grave est plus sec, le caisson peut descendre plus bas en fréquence. À ce titre, il fonctionne en clos, donc sans aucun évent.

Test Sonos Sub Mini inside
©Sonos

Sur les plus gros caissons classiques tels que ceux destinés spécifiquement au home cinema, on préfère multiplier les membranes pour déplacer plus d’air. Ou alors, on utilise des haut-parleurs de grand diamètre, toujours avec le même objectif. Le Sonos Sub Mini ne cherche pas à rivaliser avec les gros caissons, mais plutôt à offrir une alternative aux modèles classiques équipés d’un haut-parleur de 20 ou 25 cm.

Test Sonos Sub Mini haut parleur
©Alban Amouroux pour Clubic

Comme toujours, Sonos ne précise pas la puissance, mais seulement la fréquence la plus basse atteinte : 25 Hz. Voilà une belle promesse que nous vérifierons plus tard. En attendant, nous apprenons que chaque haut-parleur est poussé par son propre canal d’amplification en classe D. Les caractéristiques sont adaptées au montage, avec sûrement un DSP qui module le niveau selon les fréquences pour tirer le meilleur de cette technique. 

Connectivité : Sonos ou rien

Ce caisson est prévu pour s’associer uniquement avec des équipements Sonos, vous ne pourrez pas faire autrement. La seule connectique utilisable est une prise Ethernet, toujours présente sur l'ensemble des produits Sonos. Elle est complétée par le WiFi (n) pour une liaison sans fil.

Test Sonos Sub Mini connexions
©Alban Amouroux pour Clubic

La prise Ethernet, ainsi que la prise de courant se situent sous le caisson pour un aspect visuel impeccable. Les fils passent entre les pieds qui surélèvent et amortissent le caisson.

Test Sonos Sub Mini dessous
©Alban Amouroux pour Clubic

Il n’y a aucun réglage sur le caisson comme on peut en trouver habituellement pour moduler le niveau d’entrée, la phase ou la fréquence de coupure. Nous n’avons accès à rien de tout cela. La seule touche située à l’arrière en bas du Sub Mini sert à sa synchronisation initiale ou à sa remise à zéro.

Prise en main : intégration simplifiée

L’installation est aussi simple qu’avec n’importe quelle autre enceinte Sonos. Après avoir lancé l’app Sonos, celle-ci reconnaît la présence d’un Sub Mini et propose de l’installer. Depuis peu, certains produits de la marque sont équipés d’une puce NFC. C’est le cas de ce caisson et la procédure d’installation demande d’approcher son smartphone de la face supérieure du caisson. Il n’en faut pas plus pour que le caisson soit connecté. Il ne reste plus qu’à lui donner un nom et à effectuer la première mise à jour.

Test Sonos Sub Mini bouton connect
©Alban Amouroux pour Clubic

Ensuite, l’app demande à quel autre produit, on souhaite associer le caisson. Ayant à disposition une barre de son Sonos Beam, c’est logiquement cette dernière que le Sub Mini a rejoint. Cela nous a créé un ensemble home cinema simple en deux éléments. Enfin, il ne restait plus qu’à lancer la procédure de calibrage audio automatique Trueplay qui prend en compte à la fois la barre et le caisson de basse.

Test Sonos Sub Mini app install

Par défaut suite au calibrage, le niveau relatif du caisson était sur zéro. Nous avons dû l’augmenter légèrement pour une meilleure cohérence avec la barre. Ce réglage se trouve dans les paramètres avancés liés au caisson. Depuis l’écran de lecture de l’app Sonos, les réglages audio concernent seulement le grave et l’aigu de la barre Beam. Il serait appréciable que Sonos ajoute sur ce même écran le réglage de niveau du caisson. Dans les menus, il existe bien un réglage de phase manuel, mais il est grisé si l’on active le Trueplay, ce dernier s’occupant en effet de régler automatiquement ce paramètre parmi d'autres.

Test Sonos Sub Mini app association

Analyse : un grave jamais monotone

La liaison du Sub Mini avec une barre de son Beam Gen.2 est idéale une fois le réglage Trueplay effectué. Les deux se confondent avec la sensation que le grave provient de la barre. C’est une qualité assez rare dont sont loin d'être dotées toutes les barres de son avec caisson. Il est même possible d’augmenter le gain du caisson de 2 ou 3 crans pour gagner encore plus de grave, sans que cela rende le caisson trop localisable. Il était dans notre cas à environ 2 mètres à la droite de la barre. Toutefois, il est moins démonstratif que de gros caissons comme ceux fournis avec les barres de son Samsung. De ce point de vue, on pourra trouver le Sonos Sub Mini un peu sage. Mais si l’on cherche la fidélité et la cohérence, alors le Sub Mini rend parfaitement ce service. Après, rien ne vous empêche de monter exagérément son niveau, personne ne viendra vérifier chez vous. 

Test Sonos Sub Mini app réglages

Le Sub Mini présente une excellente articulation avec du détail sur toute l’étendue de la bande passante qu’il est capable de reproduire. On a droit à toutes les caractéristiques du grave avec de l’impact, de la rondeur, de la descente vers l’infra. Tout est là, sans qu’un registre soit prédominant, ce qui est le cas avec beaucoup de caissons pour barres de son qui savent souvent faire bien une chose, mais pas les autres, avec un grave monotone.

Il est difficile de prendre en défaut le Sub Mini au regard de son format et du niveau qu’il est capable de sortir. Nous avons entendu parfois, de façon très isolée, un soupçon de traînage par-ci ou par là, sur certaines fréquences précises, qui pourra être variable selon les dimensions de la pièce d’écoute. À fort niveau, il est capable de mettre en pression la pièce et de commencer à faire vibrer les objets de la déco qui serait mal arrimés. Sur nos extraits de films favoris, nous n’avons ressenti aucun manque sur les différents passages caractéristiques, que ce soient les coups de feu, les explosions, les impacts ou les nappes d’infragrave.

Test Sonos Sub Mini logo
©Alban Amouroux pour Clubic

Côté musique, l’apport est incontournable et il sera difficile de faire sans lorsqu’on y aura goûté. Le pied de grosse caisse en particulier apporte ce réalisme inaccessible aux petites enceintes et aux barres de son. La rythmique des morceaux électro est entraînante avec une très bonne sensation de frappe. Sur de la musique acoustique, le Sub Mini contribue aussi à reproduire les résonances de la contrebasse pour plus de réalisme, une performance là encore difficile à obtenir avec une simple barre de son. Nous l’avons associé à une barre de son Beam mais il peut compléter, dans un contexte musical, une ou deux enceintes telles que les Sonos One et Sonos Five.

Test Sonos Sub Mini lifestyle
©Sonos

Prix et concurrence

Le Sub Mini étant spécifique à la gamme Sonos, il n’a pas de concurrent, mis à part le Sonos Sub (gen 3) classique. Ce dernier est positionné à 849 € contre 499 € pour le Sub Mini. La différence est conséquente. L’objectif est bien entendu de choisir le modèle le mieux adapté à la taille de son salon. Sachez qu’au lancement, il n’est pas possible d’associer deux Sub Mini à un même système, alors que deux Sub (gen 3) peuvent toujours être couplés.

Chez les concurrents, on retrouve le principe identique du caisson sans fil propriétaire en option. C’est le cas de Bose avec le Bass Module 500 (499 €), le Yamaha MusicCast SUB 100 (599€), le Denon Home Sub (499 €) ou le Harman Kardon Citation Sub S (399 €). Il est compliqué de comparer le Sub Mini et tous ces caissons avec des caissons classiques non propriétaires. Toutefois, d’après notre expérience, les performances du Sub Mini sont semblables à celles des caissons équipés d’un 20 cm ou d’un 25 cm positionnés entre 500 et 800 €. Cependant, ces derniers seront capables de sonoriser de plus grands espaces.

Test Sonos Sub Mini lifestyle
©Sonos
8

Le Sub Mini peut être démonstratif si c’est ce que l’on recherche, mais c’est surtout un caisson complet qui descend bas en fréquence et qui complète admirablement bien une barre de son Sonos.

Loin d’être monotone, le grave délivré est articulé, avec de la nuance ou de l’impact quand il le faut. C’est un vrai caisson home cinema pour une pièce de 20-25 m2 qui saura reproduire tous les détails des bandes son les plus tonitruantes sans aucune trace de frustration.

Les plus

  • Discret et compact
  • Grave précis et articulé
  • Exploration des plus basses fréquences
  • Liaison parfaite avec la barre de son

Les moins

  • Réglage de niveau inaccessible depuis l’écran de lecture
  • Traces de doigts sur la version noire
  • Aucune entrée, réservé à l’univers Sonos uniquement
  • Prix trop élevé pour une association avec la barre Sonos Ray

Films 8

Musique 8

Gaming 8

Connectivité 5

Ergonomie 8

Finitions 7

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers tests

Test Marshall Acton III : une mini enceinte de salon à la puissance surprenante
Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Test DJI Avata : le drone FPV plus accessible que jamais
Test Trust GXT 981 Redex : légère en poids et en prix, des atouts suffisants ?
Test Apple iPad Pro M2 : une mise à jour qui vaut son prix ?
Test LG Gram 14 (2022) : un kilo seulement… mais quoi d’autre ?
Haut de page