American Conquest

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
04 décembre 2002 à 14h30
0
00D2000000055691-photo-american-conquest.jpg
Alors que nous venons tout juste de tester le dernier opus de la saga Cossacks, les Allemands de CDV nous propose un autre titre de stratégie temps réel, centré sur le continent américain celui-là : American Conquest. Basé sur le même moteur et disposant d'options plus ou moins similaires, cette fresque historique dispose de deux atouts principaux pour s'imposer : une amélioration du moteur graphique précédent et un maximum de 16.000 unités !

16.000 est bien le maximum d'unités que l'on peut avoir simultanément sur un champ de bataille avec American Conquest... Il n'y a pas d'erreur ! Mais si ce nombre constitue d'ailleurs le principal argument publicitaire de CDV, il ne faut pas mettre de côté trop rapidement l'ensemble du travail accompli par les développeurs. Il s'agissait en effet d'utiliser l'expérience acquise avec Cossacks sans toutefois sombrer dans la recopie pure et simple.


Découvrons l'Amérique !

Le titre du jeu est on ne peut plus éloquent et il me semble que même le moins qualifié en anglais aura compris qu'American Conquest traite du continent américain et, ô surprise, de sa conquête ! En fait, pour être tout à fait exact, il faut dire que le jeu déborde largement de cette simple conquête puisqu'il nous conte près de 300 ans de l'histoire de l'Amérique en commençant par sa "découverte" par Christophe Colomb en 1492, jusqu'à l'indépendance des 13 Colonies et la guerre avec la Couronne Britannique.

Ces 300 ans d'histoire ne sont bien sûr pas vus dans le détail, mais ont permis aux développeurs de découper le jeu en huit campagnes solo retraçant chacune un fait marquant de ces trois siècles. Il sera par exemple possible de participer à la Guerre de Sept Ans, à la révolte de Tecumseh ou à la Guerre d'Indépendance Américaine. Ces campagnes, bien conçues avec des missions et une progression très étudiées, sont toutes précédées d'intermèdes "culturels" très intéressants qui retracent les véritables événements. On appréciera cet effort de l'éditeur d'autant plus que la traduction est sans faille !

00D2000000055692-photo-american-conquest-introduction.jpg
00D2000000055693-photo-american-conquest-introduction.jpg
00D2000000055694-photo-american-conquest-introduction.jpg

L'introduction est très courte.

La première de ces huit campagnes est sans doute la moins intéressante à jouer pour les habitués de Cossacks puisqu'elle joue le rôle de didacticiel. On y apprend les principales commandes et on se familiarise avec la nation espagnole, une des douze que comporte le jeu (Français, Espagnols, Anglais, "Etats-Uniens", Aztèques, Incas, Mayas, Sioux, Iroquois, Hurons, Delawares et Pueblos). Plutôt bien faite pour les débutants, on regrettera tout de même qu'elle traîne parfois un peu en longueur, mais on se consolera rapidement avec les premières armées gigantesques qu'elle permet de manipuler. Les autres campagnes sauront de toute façon très rapidement faire oublier aux habitués cette prise en main un peu lente avec des défis à la hauteur de leur talent !


Un jeu au contenu énorme

Les douze nations présentent dans le jeu ne sont qu'une petite partie de l'énorme contenu proposé par CDV et Focus. Dans la veine de Cossacks : Back To War, le dernier titre stratégique du développeur allemand est d'une richesse assez incroyable. Si nous avons déjà parlé des huit campagnes solo, nous n'avons pas encore mentionné le fait que cela ne représente pas moins de 42 missions différentes assurant du même coup au jeu une durée de vie remarquable ! Si ce n'est pas assez, les concepteurs ont également inclus neuf missions solo indépendantes qui permettront de jouer contre l'ordinateur avant d'attaquer le mode multijoueurs.

00D2000000055695-photo-american-conquest-pr-sentation-culturelle.jpg
Ce dernier permet d'affronter six autres joueurs humains pour un maximum de sept participants. Un peu étonnant et un peu décevant également puisque la concurrence est généralement à huit joueurs voire même douze avec le dernier Age Of Mythology. Ce n'est toutefois pas très important et largement compensé par les nombreuses différences entre les nations que l'on peut choisir. Si nous avons déjà dressé la liste des peuples accessibles, vous devez également savoir combien ces nations sont différentes tant dans les unités que dans les bâtiments. Les stratégies changeront donc du tout au tout et les parties n'en seront que plus riches !

Enfin pour ceux que le mutlijoueurs ne tente qu'à moitié, il existe un générateur de cartes aléatoires, qui permet de ce fait de jouer jusqu'à plus soif ou jusqu'à l'arrivée d'une prochaine extension qui ne devrait pas manquer de sortir si l'on se réfère à la politique mise en place pour Cossacks. Ces cartes peuvent être tout simplement gigantesques puisque les développeurs ont conservé les limites définies pour Cossacks : Back To War. En 1024x768, les plus grandes représentent donc la bagatelle de 30x20 écrans... Largement la place pour que les armées les plus importantes de l'histoire du jeu de stratégie puissent s'affronter !


Les plus grandes batailles jamais vues

Nous l'avons déjà dit et répété, CDV s'étant d'ailleurs chargé de le faire bien avant nous : American Conquest repousse encore la limite du nombre d'unités simultanées. Cossacks était déjà très en avance sur la concurrence, mais les développeurs ont tout simplement doublé le maximum de 8.000 unités que ce dernier proposait. Maintenant on pourra donc compter jusqu'à 16.000 unités sur le champ de bataille et croyez-moi, ça en fait de la chair à canons ! Heureusement, les développeurs de CDV n'ont pas simplement augmenté cette limite d'unités : ils ont aussi pensé aux moyens de contrôler autant d'hommes d'armes à la fois.

00D2000000055696-photo-american-conquest-vue-largie.jpg
00D2000000055697-photo-american-conquest-vue-largie.jpg
00D2000000055698-photo-american-conquest-vue-largie.jpg

L'indispensable vue "élargie" du champ de bataille.

Un nouveau mode de visualisation de la carte fait donc son apparition. Il s'agit d'une sorte de grand angle qui s'active d'une simple pression sur la touche "L" du clavier. Une partie beaucoup plus grande du champ de bataille est alors dévoilée ce qui permettra évidemment de gérer les différents corps de troupes. La taille proprement minuscule des unités empêche toute sélection unique dans ce mode et si le passage "zoom - grand angle" se fait rapidement, on préférera tout de même employer les fameuses formations.

Ces dernières ne diffèrent pas de ce que l'on trouvait dans Cossacks et permettent donc sous la houlette d'une unité particulière (l'officier) d'organiser ses troupes. Un clic de la souris sur n'importe quelle composante de la formation, la sélectionne dans son ensemble et il devient donc beaucoup plus facile de faire des manoeuvres dans le mode "grand angle". C'est aussi le seul et unique moyen de contrôler une armée de 2.000 unités composées d'arquebusiers, de piquiers, de cavaliers et d'unités d'artillerie ! Lors de certaines grandes batailles, on se rapproche d'ailleurs beaucoup plus d'un Shogun ou d'un Medieval Total War que d'un Warcraft III... L'aspect tactique des affrontements est plus qu'évident !
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top