J'ai testé pour vous : l'arnaque sur Internet

23 février 2012 à 16h41
0

Après l'arnaque, le bilan... et la réflexion

Au final, à part du temps et pas mal de mensonges, cette aventure ne m'a rien coûtée... mais après ça, je ne peux m'empêcher de me demander comment des gens peuvent en venir à donner des sommes folles à des inconnus sur Internet. Si je conçois que la crise, les promesses de fortune et le désespoir de certains internautes peuvent sans doute les pousser à croire que le rêve peut devenir réalité, j'imagine qu'il y a autre chose derrière tout ça.

00FA000004977678-photo-arnaque-en-ligne-scam-henry-bonn-fotolia-com.jpg
Pour en savoir plus, je demande au professeur Robert Vincent Joule, chercheur à l'université d'Aix-Marseille et expert en techniques de manipulation - il est, à ce titre, le co-auteur de l'ouvrage Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens - de lire les notes de mon enquête. Pour lui, pas de doute : ce type d'arnaque s'appuie sur des techniques de manipulation « scientifiquement démontrées » : « Tout commence par ce que les chercheurs appellent un amorçage ou « low-ball » : on amène une personne à prendre une première décision a priori très intéressante, ici répondre à un mail dans le but d'obtenir une importante somme d'argent. Il va sans dire que le mail reçu semble avoir été rédigé par quelqu'un de confiance. »

Puis vient l'étape suivante où la personne doit réaliser certaines actions, comme donner des infos sur lui-même, des documents, prendre des rendez-vous... « Ces actes, que les chercheurs appellent des actes préparatoires, pour anodins qu'ils puissent paraître, ont pour effet d'engager chaque fois un peu plus la personne. Elle va ainsi se retrouver, actes préparatoires après actes préparatoires, prise dans un engrenage dont il va lui être de plus en plus difficile de sortir » m'explique Robert Vincent Joule. Ce qui amène à la finalité de l'arnaque : « Lorsqu'on va lui demander de donner de l'argent pour que le processus puisse se poursuive la personne aveuglée par le sentiment d'avoir « trop investi pour abandonner » aura tendance à faire ce qu'on lui demande. Evidemment, en pure perte et la manipulation, hélas, aura réussi » conclut le professeur.

Des explications qui, couplées à mon expérience, raisonnent en effet comme une évidence. Avec une vision plus « judiciaire », le lieutenant-colonel Eric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité à la Gendarmerie nationale, m'explique que les risques dans ce type d'affaires ne concernent pas uniquement l'aspect financier. Après m'avoir expliqué que certains détails ne trompent pas - comme les demandes de transfert d'argent par des services de type Western Union, il met en avant les risques entraînés par l'envoi d'informations et documents personnels, « qui peuvent être réutilisés pour usurper votre propre identité dans d'autres escroqueries. » Par ailleurs, « On peut se retrouver complice d'infractions, notamment lorsqu'on croit être recruté pour un travail légitime qui consisterait à recevoir des sommes d'argent sur son compte bancaire ou des colis postaux et à les réexpédier. » Durant mes pérégrinations virtuelles, voilà un élément auquel je n'avais pas pensé.

Je demande également au chef de la DLCC pourquoi, à son avis, mes montages globalement grossiers n'ont pas attiré l'attention de mon interlocuteur : « L'objectif n'est pas forcément de vous identifier et d'avoir confiance en vous, mais d'obtenir de l'argent. Une fois l'argent transmis par un moyen tel que Western Union, de toutes façons les sommes liquides sont entre leurs mains et intraçables. » En somme, « Prends l'oseille et tire-toi ». Ca tient la route.

En cas d'arnaque avérée, que faire ?

Connaître les mécaniques d'une arnaque, c'est bien, notamment pour éviter de se faire avoir. Mais quand le mal est fait, quand on découvre le pot aux roses trop tard, que faire ? Eric Freyssinet donne quelques conseils : « Si l'on a effectivement été victime, présenter rapidement une réclamation auprès de sa banque ou du prestataire gérant la transaction. Dans certains cas, les sommes d'argent pourront être bloquées avant d'être arrivées à destination. Dans tous les cas demander auprès de ce prestataire un maximum d'informations sur la transaction pour aider ensuite les enquêteurs. » On peut également « déposer plainte avec tous ces éléments auprès de la brigade de gendarmerie, le commissariat de police de son domicile ou en écrivant au Procureur de la République de son tribunal de grande instance. Les dépôts de plainte de victimes en France permettent d'apporter des éléments concrets aux autorités judiciaires et policières du lieu de résidence de l'escroc qu'il soit localisé en France ou à l'étranger. » Le lieutenant-colonel rappelle également l'existence d'Info Escroqueries, qu'il est possible de joindre au 0811 02 02 17.«  Le numéro Info Escroqueries géré par l'OCLCTIC reçoit énormément d'appels concernant ce type de faits de la part de particuliers qui se renseignent ou en sont victimes. » me précise-t-il, ajoutant enfin qu'« il est difficile au niveau statistiques de séparer les différents types d'escroqueries » et, par conséquent, impossible de déterminer combien d'internautes en sont victimes chaque année.

04977658-photo-infos-escroquerie.jpg

Et pour conclure...

Quelques semaines après la fin de l'enquête, Leonide m'a recontacté sur MSN, où je n'avais pas supprimé son contact. Déçu de ma décision de tout laisser tomber - « ça ne se fait pas entre gens de bons sens », il m'explique que cette dernière lui a causé des ennuis et qu'il n'est « pas facile de tout recommencer à zéro et d'accorder à nouveau sa confiance à quelqu'un d'autre. » Après une dernière discussion, nous mettons un terme définitif à notre relation mais Leonide, face à la perte d'une transaction de plusieurs milliers d'euros, reste finalement beau joueur :

04977160-photo-leonide-et-les-poneys.jpg

Difficile de trouver meilleure conclusion.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
Analogue présente un DAC audio/vidéo pour brancher vos vieilles consoles sur une TV moderne

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top