Comparatif de six encyclopédies en ligne

Par
Le 06 octobre 2009
 0

Encyclopædia Universalis


La réputation de l'Encyclopédie Universalis n'est plus à faire : 30 000 articles, 20 000 photographies, tableaux, dessins ou schéma, 400 cartes, le tout rédigé par 7 000 auteurs tous plus qualifiés les uns que les autres. En effet, point de contribution des lecteurs ici, tous les articles sont écrits par des professeurs d'université ou des philosophes érudits. Cela ne suffit évidemment pas à construire la renommée dont bénéficie Universalis : quels sont donc les autres arguments de cette encyclopédie en ligne ?

Une ergonomie appréciable


La mise en page est probablement l'un des outils sur Universalis : la lecture est rapide, les liens bien placés et pertinents. Sur la page d'accueil par exemple, l'éphéméride nous renseigne sur un évènement qui a eu lieu ce même jour, ou encore sur un auteur. On regrettera juste sur cette page la présence un peu trop visible d'un lien d'achat vers la version multimédia de l'encyclopédie, la seule qui possède une version 2010 au passage.

0190000002461500-photo-universalis-accueil.jpg

Au sein des articles, la présence d'un sommaire à gauche de la page est pratique, alors qu'à l'opposé, on trouve des informations concernant le rédacteur ainsi que des thèmes ou des documents liés. En haut, des onglets permettent une recherche simple ou en mode expert, par ordre alphabétique ou par thématiques. Le mode expert est à réserver aux personnes habituées aux expressions logiques, mais il est appréciable d'avoir un tel outil sur un site grand public. La recherche simple, quant à elle, autorise le filtrage des réponses par type (article ou médias) et de trier par ordre alphabétique ou par pertinence. La recherche est complétée par l'accès aux derniers articles publiés via un classement par date.

0190000002461494-photo-universalis-article.jpg

Les seuls reproches à faire à l'encyclopédie concernent un chargement de l'arborescence de recherche thématique un peu long et un système de pop-up par toujours très pratique pour l'affichage des différents articles.

Le contenu


Contrairement aux encyclopédies présentées précédemment, Universalis nous donne enfin l'impression d'être sur une encyclopédie. Les dossiers d'initiation, particulièrement, nous semblent tout à fait pertinents. Les dossiers de fond, au nombre de 98, présentés sur la page d'accueil (en ce moment « Exclusion et Solidarité ») sont moins convaincants. En effet, ce ne sont en fait que des pages de connaissances agrégeant les articles liés au sujet. L'effort est louable, mais ne vaut pas la rédaction d'un article complet.

0190000002461522-photo-universalis-dossiers-d-initiation.jpg

Les articles sont riches en photo et en animations, même si certaines d'entre elles ne fonctionnent pas toujours correctement et ne sont pas toujours d'assez grande taille. Il est en revanche appréciable de pouvoir y naviguer par chapitre. Un commentaire écrit complète le commentaire oral. Si ce dernier vous suffit, vous pouvez cacher le commentaire écrit.

0190000002461524-photo-universalis-animation.jpg

Bon point également pour la bibliographie complète systématiquement présente en fin d'article. Les fiches rédacteurs sont quant à elles présentes non pas pour vanter les mérites des auteurs qui n'ont certainement pas besoin de cela, mais pour mettre en avant tout le sérieux qui se dégage de l'encyclopédie.

Le contenu d'Universalis est varié et pourra satisfaire les petits comme les grands. La preuve avec les fiches de lecture, qui répondent de façon adéquate à un travail de collégien. Dommage qu'un lien ne permette pas d'avoir un accès à l'ensemble de fiches publiées. Enfin le « laboratoire » est là pour satisfaire ceux dont la curiosité scientifique n'a pas de limite. L'astuce est bien trouvée de la part d'Universalis, qui place là un espace attrayant en réutilisant simplement les animations présentes dans ses différents articles scientifiques.

Concernant nos différentes recherches, nous avons pu observer que la vie privée de Polanski n'était pas évoquée sur Universalis, que la technologie RAID ou la loi Hadopi n'ont pas d'entrée dédiée, tout comme le récent traité de Lisbonne. La raison à cela est simple : les articles datent pour la plupart de 2006. Sur Universalis, Michael Jackson est encore en vie... Autre reproche : l'article sur les Pink Floyd est relativement petit et sans image alors que l'utilisation de ces dernières paraît pertinente pour ce genre d'articles. A contrario, l'article sur la nuit de la St Barthélémy est complet, riche et écrit avec un recul historique approprié.

0190000002461520-photo-universalis-traite-de-lisbonne.jpg

Dernière critique que l'on pourrait formuler : le ton choisi par certains des rédacteurs est loin d'être neutre. La preuve avec cet extrait d'un article sur un le meilleur joueur de tous les temps : « En Allemagne, Zinédine Zidane retrouve la forme de ses plus belles années. En quelques jours, il renvoie à leurs chères études d'arrogants Espagnols, hypnotise les magiciens brésiliens, élimine des Portugais pugnaces. La France est en finale, le 9 juillet 2006 au Stade olympique de Berlin. Mais, à quelques minutes de l'issue de la rencontre, Zidane est justement exclu du terrain par l'arbitre pour avoir répondu aux provocations verbales d'un obscur défenseur italien par un violent coup de tête. »

Notez enfin qu'Universalis propose un dictionnaire complet mais aux définitions très courtes. Cette encyclopédie est accessible durant 7 jours gratuitement, mais attention : pour bénéficier de cette période d'essai, vous devez entrer vos coordonnées bancaires et si vous n'annulez pas votre essai dans les 7 jours, votre compte est alors débité d'un montant de 69 euros, montant qui correspond à un abonnement à l'année, le seul disponible par ailleurs.

Encyclopædia Universalis

Les plus
+ Rédigé par des spécialistes
+ Une ergonomie réussie
+ Un contenu tout public
Les moins
- Pas de mise à jour depuis 2006
- Des sujets introuvables
Pertinence
Exhaustivité
Mise à jour
Ergonomie
3

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top