Sword Of The Stars : Colonization dans l'espace

Nerces Contributeur
05 octobre 2006 à 11h15
0
00F0000000372190-photo-sword-of-the-stars.jpg
Si les amateurs de gestion spatiale n'étaient pas à la fête ces dernières années, les choses semblent s'arranger petit à petit. Ainsi, nous avions pu en début d'année goûter aux joies du Galactic Civilization II de Stardock, hélas gâché par une localisation française complètement loupée. Aujourd'hui, un second prétendant arrive sur le devant de la scène : Sword Of The Stars. Peu médiatisé, il est distribué par Nobilis et se trouve être le premier développement de la toute jeune équipe de Kerberos. Un premier développement ambitieux sur le papier puisqu'il se propose de réunir le meilleur de la gestion spatiale à la stratégie temps réel avec des phases de combat plus intéressantes que de coutume.

Si tu veux la paix, prépare la guerre...

De prime abord pourtant, rien ne semble distinguer Sword Of The Stars des autres titres de gestion spatiale. Une fois lancé, le jeu permet de choisir entre plusieurs options pour débuter une partie : didacticiel d'ailleurs plutôt bien fichu afin de prendre en main les fonctions essentielles, scénarios en solitaire, parties personnalisées ou affrontements multijoueurs... Tout cela reste évidemment très classique, mais rien ne manque à l'appel et les options de personnalisation des parties sont assez complètes. Justement, une fois ces options sélectionnées, la partie peut véritablement commencer et le joueur se retrouve alors face à une carte galactique en trois dimensions. Une ou plusieurs planètes sont déjà en sa possession et le joueur va donc devoir utiliser au mieux les moyens mis à sa disposition pour que sa faction prenne l'ascendant sur les autres.

00F0000000372191-photo-sword-of-the-stars.jpg
00F0000000372192-photo-sword-of-the-stars.jpg
00F0000000372193-photo-sword-of-the-stars.jpg

L'indispensable phase de paramétrage des parties personnalisées avant de... se jeter dans le bain galactique !

Pour y parvenir, il est nécessaire de trouver le sempiternel équilibre entre développement économique, recherche scientifique et développement militaire... sachant bien sûr que ces trois éléments interagissent continuellement les uns avec les autres. Ainsi, allouer d'importants crédits à la recherche rendra les campagnes militaires plus simples grâce notamment à un armement plus compétitif. De la même manière, une grande puissance économique sera à même de débloquer plus facilement les fonds nécessaires à la construction d'une flotte crédible. Augmenter la puissance économique de son empire se fait en début de partie simplement en explorant / colonisant de nouvelles planètes. Si tous les systèmes présents sur la carte galactique peuvent être visités, il faut cependant faire avec quelques contraintes environnementales qui rendront certaines planètes inhabitables.

00F0000000372194-photo-sword-of-the-stars.jpg
Sur d'autres la vie sera possible, mais difficile alors qu'enfin certaines planètes regrouperont toutes les qualités nécessaires à l'épanouissement de votre faction. La colonisation d'une planète se fait en envoyant un « bête » vaisseau chargé de colons sur ladite planète. Ce vaisseau aura préalablement été construit sur une colonie déjà en votre possession alors que pour plus de prudence, c'est un vaisseau militaire qui aura pris soin de visiter le nouveau système avant que vos colons ne s'y aventurent. Il faut effectivement savoir que nous ne sommes évidemment pas seuls dans l'univers. Selon les réglages effectués en début de partie, jusqu'à sept autres peuples peuvent être présents, mais seulement quatre races différentes existent : les Humains, les Hivers, Les Liirs et les Tarkas. Les habitués regretteront déjà ce faible nombre et regretteront aussi qu'il ne soit pas possible de créer sa propre race.

Toujours au niveau des regrets, il est également dommage que ces quatre peuples ne soient davantage différents. Dans Sword Of The Stars la plus nette distinction entre les factions se fait au niveau des déplacements. Ainsi, les Humains sont rapides, mais ont besoin de « couloirs » définis aléatoirement en début de partie pour aller d'une planète à une autre. Les Liirs et les Tarkas au contraire peuvent se déplacer « n'importe comment », mais sont globalement plus lents. Enfin, les Hivers disposent d'une fonction spéciale leur permettant de se « téléporter » d'une planète à une autre en un seul tour de jeu : un avantage stratégique non négligeable. J'avais presque oublié de préciser que, genre oblige, Sword Of The Stars fonctionne par tours de jeu dès lors qu'il est question de gestion sur la carte galactique. En mode combat en revanche nous avons droit à de la stratégie temps réel.

00F0000000372195-photo-sword-of-the-stars.jpg
00F0000000372196-photo-sword-of-the-stars.jpg
00F0000000372197-photo-sword-of-the-stars.jpg

Au milieu, l'écran de formation de la flotte : dommage qu'il ne soit pas possible d'y avoir accès durant les combats


Vers l'infini et au-delà !

Hélas, autant le dire tout de suite, ces phases de stratégie sont moyennes. Elles proposent certes des idées intéressantes comme le ciblage de zones très précises des appareils adverses et on apprécie aussi la sélection des armes afin de ne faire feu qu'avec certaines et ainsi économiser les plus puissantes. En revanche, l'impossibilité de changer de formation durant le combat (il faut passer par un éditeur avant le début de l'affrontement), le manque de lisibilité de la carte ou l'absence d'ordres basiques tels que défendre ou garder la position nuisent considérablement à ces assauts. Dernier problème : les combats sont chronométrés et il faut éliminer tous les ennemis pour que la bataille s'achève. Tant que ce n'est pas le cas, le décompte se poursuit et cela peut durer plusieurs minutes lorsque l'adversaire a semé des mines un peu partout... La bataille se termine alors sur une fastidieuse séance de découverte / élimination !

00F0000000372198-photo-sword-of-the-stars.jpg
Partagés entre les éléments stratégiques vraiment intéressants et les défauts / risques de ces séances, de nombreux joueurs risquent d'activer l'option de résolution automatique des combats pour se concentrer sur la phase de gestion galactique. Hélas, là non plus tout n'est pas rose. Ainsi et un simple coup d'oeil à nos différentes captures ou à notre vidéo suffira pour que vous vous en rendiez compte : la carte manque de clarté. L'effet 3D est plutôt joli et il est possible de faire tourner la carte dans tous les sens, mais après quelques heures de jeu et de nombreuses colonies dans votre escarcelle, l'ensemble devient très brouillon. L'interface générale du jeu n'aide d'ailleurs pas vraiment le joueur et il est par exemple impossible de faire défiler la carte galactique au moyen de la souris ou des touches fléchées : il faut impérativement double cliquer sur une planète puis dézoomer, double cliquer sur une autre planète et dézoomer...

Bien sûr, l'amateur de gestion s'y fera assez vite, mais le joueur occasionnel risque de déclarer forfait après seulement quelques dizaines de minutes de jeu. Il passera alors à côté d'un titre au contenu tout de même très intéressant. Niveau scientifique tout d'abord, les recherches disponibles se comptent par dizaines et permettent notamment d'améliorer les armes ou les systèmes de production. Elles permettent également d'augmenter la puissance des moteurs ou d'améliorer les techniques de terraformation rendant alors certains mondes inaccessibles beaucoup plus intéressants. Les sciences donnent également accès à de nouveaux composants que l'on peut ensuite exploiter dans l'éditeur de vaisseaux. Ce dernier n'est certes pas aussi évolué / puissant que celui de Galactic Civlizations II, mais il permet déjà de bien s'amuser avec, schématiquement, trois parties (avant, corps, réacteurs) que l'on peut combiner de multiples manières.

00F0000000372199-photo-sword-of-the-stars.jpg
00F0000000372200-photo-sword-of-the-stars.jpg
00F0000000372201-photo-sword-of-the-stars.jpg

L'espace peut rapidement devenir très embouteillé et la lecture de la carte n'est pas toujours très simple

Cet outil compense une interface de diplomatie, risible, qui ne permet pas grand-chose (quelques pactes et échanges avec les peuples gérés par l'ordinateur) et ne soutient pas du tout la comparaison avec ce que proposait Galactic Civilizations II. Ce dernier était également plus complet dans la gestion des colonies : ici, on choisit simplement d'allouer davantage aux échanges (récupérer des sous) ou à la construction (produire plus rapidement). Ce manque de profondeur décevra sans doute les vieux routards, mais devrait, pour une fois, rendre le jeu plus accessible aux néophytes qui pourront d'ailleurs s'y essayer avec une machine modeste : Sword Of The Stars tourne avec un bête processeur à 1 GHz et 512 Mo de mémoire. Cette légèreté permet aussi de simplifier les parties réseau, de loin l'élément le plus intéressant. On peut effectivement jouer jusqu'à huit et se concentrer alors sur les points positifs du jeu : débarrassés des lourdeurs de l'intelligence artificielle, les combats spatiaux sont plus intéressants et la colonisation prend des allures de course contre la montre.

Conclusion

Loin d'être mauvais, ce premier développement de Kerberos peine cependant à relever le défi imposé par Galactic Civilizations II. Sorti il y a seulement six mois, le titre de Stardock fait mieux sur à peu près tous les plans et se trouve grosso modo au même tarif. Du coup, le choix entre les deux jeux est évidemment très vite fait... Sauf à jouer en multijoueur. Cette option totalement absente de Galactic Civilizations II permet de considérablement dynamiser les parties un peu trop tranquilles de Sword Of The Stars. La principale innovation du jeu de Kerberos y prend en plus une dimension supplémentaire : les combats stratégiques deviennent de vraies batailles tactiques beaucoup plus intéressantes que ce que n'importe quel titre du genre n'a jamais proposé. Cela dit, exception faite de ce mode multijoueur, Sword Of The Stars laisse un certain goût d'inachevé : la diplomatie est inexistante, le mode d'édition des vaisseaux aurait pu être enrichi et l'interface souffre de tares très pénibles. Espérons malgré tout que Kerberos ne se décourage pas, car son premier essai a du potentiel.

Sword Of The Stars

Les plus
+ Concept bien maîtrisé
+ Aspect stratégique des combats
+ Parties largement personnalisables
Les moins
- Interface peu intuitive
- Carte galactique rapidement confuse
- Système de combats peu convaincant
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
2

Jetez un petit coup d'oeil à notre vidéo exclusive afin de découvrir l'interface du jeu, sa carte galactique en trois dimensions et le système de combats en temps réel.
  • Visionner notre vidéo exclusive de Sword Of The Stars


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Sword Of The Stars

00D2000000372228-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372229-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372230-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372231-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372232-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372233-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372234-photo-sword-of-the-stars.jpg
00D2000000372235-photo-sword-of-the-stars.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h38
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top