Test JBL Go 3 : une réédition toujours plus convaincante ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
24 décembre 2020 à 13h27
5
JBL Go 3 © JBL

Alors que sa plus compacte enceinte Bluetooth commence à accuser son âge, JBL profite de la rentrée 2020 pour lui offrir un petit lifting. La Go 2 n’est plus, longue vie à la Go 3, un produit plus nomade et baroudeur que jamais.

JBL Go 3
  • Norme IP67 (poussières, eau)
  • Petite lanière bien pratique
  • Puissance satisfaisante
  • Bonne présence des basses
  • Juste restitution des voix
  • Finitions parfaites
  • Autonomie un peu en retrait
  • Au revoir micro et entrée jack
  • Bas-médiums un peu écrasés
  • Pas de « piste précédente »

JBL vient effectivement de mettre à jour celle qui est à la fois la plus compacte de ses enceintes Bluetooth et la plus vendue de son catalogue. Le modèle originel de la Go avait été commercialisé en avril 2015 et un peu plus de deux ans plus tard, JBL en distribuait l’évolution naturelle, la Go 2. Réglé comme un coucou suisse, le fabricant nous propose maintenant la troisième itération de cette belle petite bête. On perd quelques coloris au passage (8 contre 12 auparavant), mais profite d’un produit qui semble davantage taillé « pour l’aventure ».

JBL Go 3 © Nerces
JBL évoque une enceinte bleue avec des inserts roses... nous y voyons de l'orange © Nerces pour Clubic

Fiche technique de la JBL Go 3

Nous venons de le préciser, la JBL Go 3 fait l’impasse sur quelques coloris pour être disponible en « seulement » 8 versions contre 12 pour la Go 2. Nous pouvons cependant compter sur quelques dessins plus originaux comme ce modèle mêlant le bleu et le « rose » (plutôt orange à nos yeux) ainsi que cette Go 3 dite squad et son revêtement « militaire ».

La JBL Go 3, c’est :

  • Haut-parleurs : un, 43 x 47 mm
  • Puissance de sortie : 4,2 Watts RMS
  • Réponse en fréquence : 110 Hz – 20 kHz
  • Rapport signal/bruit : > 85 dB
  • Connectivité : Bluetooth 5.1
  • Autonomie : jusqu’à 5 heures
  • Temps de charge : 2,5 heures
  • Certification : IP67 (étanche à l’eau et à la poussière)
  • Dimensions : 87,5 x 75 x 41,3 mm
  • Poids : 209 grammes
  • Prix et disponibilité : déjà disponible, à 39,99 euros

Les habitués vous le diront, la Go 3 est un peu plus grosse et un peu plus lourde que le précédent modèle que l’on peut d’ailleurs encore trouver au catalogue de JBL. Plus moderne, la Go 3 assure le passage au Bluetooth 5.1, mais semble devoir conserver une autonomie et un temps de charge sensiblement identique. Notons que JBL avance une certification IP67 signe que la poussière n’est maintenant pas plus un danger que l’eau pour cette enceinte parfaitement étanche.

JBL Go 3 © Nerces
L'une des principales nouveautés, un lanière bien pratique © Nerces pour Clubic

Une enceinte tout-terrain ?

Depuis le premier modèle de Go, JBL a pensé cette enceinte pour les utilisateurs nomades. Cela se ressent au niveau des dimensions du produit, mais aussi de manière plus générale dans sa conception. Avec la Go 2, JBL a accentué encore la solidité de son bébé, mais on sent qu’un palier supplémentaire a été franchi avec la Go 3. De fait, si on garde l’aspect parallélépipède de l’enceinte originelle, son côté particulièrement anguleux – déjà moins sensible sur la Go 2 – est encore moins net aujourd’hui. Un imposant revêtement protège effectivement le cœur de l’enceinte et se traduit par des bords « rembourrés » qui laissent à penser que la Go 3 est capable de résister à des chutes même sur des surfaces particulièrement dures.

Si bien sûr c’est une affaire de goûts, nous estimons que ce revêtement est esthétiquement réussi. Cela donne un côté « mode » à cette enceinte et la disponibilité de nombreux coloris devrait permettre de trouver chaussure à son pied. Nous aimons en particulier le côté « tressé » de cette matière plastique. En revanche, il nous faut reconnaître un certain embonpoint à la Go 3 par rapport à la Go 2 qui, déjà, marquait une petite évolution sur la première Go. On passe aujourd’hui à un poids de 209 grammes contre 184 et 130 grammes. Cela commence à faire. Heureusement, les dimensions sont, cette fois, à peine différentes : la Go 3 est plus longue de 5 millimètres, plus large de 7 mm et plus haute de 3 mm : rien qui vient empêcher de la glisser n’importe où.

JBL Go 3 © Nerces
Des contrôles simplissimes qui font hélas l'impasse sur le « piste précédente » © Nerces pour Clubic

À la manière de ce que peut faire Ultimate Ears sur sa Wonderboom par exemple, JBL a décidé d’intégrer une petite lanière souple à son enceinte afin d’en simplifier encore le transport : on peut aisément la tenir dans une main avec un doigt glissé dans cette lanière pour plus de sureté. Le changement de revêtement donne à l’enceinte un look plus « baroudeur » qui se confirme d’ailleurs dans les spécificités techniques de la bête car, comme nous l’avons déjà signalé, JBL avance une certification IP67. Rappelons que celle-ci garantit une étanchéité à la poussière et la possibilité de l’immerger temporairement dans l’eau (jusqu’à 1 mètre, pendant 30 minutes). Un net progrès depuis la « simple » IPX7 de la Go 2.

Hélas, pour assurer une telle protection à son enceinte, JBL semble avoir été contraint d’en limiter un peu les fonctionnalités. Le fabricant n’a ainsi par cherché à conserver contre vents et marées une option comme l’entrée jack 3,5 mm. Pour exploiter la Go 3, il faudra nécessairement se tourner vers la connexion Bluetooth qui, d’ailleurs, évolue vers le 5.1 quand la Go 2 devait se contenter du Bluetooth 4.1… même si cela n’aura guère d’influence sur nos usages. Il n’est plus non plus question de proposer l’option de kit mains-libres puisqu’aucun microphone n’est de la partie : ce ne sera toutefois pas une grosse perte dans la mesure où Go et Go 2 n’offraient rien de bien convaincant côté captation microphone. On s’en passera très bien.

JBL Go 3 © Nerces
Sur le côté, les boutons de mise sous tension et d'appairage © Nerces pour Clubic

Rendu audio surprenant de profondeur

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous faut évoquer les à-côtés de l’utilisation de la Go 3, à commencer par les contrôles. En effet, JBL a reconduit son système de boutons / symboles, mais les a rendus encore plus visibles. Ils autorisent l’allumage ou le réglage du volume, la lecture ou la mise sur pause et le passage à la piste suivante. Hélas, il n’est toujours pas possible de revenir à la piste précédente. Côté batterie, rien de bien exaltant à signaler : JBL ne fait ni pire ni mieux qu’avec la Go 2. Ainsi, il conserve une autonomie d’environ 5 heures – que nous avons pu vérifier en gardant un volume à plus ou moins 50% – et une charge complète obtenue en deux heures et demies. Certains concurrents font mieux, mais ça reste très honorable.

La partie audio est confiée à un unique haut-parleur de 43 x 47 millimètres. Un modèle qui n’est donc pas destiné à faire trembler les murs, mais qui assure l’essentiel avec un aplomb assez surprenant. En premier lieu et même si nous n’avions plus de Go 2 sous la main, la Go 3 nous semble capable de descendre plus bas dans les graves, audibles dès les 110-120 Hz. En revanche, celles-ci sont moins rondes, moins agréables que sur une concurrente comme la Soundmicro de Bose assez proche en volume, mais presque trois fois plus chère. Par rapport à la Wonderboom 2, la JBL s’en sort bien mieux et offre un rendu finalement assez comparable. On regrettera tout de même un côté parfois un peu brouillon où les médiums donnent l’impression d’être encore à l’étroit.

Crooked Still © NPR
La voix d'Aoife O'Donovan (Crooked Still) n'est pas trop malmenée par la Go 3 © NPR

Nous apprécions en revanche la belle clarté des voix de morceaux comme le Tom’s Diner de Suzanne Vega, le Little Sadie de Crooked Still ou le Take a Walk on the Wild Side de Lou Reed. Dans l’ensemble et en dehors des bas-médiums – en partie éclipsés par les graves – JBL garde un bel équilibre. On est heureux de voir que le fabricant progresse sur les aigus, plus doux, moins stridents que sur les Go et Go 2. Là encore, la comparaison avec la Soundmicro n’est pas à l’avantage de la Go 3 qui parvient en revanche à faire jeu égal avec la Wonderboom 2 tout en étant sensiblement moins chère. Enfin, il est épatant de voir cette petite enceinte montée en puissance de manière propre, sans trop de distorsion et en conservant cette belle clarté évoquée précédemment. Du beau travail.

JBL Go 3 © JBL
À défaut d'y aller, vous pourrez toujours rêver de la plage en écoutant votre Go 3 © JBL

JBL Go 3 : l'avis de Clubic

8

Très légèrement plus grosse que les Go et Go 2, la nouvelle JBL reste un modèle de compacité qui se dote de caractères « baroudeurs » appréciables, même si cela se fait aux dépens de l’entrée jack, portée disparue. Plus résistante que jamais, elle inspire confiance du fait de son revêtement aussi esthétique qu’il est épais. Sa forme parallélépipédique et la présence d’une lanière assurent une excellente préhension et le poids reste contenu. Le rendu audio est convaincant, en progrès à chaque nouvelle version de la Go et JBL a fait l’impasse sur le kit mains-libres qu’il n’arrivait de toute façon pas à maîtriser. Peut-être moins polyvalente, la Go 3 se spécialise avec brio et tient parfaitement ses promesses d’enceintes « tout-terrain ». C’est bien le plus important.

Les plus

  • Norme IP67 (poussières, eau)
  • Petite lanière bien pratique
  • Puissance satisfaisante
  • Bonne présence des basses
  • Juste restitution des voix
  • Finitions parfaites

Les moins

  • Autonomie un peu en retrait
  • Au revoir micro et entrée jack
  • Bas-médiums un peu écrasés
  • Pas de « piste précédente »
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
4
Voigt-Kampf
Sont-elles couplables en stéréo ?
Nerces
Je n’en avais qu’une, mais non, pas que je sache. Sauf erreur, ça n’a jamais été une option sur ce modèle.
Voigt-Kampf
OK merci on n’a pas forcément des infos dessus. Vu que c’est l’entrée de gamme de la marque, il fallait s’en douter, mais ne savait-on jamais…
Foucal
l’absence d’entrée jack est rédibitoire pour moi. j’utiise très souvent la 1ère génération en complément de mon PC portable de boulot qui n’a malheureusement pas de bluetooth (ou pas activé pas la SI…)
DrCarter95
Elle est magnifique mais l’absence de port jack, le prix et l’autonomie moyenne est vraiment dommageable voire rédhibitoire pour le port jack.<br /> La bonne nouvelle c’est que le prix de la GO 1 et 2 va sans doute encore baisser.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La box Android TV Nvidia Shield TV Pro à prix cassé sur Amazon avant les fêtes
RGPD : l'Irlande inflige sa première amende, et c'est Twitter qui en est l'heureux bénéficiaire
Le régulateur américain enquête sur la gestion des données personnelles opérée par Amazon, Facebook et d'autres
Stadia est enfin disponible sur iOS grâce à une Web app officielle dédiée
Opposé à la politique anti-tracking d'iOS, Facebook se paie une pleine page dans les journaux américains
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Mini critique Truth Seekers (S01)
Mini critique The Mandalorian (S02E01)
Mini critique Moonbase 8 (S01E01)
Les meilleures séries d'anthologie
Haut de page