Test JBL Clip 4 : plus nomade et baroudeuse que jamais

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
23 décembre 2020 à 12h06
0

Seulement quelques jours après avoir testé la JBL Go 3, nous prenons en main la « grande sœur » de chez JBL, la Clip 4. Elle vient remplacer une Clip 3 à la forme parfaitement ronde caractéristique et intègre un mousqueton pour s’accrocher partout, en un instant. Est-elle l'enceinte waterproof idéale ?

Test JBL Clip 4
  • Norme IP67 (poussières, eau)
  • Bonne autonomie (environ 15h)
  • Mousqueton plus pratique
  • Revêtement très stable
  • Rendu audio convaincant
  • Excellent niveau de finition
  • Au revoir micro et entrée jack
  • Pas de « piste précédente »
  • Pas de logiciel dédié
  • Pas de stéréo via 2 enceintes

La sortie de la Clip 4 intervient alors que JBL met à jour une grande partie de ses gammes avec de nouveaux écouteurs sans-fil, de nouveaux casques audios et, bien sûr, toute une série de nouvelles enceintes Bluetooth. L’Xtreme 3 devient sensiblement plus puissante, la Go 3 se dote de la certification IP67 et la Clip 4… et bien c’est justement ce que nous allons voir.

Étanche et robuste, la Clip 4 flotte à la surface de la piscine par exemple © Nerces pour Clubic

Fiche technique de la JBL Clip 4

À la manière des précédents modèles, la Clip 4 se décline en de nombreux coloris afin que tout un chacun trouve chaussure à son pied. JBL est cependant un tout petit peu moins généreux qu’avec la Clip 3 (douze coloris), mais on retrouve encore huit versions différentes de la Clip 4 depuis le modèle bleu / rose jusqu’à la mouture vert / jaune en passant par des teintes uniques de rouge, de rose, de bleu ou de noir par exemple.

La JBL Clip 4, c’est :

  • Haut-parleurs : un, 40 mm
  • Puissance de sortie : 5 Watts RMS
  • Réponse en fréquence : 100 Hz – 20 kHz
  • Rapport signal/bruit : > 85 dB
  • Connectivité : Bluetooth 5.1
  • Autonomie : jusqu’à 10 heures
  • Temps de charge : 3 heures
  • Certification : IP67 (étanche à l’eau et à la poussière)
  • Dimensions : 86,3 x 134,5 x 46 mm
  • Poids : 239 grammes
  • Prix et disponibilité : déjà disponible, à 59,99 euros

En jetant un rapide coup d’œil à sa fiche technique, les habitués de la gamme auront noté que la Clip 4 est à la fois plus lourde et plus compacte que la Clip 3. En main, on sent effectivement que la petite nouvelle est sensiblement plus dense, mais c’est surtout le changement de forme qui interpelle alors que JBL a reconduit les améliorations apportées à la Go 3 au premier rang desquelles la compatibilité Bluetooth 5.1 et la certification IP67.

Huit coloris sont disponibles © JBL

Jamais été aussi simple à transporter

C’est déjà la quatrième version de la fameuse Clip signée JBL. Notre déclinaison 2020 n’en change évidemment pas le concept et cette enceinte Bluetooth est toujours conçue comme une voyageuse qui se montre un peu plus « musclée » et un peu plus « nomade » encore que la Go. Par rapport à la Clip 3 de 2018, notre cobaye du jour se montre un chouia plus compact. C’est ainsi que l’on perd trois petits millimètres en longueur et encore neuf millimètres en largeur. L’épaisseur est en revanche strictement identique, mais avec un poids 19 grammes plus important et en comparant directement les deux modèles, on a une sensation de « densité » plus importante avec la Clip 4.

Si nous avons déjà évoqué les différents coloris de la Clip 4, il nous faut maintenant évoquer le principal changement esthétique. En effet, la nouvelle enceinte Bluetooth de JBL est redessinée afin d’être plus facile à accrocher et plus simple à prendre en main. Ainsi, on note que le mousqueton est très différent et n’agit plus comme une « épingle » pas toujours évidente à glisser sur le support visé. Sur la Clip 4, on ne peut plus vraiment parler de mousqueton d’ailleurs tant la « anse » est large et permet réellement d’accrocher la bête un peu partout en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. De plus le « loquet » est bien plus facile à actionner alors que sa robustesse – bien difficile à évaluer sur un test aussi court – ne semble pas devoir être critiquable.

Le « mousqueton » assure une fixation parfaite © Nerces pour Clubic

L’enceinte en elle-même est aussi très différente de la Clip 3, même si la philosophie est assez proche. Alors que le précédent modèle était presque parfaitement rond, la Clip 4 est bien plus ovale. Tout en évitant les arêtes saillantes d’un parallélépipède, cela permet à JBL perdre moins de place quoique cela peine à avoir un impact sur l’autonomie de l’enceinte ou la qualité de son, mais nous aurons l’occasion d’y revenir. En revanche, cela a une incidence sur la préhension de la Clip 4 que l’on attrape plus facilement, que l’on garde mieux dans la main et qui risque encore moins de glisser, de nous échapper. Peu de différence en revanche côté stabilité une fois l’enceinte posée sur une surface plane : la Clip 3 ne bougeait déjà presque pas.

Avec le Clip 4, JBL a tout de même changé le revêtement afin que cette stabilité soit encore plus nette. Vous pouvez le voir sur les photos, une surface à la manière de la Go 3 a été mise en place. C’est très efficace. Reste que la principale conséquence de ces changements « esthétiques » est à voir dans la certification de la Clip 4. Comme sur la Go 3, JBL est effectivement monté en gamme et on profite maintenant de l’IP67 soit une protection contre les poussières en plus d’une résistance à l’immersion jusqu’à 1 mètre, pendant 30 minutes. C’est forcément un gros plus pour un produit « baroudeur » comme la Clip 4 et cette parfaite étanchéité permet d’être bien plus tranquille, sur la plage par exemple.

Un revêtement qui empêche toute glissade © Nerces pour Clubic

Près de 15 heures d'autonomie

Hélas, cela n’a pas que des avantages puisque pour prétendre plus aisément à une telle certification, JBL a supprimé l’entrée jack 3,5 millimètres. Cela n’a rien d’une surprise, il avait déjà pris pareille mesure sur la Go 3, mais cela décevra certains utilisateurs. Le port micro-USB est remplacé par une solution USB-C : nous n’y voyons que des avantages. Enfin, il nous faut souligner la disparition du kit mains-libres, la Clip 4 n’étant plus équipée de micro. Les habitués de la marque ne seront sans doute pas trop chagrinés par cette disparition dans la mesure où la fonctionnalité n’a jamais été considérée comme une franche réussite.

En l’absence de prise jack 3,5 mm, c’est en Bluetooth que l’on va utiliser la Clip 4. Sans surprise, JBL fait évoluer – comme il l’a fait avec la Go 3 – la norme et nous pouvons maintenant compter sur le Bluetooth 5.1 sans que cela n’apporte quoi que ce soit à l’utilisateur lambda. L’appairage est simplissime alors que les boutons de contrôle sont toujours très pratiques et faciles à identifier : la mise sous tension et le Bluetooth sont sur le côté de la Clip 4 et les boutons de lecture / volume se trouvent sur le dessus. Un regret à ce niveau puisque JBL n’a toujours pas jugé bon de permettre de revenir sur la piste précédente pendant l’écoute alors qu’il autorise le passage à la piste suivante. Étrange.

L'unique « ouverture » de la Clip 4, son port USB-C © Nerces pour Clubic

Dernier point à vérifier avant d’évoquer les qualités audiophiles de la Clip 4, son autonomie. Un peu plus grosse que la Go 3, elle se devait de tenir plus longtemps que cette enceinte dont la batterie est parfois un peu juste. JBL a retenu un accumulateur de 3 885 mAh qui doit officiellement permettre de tenir autour des 10 heures, un chiffre strictement identique à ce que le fabricant annonçait pour la Clip 3, sachant que cette dernière allait en réalité nettement plus loin. C’est d'ailleurs la même chose sur la Clip 4 qui tient près de 15 heures à volume moyen sachant qu’il faut près de 3 heures, ensuite, pour la recharger complètement. Une bonne performance globale.

Pour « animer » sa Clip 4, JBL a choisi de rester dans la continuité de la Clip 3 et de garder le transducteur de 40 mm. Dans ce contexte et comme nous l’avions déjà remarqué avec la Go 3, il n’est bien sûr pas question de « faire trembler » les murs. En revanche, cela donne une belle profondeur à nos morceaux, une certaine assise. Dans l’ensemble, on profite de voix bien détachées, mais les hauts-médiums semblent un peu à l’étroit. Comme souvent sur de si petites enceintes, les sifflantes sont parfois gênantes, mais cela reste supportable et au niveau de ce que propose Ultimate Ears sur ses Wonderboom sensiblement plus chères.

Non, en dehors de basses qui manquent forcément d’un peu de puissance pour certains types de morceaux, le véritable reproche que l’on pourra faire à la Clip 4, c’est son comportement à haut volume. Officiellement, elle est nettement plus costaude que la Clip 3 : quand cette dernière se limitait à 3,3 Watts RMS, on profite ici de 5 Watts RMS. Dans les faits, il est délicat de pousser le volume à plus de 60%. Au-delà, le son est bien plus critiquable, la distorsion apparaît et les aigus peuvent paraître stridents. De manière générale, il est assez difficile de faire la différence entre la Go 3 testée il y a quelques jours, la « vieille » Clip 3 et notre Clip 4. La qualité est donc au rendez-vous, mais nous aurions aimé voir JBL progresser davantage.

Une nouvelle réussite pour JBL © Nerces pour Clubic

JBL Clip 4 : l'avis de Clubic

Après le test de la Go 3 et de la Clip 4, on perçoit mieux la philosophie nouvelle de JBL pour ses enceintes Bluetooth premiers prix. L’aspect baroudeur est davantage mis en avant, l’étanchéité eau / poussière devient un argument majeur et on se focalise sur quelques fonctionnalités. Impossible de ne pas regretter, par exemple, la disparition de l’entrée jack et plutôt que d’améliorer l’option kit mains-libres très discutable sur les précédents modèles, de voir JBL la retirer, tout simplement. On profite heureusement d’un rendu audio de qualité compte tenu du volume de l’enceinte et de son prix. La Clip 4 est un modèle particulièrement pratique à emmener, partout, avec soi. Un chouia plus grosse et plus chère, elle est aussi plus autonome et pratique à accrocher que la Go 3.

JBL Clip 4

8

JBL fait évoluer en douceur sa Clip 3 avec un modèle qui résiste maintenant à la poussière - en plus de l'immersion - mais perd son entrée jack. L'autonomie est de bon niveau, la robustesse du produit sans faille et sa portabilité remarquable grâce à une nouvelle fixation, plus pratique. Le rendu audio ne progresse pas, mais se maintien à un niveau plus qu'honorable.

Les plus

  • Norme IP67 (poussières, eau)
  • Bonne autonomie (environ 15h)
  • Mousqueton plus pratique
  • Revêtement très stable
  • Rendu audio convaincant
  • Excellent niveau de finition

Les moins

  • Au revoir micro et entrée jack
  • Pas de « piste précédente »
  • Pas de logiciel dédié
  • Pas de stéréo via 2 enceintes
Modifié le 24/12/2020 à 13h27
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Lisa Su, P.-D.G. d'AMD, est ravie de la très forte demande de PS5 et Xbox Series
Vous pouvez utiliser l'overlay de Discord en jeu
Brave est le premier navigateur à intégrer nativement IFPS, le HTTP pair-à-pair du futur
Plus de 30% de réduction sur cette caméra Xiaomi Mi Home Camera pour les Soldes Cdiscount
Soldes 2021 : les meilleurs bons plans et promos high-tech en DIRECT
Soldes Boulanger : l'excellent aspirateur iRobot Roomba 675 à moins de 200€
NVIDIA Shield TV : la dernière mise à jour pense notamment aux manettes de PS5 et Xbox One Series X/S
Soldes : très belle promotion sur cette TV OLED LG 55 pouces !
Test de Hitman 3 : et le chauve sourit ?
The Medium et ray tracing : un trailer de gameplay et des configurations PC corsées
Haut de page