Aquanox 2 : Revelation

04 septembre 2003 à 12h10
0
00D2000000059676-photo-aquanox-revelation-2000-lieux-sous-les-mers.jpg
Aquanox avait (un peu) fait parler de lui il y a presque deux ans en proposant un shoot 3D sous-marin qui exploitait au maximum les effets des dernières Cartes Graphiques. Très moyen au niveau du gameplay, Aquanox est surtout devenu populaire par son utilisation comme Benchmark 3D, nous l'utilisons d'ailleurs assez souvent sur Clubic.com pour les tests de cartes graphiques. Massive Development nous fait le coup de la suite... Espérons qu'il destine cette fois-ci son jeu un peu moins aux testeurs de cartes 3D pour se focaliser un peu plus sur les joueurs !

Ce deuxième opus n'est en fait pas vraiment une suite puisqu'il ne s'agit pas de rentrer une fois de plus dans la peau de Emerald Flint, le personnage principal d'Aquanox, mais plutôt dans celle de William Drake, un parfait inconnu. Ces deux personnages n'ont à priori pas grand-chose en commun mais l'histoire qui nous sera contée tout au long du jeu les ferra se rencontré. Haaaa, que le monde est petit.


20.000 lieux sous les pixel shaders

Le sieur Drake, comme tous les jeunes fougueux, rêve d'aventure. Il se voit déjà aux commandes d'un sous-marin suréquipé à la solde du plus offrant pour aller défier, à lui seul, les pirates en eaux profondes. Maniant avec une dextérité exemplaire le lance-torpilles, il se voit déjà porter le flambeau des mercenaires de tous poil. Mais... Les occasions ne sont malheureusement pas légion pour prouver sa valeur et son modeste « Salty Dog » ne fait pas peur à grand monde avec ses trois ridicules emplacements à torpilles et sa carcasse qu'un simple tire-bouchon suffirait à percer. Heureusement, un appel de détresse servira de tremplin à notre jeune pilote et de prémice à cette aventure sous marine à la troisième personne. Les premiers instants avec Aquanox : Revelation nous permettrons de nous rendre compte que cette « Revelation » n'est pas une « Révolution ».

Le jeu alterne en des phases de dialogue avec les divers (et nombreux) protagonistes du jeu et des phases typiquement FPS dans lesquelles il faut casser du sous-marin à coup de torpilles et de canon. Les premières, qui pourraient s'apparenter à de l'aventure, se résument à suivre le fil de l'histoire imaginée par les scénaristes. Des lieux sont identifiés par des liens lumineux sur des planches en 2D, il suffit de les visiter un par un pour rencontrer divers protagonistes et (finalement) débloquer la mission qui s'ensuit. Les planches sont belles, l'interface est particulièrement travaillée mais on se lasse vite de suivre ces discussions souvent insipides. On en vient d'ailleurs rapidement à chercher la touche miracle qui permettra de passer directement aux missions... Mais en vain ! Il faut donc « se taper » tous les dialogues un à un (en les interrompant les uns après les autres par la touche d'échappement) pour voir (enfin) s'activer le lien vers les soutes indiquant que la mission est disponible... Lourd, très lourd ! Le pire c'est que cette approche était déjà présente dans le premier opus du jeu et que l'on a du mal à croire que les joueurs en aient redemandé.

00D2000000059677-photo-aquanox-revelation-une-interface-fouill-e-en-2d.jpg
00D2000000059678-photo-aquanox-revelation-choix-d-une-destination.jpg
00D2000000059679-photo-aquanox-revelation-des-dialogues-interminables.jpg

Une interface fouillée en 2D


L'action met du temps à s'installer

L'action proprement dite (j'en vois certains qui commençaient à se demander si Aquanox : Revelation était bien un jeu d'action) vous met, elle, aux commandes d'un sous-marin qu'il faut équiper avant d'entamer la plongée. Au départ sobrement armé du vendetta, équivalent « aquanoxien » du fusil des FPS, les crédits obtenus à la suite de missions réussies vous permettront d'améliorer le quotidien. Torpilles avec et sans guidage thermique, leurres, fusils à plasma, armes non létales et même un fusil de sniper sous-marin qui constitue la petite surprise. Il est en effet possible de faire l'équivalent d'un « headshot » en atteignant le hublot des sous-marins ennemis avec cette arme. Un coup unique venant alors remplacer une quinzaine de tirs dans la carapace d'acier. La découverte de cette arme fut un des rares moment de plaisir de ce test (NDLR : haaaa, la dure vie de testeur de jeu). Notons que la soute ne permettra pas d'emporter tout le matériel possédé et qu'il faudra correctement faire son choix avant chaque mission. Un assistant est toutefois là pour vous aider dans cette tâche (parfois hasardeuse) ou vous avertir qu'un équipement indispensable à la mission a été oublié. Un fois dans le bain (c'est le cas de le dire à 3000m de profondeur), le tryptique escorte / exploration / embuscade servira de trame à presque toutes les missions. L'exploration traîne souvent en longueur et même les rêveurs ne pourront laisser flotter leur esprit devant la beauté des paysages tellement ils sont monotones. Même avec une carte graphique récente, la profondeur de champ est réduite et on a presque l'impression de naviguer dans une mare tellement l'eau semble trouble.

00D2000000059680-photo-aquanox-revelation-on-se-croirait-au-fond-d-une-mare.jpg
00D2000000059681-photo-aquanox-revelation-un-station-sous-marine-perdue.jpg
00D2000000059682-photo-aquanox-revelation-difficile-d-y-voir-quelque-chose-sans-pousser-le-gamma-au-max.jpg

Les décors sont très (trop) répétitifs

Les décors se résument, quand à eux, trop souvent à de simples variations de relief. Même les copies d'écran provenant de l'éditeur, sensées montrer le meilleur du jeu, préfèrent s'axer sur les explosions plutôt que sur les décors... C'est tout dire ! Les vaisseaux sont par contre plutôt bien modélisés et détaillés. Lorsque les combats débutent, cela devient vite la foire : le contrôle est hasardeux (il n'est pas possible de vider les ballasts pour faire varier la profondeur), les vaisseaux ennemis sont rapides et on a tendance a maintenir le bouton de tir pressé pour être certain de pouvoir loger quelques balles dans leurs coques. Bref, on a du mal à prendre son pied. Côté ambiance sonore nous avons d'un côté des « samples » à répétition pendant les dialogues. Vu la longueur des échanges, les sons deviennent vite saoulants et on en vient vite à se jeter sur le bouton de volume pour le couper. Les combats sont, eux, rythmés par des musiques techno-rock. Ce n'est pas franchement original mais « ça passe plutôt bien » avec l'action.


Conclusion

En résumé, Aquanox : Révelation nous propose des séquences de dialogues interminables et soporifiques, des décors dignes de la mare du fond de jardin (la vase en moins) et des séquences de tir pas vraiment endiablées. Pire, je me demande même si le premier opus n'était pas mieux réalisé graphiquement parlant (un comble pour un jeu qui sert de benchmark), seule l'interface 2D mérite un coup de chapeau. Allez, n'y allons pas par quatre chemins : Aquanox premier du nom n'était déjà pas franchement emballant, Aquanox : Revelation ne vaut lui carrément pas grand chose. Massive Development, en charge du projet, aurait mieux fait de ne pas perdre son temps avec une suite. La rentrée va être chargée en jeux d'action, patientez donc un peu !


Aquanox : Revelation

0

Les plus

  • Planches et interface 2D fouillées

Les moins

  • Décors monotones
  • Longueur des dialogues
  • Plaisir de jeu absent
  • Rien de nouveau depuis le premier opus

Note globale3

Réalisation5

Prise en main5

Durée de vie4

Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Syberia 2 repoussé au printemps 2004
Victoria distribué en France par Nobilis
Achetezfacile passe en version 2
Gigabyte introduit sa première carte nForce 3 150
Vers une baisse de prix des CD-Audio ?
Quatre éditions pour Half-Life 2 ?
Soltek y va aussi de sa carte mère Athlon 64
MSI dévoile la première carte mère Socket 754
KVS lève 17 millions de dollars
MayeticVillage, espace collaboratif, s'ouvre aux packs inter/extranet
Haut de page