Empire Earth

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
02 janvier 2002 à 01h42
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
0096000000051515-photo-empire-earth-uss-enterprise-au-rapport.jpg
Empire Earth... Plusieurs mois que ce nom trône à côté de celui d'Age Of Mythology. La plupart des fans de jeux de stratégie attendait ce soft comme le messie, ou, au moins, comme le possible successeur d'un Age Of Kings encore vaillant mais que l'on aurait bien dépoussiéré quelque peu.

Le pari n'est pas relevé par n'importe qui, puisqu'à la tête du projet Empire Earth se trouve l'un des instigateurs de Age Of Empires : Rick Goodman. Le transfuge d'Ensemble Studios a en effet quitté ses compagnons de route, lorsque le développement d'Age Of Kings commença. Il trouvait le jeu finalement pas assez ambitieux et décida de voler de ses propres ailes pour mettre au point son jeu de stratégie temps réel.


Du haut de ce CD-ROM 500.000 ans d'histoire nous contemplent !

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à la lecture des spécificités du soft, cet Empire Earth semble effectivement très ambitieux. Non content de vouloir intégrer ce qui a fait le succès de son prédécesseur, il est en plus question d'intégrer la plupart des innovations apportées par la concurrence. Enfin, par l'immensité de la période historique couverte, il se veut le plus complet et le plus exhaustif des jeux de stratégie : un pari pour le moins délicat !

0096000000051516-photo-empire-earth-quatre-campagnes-au-choix.jpg
0096000000051517-photo-empire-earth-le-g-n-ral-b-lisaire-et-son-arm-e.jpg
0096000000051518-photo-empire-earth-la-campagne-de-russie.jpg

Quatre campagnes solo plutôt sympas... Pour les joueurs occasionnels

Le jeu solo se compose de quatre campagnes indépendantes ayant pour but de nous familiariser avec quelques unes des époques reconstituées. Nous aurons donc la possibilité de contrôler la destinée des Grecs d'Hiéracliès, des Anglais de Guillaume le Conquérant, des Allemands de Richtofen (le Baron Rouge quoi) ou des Russes de Grigor Illyanitch Stoyanovitch. Plutôt bien faites et finalement assez originales, ces campagnes permettent aux joueurs inexpérimentés de passer un agréable moment, même si elles risquent de laisser sur leur faim les vieux routards !

0096000000051519-photo-empire-earth-le-champignon-de-la-victoire.jpg
Si à côté de cela, Empire Earth permet évidemment de créer des affrontement contre le ordinateur, le gros morceau d'un jeu de stratégie reste le mode réseau. De ce point de vue le titre de Stainless Steel n'a pas grand chose à craindre : il permet à peu près tout ce qu'on peut imaginer. Il est possible de faire une partie qui couvre l'ensemble de la chronologie du jeu ou bien de fixer des limites. On peut gagner en exterminant tout le monde ou en construisant des merveilles à la manière d'Age Of Kings (les merveilles sont maintenant des bâtiments offrant des avantages). Enfin on peut définir le terrain, les ressources disponibles en début de partie et surtout fixer un handicap pour équilibrer un peu les niveaux entre les différents joueurs.


Un chouia complexe ?

On dit parfois que le plus est l'ennemi du bien. Si Empire Earth lorgne assurément du côté du plus, il ne mésestime pourtant pas l'importance du bien. Evidemment, le débutant risque de friser l'overdose s'il se lance dès sa première partie dans l'aventure sans avoir, au préalable, participé au didacticiel.

En effet, si Empire Earth n'est qu'un clone, c'est un clone qui va beaucoup plus loin que ses modèles. Il est donc toujours question de récolter des ressources, de les accumuler pour construire de nouveaux bâtiments et améliorer sa technologie, le but ultime étant toujours de mettre sur la tronche de ses meilleurs amis au cours de joutes qui n'ont plus grand chose d'amicales après quatre heures de jeu ;-)

0096000000051521-photo-empire-earth-a-moi-la-l-gion.jpg
0096000000051522-photo-empire-earth-ma-cavalerie-est-paul-e-par-un-h-ros-sorte-de-super-unit.jpg
0096000000051523-photo-empire-earth-on-lorgne-du-c-t-de-mechcommander.jpg

Des situations qui changent du tout au tout !

Mais lorsque l'on sait que le passage d'une époque à une autre se fait à peu près de la même manière que dans Age Of Kings on commence à se dire que le jeu doit être sacrément dense ! Ben, c'est qu'il y en a quand même quatorze des âges... Contre quatre pour le modèle ! Ajoutez à cela un petit 150 technologies à découvrir, plus de 200 unités différentes et 21 civilisations, vous obtenez donc bien le jeu le plus exhaustif du genre !

Pour que le jeu puisse tenir tête à la concurrence, il fallait que malgré cette richesse, il conserve intacte l'intuitivité et l'ergonomie qui ont fait le succès de softs comme Age Of Kings ou Starcraft. Il fallait également qu'il puisse convenir aussi bien aux joueurs débutants qu'aux vieux de la vieille ! Et bien, croyez-moi ou non, mais le pari est remporté haut la main !

0096000000051520-photo-empire-earth-un-didacticiel-tr-s-efficace.jpg
Il ne faut bien sûr pas croire qu'après une unique partie, le plus inexpérimenté des joueurs puisse tout maîtriser. Mais alors qu'au début il se contentera de quelques unités qui lui plaisent bien, il apprendra, au fur et à mesure des parties, à voir les meilleures combinaisons, à choisir les unités défensives les plus efficaces et à mettre en place des techniques plus subtiles.

La variété des situations (nombre d'époques et d'unités) rend le jeu réseau particulièrement intéressant et avant d'en avoir fait le tour, il va falloir en faire des parties ! On fera tout de même un très gros reproche à ce mode multijoueurs : il semble très instable. Sous Windows 98 il devrait être facile, en allégeant quelque peu la charge du "maillon faible" de votre réseau, de finir votre LAN. Sous Windows XP en revanche, j'ai eu toute les peines du monde à terminer mes parties à plus de 4 joueurs et vous aurez peut-être vous aussi à réduire la qualité graphique à sa plus simple expression pour obtenir un jeu stable... En attendant les sempiternels patchs (on en est déjà au deuxième) !
0096000000051527-photo-empire-earth-des-batailles-piques.jpg

Vers la troisième dimension

Malgré la lourde parenté qui lie Empire Earth à Age Of Kings, le moindre coup d'oeil à une copie d'écran permet de les différencier sans erreur. En effet, Rick Goodman et son équipe ont décidé d'emprunter le chemin tri-dimensionnel largement employé par la concurrence et d'abandonner cette bonne vieille représentation partiellement isométrique.

Lorsque l'on parle de 3D et de stratégie, on pense immédiatement à rotations à volonté et zooms interminables. Il faudra pourtant rapidement déchanter, Empire Earth ne permettant qu'un zoom des plus gadgets et n'offrant aucune rotation du terrain. On dispose tout de même de trois modes d'affichages (transparent, semi-transparent et opaque) pour ne plus perdre ses unités derrière un bâtiment ou dans une forêt.

Un minimum de réflexion amène à la conclusion que l'utilisation de la 3D n'est finalement qu'un gadget dont l'efficacité reste encore à prouver. Elle donne à l'ensemble du jeu un petit côté Total Annihilation qui plaira aux amateurs éclairés, mais n'influence le jeu que par le relief qu'elle génère.

L'ensemble n'en reste pas moins très joli et pour peu que l'on ne soit pas trop accroché au petits bonshommes tout mignons d'Age Of Kings, la réalisation globale du jeu devrait satisfaire la plupart des joueurs. Il est possible de jouer dans différentes résolutions et si cela n'influe pas sur la surface de jeu visible, cela apporte un surcroît de finesse nettement appréciable (jusqu'au 1280 après c'est superflu).

0096000000051524-photo-empire-earth-mode-transparent.jpg
0096000000051525-photo-empire-earth-mode-semi-transparent.jpg
0096000000051526-photo-empire-earth-mode-opaque.jpg

On regrettera l'absence de rotation de la carte

Le graphisme est assez sobre et malgré le support du moteur T&L des cartes de dernière génération, il ne faut pas s'attendre à une débauche d'effets visuels : il s'agit d'un clone d'Age Of Kings ne l'oublions pas ! L'ambiance sonore est dans la même veine, avec des bruitages de qualités et des voix (en français) qui passent plutôt bien mais pas d'esbroufe.

Malgré cette relative sobriété, le moteur du jeu est assez gourmand. La richesse du jeu, la taille des cartes et le nombre des unités suffisent effectivement à rendre le programme plus lourd que son modèle. Les configurations moyennes pourront tout de même profiter du soft mais au prix de sacrifices assez importants (résolution en 800x600 voire 640x480). Le jeu reste excellent mais un peu moins joli.


Le meilleur de sa catégorie

Les tests de jeux, malgré l'objectivité dont essayent de faire preuve les rédacteurs, restent l'expression de leur sentiment vis-à-vis d'un programme. A la lecture de ce qui précède, il ne faut pas être sorti de la cuisse de Jupiter pour se rendre compte qu'Empire Earth m'a tapé dans l'oeil.

Il est évident que les réfractaires à Age Of Kings ne pourront apprécier le titre de Rick Goodman et son équipe. Il s'agit pourtant tout simplement du meilleur jeu de stratégie temps réel auquel il m'ait été donné de jouer... Oui, je n'y vais pas avec le dos de la cuillère. Ce soft et malgré ses quelques défauts, possède un potentiel absolument inégalé.

La gestion du relief apporte un réel plus stratégique et les innombrables combinaisons d'époques, d'unités et d'amélioration technologiques laissent entrevoir une durée de vie proprement ahurissante ! Ajoutez à cela, la correction de quelques petits défauts du vénérable ancêtre d'Ensemble Studios et vous disposez d'un soft auquel on reprochera principalement de ne pas être sorti plus tôt !

Graphismes : 15/20
Bande son : 16/20
Intérêt : 18/20
Durée de vie : 18/20
Attention à la réserve du jeu en réseau sous XP !
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Rumeurs de vacances pour Les Sims ?
Premier Pentium IV 3 GHz ou presque
L'USB 2.0 chez Intel et VIA
UIT et OMPI cherchent à développer les noms de domaine multilingues
Philippe Karsenty : ZEteKno.com, gestionnaire
Licences UMTS : Lancement du 2nd appel à candidatures
Compilo lance son offre PDAkiosk
Compilo lance son offre PDAkiosk
Devoteam  acquiert XP Conseil
La délégation Basse-Normandie de l’ADIT lance un bulletin scientifique
Haut de page