Linux est-il prêt pour le grand public ?

13 mars 2008 à 17h26
0

Petit rappel : Linux, c'est quoi ?



Avant de rentrer dans le vif du sujet, quelques notions de base à savoir sur Linux : les paquets, les différentes interfaces et le choix de la distribution sont les thèmes abordés ici. Nous définirons également en fin de page la configuration de test avec laquelle nous avons évalué les différentes distributions.

Historique



0064000000222990-photo-logo-gnu.jpg
Linux est un système d'exploitation libre. En fait de Linux, il faudrait plutôt parler de GNU/Linux puisque les systèmes que nous utilisons aujourd'hui sont issus de deux projets. Le système projet GNU (Gnu is Not Unix) a été créé par Richard Stallman, avec pour but de proposer un système d'exploitation inspiré d'Unix, fameux système propriétaire utilisé notamment dans les universités. Les composants du système ont peu à peu vu le jour, mais il lui manquait (lui manque toujours en fait) l'essentiel : un noyau. En attendant le noyau GNU, ce projet a croisé le chemin d'une initiative similaire du Finlandais Linus Torvalds. Le système d'exploitation GNU a donc adopté le noyau Linux pour créer ce qu'on appelle un système d'exploitation GNU/Linux, ou plus couramment, « Linux », au risque de se faire taper sur les doigts par les puristes.

Une nouvelle notion : les paquets



0064000000962706-photo-rpm-linux.jpg
Cet article étant avant tout destiné à ceux qui ne pratiquent pas Linux et ne connaissent que peu de choses du sujet, inutile d'évoquer les différences structurelles opposant cet OS à Windows. Il est en revanche une notion à aborder impérativement, celle des paquets. Ce sont - pour faire simple - des fichiers qui permettent l'installation d'un logiciel, d'une bibliothèque graphique ou autre, mais aussi des logiciels entiers bref, ce sont les clés de voûte de la mise en place d'un système personnalisé. Car si Linux est installé par défaut avec quelques paquets, ces derniers sont souvent en petit nombre par rapport à la quantité existante. Ceci a pour avantage d'obtenir une installation souvent très rapide, mais pour inconvénient d'impliquer, à un moment ou à un autre, la recherche des logiciels et autres éléments manquants. C'est d'ailleurs sur la capacité à installer facilement une nouvelle application et à proposer les principales dès l'installation que s'établira une grande partie de notre avis sur une distribution.

Où trouver ces paquets ? Deux types de sources existent : le média utilisé à l'installation (CD ou DVD, le dernier contenant naturellement plus de paquets que le premier) ou l'Internet, la plupart du temps via ce qu'on appelle des miroirs. La chose importante à retenir est la suivante : le nombre de paquets disponibles est très important et ces derniers ne vous coûteront naturellement pas un centime.

Les environnements graphiques



Si les habitués de Windows ne connaissent que l'interface de XP ou de Vista, les linuxiens possèdent deux choix principaux, KDE ou Gnome, cependant tous deux basés sur le même serveur graphique, à savoir X Window. Les philosophies de ces deux interfaces différent suffisamment pour que des applications soient développées spécifiquement pour l'une ou l'autre. Pour Gnome, vous trouverez souvent des paquets commençant pour un G, tandis que ceux tournés vers KDE commenceront par un K. Pas de clivage toutefois, puisque des applications « en G » pourront très bien tourner sur KDE et, réciproquement, des applications en K peuvent également fonctionner sur Gnome.

KDE : pour ne pas dépayser les utilisateurs de Windows



004B000000962750-photo-logo-kde.jpg
Dire de KDE qu'il est plus proche de Windows serait un peu réducteur. Cette idée n'est toutefois pas à ignorer pour qui voudrait passer de l'OS de Microsoft à Linux. Barre des tâches, menu démarrer, zone de notifications et horloge : on est ici en terrain connu. Bien évidemment, tout n'est pas similaire à Windows, vous vous en apercevrez rapidement si vous tentez de personnaliser votre menu « démarrer » ou en utilisant les bureaux virtuels, qui permettent de distribuer vos fenêtres sur plusieurs bureaux.

Tout comme Windows a son Explorateur, KDE possède Konqueror qui fait lui aussi à la fois office de gestionnaire de fichiers et de navigateur Web. L'interface de Konqueror se décompose en trois parties, là encore rien de bien différent de Windows, on retrouve ainsi :
  • une barre de navigation avec boutons et barre d'adresses
  • un panneau latéral contenant plusieurs onglets
  • la fenêtre principale d'affichage des fichiers
012C000000724016-photo-kde.jpg
         
012C000000223062-photo-konqueror-1.jpg

L'interface graphique KDE et son explorateur de fichiers / navigateur Konqueror


Le panneau latéral de Konqueror permet d'afficher au choix les signets et l'historique du navigateur web Konqueror, l'arborescence de votre dossier personnel ou l'arborescence de tout votre système, le voisinage réseau et les différents services liés aux périphériques. Enfin, la dernière icône offre un grand nombre de fonctions : ajout de polices, impression d'un document en PDF, accès aux applications du menu démarrer... Vous pouvez par exemple encoder un CD Audio dans le format de votre choix depuis ce menu en sélectionnant le menu « CD Audio » et en glissant/déplaçant les pistes du CD vers votre disque dur.

Gnome, l'interface par défaut de beaucoup de distributions



004B000000962748-photo-logo-gnome.jpg
Si l'on pouvait dire que KDE ressemblait en certains aspects à Windows, cette remarque ne tiens plus du tout avec Gnome. Cette interface frappe d'emblée par son minimalisme et ce n'est pas un hasard puisque la simplicité et l'ergonomie de l'interface sont au centre du projet et prennent même de plus en plus d'importance au point de sacrifier, selon quelques détracteurs, certaines fonctionnalités. L'idée est la suivante : seul ce qui est réellement utile à l'utilisateur doit être accessible.

Le bureau de Gnome ne comporte pas de différences fondamentales avec KDE et donc avec Windows. On y retrouve la barre des tâches et le menu démarrer, à ceci près qu'ils sont ici séparés : la barre des tâches se situe en bas de l'écran et la barre du menu démarrer et des diverses notifications se situe en haut, à l'image de Mac OS. Le bureau est vierge de toute icône et Ubuntu va même jusqu'à placer la corbeille dans la barre des tâches, là encore un peu à la manière du dock de Mac OS X. En fait de menu démarrer, ce sont trois menus qui sont proposés :
  • applications : les liens vers les applications rangées par catégories ;
  • raccourcis : des raccourcis vers les principaux emplacements (bureau, dossier personnel, racine du disque dur, réseau...) ;
  • système : les options d'administration et la clôture de la session.
Nautilus, le gestionnaire de fichiers de Gnome, est très différent de Konqueror dans sa conception. Le logiciel se présente comme un gestionnaire de fichiers très simple, privilégiant l'efficacité. Par défaut, le panneau latéral ne présente pas une arborescence complexe, mais des raccourcis vers divers emplacements : bureau, dossier personnel, racine du système de fichiers ou périphériques amovibles si un CD ou une clef USB est inséré. Le panneau latéral peut également afficher des informations sur le fichier ou dossier sélectionné ou une arborescence.

012C000000610376-photo-opensuse-10-3-kde-gnome-2-20.jpg
         
012C000000223064-photo-nautilus-raccourcis.jpg

L'interface graphique Gnome et son explorateur de fichiers / navigateur Nautilus


À droite, le contenu d'un dossier peut être affiché sous forme d'icônes ou de liste. Cette dernière représentation est très efficace puisqu'il s'agit d'une arborescence détaillée (contenant dossiers et fichiers), semblable à ce qu'on trouve dans le Finder de Mac OS. Vous pouvez donc accéder rapidement à tout le contenu d'un dossier et de ses sous-dossiers en quelques clics, en développant ou rétractant un sous-répertoire. La barre de navigation affiche également les différents sous-dossiers, vous permettant de revenir facilement à un niveau supérieur, même en vue « icônes ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top