Minolta DiMAGE 7Hi

Julien
Par Julien
Publié le 28 octobre 2002 à 15h00

Introduction

1822... C'est à cette date que Nicéphore Niépce créa la toute première photographie fixée sur verre grâce à un procédé de sa conception. Cette invention, révolutionnaire pour l'époque, a marqué un tournant dans l'histoire de la civilisation humaine en offrant aux hommes un nouveau moyen de communication capable d'immortaliser n'importe quelle scène. Toutefois le procédé était complexe, lourd, et inaccessible au commun des mortels. Il fallut donc attendre 1884 pour que la photographie se démocratise grâce aux trouvailles d'un américain : George Eastman Kodak. Par le biais de ses recherches, qu'il commença dès l'âge de 24 ans, cet autodidacte parvint à remplacer la plaque de verre sur laquelle étaient imprimées les photos par du papier. Kodak ne s'arrêta pas là et créa également la pellicule en rouleau. Ces deux inventions ont permis à la photographie de se démocratiser à une vitesse fulgurante. Par la suite Kodak n'a eu de cesse d'innover, notamment avec ses Instamatic et autres appareils jetables, tout en s'assurant que la photographie argentique soit à la portée de tous. « Clic-clac, merci Kodak ».

C'est au milieu des années 90 et en pleine révolution multimédia que la photographie numérique commença à poindre le bout de son nez notamment avec le Photo-CD Kodak. A l'époque balbutiante, la photographie numérique constituait le rêve du photographe, aussi bien amateur que professionnel, de par sa déconcertante facilité d'utilisation et sa flexibilité. Aujourd'hui réalité, la photographie numérique présente de nombreux avantages : les photos sont instantanées et ne nécessitent aucun développement, il est possible de les retoucher à sa guise, les pellicules ne sont plus nécessaires puisque les cartes mémoires sont réutilisables à volonté, etc. C'est grâce à ses atouts incontestables que la photographie numérique a très nettement pris le pas sur les appareils 24x36, et ce depuis quelques années. Nicéphore Niépce, Kodak, tout comme Lumière dont les travaux portaient sur la photographie, n'en croiraient sûrement pas leurs yeux s'ils étaient encore de ce monde.

Au niveau qualitatif la photographie numérique a évolué à une vitesse fulgurante. Si les premiers appareils offraient une qualité à peine suffisante pour un tirage papier en 10x15, les derniers modèles offrent une qualité qui se rapproche toujours plus de celle de la photographie argentique.

Minolta, célèbre fabricant d'appareils photo originaire du pays au soleil levant, a été quelque peu lent à prendre le virage de la photographie numérique notamment face à son rival de toujours Nikon. Toutefois Minolta s'est vite recentré sur la photographie numérique et a su constituer une véritable gamme d'appareils répondant aux besoins de tout type d'utilisateurs. Le modèle qui nous intéresse aujourd'hui est le Dimage 7Hi, digne successeur du Dimage 7. Le lancement de cet appareil reflex, qui constitue le fleuron de la gamme Dimage grâce à son capteur de 5Mpixels, a eu lieu il y a de cela quelques semaines lors du PhotoKina.


015E000000055063-photo-minolta-dimage-7hi.jpg
012C000000055067-photo-minolta-dimage-7hi-de-face.jpg

Minolta DiMAGE 7Hi

Un look très pro

005B000000055066-photo-logo-minolta.jpg
Minolta a toujours eu le don de concevoir des appareils photo au look étonnamment novateur. Le fabricant le prouve une fois de plus avec ce 7Hi dont les lignes assez géométriques respirent la qualité et la robustesse. Le boîtier s'avère relativement léger grâce à un squelette conçu dans un alliage d'aluminium et de magnésium dont la résistance aux agressions du temps est sans précédent. Les deux extrémités du 7Hi sont pourvues d'anneaux métalliques utiles pour fixer la courroie livrée. La poignée est revêtue sur toute sa surface d'un grip caoutchouté assurant une excellente prise en main. De ce fait le pouce tombe naturellement sur les divers boutons de commande situés au dos de l'appareil alors que l'index trouvera instinctivement le déclencheur de couleur argent qui surplombe la poignée. Fidèle au look volontairement rétro inauguré avec ses dernières générations d'appareils reflex, Minolta a doté le 7Hi de grosses molettes de commandes assez sympathiques à manoeuvrer.

Au sommet de la poignée, outre le déclencheur on trouve une mini molette de sélection qui permettra, par exemple, de changer le mode d'exposition. Sur le sommet du boîtier un large écran LCD délivre diverses indications utiles comme le nombre de photos prises, l'état des Batteries, la qualité sélectionnée pour la prise de vue, ainsi que le programme résultat en cours d'utilisation. Non loin de là un petit bouton noir permet de changer de mode résultat alors que le bouton 'P' (panique) permet de restaurer tous les paramètres à leurs valeurs initiales. Enfin l'imposante molette permet de mettre en route l'appareil (en déverrouillant le cran de sécurité), et de choisir son mode de fonctionnement : photo, lecture des photos prises, vidéo, configuration et transfert des images sur le PC. Le côté droit de l'appareil abrite le logement mémoire compatible Compact Flash I & II ainsi que la prise de connexion USB. Lors des accès à la carte une petite diode rouge s'illumine pour vous faire savoir qu'une opération est en cours.

Le dos de l'appareil offre une foule de boutons. On trouve, dans le désordre, un bouton Spot pour mémoriser les paramètres d'exposition, un bouton menu permettant d'accéder aux réglages de l'appareil, un pad multidirectionnel pourvu au centre d'un bouton de validation pour naviguer dans les menus, un bouton Quickview/Poubelle pour visualiser les photos stockées sur la carte sans changer de mode de fonctionnement et éventuellement les effacer, un bouton loupe pour effectuer un zoom numérique, un sélecteur d'affichage ainsi qu'une touche d'informations. Deux petits caches recouvrent les prises de l'alimentation secteur, de la sortie vidéo et du connecteur télécommande. A ce propos la télécommande Minolta vendue pour les reflex Dynax s'est avérée parfaitement compatible avec le Dimage.
012C000000055068-photo-minolta-dimage-7hi-avec-paresoleil.jpg
012C000000055069-photo-minolta-dimage-7hi-de-dos.jpg

Minolta DiMAGE 7Hi

Afin de voir en temps réel ce que vous êtes susceptible de photographier l'appareil comprend un écran matriciel de 120.000 pixels rétroéclairé et de 3cm de diagonale. Juste en dessous de cet écran se trouve le logement à piles dont la trappe s'ouvre facilement. Le Dimage est pourvu d'un viseur, non pas optique mais numérique. Ce super viseur électronique offre une résolution 220.000 pixels et se déclenche dès que votre oeil s'en approche grâce à une technologie héritée des Dynax 7xi. Bien qu'électronique le viseur est doté d'un réglage dioptrique ce qui est pratique pour les porteurs de lunette. Raffinement ultime le viseur pivote sur un angle maximum de 90°.

Le côté gauche de l'appareil dévoile deux molettes supplémentaires toutes deux dotées d'un bouton de validation au centre : la première permet d'activer certaines options avancées comme les modes d'exposition, la Balance des blancs, la cadence, etc. alors que la seconde molette permet de régler les effets numériques (correction contraste, surexposition, etc.). On retrouve à proximité de ces potards une prise synchro flash X qui sera appréciée à sa juste valeur par les photographes professionnels ainsi qu'un bouton AF/MF permettant de désactiver l'autofocus pour faire la mise au point soi-même.

Au premier coup d'oeil on pourrait croire que l'objectif du 7Hi est interchangeable comme sur tout appareil Reflex qui se respecte mais ce n'est hélas pas le cas. L'emplacement habituellement réservé au prisme d'habitude utilisé pour la visée reflex cède ici sa place à un mini flash intégré qu'il suffira de soulever pour l'activer. L'objectif offre une bague de zooming manuel et une bague de mise au point. Le traditionnel bouton Macro Minolta vous permettra d'activer ou non le mode de prise de vues rapprochées. La façade du 7Hi est frappée du logo Minolta et arbore fièrement un logo 5.0 Mega Pixels. On retrouve juste au-dessus de ce sigle, une petite fenêtre rouge abritant un microphone et une diode qui s'illuminera lors de la mise en route du retardateur.

Des caractéristiques techniques alléchantes

Le coeur de cet appareil est bien entendu son capteur CCD qui offre une résolution de 5,24 millions de pixels. De lui va dépendre la qualité des images prises avec le dernier-né de Minolta. Avec une telle capacité, il est possible de prendre des photos dans les tailles suivantes : 2560*1920, 1600*1200, 1280*960, 640*480 et d'imprimer des épreuves jusqu'au format A3.

Le Dimage 7Hi offre une vitesse d'obturation allant de 15 secondes au 1/4000ème de secondes ce qui est suffisant pour assurer la netteté de la plupart des sujets en mouvement. Toutefois, cette vitesse est relativement modeste en comparaison de celle des reflex traditionnels qui peuvent atteindre facilement le 1/8000ème de seconde ou le 1/12000ème de seconde ! Notez que la vitesse de 1/4000ème de secondes n'est pas accesible en mode manuel car réservée au mode programme.

Afin de préserver la qualité des images, le 7Hi peut enregistrer les photos en utilisant plusieurs formats : le format Raw et le format Tiff (Super Fin) sont les moins destructifs et offrent une qualité maximale avec en contrepartie un poids à l'image assez volumineux. Notez que le mode RAW offre la même qualité que le mode Tiff mais pèse moins lourd. Le mode très fin offre une compression non destructive alors que les modes Fin & Standard à fort niveau de compression détériorent sensiblement la qualité de vos clichés.

Pour ce qui est de l'alimentation électrique de ce bijou, Minolta fournit quatre piles LR6 rechargeables 1850mAh de marque Sanyo. Si ce choix permet d'utiliser l'appareil avec des piles sèches l'autonomie du 7Hi en souffre considérablement. On aurait préféré la présence d'une batterie Lithium-Ion. Minolta livre un chargeur de piles Sanyo mais l'adaptateur secteur n'est pas de série et il vous faudra l'acquérir séparément pour utiliser l'appareil en studio, par exemple.

Minolta livre avec l'appareil une carte mémoire Compact Flash de 16Mo. Une carte mémoire offrant une capacité aussi ridicule sera en pratique inutilisable avec l'appareil dans la mesure où une photo en haute résolution (RAW) prend 10Mo et 15Mo en TIFF ! Le lecteur interne de carte mémoire n'est pas très véloce : j'en veux pour preuve la lenteur d'enregistrement d'une photo en 2560*1920 mode TIFF qui atteint près de 50 secondes.


Optique

012C000000055072-photo-minolta-dimage-7hi.jpg
Le Minolta 7Hi est doté d'un objectif fixe, de 49 millimètres de diamètre (pour ce qui est du pas de filtre), ayant reçu un traitement apochromatique afin d'éliminer les lumières parasites et de renforcer la colorimétrie et pourvu de deux lentilles asphériques. Muni d'un pas de vis l'optique pourra recevoir des filtres optionnels. Minolta fournit d'ailleurs avec son appareil un capuchon pour protéger l'objectif ainsi qu'un pare-soleil. Doté d'une ouverture respectable comprise entre f2,6 et 3,5, l'objectif du 7Hi inclut un zoom optique de 7x. En langage courant cela correspond à un 28-200mm. Minolta a d'ailleurs eu la bonne idée d'indiquer sur la bague l'équivalence avec les focales 135mm usuelles. Non seulement cet objectif est à la limite du téléobjectif grâce à sa focale de 200mm ce qui est très appréciable mais en plus la focale de 28mm offre un mode grand angle parfait pour photographier des paysages.

Contrairement aux objectifs Minolta de la série 'xi' qui étaient tous motorisés, il faut ici tourner manuellement la bague de l'objectif afin de zoomer. Nous avons d'ailleurs noté que la bague est assez dure à manipuler. Lorsque l'autofocus est débrayé il suffit de tourner la petite bague grise pour faire une mise au point manuelle.

Minolta a doté son appareil d'un zoom numérique. Toutefois comme le constructeur sait très bien qu'un facteur de zoom numérique trop important dégrade et pixellise l'image de façon dramatique, le zoom numérique double simplement la puissance du zoom optique. Un zoom 2X ne paraît pas très vendeur d'un point de vue marketing mais d'un point de vue qualitatif il délivre un résultat tout à fait acceptable malgré la présence d'un net bruit sur l'image. Notez qu'il ne faudra pas oublier de désactiver le zoom numérique avant de prendre des photos qui ne nécessitent plus un tel grossissement.

012C000000055134-photo-minolta-dimage-7hi-zoom-num-rique.jpg

Résultat du zoom numérique en photographie de nuit : on constate un net bruit (cliquez pour agrandir)

Mise au point

Le Dimage 7Hi est bien entendu autofocus. Toutefois l'appareil vous laisse la possibilité de changer le type de mesure AF afin d'effectuer une mise au point « aux petits oignons ». Il vous est possible lors de chaque prise de vues de choisir entre la zone AF large (par défaut) et la zone AF spot. En mode spot un petit curseur remplace la mire de visée : en utilisant le pad multidirectionnel vous déplacerez le curseur sur une zone de la photo indiquant ainsi à l'appareil le point précis où faire la mise au point ce qui peut s'avérer utile pour photographier des sujets décentrés. Comme évoqué précédemment il est possible d'effectuer soi-même la mise au point en appuyant sur le bouton AF/MF et en tournant la bague de mise au point de l'objectif. Dans cette configuration l'écran affiche la distance approximative entre le capteur CCD et le sujet.

Le Minolta 7Hi offre tous les réglages de mesure que l'on peut trouver sur un appareil argentique. Trois modes de mesures sont proposés : le mode le plus sophistiqué et le plus apte à affronter toutes les situations est le mode multizones où la lumière et les couleurs sont mesurées sur la bagatelle de quelques 300 zones. Le mode à prépondérance centrale effectue une moyenne des différents niveaux de luminosité avec une prépondérance appliquée au centre de l'image. Enfin la mesure SPOT se déroule sur une zone assez petite et prend en compte la luminosité apparaissant dans le cercle du viseur tout en ignorant la luminosité du reste de l'image. Une fois la touche de mémorisation d'exposition SPOT enfoncée un cercle apparaît au centre du viseur matérialisant ainsi la zone où s'effectue la mesure. Tant que le bouton SPOT est enfoncé le réglage initial reste actif même lors d'un recadrage.

Avant de prendre une photo, une pression à mi-course sur le déclencheur mémorisera la mise au point effectuée et l'appliquera, tant que vous maintiendrez la pression, sur la scène lors de son recadrage. Ceci est particulièrement utile pour photographier deux personnes. En effet dans cette situation le mode autofocus a tendance a faire la mise au point non pas sur les deux sujets mais sur l'arrière-plan. Aussi il suffit de cadrer un sujet de laisser l'autofocus faire la mise au point, de presser à moitié le déclencheur et de recadrer la scène pour avoir les deux personnages : l'image sera ainsi nette à coup sûr. Lors de nos tests, nous avons pu relever un léger défaut du système de mise au point du DiMAGE 7Hi : sur un sujet en mouvement la mise au point automatique se fait trop lentement, de ce fait entre le moment où vous appuyez sur le déclencheur et le moment où la mise au point est effectuée le sujet n'est déjà plus cadré...

012C000000055077-photo-minolta-dimage-7hi.jpg
012C000000055080-photo-minolta-dimage-7hi.jpg

Minolta DiMAGE 7Hi



Visée

Le viseur et l'écran du 7Hi, dont nous avons donné les caractéristiques précédemment, offrent tous deux une visée de type reflex. Ainsi ce que vous voyez correspond exactement à la photo qui sera prise. En mode standard l'appareil affiche ce qu'il voit sur l'écran ACL. L'affichage de l'écran sera automatiquement coupé et le viseur se mettra en route dès que votre oeil s'en sera approché grâce à un système hérité de la dynastie Dynax. Le sélecteur d'affichage vous offre le choix d'activer l'affichage uniquement sur le viseur, uniquement sur l'écran ou de basculer entre les deux dynamiquement grâce au capteur infrarouge situé à côté du super viseur. Lors de la prise de vue l'écran affiche diverses indications comme la taille de l'image (1600x1200, etc.), la résolution employée (fin, super fin, etc.), le mode résultat sélectionné, le mode de mesure autofocus, le mode d'exposition, le compteur, la vitesse et l'ouverture, etc. Un témoin indique également la qualité de la mise au point : si le témoin est blanc la mise au point est correcte, au contraire s'il est rouge la mise au point ne peut se faire car le sujet est trop proche.

Une pression sur la touche 'i+' permet d'afficher au choix un viseur quadrillé, un viseur collimaté avec une échelle graduée verticale et horizontale, ou un histogramme délivrant en temps réel des informations sur l'image en cours. Il est aussi possible de désactiver toutes les indications apparaissant sur l'écran.

Petit détail qui a son importance : lors de photographies de nuit, les deux viseurs se contenteront d'un affichage noir & blanc. Cela peut s'avérer quelque peu déroutant d'autant qu'avec un appareil réflex argentique il n'y a pas ce genre de problème.


Modes d'exposition et modes de résultat

Le Dimage 7Hi ne peut renier son appartenance à la grande famille des appareils Minolta. En effet comme nombre de ses prédécesseurs ce modèle offre quatre modes d'exposition. Le mode par défaut 'P' est entièrement automatique et règle tout pour vous, le mode 'A' ou priorité à l'ouverture s'occupe de tous les réglages mais vous laisse régler l'ouverture, le mode 'S' ou priorité à la vitesse prend en charge tout les réglages sauf la vitesse que vous aurez eu le soin de régler. Enfin le mode manuel 'M' vous laisse régler à la fois l'ouverture et la vitesse de l'appareil pour des prises de vues sous contrôle.

Apparus pour la première fois avec le Dynax 500si les modes résultat permettent de configurer l'appareil pour qu'il s'adapte automatiquement au sujet ou au thème photographié en choisissant de lui-même les meilleurs réglages. Cinq modes résultats sont disponibles sur le 7Hi. Le mode 'Portrait' optimise les réglages afin d'obtenir des teintes douces sur un fond flou. Le mode 'Sport' est idéal pour les sujets en mouvement et assure de hautes vitesses d'obturation. Le mode 'Coucher de soleil' assurera un rendu chaleureux des couleurs d'un coucher de soleil. Le mode 'Portrait de nuit' permettra de photographier des sujets au flash tout en préservant l'ambiance d'un fond de nuit illuminé. Le mode 'Text' est un programme spécialement dédié à la reproduction de textes noir sur blanc avec les meilleures conditions de contraste et de netteté.

Macro-photographie

Pour que vous puissiez photographier des objets de petite taille et de très près Minolta a adjoint à son dernier appareil un mode Dual Macro. Pour l'activer il suffit d'aligner l'une des deux flèches de la bague de zooming en face de la flèche du bouton macro et de pousser ce dernier. Le mode macro vous permet d'approcher l'objet à une distance minimale de 13cm en mode télé et de 20 centimètres en mode grand angle.

012C000000055122-photo-minolta-dimage-7hi-macro-1.jpg
012C000000055123-photo-minolta-dimage-7hi-macro-2.jpg
012C000000055128-photo-minolta-dimage-7hi-macro-3.jpg

Quelques exemples du mode macro


Flash

Comme nous avons pu le voir le 7Hi dispose d'un flash intégré. Ce flash est à considérer comme un flash d'appoint. Son nombre guide de 8 lui confère une portée relativement restreinte d'à peine trois mètres. Aussi il vous faudra un flash supplémentaire pour des photos de nuit ou des photos dans les lieux sombres comme les églises par exemple. Lors de la prise de vues, il faut sortir manuellement le flash afin qu'il se déclenche. On regrette que le flash ne sorte pas automatiquement quand cela est nécessaire comme avec les anciens Dynax 7xi par exemple.

Pour connaître le statut du flash (prêt, en charge, ou déclenché) un pictogramme représentant un éclair apparaît sur votre cadran. Si le flash n'est pas déployé mais qu'il est nécessaire, un petit symbole 'risque de bouger' apparaîtra sur le viseur. Il est possible de forcer le déclenchement du flash, d'activer le mode Anti Yeux rouges ou d'utiliser un flash sans fil avec l'appareil grâce à la fonction Wireless.

La synchronisation du flash s'effectue à toutes les vitesses jusqu'au 1/2000ème de seconde. Le flash du 7Hi étrenne un nouveau type de mesure de la luminosité dénommé ADI. Cette nouvelle technique mesure la luminosité de la scène directement sur le capteur CCD et adapte le nombre guide du flash en fonction de la distance séparant le sujet de l'appareil. La mesure s'avère donc beaucoup plus précise avec un dosage flash plus fin. Le mode TTL reste tout de même supporté par le Dimage : l'appareil vous laisse donc le choix.


Modes de prises de vues

Le dernière production de Minolta supporte le mode Bulb (B) : ainsi il est possible de faire des photos en pose d'une durée de trente secondes maximum. Ceci est particulièrement pratique notamment pour les feux d'artifice. L'appareil offre un vaste choix de cadence des prises de vues en sus du mode classique vue par vue. Le mode Bracketing permet de faire une série de trois épreuves avec à chaque fois des réglages différents pour l'exposition, le contraste et la saturation. Le mode continu prend une rafale de plusieurs images tant que vous appuyez sur le déclencheur : l'une des nouveautés du 7Hi est que ceci fonctione également avec les modes d'images Raw & super fin mais à une cadence moindre (3 images par seconde). Le mode continu haute vitesse permet de prendre de multiples vues avec une cadence de trois images par seconde. Les modes continu et continu haute vitesse seront ralentis lors de l'utilisation du flash du fait du temps de rechargement nécessaire. Le mode de prise de vue vidéo UHS autorise l'acquisition d'images, dans une résolution de 1280*960 à la cadence de 7 images seconde ! Il est aussi possible en activant une fonction dans le menu de l'appareil de créer une séquence vidéo en 640x480 à partir des images capturés avec une bande son. Enfin un retardateur ainsi qu'un intervallomètre différeront l'obturation. En mode intervallomètre il est possible d'utiliser des intervalles de temps différents.


Des réglages à foison

Bien que l'appareil n'utilise aucunement de pellicule, vous pouvez régler manuellement la sensibilité de 100 à 800 ASA afin notamment d'adapter l'exposition en fonction de la luminosité ambiante. Pour mémoire 100 ISO est adapté à des scènes particulièrement lumineuses alors que 800 ISO est adéquat pour faire des photos de nuit. L'appareil inclut une Balance des blancs dans le but d'équilibrer le rendu des couleurs. Par défaut le 7Hi règle automatiquement la balance des blancs en fonction de l'éclairage. Mais il est possible de choisir entre les modes : lumière du jour (pour des photos en extérieurs ensoleillés), tungstène (pour des photos avec un éclairage par lampe à incandescence), fluorescent (pour des photos avec un éclairage néon), nuageux (pour les prises de vues en extérieur avec un temps couvert). Deux modes supplémentaires permettent de régler et de calibrer la balance des blancs de façon manuelle.

Le 7Hi propose un contrôleur d'effets numériques ainsi il est possible de corriger directement depuis l'appareil, mais avant la prise de vue, divers paramètres. Il est possible de surexposer ou sous-exposer une photo, de corriger le contraste ou la saturation des couleurs sur 7 niveaux, et de simuler la présence d'un filtre pour réchauffer ou refroidir les couleurs. Au niveau des lacunes on regrette l'absence d'un mode de superposition.

Traitement des couleurs

L'une des grosses nouveautés de cet appareil est sa capacité à stocker avec chaque photo prise un profil couleur. Avec le précédent modèle, Minolta avait choisi l'espace colorimétrique étendu sRVB. Le 7Hi en hérite mais les ingénieurs de Minolta ont ajouté le profil RVB. Cet espace colorimétrique est plus étendu que le sRVB et permet d'obtenir un rendu plus fidèle des couleurs pour des impressions de haute qualité. Notez que votre logiciel de retouche d'image doit supporter les profils couleurs : c'est le cas d'Adobe Photoshop et du DiMAGE Viewer.


Connexion

Afin de rapatrier les photos prises sur votre PC il vous suffit de brancher le câble USB de l'appareil à votre ordinateur puis de basculer l'appareil en mode transfert. Une fois le mode transfert sélecté l'appareil vous demande quelle transmission utiliser : en validant USB l'appareil est instantanément reconnu sous Windows XP comme un lecteur amovible. Vous pouvez donc accéder directement à vos photos depuis n'importe quelle application. Suivant la qualité sélectionnée lors de la prise de vos photos, votre carte mémoire contiendra des fichiers JPG, Raw ou TIFF. Un aspect pratique du 7Hi est qu'il enregistre dans chaque fichier image des informations EXIF décrivant exactement les conditions de la prise de vue (vitesse, ISO, diaphragme, flash, etc.). Le logiciel livré par Minolta, le DiMAGE Viewer est assez sommaire et permet principalement de visualiser et de gérer les images stockées sur la carte mémoire.

012C000000055120-photo-minolta-dimage-viewer.jpg

Minolta DiMAGE Viewer


Reconnu comme un périphérique de stockage amovible, le Dimage 7Hi peut vous permettre de stocker vos fichiers personnels sur la carte mémoire présente dans l'appareil, pour peu que celle-ci offre une capacité suffisante.

012C000000055121-photo-minolta-dimage-7hi-sous-windows-xp.jpg

Minolta DiMAGE 7Hi sous Windows XP Professional


Parce que tout le monde ne dispose pas d'un ordinateur le Minolta 7Hi offre une sortie vidéo PAL/NTSC afin de visualiser vos oeuvres sur n'importe quel téléviseur. Le petit souci est que la qualité n'est pas au rendez vous : en effet la résolution des téléviseurs actuels ne permet pas de tirer profit de l'incroyable niveau de détail du capteur CCD 5Mpixels. Rien ne vaut donc un bon ordinateur pour visualiser ses photos avec la meilleure qualité.


Gadgets

Minolta n'a pas oublié d'intégrer quelques appréciables fonctionnalités gadget à son appareil. L'appareil peut stocker des mémos vocaux de 5 ou 15 secondes assignés à chaque photo. Lors de l'utilisation de la fonction QuickView, permettant de visualiser les photos prises sans changer de mode, le bouton zoom numérique révèle une nouvelle fonction puisqu'il grossit jusqu'à quatre fois votre image en vous laissant libre de vous déplacer à votre aise au sein de l'image. L'appui sur la touche 'i+' lors de la visualisation de vos images en QuickView vous pouvez basculer l'affichage dans les modes suivants : affichage complet avec indications, image seule et planche contact. Notez qu'une pression sur un bouton permet de supprimer toute photo que vous regardez depuis l'appareil. Les photographes éclairés apprécieront la possibilité de mémoriser jusqu'à six réglages différents pour éviter de systématiquement reprogrammer les réglages de l'appareil pour effectuer des photographies dans des conditions similaires.

Qualité des images

Aussi complet soit-il un appareil photo numérique se doit de prendre de bonnes photos, c'est après tout sa vocation première. Le capteur CCD de 5Mpixels du Dimage 7Hi constitue une bonne base censée lui permettre d'exceller. Les photos sont d'une netteté époustouflante et les couleurs sont rendues avec fidélité. En lumière du jour les photos offrent une très bonne qualité même si on constate un certain manque de piqué. Les photos prises au flash s'avèrent très contrastées et restent nettes. Confronté à des situations délicates comme des prises de vues à contre jour l'appareil s'en est toujours bien tiré. On note toutefois un petit défaut inhérent au capteur CCD : lorsque la luminosité est trop faible ou trop forte on a pu relever un léger bruit sur certaines parties de l'image. L'autofocus fonctionne à merveille et se laisse rarement piéger. De plus, la possibilité de faire la mise au point à l'ancienne est un véritable plaisir. Mais ce qui nous a le plus épaté est le résultat délivré par l'appareil lors de son utilisation de nuit. Le mode 'P' cher à Minolta fait ici sensation. Les réglages vitesse, diaphragme, ISO, etc. sont automatiquement réglés au mieux, pour un résultat tout simplement sidérant.

Le mode macro est lui aussi d'une précision redoutable comme le démontre les photos que nous avons pu prendre. Le fait que la macrophotographie soit réalisable en grand angle comme en téléobjectif augmente encore la facilité de prise de vues de petits objets. Les divers réglages de l'appareil comme la sensibilité ISO, la Balance des blancs et la surexposition/sous-exposition offrent des résultats magnifiques même dans des conditions difficiles.

L'optique Minolta est comme à l'accoutumée de très haut vol et délivre de très bons résultats en toute circonstance. Le plus appréciable est l'amplitude de focale offerte par l'objectif. Du mode grand angle au 200mm les ingénieurs de Minolta ont tout prévu pour laisser votre sensibilité créatrice s'exprimer de loin ou de près.

L'ergonomie de l'appareil est très bien ficelée ! Les modes résultat permettent aux béotiens d'obtenir un résultat impeccable en pressant simplement un bouton alors que les professionnels pourront paramétrer l'intégralité des réglages de l'appareil très simplement. La qualité des prises de vues est très élevée. On regrette toutefois que l'appareil ne permette pas de régler la profondeur de champ manuellement. Comme quelques images sont plus éloquentes qu'un long discours je laisse ces dernières parler pour moi :

012C000000055124-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-1.jpg
012C000000055125-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-2.jpg
012C000000055126-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-3.jpg
012C000000055127-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-4.jpg
012C000000055129-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-5.jpg
012C000000055130-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-7.jpg
012C000000055131-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-8.jpg
012C000000055133-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-6.jpg
012C000000055136-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-10.jpg
012C000000055137-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-11.jpg
012C000000055135-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-9.jpg
012C000000055141-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-12.jpg
012C000000055142-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-13.jpg
012C000000055143-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-13.jpg
012C000000055144-photo-minolta-dimage-7hi-exemple-14.jpg
Avec le DiMAGE 7Hi Minolta frappe un grand coup et propose un appareil tout simplement fabuleux. La richesse des fonctions, la qualité de l'optique, l'amplitude du zoom, la présence d'un écran ACL et d'un viseur électronique tous deux en mode Reflex, le flash et ses modes de mesure ADI ou TTL, l'inclusion des profils couleur font de cet appareil l'un des plus aboutis du moment. Le capteur CCD de 5,2 Megapixels permet d'obtenir des photos aussi vraies que natures dans la plupart des circonstances. L'ergonomie est irréprochable de même que la conception. Le prix de l'appareil est en rapport avec ses prestations et le destine du coup à un public d'amateurs avertis et de passionnés fortunés. On regrette cependant qu'à un tel niveau de prix Minolta ne livre pas d'adaptateur secteur et fournisse une carte mémoire dont la capacité est étriquée. Mais quel bel appareil pour entrer de plain-pied dans le monde de la photographie numérique !



Minolta DiMAGE 7Hi

8

Les plus

  • Qualité des épreuves & du mode macro
  • Efficacité du mode automatique
  • Large éventail de fonctionnalités
  • Boîtier résitant et bonne optique

Les moins

  • Phénomène de bruit sur certaines images
  • Carte mémoire de seulement 16Mo
  • Absence d'adaptateur secteur
  • Bague de zooming dure à manipuler

Note globale8

Qualité des clichés8

Fonctionnalités9

Facilité d'utilisation8

Julien
Par Julien

Aucun résumé disponible

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.