« Pourquoi mamie devrait avoir des bitcoins dans son portefeuille ? »

Alexandre Panizzo
Cryptomonnaies
27 août 2021 à 18h00
39

La diversification du patrimoine est un des principes fondamentaux de la finance. Mais quel rôle le bitcoin peut-il jouer dans cette stratégie ? C’était une des questions abordées au cours d'une conférence du salon Surfin’Bitcoin, à Biarritz, ce vendredi.

Intitulée « Pourquoi mamie doit avoir des bitcoins dans son portefeuille
financier
 », la conférence ambitionnait de tordre le cou à certains préjugés en expliquant pourquoi la première crypto-devise mondiale est intéressante dans le cadre d’une diversification de patrimoine. Richard Detente - fondateur de la chaîne d’information économique Grand Angle sur YouTube - a notamment expliqué pourquoi nos grand-parents auraient tout intérêt à acquérir des bitcoins eux aussi…

Le bitcoin monte toujours à long terme

Contrairement à la croyance, la volatilité du bitcoin est « relative »
puisque sa tendance sur le long terme est résolument haussière. C’est donc un investissement à considérer sur une période durable. Les récentes corrections ont certes été brutales, mais elles permettent au marché de reprendre son souffle avant une nouvelle tendance de hausse.

Le bitcoin est non manipulable

Parce qu’il existe en dehors des entités gouvernementales et des banques centrales, le bitcoin s’affranchit de la création monétaire des États.
Comme l’or, dont la quantité est imitée et mesurable, il a une valeur intrinsèque et c’est pour cela qu’il représente un bon actif anti crise.
« Il n’a que faire de ce qui se passe à côté », a souligné Richard Detente, montrant que les crises financières n'ont pas réellement d'impact négatif sur son cours.

C’est ce qui lui donne, à l'instar du précieux métal jaune, le statut de « valeur refuge ». Donc plutôt que de vendre ses bijoux en or en temps de crise, mamie, par exemple, pourrait plutôt vendre du bitcoin, pour engranger quelques bénéfices !

Le bitcoin pollue ? Oui mais…

C’est une des principales critiques qui lui sont attribuées, le bitcoin serait
polluant en raison du minage, processus par lequel les transactions en crypto-monnaies sont sécurisées. S’il est vrai que les fermes de
minage consomment des quantités énormes d’électricité, la part des énergies renouvelables utilisées dans la création de celle-ci varie beaucoup d’un pays à l’autre.

Aux Etats-Unis par exemple, les deux tiers de l’énergie utilisée pour miner seraient d’origine renouvelable, alors que ce chiffre dégringole dans les pays asiatiques.

Néanmoins, de plus en plus de mineurs utilisent le surplus d’énergie produit par les barrages hydroélectriques, par exemple, une énergie qui serait tout simplement perdue sans cette utilisation pour le minage du Bitcoin. La mauvaise image dont jouit le bitcoin en termes d'impact environnemental peut donc être quelque peu nuancée.

Plusieurs entreprises ont développé des solutions pour éviter de brûler du méthane, jusqu'alors gaspillé ou rejeté dans l'atmosphère par les puits de pétrole. En attendant que disparaisse l'exploitation pétrolière, Bitcoin peut-il la rendre plus propre ?
Lire la suite

Source : salon Surfin'Bitcoin

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
39
23
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pour le régulateur US, les cryptos ne sont pas une monnaie pérenne et les stablecoins sont des jetons de casino
Pokmi, une plateforme NFT de contenu pour adultes française lève 9 millions d’euros
Marvel et DC interdisent aux créateurs de vendre librement des NFT de leurs œuvres
La plateforme FTX lance sa marketplace de NFT et en vend (cher) un (moche) de son cru
MS Satoshi : 3 hommes et 1 bateau, ou l’utopie flottante au pays des crypto-monnaies
Les services de prêt de crypto entre particuliers dans le viseur du régulateur américain ?
Après le Salvador, au tour du Panama d'envisager de donner cours légal au bitcoin
L'impact écologique de l'exploitation du Bitcoin à nouveau pointé du doigt
Les nouveaux
Le Bitcoin (BTC) devient une monnaie officielle au Salvador (mais les Salvadoriens sont sceptiques)
Haut de page